Biographie

Père architecte.

Passe son enfance à Kinshasa.

 

Formation :
- La Cambre. Atelier de Tapta.

 

1979.
Prix Jeune Peinture Belge 1979.
 

1981.
(26/10-21/11) Liège, Galerie Philharmonie. Droste Monica, Janssens Ann-Veronica.
* PREMIERE EXPOSITION PERSONNELLE.
(26/09-04/10) Bruxelles, Atelier 340. Aspect de la sculpture dans les écoles d'art francophones de Bruxelles.
 

1982 - 1985.
Collaboration avec Monika Droste.
 

1982.
(20/06-04/10) Lausanne / CH, Musée cantonal des Beaux-Arts * Palais Rumine. Biennale Internationale de la Tapisserie (10e).
(  /  -  /  ) Kyoto / JP, Gallery-Gallery. Janssens Ann-Veronica.

 

1983.
(07/09-21/09) Tournai, Maison de la Culture et (07/09-15/11). Recherches 1983. Boursiers de la Fondation pour la Tapisserie.
(03/10-29/10) Bruxelles, Centre d’Art contemporain. Parcours.
(  /  -  /  ) Ixelles, Musée. La grande Absente.

 

1984.
(07/04-20/05) De eerste chauvinistische / la première chauviniste. Belgian Institute for World Affairs.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Atelier rue Le Lorrain. Eclipses.

 

1985.
(18/09-05/11) Liège, Place Saint-Lambert: Investigations.
(16/06-06/10) Anvers, Middelheim. Biennale (18e). AUTOMO biënnale.
(11/07-31/08) Albi / FR, Cimaise et Portique - Centre Culturel de l’Albigeois. Siméon et les Flamants roses. - Jeune sculpture européenne (seconde partie).

 

1986.
(01/04-20/04) Rome, Sala Uno.
(06/05-03/08) Venise, Casa Frollo / Biennale Off. Portraits de scène de l'île aux phoques.
(10/06-28/06) Bruxelles, Atelier Sainte Anne. Intuition et Mémoire
(21/06-01/09) Gand, Campo Santo. (Initiatief '86)
(22/06-07/09) Gand, Kunstencentrum Vooruit. Initiatief d’Amis.
(19/10-17/11) Liège. Portraits de scène de l'île aux phoques.
.

1987.
(18/03-12/04) Bruxelles, Le Botanique. Dialogue d'Art.
(02/04-03/05) Rome, Accademia belga. Arte in Situazione Belgica - Situazione dell'Arte.
(21/06-05/07) Courtrai, Kunststichting Kanaal. Tussen In. Een tentoonstelling in en omtrent Het Atelier van Paul Van Rafelghem.
(12/09-12/10) Mol, Fabriekspand van Dooren. Intentie en rationele vorm.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Musée d’Art moderne - salle Altenloh. Janssens Ann-Veronica.
(  /  -  /  ) Canino / IT. Chiostro del Convento Antonio d’Avossa. Mandelzoom
(  /  -  /  ) Bruxelles.                                     .L’Esprit de l’Escalier 11.
 

1988.
(21/02-13/03) Bruges, De Leege Ruimte.
(27/06-31/07) Venezia / IT. Casa Frollo. Belgicisme - Objet Dard
(02/07-30/09) Tielt, Tuin De Brabandere. Beelden Buiten ‘88.
(16/07-08/08) Maastricht / NL, Dominikanerkerk. Apropos.
(01/10-31/12) Liège, Espace 251 Nord. Etats limites, archives des passions.
(07/04-08/05) Madrid / ES, Sala Amadis. Cinco artistas belgas.
(  /  -  /  ) Anvers, Galerie Inexistent. Janssens Ann-Veronica.
(  /  -  /  ) Jambes, Galerie Détour : Matériaux signifiés II.

 

1989.
(28/01-25/02) Gand, Vereniging voor het Museum van Hedendaagse Kunst. Janssens Ann-Veronica.
(16/06-20/07) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. Incidents de Parcours.
(01/07-30/08) Bruges, Atelier Steel. De Integrale. Recente Belgische Kunst.
(09/09-27/09) Den Haag / NL, Haags Centrum voor Aktuele Kunst -HCAK. Illusie als werkelijkheid.
(24/11-25/02/1990) Hasselt, Provinciaal Museum.  Het Latijnse Noorden in vier scènes.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Parc Ten Bosch. 9 sculpteurs.
(  /  -  /  ) Lyon / FR, Villa Gillet - Centre d’Unité de Recherches contemporaines, FRAC Rhône-Alpes. Janssens Ann-Veronica.
(  /  -  /  ) Rome / IT, Galerie Alice. Janssens Ann-Veronica.
(  /  -  /  ) Haarlem / NL, Galerij Tanya Rumpff. Janssens Ann Veronica, Pacquée Ria.

(  /  -  /  ) Québec / CA, Chambre blanche. Transatlantique.
 

1990.
(30/05-30/07) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. Janssens Ann-Veronica.
(11/08-30/09). Clisson FR, FRAC Pays de la Loire, Garenne Lemot. Belgique, une nouvelle génération.
(17/11-12/01) Dijon / FR, Le Consortium. Le choix des femmes.
(  /  -  /  ) Madrid / ES, Museo Espanol de Arte Contemporaneo. Confrontationes.
(  /  -  /  ) Köln / DE, Monika Sprüth Galler. The Köln Show.
(  /  -  /  ) Louvain, Arenberg Institute. Leuven Wellicht.
 

1991.
(22/06-28/07) Düsseldorf / DE, Kunstverein für die Rheinlande und Westfalen. Kunst Europa België, Niederlande, Luxemburg.
(07/07-29/09) Kassel / DE, Museum Fridericianum. Gedachten gangen. Gedanken Gange.
(  /  -  /  ) Rivara / IT, Castello : Proiezioni.
(  /  -  /  ) Spoleto / IT, Ex-ospedale San Matteo degli Infermi. Artedomani 1991 punti di vista.
(  /  -  /  ) Lödz / PL ; Bratislava / SK ; Bruxelles ; Berlin / DE.  Les Voies de la Culture européenne.
(  /  -  /  ) Goes / NL,                 : Op Water gebouwd, in de vesten van Goes.
 

1992.
(17/01-14/03) Antwerpen, Galerie One Five. Janssens Ann-Veronica (avec Pierre Bismuth)
(25/10-08/11) Tournai, Maison de la culture. Disons Structure. Entre cosmos et tiroir de cuisine. Sculpture.
(  /  -  /  ) Paris, Galerie Jennifer Flay. Janssens Ann-Veronica.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie des Beaux-Arts. Basserode, Michel François, Ann Veronica Janssens, Angel Vergara.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie Etienne Ficheroulle. Exposition collective.
(  /  -  /  ) La Haye / NL, Galerie Nouvelles Images. Antwerp invited in The Hague.
(  /  -  /  ) Rotterdam / NL, Caldic Collectie. Een verzameling verstilde momenten.
(  /  -  /  ) Düsseldorf, Galerie M + R Fricke. 3 Raûm – 3 Künstler.
(  /  -  /  ) Deurle, Museum Dhondt-Daenens. [Sans titre]

 

1993.
(23/01-14/02) Namur, Maison de la Culture. Disons Structure. Tapisserie - Textile - Structure (18 œuvres de petit format)
(05/03-30/05) Bruxelles, M.R.B.A. / Musée d'art moderne. L'Art en Belgique depuis 1980.
(14/05-26/06) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. Un accrochage ou des coins remplis de ce qui a été raflé dans des coins.
(26/05-26/06) Paris / FR, Carré Saint-Nicholas. Résidences Secondaires.
(19/06-29/08) Zoersel, Domein Kasteel van Halle. Zoersel ‘93. natuur-mens-cultuur.
(26/06-10/10) Eupen, Park Klinkeshöfchen. Kontakt 93. sculpturen.
(26/06-10/10) (Josephine-Koch-Park). Kontakt 93 Skulpturen: Belgische Künstler in Eupen Städtische Parkanlagen Klinkeschöfchen U.
(02/07-07/08) Anvers, Galerie Micheline Swzajcer. Corners filled with what is swept into corners
(11/09-17/10) Bruxelles, Old England. Le Jardin de la Vierge.
(19/09-28/11) Anvers, MuHKA. Vertrekken vanuit een normale situatie en deze hervertalen in lkaar overlappende en meervoudige lezingen van condities uit heden en verleden. On taking a normal situation and retranslating it into overlapping and multiple readings of conditions past and present.
(nov. déc.) Lisboa / PT, Fondacion Gulbenkian. La Tentation de l’image.
(nov. – déc.) Amsterdam / NL, Rhizome. Conceptual Living.
(15/12-23/12) Brussel, zaal Maalbeek. Le Musée du Petit Format
(17/12-29/01/94) Courtrai, Sint-Elisabeth Begijnhof. Inside the Visible. Begin the Beguine in Flanders.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Centre Borschette. Résidences secondaires. Visions contemporaines.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Fondation pour l’architecture. L’architecture du paysage au XXe siècle : Jean Canneel-Claes, René Pechère, Jacques Wirtz.(en collaboration avec Michel François)
(  /  -  /  ) London / GB, Chisendale Gallery. Janssens Ann Veronica, Venlet Richard.

 

1994.
(16/04-12/06) Thiers / FR, Le Creux de l’Enfer. Glissements.
(01/05-03/07) Breda / NL, Park Wolfslaar. Vista - Solitary Visions / Dynamic Views.
(19/10-11/12) Sao Paulo / BR.Fundacao Biennal Sao Paulo. Biennale (22e)
(  /  -  /  ) Lausanne / CH, Espace d’Art contemporain. Janssens Ann Veronica.
(  /  -  /  ) Limerick / IR, City Gallery of Art. Exhibition of Visual + A.
 

1995.
(13/01-19/02) Anvers, Galerij Swaczer. Janssens Ann Veronica.
(19/03-01/04) Gand, Richard Foncke Gallery. Accrochage. Richard Foncke nodigt Dirk Pültau uit.
(31/03-21/04) Dunkerke / FR, Centre Universitaire La Citadelle – Ancien entrepôt des tabacs. Janssens Ann Veronica.
(02/06-18/06) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. Janssens Ann-Véronica, Box.
(  /  -12/07) Bruxelles, Galerie des Beaux-Arts. Géométrie Sacrée-/ Sakrale Geometrie.
(29/09-  /12) Liège, Espace 251 Nord. Les Yeux d'un Monde. Situations & perspectives d'œuvres, projets & jeux d'artistes.
(25/11-16/12) Bruxelles, Etablissements d’en Face. Janssens Ann Veronica.
(  /  -  /  ) Lausanne / CH, Casino de Montbenon – Espace d’art contemporain. Trente deux espaces d’art contemporain.
(  /  -  /  ) Bordeaux / FR, Musée d’art contemporain. Architecture(s).
(  /  -  /  ) Breda / NL,                                     .Vista-Solitary, Visions, Dynamic Views
(  /  -  /  ) Amsterdam/ NL, Conceptual Living, Rhizome,

 

1996.
(31/01-12/05) Boston / USA, Institute of Contemporary Art – ICA. Inside the visible. Alternative views of 20th century art through women’s eyes.
(27/04-03/06) Middelburg/ Nl, De Vleeshall. Janssens Ann Véronica, Voorstelling van een ronde vorm.
(  /  -  /  ) Anvers, Haus of Prints, Multiples and Drawings. Janssens Ann Veronica, La pichenette.
(  /  -  /  ) Courtrai, Fondation d’Art Het Kanaal. Begin the Beguine / Inside the Visible. Inside the Visible: An Elliptical Traverse of 20th Century Art. In, of, and from the Feminine
(  /  -  /  ) Marseille / FR, Ateliers d’artistes de la ville de Marseille. Friche Belle de Mai.
(  /  -  /  ) Dublin / IR, The Irish Museum of Art. The Event Horizon. Part Two.
(  /  -  /  ) Amsterdam / NL, Lumen Travo.
(  /  -  /  ) Köln / DE, Belgische Haus.

 

1997.
(31/01-30/03) Anvers, MuKHA. Janssens Ann Veronica.
(19/02-29/03) Ixelles, Musée communal. Atelier Structure.
(04/07-07/09) Hasselt, Provinciaal Centrum voor Beeldende Kunsten - Provinciaal Museum. Dacht & Nacht. Museum Open 24 / 24.
(11/07-21/09) Luxembourg / LU, Casino Luxembourg. Un bel été. Ein schöner Sommer.
(11/09-18/10) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. Hatoum Mona, Janssens Ann Veronica, Orozco Gabriel.
(16/09-30/10) Barcelona / ES, Centre d’Art Santa Monica. Trapped Reality.
(03/10-20/12) Bruxelles, Encore Bruxelles – Kanal 20. Who Loves Brussels.
(10/06-16/11) Amsterdam / NL, Galerij Ferdinand Van Dieten - D’Eendt. Reushering in Sacrality.
(05/10-09/11) Istamboul / TR. 5th International Biennale.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Etablissements d’en face.                                
(  /  -  /  ) Louvain, Katholieke Universiteit Leuven. Janssens Ann Veronica, Prix de la Culture KU Leuven / Blanlin-Evrart Award.
(  /  -  /  ) Dunkerke / FR, Frac – Nord Pas de Calais. La rayure, l’intervalle, le jour.
(  /  -  /  ) Lucerne / CH, Kunstmuseum. Lost in Space.

 

1998.
(06/02-14/06) Anvers, MuKHA. Collectie Lente 1990.
(30/03-10/05) Deurle, Museum Dhondt-Dhaenens. Tussen in / In-between.
(27/06-13/09) Anvers, MuKHA. Zomer van de Fotografie (7de ).
(18/09-08/11) Sidney /AU. Museum of Contemporary Art / MAC. Biennale (11e), Every Day.
(30/10-05/12) Anvers, NICC. Bureau NICC augmenté.
(29/11-20/12) Middelburg / NL, De Vleeshal. De droom van een fontein. 22 voorstellen voor een fontein op de Markt.
(19/12-28/02/99) Dunkerque / FR, Frac Nord-Pas de Calais. Aspects de l’art actuel en Belgique
.(  /  -  /  ) Anvers, Haus of Prints, Multiples and Drawings. Janssens Ann Veronica, Le bain de lumière.
(  /  -  /  ) Bruxelles, rue des Tanneurs 75. Intégration.
(  /  -  /  ) Anvers, Museum van Hedendaagse Kunst – MuKHA. I(D)entiteit.
(  /  -  /  ) Arnhem / NL, Kunstenaressen in de Gemeentemusea. Wereld van Verschil.
(  /  -  /  ) Lyon / FR, Ecole nationale des Beaux-Arts - Le Hall. Serio ludere, oeuvres du Frac Rhönes Alpes.
(  /  -  /  ) Anvers, Koninklijke Museum voor Schone Kunsten : Twee uur breed of twee uur lang. Over kunst en samenleving, Fascinerende fascinerende facetten van Vlaanderen.
(  /  -  /  ) Saint Paul Trois Châteaux / FR- Drôme Provençale, Angle Institut d’Art contemporain -. Au milieu de nulle part, œuvres de la collection du FRAC Rhones-Alpes.
 

1999.
(19/01-28/02) Bruxelles, Iselp et Le Botanique. Liberté, libertés chéries ou l’Art comme résistance à l’art. Un regard posé sur dix années d’acquisitions de la Communauté française (1989-1999).
(23/01-21/03) Malmö / SE, Roosem - Center for Contemporary Art. ..om det sublima / ... on the sublime ....
(  /  -07/02) Gand, Vereniging voor het Museum van Hedendaagse Kunst Gent. Over nabijheid en verschil’ in werk van kunstenaars, met Orla Barry, Christoph Fink, Ann-Veronica Janssens en Richard Venlet..
(10/02) Brussel, Hendrik Consciencegebouw. Kunstevenement (Book).
(  /  -06/03) Anvers, Stella Lohaus Gallery. Janssens Ann Veronica, Erik Van Lieshout.
(23/04-27/04) Bruxelles, Heysel : ArtBrussels, 17e édition.
(25/04-20/06) Louvain, Museumzaal – Universiteitshallen. Démarches.
(09/05-22/08) Anvers, MuKHA (Nicc). Trouble Spot. Painting.
(20/05-29/05) Utrecht / NL, Festival a/d Werf1 (4th). Janssens Ann Veronica : Super Space, 13 installations
(  /06-03/10) Utrecht / NL, Diverse locaties  Panorama 2000.
(09/06-07/11). Venezia / IT. Biennale de Venise (48e) / Pavillon belge (dévolu à la Communauté française) (avec François Michel)
(09/06-07/11) Venezia / IT. Biennale. Off. En attendant l'année dernière. Archives Actives ©
(22/09-24/11) Deurle, Museum Dhondt-Dhaenens. Lessenreeks: Enkele woorden over het werk van:
(20/11-13/02/00) Rotterdam / NL, Witte de With en Museum Boijmans Van Beuningen. Stimuli.
(  /  -  /  ) Barcelona / ES, Galeria Toni Tapiès. Janssens Ann Veronica. Recent Work.
(  /  -  /  ) New York / USA, Nicole Klagsbrun Gallery. Small Stuff.  Schetsen, tekeningen, maquettes, pro-beersel(s), gepruts & gebrodde
(   /  -  /  ) Bruxelles, Common Community Commission / COCOM.Graaf de Ferraris - Hendrick Conscience.
(  /  -  /  ) Beersel, Museum Herman Teirlinck. Schetsen, tekeningen, maquetttes, probeersels, gepruts & gebroddel,
(  /  -  /  ) Hilversum / NL, Exedra Centrum voor Kunst, Vormgeving en Architectuur. Vloeibaar harnas.
(  /  -  /  ) Utrecht / NL, Centraal Museum. Domtoren.
(  /  -  /  ) Metz / FR. FRAC Lorraine. Perte de repères.

 

2000.
Scénographie. : MA avec Pierre Droulers, Michel François and Yuji Oshima. (  /  -  /  ) Marne-la-Vallée, Ferme du Buisson : Danse – Arts plastiques, Samedi Danse Pierre Droulers.
MA-I, on the occasion of the Dance Festival, invited by the choreographer Pierre Droulers, Tours, France.

(07/04-15/05) Liège, Espace 251 Nord. Pièces à conviction.
(07/04-04/06) Nice / FR, Villa Arson. La répétition, la tête dans les nuages.
(13/05-12/06) Louvain-la-Neuve, Forum des Halles. Biennale.(3e)
(22/06-24/09) Anvers, Museum Plantin - Moretus en ompeving. Orbis terrarum" (cartographie et art contemporain)
(06/07) Bruxelles, La lettre Volée. Lire le monde, lire les gens.
(06/07-30/08) Perpignan / FR, Vitrine de l’Ecole. Toi ! Toi ! Toi !.
(15/08-15/10) Tilburg / NL, De Oude Warande. Lustwarande / pleasure-garden.
(  / 10-25/11) San Francisco / US, Art Institute. The World on its Head
(26/10-10/12) Salzburg / AT Salzburger Kunstverein. Janssens Ann Veronica, In the absence of light it is possible to create the brightest images within oneself.
(23/11-28/1/01) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. Voici, 100 ans d'art contemporain.
(29/11-27/01/01) Montpellier / FR, Frac Languedoc Roussillon. Où sont les hommes ?
(08/12-23/01/01) Bruxelles, b-space.be   . Hyper Space presents Another Dimension.
(16/12) Bruxelles, Galerie Camille Von Scholtz. Janssens Ann Veronica, Présentation du livre « 00.32.2 ».
(  /  -  /  ) Saint-Nicolas, Cultuurcentrum Strombeek and Roulers, Constructies Espeel, Rumbeke, Belgium.Touch Me.
(  /  -  /  ) Beersel, Herman Teirlinckhuis. Small Stuff II. [ou 2001]
(  /  -  /  ) Oxford / GB, MoMA. Group Show Melaniez Counsel, Cela Floyer, Audible Light.
(  /  -  /  ) Malmö / SE,                              . Malmö 2000, BO 1
(  /  -  /  ) Milano / IT,                                 . Milano 2000.
(  /  -  /  ) Arnhem / NL, Museum voor Moderne Kunst. Poesie, Love, Sneeuwwitje, Pfft...

 

2001.
(  /  -  /  ) Rennes / FR, Festival du Théâtre National de Bretagne. Mettre en scène.

(17/03-29/04) München, Kunstverein, Janssens Ann Veronica. Work for Space. Ensuite (22/06-19/08) Berlin / DE, Neuenationalgalerie / DAAD 
(30/03-31/05) Anvers, Stella Lohaus Gallery. Presentation of editions, multiples and artist books.
(21/06 18/11) Villeurbanne / FR, Institut d’art contemporain. Dévoler.
(16/09-28/10) Bruxelles, Tour & Taxis. Ici et Maintenant. Belgian System.
(28/09-10/11) Berlin / DE, Galerie Alexandra von Scholz. Janssens Ann Veronica. 00 32 2, Editions Camille Von Scholz
(13/10-09/12) Delme / FR, Centre d’art contemporain - La Synagogue. Janssens Ann Veronica, Sculpture de fumée.
(28/10-13/01/02) Gand, Stedelijk Museum voor Actuele Kunst : Casino 2001, Quadrennial (1st.)
(23/11-20/01/02) Lyon / FR, Les Subsistances. Sculpture contemporaine. Oeuvres de la collection de l’Institut d’Art contemporain, Rhône-Alpes.
(17/12-19/01/02) Anvers, Galerij Micheline Szwajcer. Artists from the gallery.
(  /  -  /  ) Bruxelles, La Lettre Volée. Artist and Friends. Multiples.
(  /  -  /  ) Sint-Niklaas, Cultureel Centrum Strombeek.‘Touch me...’. Actie, video en kunst rond kwetsbaarheid, energie en lijfelijkheid.   
(  /  -  /  ) Malmoe / SE, City of Tomorrow. Janssens Ann Veronica, Vision.
(  /  -   /  ) Bristol / GB, Arnolfini Gallery. Presentness is Grace
 

2002.
Projet In Situ : - Ciel, Belgacom / BE.
(07/03-13/04) Anvers, Galerij Micheline Szwajzer. Janssens Ann Veronica.
(14/04-27/04) Bruxelles, La Maison de Marijke Schreurs. Nue.
(  /  -30/05) Bruxelles, Terrasse du Centre International pour l’architecture, la ville et le paysage – CIVA. Janssens Ann Veronica, Blue, red and yellow.
(26/04-30/06) Liège, Galerie Nadja Vilenne. Spring.
(06/06-15/09) Bruges, diverse locaties. Onderstromen / Bovenstromen fase 2. Interventions in public spaces.
(15/06-15/09). Ypres, Merghelynck Museum et environs. Lost Past 2002-1914. Memorial Signs for the Present.
(29/06-29/09) Delme / FR, Centre d’art contemporain La Synagogue. Surfaces de projections.
(05/07-13/10) Marseille / FR, Galeries contemporaine des Musées. Subréel.
(20/07-16/09) Berlin / DE, Schpper & Krome. Area - Works on Conceptual Space.
(25/06-15/09) Grimbergen, diverse locaties. Grimbergen 2002.
(  /  -01/09) Leeds / UK, The Henry Moore Institute. The Object Sculpture.
(05/09-26/10) Le Château-d'Olonne / FR, Bibliothèque Michel Raimbaud. Miroir, mon beau miroir…, œuvres de la collection du Frac des Pays de la Loire.
(17/09-05/01/03) Grand Hornu, Mac’s. L'Herbier et le Nuage.
(21/09-24/10) Anvers, MuKHA. Richard Venlet Paramount Basics (extended).
(25/09-10/11) Birmingham / GB, IKON Gallery. Janssens Ann Veronica.
(04/10-15/12 ; accrochage évolutif ; prolongation jusqu’au 5 janvier 2003) Liège, Espace 251 Nord. Le colloque des chiens. Off Collection, Biennale di Venezia, 1986, 2002. Focus sur les différentes participations off de Venise.
(09/11-23/11) Brest / FR, Centre d'art Passerelle. Présentation de films vidéos. Sur un projet d'Isabelle Arthuis, Ann Veronica Janssens et Erwan Mahéo.
(29/11-11/01/03) Berlin / DE, Schipper & Krome. Janssens. Ann Veronica. Scrub Colour II,
(13/12-25/01/03) Madrid / ES, Galeria Fucares Arquitecturas de Interior. Ann Vernica Janssens, Mireya Maso, Valeska Soares.
(17/12-19/01/02) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. Artistes de la galerie.
(  /  -  /  ) Basel / CH, Art 33. Janssens Ann Veronica. Art Unlimited.
(  /  -  /  ) Saint-Gilles, Parcours d’artistes. Mobile.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Via Ruisbroek. Autour de Bruno Di Rosa.
(  /  -  /  ) Rotterdam / NL, Centrum Beeldende Kunst. Married by Powers.
(  /  -  /  ) Zeewolde / NL, De Verbeelding. Janssens Ann Veronica, Tyle Mike. Look and Feel.
(  /  -  /  ) Otterloo / NL, Kröller- Müller Museum. Naturlijk.
(  /  -  /  ) Hannover / DE, Kunstverein. On stage.

 

2003.
(25/01-01/03) Los Angeles / US, Projects and editions / 1301PE. Janssens Ann Veronica.
(01/02-30/03) Sète / FR, Crac - Centre Régional d’Art Contemporain Languedoc Roussillon : Coconutour.
(15/02-13/04) Stockholm / SE, Konsthall - Magasin 3. Spiritus
(01/03-10/05) San Francisco / US, CCAC Wattis Institute for Contemporary Arts / CCAC. Capp Street Project : 20th Anniversary Exhibition.
(07/03-22/04) Los Angeles / US, 1301PE. Drawings.
(15/03-28/04) Montpellier / FR, Frac-Languedoc Roussillon. Travailler fatigue.
(15/03-11/12) Dijon / FR, Le Consortium. Nouvelles Scènes Dijon - I Love Dijon.
(07/06-13/09) Wageningen / NL, Arboretum Belmonte. Dreamscapes (Beelden op de Berg 8).
(13/06-16/11) Zeewolde / NL, De Verbeelding - het paviljoen. Look. Feel. kunst landschap natuur.
(19/06-17/08) Villeurbanne / FR, Institut d’Art contemporain. Histoires contemporaines.
(28/06-14/09) Gand, SMAK. Gelijk het leven is
(29/06-05/10) Warendorf / DE,                          .Skulptur Biennale Münsterland (3e).
(04/07-17/08) Bern / CH, Kunshalle. Janssens Ann Veronica, Licht und Farben.
(18/09-23/11) Paris / FR, Le Plateau, Paris. Voir en peinture.
(21/09-16/11) Anvers, Middelheim. Janssens Ann Veronica, Travelling, Openluchtmuseum voor Beeldhouwkunst.
(04/10-16/11) Anvers, MuKHA. Collectiepresentatie V - herfst 2003
(24/10-31/01/04) Dijon / FR, Le Consortium. Janssens Ann Veronica.
(24/10-01/02/04) Barcelona / ES, Centro de Cultura Contemporánea  / CCC. The City that never was. Fantastic Architectur in Western Art.
(25/10-20/12) Dijon / FR, FRAC Bourgogne - Le Consortium. 1 : 1 x temps. Quantités, proportions et fuites.
(08/11-08/02/04) Marseille / FR, Musée d’Art Contemporain de Marseille. Janssens Ann Veronica, 8’26“.
(09/11-14/12) Hasselt, Z33. Bestuifbegeerte.
(29/11-15/02/04) Anvers, MuKHA. New Presentatie van het collectie VI.
(21/12/03-29/02/04) Anvers, MuKHA. Once upon a time, L'Art en Belgique dans les années 90. La collection de la fondation Cera.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Le Blac. Printemps extra-large.
(  /  -  /  ) Paris / FR, Musée d’Orsay. Janssens Ann Veronica, Rouge 106, Bleu 132.
(  /  -  /  ) Paris / FR., Mairie de Paris. Nuits blanches.
(  /  -  /  ) Berlin / DE, Schipper & Krome. Janssens Ann Veronica, Scrub Color II.
(  /  -  /  ) Frankfurt / DE, Schirn Kunsthalle Frankfurt. Auf eigene Gefahr.
(  /  -  /  ) Jinan / CN. D’un pas…l’autre…

 

2004.
Projet collectif : La Ricarda, collaborative film on the invitation of Michel François together with Bader Joerg, Barba Rosa, Bru Lucia, Colomer Jordi, Curlet François, de Gruyter Jos and Thys Harald, Droulers Pierre, Siegmann Simon, Vanderstichelen Loïc, Vergara Angel, Venlet Richard.

(03/02-11/04) Paris / FR, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts. Densité +-0.
(06/03-24/05) Tourcoing / FR, Musée des Beaux-Arts. Amicalement vôtre.
(13/05-19/06) Barcelona / ES, Galeria Toni Tapiès. Janssens Ann Veronica, Freak Star. Recent Work / Obra Recent.
(20/05-01/08) Rotterdam /  NL Museum Boijmans Van Beuningen. The perception of Space.
(17/06-22/08) Altkirch / FR, Crac Alsace. Raison et sentiments – Sense & Sensibility.
(01/07-31/07) Anvers, Galerij Micheline Szwaczer. [Sans titre]
(04/07-03/10) Carquefou / FR,  Frac Pays de Loire. Pour les oiseaux.
(10/10-02/01/05) Knokke-Heist, White-One Studio. Without any Warning.
(  /10-  /01/05) London / GB, Hayward Gallery. Eyes lies & illusions : the art of deception..
(30/10-28/11) Lille / FR, Tri Postal. Gonflable !.
(05/11-21/02/05) Rouen / FR, Musée des Beaux-Arts. Champs de vision, Œuvres monumentales du Fonds National d'Art Contemporain.
(  /  -19/12) Bruxelles, Musée d’art moderne. Vollevox # 8, sound installation
(  /  -  /  ) Louvain, Université catholique de Louvain. Matrix art project. Love is in the air.
(  /  -  /  ) Beersel, Heirman Teirlinckhuis. One by One (Een triptiek te lezen van links naar rechts en zich uitrollende gedurende vier maanden).
(  /  -  /  ) Anvers, Factor 44. Pauvre – nous.
(  /  -  /  ) Anvers, MuKHA. Nico Dockx & Friends : Interventies 2.
(  /  -  /  ) Anvers, de Singel. Janssens Ann Veronica, Curating the Library.
(  /  -  /  ) Waregem, Be-Part, Platform voor Actuele Kunst. Schöner Wohnen.
(  /  -  /  ) Hasselt, CIAP. Janssens Ann Veronica.
(  /  -  /  ) Le Mans / FR, Ecole Supérieure des Beaux-Arts du Mans, Peintures migrantes.
(  /  -  /  ) New York / US, Pratt Manhattan Gallery. Janssens Ann Veronica, In the Absence of Light, it is possible to create the brightest images within oneself.

 

2005.
(04/03-15/05) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. La Belgique visionnaire. C'est arrivé près de chez nous.
(02/03-18/03) Auxerre / FR, Collège Albert Camus. De l’intérieur.
(04/03-01/07) Villeneuve d’Ascq / FR, Musée d’Art moderne. Voisins officiels.
(07/04-12/06) Lerida / ES, Centre d’Art la Panera. Pintar sense pintar.
(12/05-25/09) Strasbourg / FR, Musée d’art moderne et contemporain.. L’œil moteur, art optique et cinétique / 1950-1975.
(13/05-02/07) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. Janssens Ann-Veronica.
(17/06-26/06) Dijon / FR, Musée des Beaux-Arts. Le Génie du Lieu. Oeuvres et créations d'artistes de la collection du Frac Bourgogne
(02/09-08/10) Bruxelles, Etablissements d’en face. Venlet Richard.
(06/09-30/10/05) Berlin / DE, Einstein Forum. Einstein Spaces. Neun Kunstprojekte in Berlin, Potsdam und Caputh.
(10/09-20/02/05) Los Angeles / USA, The Museum of Contemporary Art – MOCA. Ectasy - In and About Altered States
(14/09-31/12) Lyon / FR,                            . Biennale d’art contemporain de Lyon 2005. Expérience de la durée.
(01/10-04/12) Luxembourg / LU, Casino Luxembourg - Forum d art contemporain. L’Humanité mise à nu et l’art en FRAC, même. Œuvres de la collection du FRAC Languedoc-Roussillon.
(  /10-  /02/06) Los Angeles, Moca. Ecstasy: In and About Altered States
(15/10-12/02/06) Düsseldorf / DE, Kunstsammlung Nordrhein Westfalen / K 21. Des deux côtés du Rhin - Ambiance
(20/10-08/01/06) Berlin / DE, Martin-Gropius-Bau. Rundlederwelten.
(04/11-23/12) Berlin, DE Galerie Esther Schipper. Janssens Ann Veronica.
(18/11-26/11) Santiago / CL. Museo de Arte Contemporaneo Quinta Normal Biennale de vidéo et nouveaux médias (7e).
(27/12-30/01/06) Wien / AT, Offentlicher Raum. PEACE gerollt - euroPART. Aktuelle Kunst aus Europa. Kunstprojekt im Rahmen von 25 PEACES
(  /  -  /  ) Bruxelles, Maison Grégoire. (∑) d’une beauté sublime. C’est un mot qu’on emploie plus que pour les actrices et encore dans le langage des coulisses.
(  /  -  /  ) Luxembourg / LU, Agence d'Art Stéphane Ackermann. Ils sont là.

 

2006.
(10/01-09/02) Berlin / DE, Galerie Esther Schipper. Winteraustellung.
(20/01-18/03) London / GB, Bloomberg Space. Backdrop.
(24/01-09/03) New-York / US, SI Swiss Institute. Space Boomerang.
(28/01-25/03) Los Angeles, USA Galerie 1301PE. Janssens Ann Veronica Cupping Hands over Squinting Eyes and Letting a Grotesque Mirage Appear in the Void.
(29/01-07/05) Anagramme, Histoire ré-écrite de la collection du Mac’s
(11/02-10/03) Auckland / NZ, Artspace. Janssens Ann Veronica.
(19/02-31/03) Liège. Biennale international de Photographie et d’Art visual (05e). Exposition Fou de Balle à l'ancienne Eglise St-André.
(01/03-31/05) Marseille / FR, Mac. La collection - Acte IV : De la perception à l’expérience de l’œuvre.
(01/03-11/06) Venours / FR-Vienne, Lycée agricole - Rurart / Centre d’art contemporain. Circulez il n’y a rien à voir (Vide et plein)
(22/04-21/05) Dunkerque / FR, Lieu d’art et action contemporaine / LAAC. Crème anglaise. Le Frac au LAAC..
(29/04-27/05) Paris / FR, Air de Paris .Janssens Ann Veronica (avec Brice Dellsperger).
(01/06-27/10) Luxembourg / LU,  Galerie l’Indépendance and in the Dexia BIL Parc Heintz. My Home is My Castle.
(03/06-09/07) Grignan / FR, Espace François-Auguste Ducros, Collection Rhône-Alpes, Molécules particulières
(16/06-27/08) Anvers, MUHKA - Museum van Hedendaagse Kunst. Antwerpen. Ergens / Somewhere. Pierre Bismuth, Koenraad Dedobbeleer, Pieter Vermeersch in dialoog met de Mukha collectie.
(17/06-15/10) Villeurbanne / FR, Frac - Rhône Alpes - Institut d’Art Contemporain (ICA). Distorsions
(28/06-18/08) New York / US, Sikkema Jenkins & Co. I´m Yours Now.
(juin) Château Gonthier / FR, Centre d'Art Contemporain Chapelle du Genêteil. Janssens Ann Veronica : June
(juillet) « La Ricarda, film à flux tendu » (conception du film et choix des artistes invités)

(16/09-29/10) Amiens / FR, Ecole Supérieure d’Art et Design. Janssens Ann Veronica, Lafont Suzanna. D’étonnants détours.
(  /  -16/10) Bruxelles, Musée Van Buuren, De Maillol à Tony Cragg.
(08/09-14/10) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. Discontinuous. Drawing lines from and to the work of Guy Mees.
(27/10) Paris / FR, Halle Pajol. Nuit Blanche.
(11/11-12/11) Anvers, Mexicostraat. Factor 44. EXTRA (sic) FACTOR.
(11/11-07/01/07) Santa Barbara / US - Ca, Contemporary Arts Forum. Light / Art – Mystic Crystal Revelation.
(  /  -17/12) Mons, Maison Folie. Carte blanche à Bruno Robbe. Impressions.
(08/12-25/02/07) Luxembourg / LU, Casino Luxembourg / Forum d’Art contemporain. On / Off.
(décembre) Napoli / IT, Pan Palazzo della Arti, Dedica 1986-2006 Venti anni della galleria Alfonso Artiaco.
(  /  -  /  ) Saint-Tropez / FR,                                          . Femmes d’Europe,.
(  /  -  /  ) Wien / AT, Billboard..
(  /  -  /  ) New York / US, Seven World Trade Center. Janssens Ann Veronica. Lee 204 + Lee 179.
(  /  -  /  ) Chelsea / US. Gallery Sikkema Jenkins and Co.Red Turquoise.
(  /  -  /  ) Jerusalem / IL. The Israel Museum of Jerusalem. MuKHA-Collection Frac Lorraine.

 

2007.
Projets In Situ : Sometimes, Museo Colecçäo Berardo, Lisboa (Belem) / PT. Et Scrub 3, Tour Dexia, Bruxelles.
Collaboration chorégraphique :Keeping still. Part 1, Anne Theresa De Keersmaeker / Ann Veronica Janssens.

(  /01-28/02) Napoli / IT, Alfonso Artiaco. Janssens Ann Veronica.
(19/01-11/03) Budapest / HU, Ludwig Museum / Palace of Arts - Museum of Contemporary Art. The Measure of Sensibility - Selection from the collection of the Frac des Pays de la Loire.
(25/02-31/12) Anvers, Nicc. The Moss Gathering Tumbleweed Experience.
(15/03-13/05) Anvers, Muhka. Ontmoeting.
(28/03-03/06) Amherst / US, University of Massachusetts /The University Gallery (151 Presidents Drive #2 , 01003-9331 Amherst, MA). Janssens Ann Veronica & Diana Thater, The Experience of Color.
(29/03-01/11) Reims / FR. Domaine Pommery. Expérience Pommery # 4. L’Emprise du lieu.
(avril) Paris / FR, Galerie Air de Paris. Janssens Ann Veronica.
(17/04-29/04) Toulouse / FR, Forum de l’Image. Hors genres.
La Ricarda. Itinérance : (17/04-29/04) Aux Moulins Albigeois - Laboratoire Artistique International du Tarn / LAIT, Albi & Castres / FR ; (23/06-26/08) Chapelle du Genéteil, Château Gonthier / FR ; (  /  -  /  ) De Garage, Cultuurcentrum Mechelen ; ( /  -  /  ) Kunsten Festival des Arts, La Raffinerie ; (28/10-13/01/08) Eupen, IKOB.
(19/04-23/04) Bruxelles, Heysel. Art Brussels.
(17/05-17/07) Milano / IT, Galleria Klerkx. Tumbleweed Spinn Off, (black, white, gold, yellow and blue)
(25/05-28/05) Bruxelles, Wiels. Exposition d’ouverture.
(31/05-04/08) Bruxelles, Iselp. Editions Bruno Robbe.
(02/06-01/09) Carquefou / FR, Frac – Pays-de-Loire. Rouge baiser.
(juin) Château Gonthier / FR,  Chapelle du Genéteil. Janssens Ann Veronica.
(24/06-09/09) Leverkusen / DE, Museum Morsbroich. Ann Veronica Janssens Ann Veronica. An den Frühling.
(15/06-13/07) Gand, Stedelijk Museum van Actuele Kunst, S.M.A.K. Sur la Route, Tour de France.
(septembre) London / GB, South London Gallery. Stay for ever and ever and ever.
(09/09-07/10) Drogenbos. Museum Felix De Boeck, Small Stuff Three / Code Red (Meeting Bernd Lohaus),
(21/09-21/12) Manderen / FR, Château de Malbrouck. Merveilleux ! D’après nature.
(10/11-26/01) Bruxelles, Maison Grégoire. Monsieur Jean-Paul invite.
(16/11-02/03) Huesca / SP, Centro de Arte y Naturaleza – Fundacion Beulas. La Vida privada – Coleccion Josep Civit.
(25/11-10/02/08) Hasselt, Arts center Z33. N° 17 Slow. Looking at things differently. based on a concept by Marina Yee.
(10/11-22/12) La Ferté-Bernard, FR, Centre culturel de La Laverie, GMTT-CK.  Architecture et Humanité, épisode 2.
(10/11-12/01/08 ) Genève / CH, Galerie Blancpain. Apfelbaum Polly, Goldiechiari, Janssens Ann Veronica.
(  /  -  /  ) Metz / FR, Frac-Lorraine. Pratiques du (non)visible: en avoir le cœur (corps) net, 49 Nord 6 Est

 

2008.
(26/01-09/03). Malines, Cultureel centrum De Garage. Onder den Toren. Losing Control.
(08/02-13/04) Villeurbanne / FR. Institute d’Art contemporain. Collec tion(s) Collection(s) 08
(16/02-13/04). Grand-Leez / BE, Château de Petit-Leez. Limited edition Part 2.
(16/02-01/06) Grand-Hornu / BE, Mac’s. Le Soigneur de Gravité.
(23/02-29/06) Valence / FR, Musée des Beaux Arts et d’archéologie. Permutations, 40 artistes - 01 musée vide.
(26/02-14/05) Tourcoing / FR, Musée des Beaux-Arts. Collections, Permanent / Provisoire 2.
(14/03-11/05) Sète / FR, Crac Occitanie / Pyrénées-Méditérannée. Des constructeurs éclectiques. 2e volet.
(14/03-08/06) Duisburg / DE, Museum Küppersmühle für Moderne Kunst – MKM. Der eigen Weg – Perspektiven belgischer Kunst.
(18/04-21/04) Bruxelles-Heysel, Art Brussels. Stand de D&A Lab. Art meets design.
(19/04-31/08) Düsseldorf / DE, Museum Kunst Palast. Zerbrechliche Schönheit (Beauté fragile). Glas im Blick der Kunst.
(08/05-10/05) Bruxelles, La Cambre - Hôtel Van de Velde. Ann Veronica Janssens, Silhouette 2008. Présentation de cet ouvrage publié par Bela Editions.
(12/09-05/11) Séoul / KR, Museum of Art / SEMA. The 5th Seoul International Media Art Biennale. Turn and Widen.
(15/09-26/04/09) Lisboa / PT, Museu Berardo Colecção, Belem. Nao te posso ver nem pintado.
(19/09-02/11) Christchurch / NZ, Scape 2008. Christchurch Biennial.
(20/09-21/09) Paris / FR. Journées du patrimoine, Centre National d’Etudes Spatiales..
(27/09-23/11) Malines, Cultureel Centrum De Garage. Honorons Honoré.
(19/10) Gand, Stedelijk Museum van Actuele Kunst / S.M.A.K.Michel François, Faux Jumeaux. Conférence.
(30/10-06/12/ Anvers., Galerie Micheline Szwaczer. Janssens Ann Veronica.
(01/11-17/12) Berlin / DE, Galerie Esther Schipper. Janssens Ann Veronica. Experiences and Sketches.
(20/11-17/01/09) Bruxelles, Aeroplastics Contemporary. Power to the people.
(21/11-18/12) Tourcoing / FR, Galerie Commune. Go Golf (after Tron)
(  /  -  /  ) Bruxelles, 29 rue de Stassart. Allias.
(  /  -  /  ) Bruxelles, rue Joseph Bens, André François.
(  /  -  /  ) Louvain, Bibliotheek Tweebronnen. Janssen Meets Janssens.
(  /  -  /  ) Termonde, Huis van Winckel. It’s Not Fair. Le monde arbitraire.
(  /  -  /  ) Anvers, Galerie Geukens & De Vil. UN-SCR-1325.
(  /  -  /  ) Hasselt,. Z33, Designed by Artist.

 

2009.
Collaboration chorégraphique : The Song, together with Anne Teresa De Keersmaeker and Michel François, Rosas.

(23/01-29/03) Castello / IT, Espai d'Art Contemporani de Castello – EACC. Janssens Ann Veronica. "Are you experienced ?".
(07/03-04/04) Bruxelles, Etablissements d’En Face. Isomopolis.
(16/03-04/04) New York / US, Chelsea Art Museum : UN - SCR – 1325.
(02/04) Bruxelles, Bozar Shop. Janssens Ann Veronica’ new book. Experienced. Présentation d’un film, signature du livre.
(24/04-25/05) Rio de Janeiro / BR, Sao Paulo / BR et Ushaia / AR, Bienal del Fin del Mondo
(mai) Villeurbanne / FR, IAC / Laboratoire Espace Cerveau. Janssens Ann Veronica (avec Ergino Nathalie)
(06/06-15/09) Venezia / IT, Palazzo Fortuny. IN-finitum.
(12/06-30/08) Toronto / CA, The Power Plant. Universal Code / Art and Cosmology in the Information Age.
(21/06-04/10) Saint-Etienne-Le-Molard / FR, Château de la Bâtie d’Urfé. Locus Oculi par Bernhard Rüdiger avec les collections de l’Institut d’Art contemporain de Villeurbanne et du Musée d’Art moderne de Saint-Etienne.
(juillet) Paris / FR, Galerie Air de Paris. La suite (2)
(04/07-30/08) Château-Gontier/ FR, Chapelle du Génêteil, Centre d’Art Contemporain,. Mes Dalton,
(05/09-15/11) Bruxelles, Wiels. Janssens Ann Veronica. Serendipity.
(02/10-03/10) PROGRAMME WEEKEND BRXLBRAVO @ WIELS.
(24/10-30/05/10) Boissy-le Chatel / FR. Galleria Continua. Le Moulin. Sphères (02).
(08/11-07/02) Hasselt, Z33. Verwantschappen, een kabinet.
(04/12-22/12) Los Angeles, US, 1301 PE, Winter Light.
(  /  -  /  ) Barcelone / ES, Galerie Toni Tapiès. Janssens Ann Veronica.
(  /  -  /  ) Barcelona (Fora de Joc) / ES, Fundació Suñol / Nivell Zero. Janssens Ann Veronica. Berlin-Barcelona.
(  /  -  /  ) Strombeek-Bever (Grimbergen), CC Cultuurcentrum Strombeek. Down to Earth.

 

2010.
Installe son œuvre "Medium Pink Turquoise" au Sénat, face au Salon de la Présidence.
L’éclipse de l’objet, l’éclipse du sujet. Un projet de Nico Dockx, Ann Veronica Janssens, Jan Mast, Krist Torfs.

(12/02-23/03) Naples / IT, Galleria Alfonso Artiaco. Janssens Ann Veronica.
(05/03-02/05) Mulhouse / FR, La Filature. Le décors à l’envers.
(28/03-27/05) Ruhr / DE.  Open Light in Private Spaces, Biennale für internationale Lichtkunst.
(avril-juin) Bruxelles, Galerie Marie-Puck Broodthaers. Sans titre.
(06/05-19/09) Paris / FR, Musée Bourdelle, En mai fais ce qu’il te plaît.
(08/05-30/05) Bruxelles, CO21 – Centre de couleur contemporaine. Rose c’est la vie.
(08/05-19/06) Paris, Galerie Air de Paris. Janssens Ann Veronica. Mai
(08/05-29/08) Metz  FR, FRAC Lorraine. A l’ombre d’un doute,
(13/05-17/10) Fécamp / FR, Palais Bénédictine. Les Elixirs de Panacée.
(02/06-30/06) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. [Sans titre]
(03/07-03/10) Gand, Stedelijk Museum voor Actuele Kunst / S.M.A.K. Xanadu. La collection du Smak éclairée par Hans Theys
(30/06-31/10) Carquefou / FR, Frac des Pays de Loire. Le sourire du chat (opus 2).
(19/06-19/09) Luxembourg / LU, Mudam. Sketches of Space.
(11/09-21/11) Gand, Stedelijk Museum van Actuele Kunst / S.M.A.K. Tegenlicht.
(19/09-07/10) Shanghai / CN, Minsheng Art Museum. Brussels Body Speech.
(08/10-31/10) Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains. Art Belge Contemporain.
(09/10-09/01/11) Murcia / ES,                                               . Manifesta 8
(19/11-25/02/11) Lyon / FR, Cité scolaire Lacassagne. Janssens Ann Veronica. Une troublante rencontre. La collection en lycée.
(04/12-23/01/11) Quimper / FR, Le Quartier. Janssens Ann Veronica. 2 éclats blancs toutes les 10 secondes.
(09/12-22/01/11) Anvers, Galerij Micheline Swazjcer. Janssens Ann Veronica.

(11/12-22/01/11) New York / US, Paula Cooper Gallery, 521 W 21st
(  /  -  /  ) Den Haag / NL, 1646 - project space for contemporary art.
(  /  -  /  ) Berlin / DE, Galerie Esther Schipper. 01-10.
(  /  -  /  ) Beijing / CN, Today Art Museum, Documents 2010.

2011.
Projet In Situ : Réhabilitation de la Chapelle de Grignan, à l’appel du DRAC Rhône Alpes, France. (In progress).
Scénographie : Cesena, together with Anne Teresa De Keersmaeker and Bjorn Schmelzer, Rosas. Cour d’honneur, Palais des Papes, Avignon / FR.

(27/01-06/02) Valls (Tarragona) / ES, Capella de Sant Roc, Lumens.
(03/02-17/07) Wien / AT, Generali Foundation. unExhibit..
(06/03-15/05) Altkirch / FR, CRAC-Alsace. Janssens Ann Veronica.2 éclats blancs toutes les 10 secondes (la suite).
(04/02-24/03) Bruxelles, Galerie Sorry we are clossed. 
Janssens Ann Veronica. Knock, Knock.
(25/03-02/10) Grand-Hornu, Musée des Arts Contemporains / Mac’s. Je suis seul avec vous.
(01/04-02/07) Paris / FR. Fondation Hippocrène,  Propos d’Europe 10.
(02/04-04/06) Köln / DE Galerie Christian Nagel. Von dort aus - Nieuwe kunst uit België.
(avril) Bruxelles, Galerie Marie-Puck Broothaers. [Sans titre]
(29/05-29/09) Chamarande / FR, Domaine de Chamarande, En piste !
(01/06-  /  ) Den Haag / NL, Kijkduin, Kijkduin Biënnale (06e).
(09/06-07/08) Paris / FR, Le Plateau. Nul si découvert. Erudition concrète
(16/06-09/10) Château des Adhémar-Centre d’art contemporain Montélimar ; Espace Visitation Romans-sur-Isère ; Palais Delphinal Saint-Donat-sur-l’Herbasse ; Château de Suze-la-Rousse  Suze-la-Rousse ; Espace d'Art François-Auguste Ducros Grignan — Drôme. Parcours d’été. Atmosphères.
(19/06-09/10) Montélimar / FR, Château des Adhémar / CAC. Janssens Ann Veronica. Dans la poussière du soleil.
(30/06-31/07) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. Hieros Glyphos.
(28/09-05/08/12) Paris / FR, Le centquatre. In-perceptions Erlich, Janssens Ann Veronica.
(07/10-06/11) Barcelona / ES, Centre d’Art Santa Monica. Art Automn 2011. On-Off.
(07/10-08/01/12) Metz / FR. FRAC Lorraine. Le moins du monde,
(26/11-12/02) Münster / DE, Ausstellungshalle Zeitgenössische Kunst.Ann Veronica Janssens: Lichtwerke im Schatten der Ortlosigkeit.
(11/12-03/06) Mouans Sartoux / FR, Espace d'Art Concret. Art et bicyclette.

 

2012.
Fase: Four Movements to the Music of Steve Reich (2012 version), collaboration with Anne Theresa de Keersmaeker, the Tanks, Tate Modern, London, United Kingdom.

(  /01-24/03) Bruxelles, Maison particulière. Légéreté ?
(04/02-27/05) Hasselt, Z33, Huis voor actuele kunst. Triennale d’art contemporain, mode et design (3e). Superbodies.
(18/02-22/04) Grand-Hornu, Musée des Arts Contemporains / MAC’s. Œuvres de la collection + Marianne Berenhaut
(31/03-13/05) Anvers, Tulipstraat 79. Vacanza Permanente.
(14/04-02/06) Madrid / ES, Travesia cuatro, The Exact Weight of Lightness.
(avril-mai) Paris / FR. Galerie Kamel Mennour. Lux Perpetua.
(10/06-01/07) Wetteren, Loods 12. Frecher.
(27/06-16/09) Sidney / AU, Biennale (18e). All our relations.
(29/06-16/09) Anvers, Museum van Hedendaagse Kunst / MUHKA. La collection XXX – The Museum of Forgotten History, intervention de Maarten Vanden Eynde.
(01/07-28/10) Sérignan / FR. Musée régional d’art contemporain de Sérignan. Marcher dans la couleur
(23/07-30/09) Paris / FR, Air de Paris, Summer Show.
(04/08-14/10) Knokke, Galerie Ronny Van De Velde, Minimal Art,
(18/08-09/09) Liège, Espace 251 Nord / La Comète. Janssens Ann Veronica.
(septembre) Genève / CH. Plaine de Plainpalais. Neon Parallax.
(08/09-27/10) Bruxelles, Galerie Keitelman. Sense of Color..
(17/10-11/03/13) Paris / FR, Société des amis du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Fruit de la passion, 10 ans du projet pour l’art contemporain..
(14/09-04/11) Birmingham / GB. Ikon Gallery. Janssens Ann Veronica.
(28/09-16/12) Guangzhou / CN The Unseen. Guangzhou Triennial,.
(06/10-02/12) Beppu / JP, Beppu Project. Mixed Bathing World.
(19/10-20/01/13) Libourne / FR, Chapelle du Carmel. Entre ciel et terre.
(27/10-22/12) Zurich / CH, Galerie Bob Von Orsouw. Expanded Field.
(18/11-17/02/2013) Grand-Hornu, Musée des Arts Contemporains / MAC’s. S .F. Art Science & Fiction
(19/11-03/03/13) Monterrey / MX, Museo de Arte Contemporáneo / Marco, Futbol, arte y passion.
(08/12-03/03) Ostende, Mu.ZEE. Passie #2.
(  /  -  /  ) Napoli / IT, Alfonso Artiaco Gallery. Janssens Ann Veronica.
(  /  -  /  )
Keukenhof / NL. Kasteel Keukenhof. Flower CastleExpanded Field
(  /  -  /  ) Bruxelles,                           . BRAFA.
(  /  -  /  ) Rennes / FR. Petit musée de la danse. Garage.
(  /  -  /  ) Aukland / NZ, Starkwhite. Greetings from Los Angeles.

 

2013.
(10/01-02/03) Paris / FR, Galerie Emmanuel Hervé. Magiciens.
(30/01-06/05) London / GB, Hayward Gallery. Light Show.
(30/03-13/05) Knokke, Ronny Van De Velde. Janssens Ann Veronica.
(10/04-22/07) Paris / FR, Grand Palais. Dynamo, 1913-2013, un siècle de lumière et de mouvement dans l'art.
(  /04-13/07) Bruxelles, La Verrière - Hermès. Des gestes de la pensée.
(16/05-22/06) Paris / FR. Galerie Kamel Mennour. Janssens Ann Veronica.
(27/06-29/09) Bruxelles, Central Art contemporary. Bazaar Belgïe. Les 100 meilleures oeuvres d’art belges selon Claude Blondeel.
(29/06-15/09) Grignan / FR- Drôme, Chapelle Saint- Vincent de Grignan. Janssens Ann Veronica. Sources. Avec le cabinet de la collection IAC, Rhöne-AlpesSources.
(  /  -31/07) Arles / FR, Eglise Sainte-Honorat des Alyscamps. Janssens Ann Veronica.
(13/09-12/12) Bonifacio / FR, Fonds régional d’art contemporain Corse / Frac Corse. Janssens Ann Veronica.
(09/10-20/10) Gand, Zebrastraat. Het Plateau Effect.
(12/10-02/02/14)  Bruxelles, Musée royaux des Beaux-Arts et. Museum to scale 1/7.
(23/11-01/02/14) Los Angeles / US, 1301PE Gallery. Janssens Ann Veronica.
(15/12-09/02/14) Knokke, Galerie Ronny Van de Velde. Sculptures.
(  /  -  /  ) Strombeek-Bever (Grimbergen), Cultuurcentrum. About Waves 1 / Het ding - Insert André Beulens.

2014
Projet In Situ : Capella Sansevero, in situ intervention, Naples / IT.
Gand, Hopital psychiatrique pour enfant. Intervention sur l’architecture.

(16/01-30/03) Bruxelles, Maison particulière (49 rue du Châtelain, 1050 Bruxelles). Etats d’Âmes.
(31/01) Sérignan, FR, MRAC Languedoc-Roussillon. Nouvelle présentation des collections.
(12/02-01/03) Paris / FR, Palais de Tokyo. Des choses en moins, des choses en plus.
(21/02-17/04) Strombeek-Bever (Grimbergen), CC Cultuurcentrum Strombeek. The Ever Changing Body.
(mars) Barcelona / ES. Galerie Toni Tapiès. Dialogue of a collection. Janssens Ann Veronica / Sterbak Jana
(28/03-26/04) New York / US, Gallery Bortolami. First lines, like first dates, or the first bite of dessert, can be deceptive.
(15/03-15/06) Naples / US-Floride, The Baker Museum. [Sans titre]
(14/03-11/05) Rennes / FR, Centre d'art contemporain-La Criée. Les Horizons.
(19/03-24/04) Toulouse, Fabrique du Mirail. CIAM La Fabrique - La Galerie et Le Cube. Vertigo.
(28/03-26/04) New York / US, Gallery Bortolami. First lines, like first dates, or the first bite of dessert, can be deceptive.
(A partir du 05/04) Different lieux en France, Le Musée Passager. Horizon nécessaire.
(09/04-10/05) Paris / FR, Galerie Backslash. Grey Flags (Drapeaux Gris)
(24/04-27/04) Bruxelles, Heysel. Art Brussels. From Here to Elsewhere.
(23/05-14/06) Arles / FR, Espace pour l'art. Janssens Ann Veronica.
(12/06-26/07) Anvers, Galerie Micheline Szwajcer. Janssens Ann Veronica.

(14/06-14/09) Wattwiller / FR, Fondation Francois Schneider. Narcisse, l’image dans l’onde.
(juin) Napoli / IT, Museum Cappella Sansevero. Janssens Ann Veronica.
(13/06-05/11) Metz / FR, Centre Pompidou. Formes simples.
(28/06-31/10) Saint Petersburg / RU, The Hermitage Museum. Manifesta 10, The Europeian Biennal of Contemporary Art..
(02/08-12/10) Knokke, Galerie Ronny Van de Velde. Conceptual Art
(13/09-04/10) Anvers, Galerie Micheline Szwaczer. Petals on the Wind.
(19/09-11/01/15) Villeurbanne / FR, IAC ; Ecole Nationale de Musique, Danse et Art Dramatique (E.N.M.) ; Institut National des Sciences Appliquées (INSA) ; MLIS [Maison du Livre, de l’Image et du Son François Mitterrand], Le Rize ;  Théâtre National Populaire (TNP) ; URDLA - centre international estampe & livre. Collection à l’étude à Villeurbanne. Expériences de l’ouevre, proposé le laboratoire Espace Cerveau.
(20/09-31/10) Bruxelles, Bibliothèque de la Banque nationale. A story of absence. Une selection dans la collection de la Banque nationale.
(22/09-12/12) Rennes / FR, Université Rennes 2 / Galerie Art & Essai. Sol, Mur, Plafond.
(27/09-30/11) Rennes / FR, La Halle de la Courrouze GOGOLF échelle 1 (oeuvre collective) - création
(25/10-29/03/15) Anvers, Middelheim.Allegory of the Cave Painting
(  /  -  /  ) Cincinnati-Ohio, US. Contemporary Art Center. Janssens Ann Veronica.
(  /  -  /  ) Anvers, Edition Populaire (galerie-vitrine). Janssens Ann Veronica.
(  /  -  /  ) Barcelona / ES, Fundacio Juan Miro. Before the Horizon.
(  /  -  /  ) Sao Paulo / BR, Gallery Nara Roesler.
(  /  -  /  ) Havana / CU, Museo Nacional de Bellas Arte..

2015.
(06/02-30/04) Bruxelles, La Verrière Hermès, Fondation d’Entreprise Hermès. François Michel, Janssens Ann Veronica. Philaetchouri.
(13/02-16/03) Knokke, Galerie Ronny Van de Velde. Accrochage – Sélection1
(13/02-26/04) La Habana / CU, Museo Nacional de Bellas Artes. The Importance of Being…
(06/03-18/04) Berlin / DE, Galerie Esther Schipper. Janssens Ann Veronica.
(12/03-07/05) Hong Kong / CN, Axel Vervoordt Gallery. Janssens Ann Veronica
(16/03-11/04) Lyon / FR, Hôtel de la Région Rhône-Alpes – Le Plateau. Biennale internationale design Saint-Etienne 2015.
(25/04-05/07) Tokyo / JP, Mori Art Museum. Simple Forms: Contemplating Beauty.
(09/05-22/11) Venezia / IT, Palazzo Fortuny. Proportio.
(27/06-29/11) Mouans-Sartoux / FR, L’Espace de l’Art concret. L’abstraction géométrique belge.
(  /07-01/11) L’Isle sur la Sorgue / FR, Villa Datris. Architecture & Sculpture.
(08/08-28/09) Knokke, Galerie Ronny Van de Velde. Vision and Motion..
(19/09-10/01/16) Hannover/ DE, Sprengel Museum. Zehn Räume Drei Loggien und Ein Saal (TBC).
(15/10-03/01/16) London / GB, Wellcome Collection. Janssens Ann Veronica. Installation : Yellowbluepink.
(31/10-14/02/16) Gand, Stedelijk Museum voor Actuele Kunst / SMAK. 
A | Ayşe Erkmen & Ann Veronica Janssens (duo exhibition).
(14/11-21/02) Edinburg / GB, Fruitmarket. Another Minimalism: Art After California Light and Space.
(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Kamel Mennour (47 rue Saint-André des Arts, Paris 6) Winter Show.
(  /  -  /  ) Lyon / FR, Le Plateau. Le Rolling Club.

 

2016.
Projet In Situ : Installation of a permanent outdoor sculpture, Korenmarkt, Gand.
(09/01-20/02) New York / US, Bortolami Gallery. Janssens Ann Veronica
(23/01-17/04) Dallas / US-Texas, The Nasher Sculpture Museum.
Janssens Ann Veronica
(05/02-13/03) Knokke, Galerie Ronny Van de Velde, Selection III
(19/02-22/05) Buren Daniel.
(01/03-11/09) Humlebaek / DK, Louisiana, Museum of Modern Art. Illumination,
(15/04-21/05) Milano / IT, Alfonso Artiaco Gallery; Janssens Ann Veronica.
(24/06-01/08) Knokke, Galerie Ronny Van de Velde, Selection IV
(25/06-23/10) Gand, Design Museum. Bike to the future
(30/06-12/08) New York, Bortolami Gallery. I Beam U Channel.
(03/09-08/10) Paris / FR, Galerie Kamel Mennour (6 rue du Pont de Lodi). Janssens Ann Veronica.
(01/10) Sars-Poteries / FR, MusVerre. Inauguration du nouveau Musée du Verre. Janssens Ann Veronica. Installation.

(22/10-28/05/17) Gand, Musée du Dr Guislain. Un autre monde.
(15/11-18/12) New York Bortolami Gallery. Going Home: 43 Fifth Avenue.
(  /  -  /  ) Athènes / GR, Benaki Museum. Light Show. 

 

2017.
(14/01-11/03) Knokke, Galerie Ronny Van de Velde. Sélection V.
(09/02-21/05) Graz / AT, Kunsthaus Taumel. Navigieren im Unbekannten.
(18/03-28/08)  Metz / FR, Centre Pompidou Metz (Galerie 2, Galerie 3). Infinite Garden. From Giverny to Amazonia,
(24/03-07/05) Villeurbanne / FR, Institut d’art contemporain. Janssens Ann Veronica. Mars.
(20/04-13/08) Bruxelles, Wiels. Le musée absent.
(13/05-26/11) Venezia / IT, Fondazione Musei Civici di Venezia / Palazzo Fortuny. Intuition.
(17/06-26/07) Bangkok / TH, Art and Cultural Center. What is not visible is not visible,
(01/07-27/08) Sagnes-et-Goudoulet / Fr, La Ferme de Bourlatier. Le trait de Jupiter par Evariste Richer. La collection IAC dans le partage des eaux.
(15/09-07/01/18) Warzaw / PL, Center for Contemporary Art. Dizziness – Navigating the Unknown.
(16/09-12/11) Triple exposition au SHED, à l'Aître Saint-Maclou et au Musée des Beaux-Arts de Rouen. Janssens. Ann Veronica, Naissances Latentes.
(22/09-01/10) Roma / IT, Macro Testaccio. Segnali di fumo.
(27/09-12/11) London / GB, White Cube Bermondsey. Ann Veronica Janssens.
(06/10-10/12) Louvain-le-Neuve (Ottignies), en ville. Biennale d’art contemporain (09e). Oh les beaux jours. Une esthétique des moyens disponibles.
(19/10-22/10) Paris / FR, Grand Palais. FIAC (44e).
(04/11-16/12) Berlin / DE, Galerie Esther Schipper. Janssens Ann Veronica. Ich rede zu dir wie Kinder reden in der Nacht.
(17/11-25/02) Anvers, 9 lieux. Ecce homo. Zie de mens. Human rights watch.
(23/11-25/02/18) Anvers, Sint-Joris Church. Ecce Homo.
(25/11-11/03/18) Sète / FR, Centre régional d’art contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditérranée. La Tempête.
(02/12-12/01/18) Los Angeles / US, 1301 PE. Cortright Petra, Janssens Ann Veronica, Ledgerwood Judy, Prvacki Ana & Tiravanija Rirkrit.
(07/12-10/12) Miami,                                   Art Basel Miami Beach.
(14/12-17/12) Bruxelles,  Salle de vente Cornette de Saint-Cyr. DoucheFlux Auction.
(  /  -  /  ) Paris, Galerie Kamel Mennour (28 Avenue Matignon, Paris 8). Group Show.

 

2018.
(26/01-25/03) Rouen / FR, Musée des Beaux-Arts, Musée des Antiquités, Musée de la Corderie Vallois, Fabrique des savoirs, Musée le Secq des Tournelles, Musée de la Céramique, Maison Pierre Corneille, Musée national de l'Éducation. La Ronde (03e éd.)
(fév. - juillet) Vitry-sur-Seine / FR, Mac Val. Sans réserve.
(10/03-03/06) Gand, SMAK. De la collection - Against the wall ?.
(12/03-12/06) Sharjah / AE. Biennale (14e). Leaving the echo chamber.
(22/03-16/09) Lisboa / PT, Museu Coleçao Berardo (Musée collection Berardo). Linha, Forma e Cor.
(24/03-21/05) Sète / FR, Centre régional d’art contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditérranée. La Tempête. Acte II
(19/04-12/08) Bruxelles, Wiels. Unexchangeable/Inéchangeable.
(19/04-  /03/19) Bruxelles, Belfius Art Collection (Belfius Tower 11 Place Rogier, 32ème étage). Magma Cloud Ashes.
(21/04-13/05) Paris / FR, DOC. Exposition collective curatée par Richard Venlet & Michel François.
(27/04-23/06) Lyon / FR, Ecole normale supérieure / Galerie Artemisia. Percevez-vous ? Master-class « Initiation au Commissariat d’exposition d’art contemporain.
(mai) Janssens Ann Veronica. Magma B & Sunset R, Diptych For Iac's Friends.
(30/05-31/10) Baltimore / US, Musem of Art.
Janssens Ann Veronica.
(30/06-20/10) Grand-Hornu. Mac’s. Janssens Ann Veronica. Albedo (avec Jean Glibert).

(  /09/-  /01/19) Barcelone / ES, Fundació Catalunya La perdrera, Obres obertes [Œuvres ouvertes].
(22/09-20/01/19) Rotterdam, Kunsthal. Action > Reaction  / Actie  > Reactie. 100 jaar kinetische kunst.
(26/09-06/01/19) London / GB, Hayward GalleryShifting Spaces (working title).
(12/10-13/01/19) Helsinki / FI, Museum of Contemporary Art / Kiasma. Janssens Ann Veronica.
(10/11-25/03) Tilburg / NL, De Pont. Janssens Ann Veronica.

(17/11-  /03/19) Singapour / SG, ArtScience Museum. Minimalism.

 

 

 

 

 
 

 

Bibliographie texte et PDF

  • Texte de l'artiste, Interviews

    •  

      - Ann Veronica Janssens, Notes in http://www.multimedialab.be/doc/projections/doc_ann_veronica_janssens.pdf

      Mes premières «constructions», réalisées au milieu des années 80, constituaient des extensions spatiales de l’architecture existante. Elles s’y greffaient pour former et s’ouvrir sur ce que j’ai appelé des «super espaces» Il s’agissait à la fois d’espaces entourant l’espace lui-même, d’espaces dans l’espace, de lieux de captation de la lumière, écrins de béton et de verre, d’espaces construits comme des tremplins vers le vide. C’est ce vide que j’essaie de mettre en mouvement, ce qui lui confère une sorte de temporalité.

      J’expérimente toujours les possibilités de fluidifier la perception de la matière ou de l’architecture, que je considère comme des sortes d’obstacles au mouvement et à la sculpture. Je me sers de la lumière pour qu’elle s’infiltre au-dedans de la matière et de l’architecture, afin de susciter une expérience perceptive qui mette en mouvement cette matérialité et en dissolve les résistances. Ce mouvement est souvent provoqué par le cerveau lui-même.

      Je m’intéresse à ce qui m’échappe, non pas pour l’arrêter dans son échappée mais bien au contraire pour expérimenter «l’insaisissable». Il y a peu d’objets dans mon travail. Ce sont des gestes engagés, des pertes de contrôle, revendiqués et offerts comme des expériences actives. Ma démarche se constitue de cette perte de contrôle, de l’absence de matérialité autoritaire, et de la tentative d’échapper à la tyrannie des objets. Mes projets se fondent souvent sur des techniques ou des faits scientifiques. La proposition plastique qui en résulte est alors comme un laboratoire qui rend visible sa découverte. La connaissance, les réflexes, les sens, l’humanité perceptive, et la psychologie sont au cœur de ces recherches. Ces expériences spatio-temporelles sont en effet d’ordre hypnotique; avec cependant la volonté de renvoyer à la réalité plutôt que d’y échapper. Elles agissent comme des passages d’une réalité à l’autre en repoussant les limites de la perception, en rendant visible l’invisible... Il s’agit de seuils où l’image se résorbe, d’espaces à franchir entre deux états de perception, entre ombre et lumière, entre défini et indéfini, entre silence et explosion.

      À vélo, par exemple, on fend l’air, on peut prendre pleinement conscience de cette percée à travers la matérialité transparente de l’air et de la lumière. Ou lorsqu’on est sujet aux mirages, la réalité prend des formes en suspension. Ces expériences suscitent en nous des formes et des lumières intenses qui existent de façon latente ou éphémère. Ce sont des effets momentanés qui pourraient être comparés à ceux produits par l’influence d’une drogue.

      Il s’agit de provoquer l’expérience de l’excès, du dépassement des limites. Les situations d’éblouissements, de rémanence, de vertige, de saturation, de vitesse, d’épuisement, m’intéressent car elles nous permettent de nous structurer autour d’un seuil d’instabilité visuelle, temporelle, physique et psychologique. Donut (2003), agit comme un centre de diffraction, à partir duquel, après plusieurs minutes d’exposition, le visiteur peut se déplacer mentalement dans un espace virtuel, dans lequel il fabrique un système d’ondes colorées et lumineuses en mouvement qui s’étend un peu comme la propagation des ondes créées dans l’eau par le choc d’un ricochet. C’est une expérience d’intensité chromatique et spatiale.

      Contrairement aux oeuvres de l’Optical Art qui ne m’intéressent pas vraiment, les situations que je mets en place ne sont pas réductibles à des effets formels plus ou moins spectaculaires, mais doivent être perçues dans un contexte que l’on pourrait considérer comme politique. Elles surviennent la plupart du temps dans l’espace public sans y imposer une forme fixe ou directement préhensible. Ce sont des sculptures éphémères qui agissent en se dispersant dans cet espace, en s’y infiltrant plutôt qu’en s’y imposant.

      En effet, j’interroge la perméabilité des contextes (architecturaux, sociaux, culturels, politiques) et je propose une forme de déconstruction qui fragmente notre perception de ces contextes. Gommer l’une des faces des pièces de monnaie en substituant la gravure officielle par une surface lisse de laquelle des rayons lumineux s’échappent est une façon parmi d’autres de faire circuler cette fragmentation. C’est la fragilité des signes plutôt que leur force qui est alors mise en avant.

      Le brouillard a des effets contradictoires sur le regard. Il fait disparaître tout obstacle, toute matérialité, toute résistance contextuelle, et en même temps, il semble donner matière et tactilité à la lumière. Mieke Bal parle de «regard incarné». On se meut dans un bain de lumière, à l’aveuglette, sans contrainte, ni limite apparente. Notre perception du temps s’y transforme, il y a un ralentissement, voire une suspension.

      On s’y retrouve comme dans un film au ralenti et sans image ou presque. Tous les repères ont disparu, la lumière n’éclaire plus rien qui puisse faire autorité sur notre déambulation. Nous sommes renvoyés à la surface de nos yeux, à une sorte d’amnésie, à un espace intérieur qui ouvre des perspectives inouïes. L’autre est bien là, mais il survient de l’épaisseur lumineuse et peut disparaître aussitôt.

      Blue, red and yellow (2001) est la première sculpture autonome à formuler ce concept. Ce pavillon de 9 x 4,5 x 3,5 m, installé sur la terrasse de la Neue Nationale Galerie à Berlin, s’inscrivait par ses proportions comme une sculpture en regard avec le bâtiment de Mies Van der Rohe, alors qu’à l’intérieur, l’expérience de l’espace semblait dilatée. Les parois translucides du pavillon étaient recouvertes de films transparents colorés bleu, rouge et jaune. Un brouillard dense y était maintenu en suspension. La brume

      colorée dans laquelle le visiteur déambulait se modifiait en fonction de sa position par rapport à la couleur la plus proche. Aux intersections, les couleurs se mélangeaient, le visiteur se déplaçait dans une abstraction colorée intangible.

      De façon générale, j’aime cette idée qu’on puisse convoquer et transporter la sculpture, la couleur ou la forme en soi sans qu’elle vous soit imposée par l’artiste. Mon intervention se limitant à créer des conditions minimum, presque rien, à leur expérimentation, chacun reste libre alors d’agir sur lui-même pour explorer et interpréter le sens de son expérience personnelle.

       

      - https://www.gms.be/index.php?content=artist_detail&id_artist=29&menu=text

      My first constructions, made during the mid-80s, were spatial extensions of existing architecture. These graftings at once formed and gave onto what I call « super spaces » : the spaces surrounding a given space, spaces without space, places for the capture of light, cement and glass cases, spaces conceived as springboards towards the void. It is this void that I try to set in motion, conferring upon it a kind of temporality. I always experiment with the possibilities of rendering fluid the perception of matter or architecture which I see as some kind of obstacle to movement and sculpture. My use of light to infiltrate matter and architecture is undertaken with a view to provoking a perceptual experience wherein this materiality is made unstable, its resistance dissolved. This movement is often provoked by the brain itself.
      My projects are often based on technical or scientific facts. The resulting plastic proposition is then akin to a laboratory revealing its discoveries. Cognition, reflexes, meanings and psychology lie at the heart of these experimentations. The spatio-temporal experiences are, in fact, closer to something like hypnosis, but with the will, nevertheless, to return to reality rather than escape from it. By pushing back the limits of perception, by rendering visible the invisible, these experiences act as passages from one reality to another …
      It’s a question of thresholds between two states of perception, between shadow and light, the defined and the undefined, silence and explosion; the threshold where the image reabsorbs itself.
      While cycling, for example, one cleaves the air, one can become fully conscious of this breaking through the transparent materiality of the light and air. Or when one is confronted with a mirage, and reality is perceived in a state of suspension. Such experiences enable one to apprehend forms and intense luminosities existing in a latent or ephemeral fashion. These are momentary effects that could be compared to those produced under the influence of a drug. It’s a question of provoking an experience of excess, of the surpassing of limits. Situations of dazzlement, remanence or the persistence of vision, vertigo, saturation, speed, and exhaustion interest me in as much as they allow us to structure ourselves around a threshold of visual/temporal/physical/ psychological instability. A work such as Donut (2003), for example, acts as a centre of diffraction, from whence, after several minutes of exposure, the visitor might mentally move in a virtual space wherein he or she envisions a system of luminous coloured waves, their movement akin to the ricochet effect of concentric waves on the surface of water. This is an experience of spatial and chromatic intensity.
      Contrary to the works of Op Art – a movement that doesn’t really interest me – the situations created by me are not reducible to (more or less spectacular) formal effects, but must be perceived in a context that could be considered political. They occur, for the most part, in a public space without imposing a fixed form or being directly prehensile. They are ephemeral sculptures whose action consists of being dispersed in a given space, infiltrating this space rather than imposing upon it. In effect, I investigate the permeability of contexts (architectural/social/cultural/political) even as I propose a form of deconstruction that fragments our perception of these contexts. Erasing one side of a coin, for example, and thereby substituting the official imprint by a surface smooth enough to reflect rays of light, is one way, among others, of circulating this fragmentation. What is foregrounded, then, is the fragility of signs rather than their strength.
      Gazing at mist is an experience with contrasting effects. It appears to abolish all obstacles, materiality, the resistances specific to a given context, and at the same time, it seems to impart a materiality and tactility to light. Mieke Bal speaks of an “incarnated gaze”. One moves in a space bathed in light, groping one’s way, without constraints and apparently without limits. One’s perception of time is transformed, there’s a slowing down if not a suspension. It’s as if one were in a slow-motion film with almost no images. All the markers have disappeared, the light illuminates nothing that could authorise our wandering. One’s eyes become glazed, one experiences a kind of amnesia, one is returned to an interior space opening onto unheard of perspectives. The other is surely there, an appearance that, in the dense luminosity, could just as quickly disappear.
      Blue, Red and Yellow, 2001, is the first autonomous sculpture to formulate this concept. This pavilion, measuring 9 x 4.5 x 3.5 metres and installed on the terrace of the Neue Nationale Galerie Berlin, let itself be seen – by virtue of its proportions – as a sculpture in the context of Mies Van der Rohe’s building, whereas indoors the experience of the space seemed distended. The translucent walls of the pavilion were covered with transparent films in blue, red and yellow. A dense mist pervaded everyting. And this coloured mist in wich the spectator wandered was modified according to his or her position in relation to the proximate colour. The colours fused at the intersections, and the spectator advanced in a dematerialised coloured abstraction.

       

      - A.V. Janssens à propos de Scrub color John (extrait) Berlin, 2002.

      Vidéo couleur, 5’, muet, en boucle, Scrub color John est un titre qui sert de repère à une série d’essais que j’ai fait. La méthode utilisée fonctionne comme un sampling à partir d’images. Cette œuvre se réfère à Berlin, ville où elle a été présentée pour la première fois à la galerie Esther Shipper. Elle prenait tout un mur et avait un aspect monumental. Ce parti-pris est un peu une façon d’évacuer la question du format. Celui des rectangles est au départ le format de l’écran dans lequel je dessinais les rectangles colorés. Ces formes rappellent toutes sortes de peintures et d’autres formes simples. J’ai utilisé des couleurs assez pop et j’ai travaillé sur un rythme pour créer quelque chose d’assez proche d’une hallucination. L’effet ressenti par le spectateur peut devenir hypnotique ou désagréable, donner mal à la tête. Auparavant j’utilisais la couleur même des matériaux, depuis deux ans j’explore aussi la couleur pure. Dans tout mon travail il y a un rapport au temps et un effet de performance pour la personne qui expérimente le travail comme dans les installations de brouillards. J’ai travaillé sur une sensation de temps ralenti mais ici il s’agit finalement d’un phénomène d’accélération. À peu près en même temps, j’ai réalisé une pièce dans une salle obscure dans laquelle j’avais projeté une lumière colorée intense, pulsée à un rythme très rapide proche du stroboscope. On passait de la couleur au noir. La couleur était reprise pendant une période d’une minute puis on passait à une autre couleur. C’était un exercice de gymnastique très fort pour la pupille (contraction/dilatation). Cette cadence des images projetées, proche du rythme cardiaque était expérimentée et ressentie avec une grande intensité pouvant aller jusqu’à une accélération du rythme cardiaque du visiteur. Dans les plages noires pour certains, apparaissait la couleur complémentaire, des couleurs très riches, très voluptueuses, très subtiles alors que ces couleurs projetées étaient à la limite fort vulgaire.”

       

      ----------------------------------------------------------

       

      « Il s’agit de provoquer l’expérience de l’excès, du dépassement des limites. Les situations d’éblouissements, de rémanence, de vertige, de saturation, de vitesse, d’épuisement, m’intéressent car elles nous permettent de nous structurer autour d’un seuil d’instabilité visuelle, temporelle, physique et psychologique. » Cette citation de l'artiste est extraite de Ann Veronica Janssens 8’26’’, par Nathalie Ergino, Anne Pontégnie, Ann Veronica Janssens, ENSBA / MAC, Paris, 2004.

       

      « la mémoire ne fonctionne plus comme un répertoire dans lequel on irait puiser des solutions ou des images toutes faites, mais comme un catalyseur de formes ouvertes et d'inventions, un espace sensitif de liberté. » D'après Pascal Rousseau, « Ann Veronica Janssens - Light Games », Art Press, n° 299, mars 2004, p. 30.

       

      « Je m’intéresse à ce qui m’échappe, non pas pour l’arrêter dans son échappée mais bien au contraire pour expérimenter « l’insaisissable ». Il y a peu d’objets dans mon travail. Ce sont des gestes engagés, des pertes de contrôle, revendiqués et offerts comme des expériences actives. Ma démarche se constitue de cette perte de contrôle, de l’absence de matérialité autoritaire, et de la tentative d’échapper à la tyrannie des objets. » Op. cit..

       

      - Ann Veronica Janssens. Interview par Michel François in Ann Veronica Janssens, Experienced ? ouvrage publié à l’occasion de l’exposition Art You Experienced par Ann Veronica Janssens à l’Espai d’art contemporani de Castello, 2009.

      Mes premières «constructions››, réalisées au milieu des années 80, constituaient des extensions spatiales de l'architecture existantes.  Elles s'y greffaient pour former et s'ouvrir sur ce que j'ai appelé des «super espaces ». Il s'agissait à la fois d’espaces entourant l’espace lui-même, d'espaces dans l'espace, de lieux de captation de la lumière, écrins de béton et de verre, d'espaces construits comme des tremplins vers le vide. C'est ce vide que j'essaie de mettre en mouvement, ce qui lui confère une sorte de temporalité. J’expérimente toujours les possibilités de fluidifier la perception de la matière ou de l'architecture que je considère comme des sortes d'obstacles au mouvement et à la sculpture. Je me sers de la lumière pour qu'elle s'infiltre au-dedans de la matière et de l’architecture, afin de susciter une expérience perceptive qui mette en mouvement cette matérialité et en dissolve les résistances. Ce mouvement est souvent provoqué par le cerveau lui-même.
      Je m’intéresse à ce qui m'échappe, non pas pour l’arrêter dans son échappée mais bien au contraire pour expérimenter «l’insaisissable ». Il y a peu d'objets dans mon travail. Ce sont des gestes engagés, des pertes de contrôle, revendiqués et offerts comme des expérience actives. Ma démarche se constitue de cette perte de contrôle, de l’absence de matérialité autoritaire et de la tentative d'échapper à la tyrannie des objets. Mes projets se fondent souvent sur des techniques ou des faits scientifiques. La proposition plastique qui en résulte est alors comme un laboratoire qui rend visible sa découverte. La connaissance, les réflexes, les sens, l'humanité perceptive et la psychologie sont au cœur de ces recherches. Ces expériences spatio-temporelles sont en effet d'ordre hypnotique, avec cependant la volonté de renvoyer à la réalité plutôt que d'y échapper. Elles agissent comme des passages d'une réalité à l'autre en repoussant les limites de la perception, en rendant visible l'invisible...
      Il s'agit de seuils où l’image se résorbe, d'espaces à franchir entre deux états de perception, entre ombre et lumière, entre défini et indéfini, entre silence et explosion.
      A vélo, par exemple, on fend l'air, on peut prendre pleinement conscience de cette percée à travers la matérialité transparente de l’air et de la lumière. Ainsi, lorsqu'on est sujet aux mirages, la réalité prend des formes en suspension. Ces expériences suscitent en nous des formes et des lumières intenses qui existent de façon latente ou éphémère. Ce sont des effets momentanés qui pourraient être comparés à ceux produits par l'influence d'une drogue. Il s'agit de provoquer l’expérience de l'excès, du dépassement des limites. Les situations d’éblouissement, de rémanence, de vertige, de saturation, de vitesse, d'épuisement, m'intéressent car elles nous permettent de nous structurer autour d'un seuil d’instabilité visuelle, temporelle, physique et psychologique.
      Donut (2003) agit comme un centre de diffraction à partir duquel, après plusieurs minutes d'exposition, le visiteur peut se déplacer mentalement dans un espace virtuel, dans lequel il fabrique un système d'ondes colorées et lumineuses en mouvement qui s'étend un peu comme la propagation des ondes créées dans l'eau par le choc d'un ricochet. C'est une expérience d'intensité chromatique et spatiale.
      Contrairement aux œuvres de l’Optical Art qui ne m’intéressent pas vraiment, les situations que je mets en place ne sont pas réductibles à des effets formels plus ou moins spectaculaires, mais doivent être perçues dans un contexte que l'on pourrait considérer comme politique. Elles surviennent la plupart du temps dans l'espace public sans y imposer une forme fixe ou directement préhensible. Ce sont des sculptures éphémères qui agissent en se dispersant dans cet espace, en s'y infiltrant plutôt qu'en s'y imposant. En effet, j’interroge la perméabilité des contextes (architecturaux, sociaux, culturels, politiques) et je propose une forme de déconstruction qui fragmente notre perception de ces contextes. Gommer l’une des faces des pièces de monnaie en substituant la gravure officielle par une surface lisse de laquelle des rayons lumineux s'échappent est une façon, parmi d'autres, de faire circuler cette fragmentation. C'est la fragilité des signes plutôt que leur force qui est alors mise en avant.
      Le brouillard a des effets contradictoires sur le regard. Il fait disparaître tout obstacle, toute matérialité, toute résistance contextuelle, et en en même temps, il semble donner matière et tactilité à la lumière.
      Mieke Bal parle de «regard incarné ». On se meut dans un bain de lumière, à l'aveuglette, sans contrainte, ni limite apparente. Notre perception du temps s'y transforme, il y a un ralentissement, voire une suspension. On s'y retrouve comme dans un film au ralenti et sans image ou presque. Tous les repères ont disparu, la lumière n'éclaire plus rien qui puisse faire autorité sur notre déambulation. Nous sommes renvoyés à la surface de nos yeux, à une sorte d'amnésie, à un espace intérieur qui ouvre des perspectives inouïes. L'autre est bien là, mais il survient de l'épaisseur lumineuse et peut disparaître aussitôt.
      Blue, Red and Yellow (2001) est la première sculpture autonome à formuler ce concept. Ce pavillon de 9 × 4,5 × 3,5 mètres, installé sur la terrasse de la Neue Nationalgalerie à Berlin, s’inscrivait par ses proportions comme une sculpture en regard avec le bâtiment de Mies van der Rohe, alors qu'à l'intérieur, l'expérience de l'espace semblait dilatée. Les parois translucides du pavillon étaient recouvertes de films transparents colorés bleu, rouge et jaune. Un brouillard dense y était maintenu en suspension. La brume colorée dans laquelle le visiteur déambulait se modifiait en fonction de sa position par rapport à la couleur la plus proche. Aux intersections, les couleurs se mélangeaient, le visiteur se déplaçait dans une abstraction colorée intangible.
      De façon générale, j'aime cette idée qu'on puisse convoquer et transporter la sculpture, la couleur ou la forme en soi sans qu’elles vous soient imposées par l’artiste. Mon intervention se limitant à créer des conditions minimum, presque rien, à leur expérimentation, chacun reste libre alors d’agir sur lui-même pour explorer et interpréter le sens de son expérience personnelle.

       

      - n. s. « Tout doit rester simple » in Victoire (Le Soir), samedi 28 novembre 2009.

      C’est dans le jardin qui prolonge une vaste maison bruxelloise qu’on trouve la maison d’Ann Veronica Janssens. Un havre de paix où cette artiste de la perception prépare les pièces et installations qu’elle présente aux quatre coins du monde.
      Aujourd’hui, on aime ramener les artistes à un symbole, une icône. Pour vous, ce serait la lumière, même si le jeu avec l’espace et les perceptions sont sans doute aussi importants.
      La lumière était là dès le début de ma pratique comme étudiante. Très rapidement, dans mes installations, la lumière s’est imposée comme un des matériaux principaux ou le sujet du travail.
      Pouvez-vous expliquer cet intérêt pour la lumière ?
      Pour l’anecdote, j’ai habité à Kinshasa jusqu’à l’âge de 12 ans et la lumière était particulièrement belle dans cette ville, de même que les couchers de soleils, les levers du jour. Il y avait une qualité dans l’air à la saison des pluies. Une lumière extraordinaire dans laquelle j’ai grandi. C’est peut-être aussi ce qui me rapproche des artistes de la West coast américaine qui travaillent souvent la lumière comme médium.
      Vous accordez peu d’interviews, vous n’aimez pas trop parler de votre travail ?
      La plupart de mes installations doivent s’expérimenter. Elles appellent à la perception du visiteur. Les mots ne peuvent pas rendre compte de l’expérience.
      Une expérience forcément subjective donc…
      Il n’y a pas de contrôle. Des situations sont mises à disposition et les interprétations appartiennent à l’observateur. Je travaille des questions de sculpture, de picturalité, d’expérience, de durée, de lumière et d’espace. Je préfère ne pas orienter les possibles lectures du travail.
      Avez-vous l’impression de demander beaucoup au spectateur puisque l’intérêt, l’émotion ou la perception qu’il va ressentir face à une œuvre dépendent du temps qu’il va accorder ?
      Rien n’est imposé, mes œuvres sont mises en partage et à disposition du public. L’observateur est parfois davantage à l’épreuve du temps et des sens que lors de l’expérience plus commune d’un face à face avec un tableau, car ce sont souvent des propositions qui peuvent ouvrir au vertige, à l’instabilité et à des pertes de repères dans des situations un peu plus limites.
      Vous aimez aussi laisser beaucoup de place au hasard ?.
      C’est ce qui a donné le titre de l’exposition au Wiel’s. « Serendipity », c’est une belle métaphore de ce qui se passe en création ou en recherche scientifique. Lorsqu’on cherche, on arrive souvent par hasard, par accident ou par déduction, à découvrir d’autres choses, ce qui est une ouverture vers d’autres territoires. Pour cette exposition, comme pour d’autres aussi, j’ai beaucoup travaillé sur place en faisant des expérimentations et c’est ainsi que certaines pièces sont arrivées.
      On ne découvre pas chez vous un atelier bourré d’installations techniques ?
      Pour une partie de mon travail, je procède par essais et vérifications, sans forcément prévoir à quelle forme cela va finalement aboutir. À partir d’un projet ou d’une question, je fais des recherches depuis le bureau par téléphone et sur internet. Le bureau est aussi le lieu de petites expérimentations. Pour les essais d’installations de lumière, il m’arrive de louer un studio dans une société de location de matériel lumineux pour le théâtre, les concerts… Je fais aussi des essais sur les lieux d’exposition et demande parfois l’assistance des personnes compétentes pour certaines les techniques particulières.
      Votre jardin devient une extension de votre studio ?
      Il m’arrive d’y construire des maquettes ou des détails à échelle réelle de mes installations, d’y faire des essais d’installation, de lumière ou de brouillards comme, par exemple, un projet commandé pour la biennale de Lyon, ou un brouillard d’eau rose pour un hôpital psychiatrique.
      À la suite d’une commande, vous avez commencé à vous passionner pour les éclipses.
      Quand le Wiel’s a ouvert, ils ont commandé à trois artistes des petits films qui étaient prévus pour annoncer l’ouverture du centre d’art. J’ai travaillé en hommage à Joseph Plateau, un scientifique belge pionnier du cinéma, qui s’était brûlé les yeux en regardant le soleil. Pour le film, j’avais pensé à cette métaphore de l’œil et de l’éblouissement. L’objet était une éclipse qui avait lieu en 2006 en Turquie. Depuis, avec un groupe d’amis, on est devenu des passionnés d’éclipse et voyageons régulièrement à travers le monde à la rencontre des éclipses totales de soleil.
      Depuis combien de temps habitez-vous cette maison ?
      Il y a deux maisons dans un grand jardin, nous habitions dans la première maison en communauté et dans celle-ci depuis vingt-quatre ans. J’y ai habité longtemps avec Michel François et c’est avec lui qu’elle a été transformée.
      Qu’avez-vous transformé ?
      Quand notre deuxième fille Léone, est née, on a doublé la maison. Au départ, on voulait ajouter une pièce et puis on s’est laissé tenter à rajouter une deuxième par-dessus, et ensuite, on en a profité pour rajouter une troisième sous le toit… L’escalier était tout d’abord intégré à l’intérieur des pièces puis on s’est dit qu’en le mettant sur le côté on aurait plus d’espace. Il n’y a pas eu un vrai projet d’architecture. C’était l’été. Beaucoup de monde était en vacances. on voulait construire une pièce et tout s’est enchaîné.
      La vie en communauté a-t-elle influencé votre façon de percevoir un espace d’habitation ?
      Ce n’était pas une vraie communauté car chacun habitait un étage, il y avait juste une cage d’escalier, une salle de bain et une toilette en commun mais nous étions amis et il y régnait beaucoup de convivialité. Parfois, j’envisage de partager à nouveau un espace de vie avec plusieurs personnes. C’est plus amusant. La maison est ouverte et les amis peuvent venir occuper les chambres.
      Attachez-vous de l’importance au mobilier et au choix des meubles ?
      À dire vrai, tout est récupéré. Je suis essentiellement dans le bureau. On a tout ce qu’il faut et je préfère investir mon argent dans mon travail plutôt que dans une cuisine suréquipée ou des canapés. Je n’attache pas un grand intérêt au mobilier. Tout doit rester simple.
      Aimez-vous vous entourer d’œuvres d’autres artistes ?
      Je ne suis pas vraiment collectionneuse, les œuvres de la maison sont plutôt affectives. Ce sont souvent des cadeaux de mes amis artistes. L’expérience d’une œuvre peut être forte et magnifique mais je ne ressens pas le besoin de la posséder.
      Chez qui nous invitez-vous ?
      Chez Michel François. Il habite un très bel appartement construit dans les années 1930. Il a un vestibule octogonal dont chaque côté ouvre sur une pièce. Il a une cave qui lui sert d’atelier où il travaille à ses grandes pièces.

       

      (23/01/2016) The Science of Your Eye: Artist Ann Veronica Janssens speaks with Curator Catherine Craft
      https://www.youtube.com/watch?v=Ss5dUNmFx1g

      (avril 2016) Interview par Christian Lund dans l’atelier de l’artiste. https://vimeo.com/184493462

       

      - En exergue du fascicule publié à l'occasion de l'exposition avec Jean Glibert au Mac's en 2018.

      De façon générale, j'aime cette idée qu'on puisse convoquer et transporter la sculpture, la couleur ou la forme en soi sans qu'elle vous soit imposée par l'artiste.

       

       

       

       

       

  • Texte de présentation

    •  

      1988

      François, Michel, « Ann Veronica Janssens sculpteur », cat. Cinco artistas belgas, Instituto de la Juventud, Madrid 1988

       

      1989

      “Ann Veronica Janssens”, Galerie Alice, Rome, Italy.

      “Ann Veronica Janssens”, Villa Gillet, FRAC Rhône-Alpes, Lyon, France.

       

      1996

      “Ann Veronica Janssens”, de Vleeshal, Middelburg, Netherlands.

       

      1999

      Ann Veronica Janssens. Une image différente dans chaque œil / A Different Image in Each Eye, Mieke Bal, La Lettre Volée / Espace 51 Nord, Liège 1999

      Pontégnie, Anne, « Ann Veronica Janssens. Superspace », Artforum International, 38, No. 4, December 1999, pp. 156-157

       

      2001

      Mieke Bal, Ann Veronica Janssens: Lichtspiel. Munich : Kunstverein ; Berliner Künstlerprogramm ; Deutsche Akademischer Austausch Dienst / DAAD, 2001.

       

      2002

      Lebovici, Elisabeth, « Et la couleur se fit fiction », La Libération, 8.5.2002

       

      2003

      CCAC Wattis Institute, Ann Veronica Janssens in conversation with Matthew Higgs, CAPP Street Project, 2003

      Hans Theys. The Gliding Gaze. Some proposals by Ann Veronica Janssens. Middelheim Muséum, Anvers 2003.

       

      2004

      8’26“, Notes par Ann Veronica Janssens et Michel François, Musée d’Art Contemporain, Marseille, 2004

       

      Ann Veronica Janssens : 8’ 26’’. Paris : Éditions de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts ; Marseille : Musée d’Art Contemporain, 2004.

       

      Rousseau, Pascal, « Ann Veronia Janssens. Light Games », Art press, 299, March 2004, pp. 26-31

       

      2005

      Gloria Sutton, « Ecstasy in and about altered states », Los Angeles, Museum of Contemporary Art, 2005

      “Expérience de la durée”, Biennale de Lyon, Paris Musées, France, pict. pp. 163 – 165.

       

      “Ecstasy, Mark, Lisa (Ed.)”, MIT Press, Massachusetts, USA, pict. pp. 8-9, 86, 88-89.

      “Des Deux Cotés Du Rhin”, Snoeck, Cologne, Germany, pict. p. 113.

      Rundlederwelten, “Anstoss” special number 3, Oct - Dec 2005, Martin-Gropius-Bau, Berlin, Germany, pict. p. 113.

      “Einstein Spaces”, Yvonne Leonard, Berlin, Germany, pp. 96 – 98.

       

      2007

      “An den Frühling”, by Hans Theys for Museum Morsbroich, Leverkusen, Germany.

       

      2009

      Ann Veronica Janssens : experienced. Castello : Espai d’art contemporani ; Bâle : Basel Publishing, 2009

       

      2011

      Ann Veronica Janssens : Serendipity. Bruxelles : Wiels, 2011.

       

      2013

      Ann Veronica Janssens, Chapelle Saint-Vincent, Grignan. Anvers : Ronny Van de Velde, 2013 (livre d’artiste)

       

      2014

      Ann Veronica Janssens, Septembre. Corte : FRAC Corse, 2014.

      Dossier “Art/Recherche”, L’Art même  n° 62, 2e trimestre 2014

       

      2015

      Ann Veronica Janssens & Ayse Erkmen, Various. Gand : SMAK, 2015.

      ---------------------------------------------------------------------------------------------------

      - Guillaume Mansart

      http://www.frac-bourgogne.org/scripts/album.php?mode=data&id_lang=1&id_artiste=339

      Si la lumière est depuis toujours une des préoccupations majeures de l’art, c’est qu’elle est l’instrument de la visibilité, la condition sine qua non de l’apparition du monde. Cette vérité peut résonner comme un truisme, elle n’est pourtant pas sans intérêt dans l’analyse de l’art d’Ann Veronica Janssens ; dès lors elle permet de mettre au jour le déplacement ontologique qui le constitue. Car l’artiste a pris le parti d’inverser le rapport usuel de l’objet à l’éclairage. Dans son œuvre, la lumière n’est plus un instrument ou une condition mais un sujet. La lumière pour ce qu’elle est, une paradoxale matière diffuse. La couleur (tamisée, éclatante, hypnotique), la fumée (épaisse, tactile), l’espace (transparent, organisé, réarrangé)… sont autant d’éléments qui se mettent au service de son expérimentation.
      « La lumière du Soleil a un certain poids, écrit l’auteur de science-fiction Philip K. Dick. Chaque année, la Terre pèse cinq tonnes de plus en raison de la lumière qu’elle reçoit du Soleil.[…] L’autre jour j’ai calculé que depuis […] 1940, près de neuf cent tonnes de lumière solaire étaient tombées sur la Terre. » Une matière donc. Mais impalpable. C’est cette condition paradoxale qui intéresse Ann Veronica Janssens, cette propension de la lumière à osciller entre le défini et l’indéfini. Aussi ses œuvres expérimentent, elles évoluent dans un entre-deux, suspendues entre les forces terrestres et les ondes volatiles, flottantes.
      La pièce Sans titre, 2003, du Frac Bourgogne pourrait alors se lire comme le paradigme de sa pratique artistique. Elle est composée d’un ballon blanc de 2 mètres de diamètre parfaitement sphérique. Gonflé à l’hélium, il flotte dans les airs, en son cœur une ampoule halogène dont les rayons, filtrés par la peau du ballon, dégagent une lumière blanche. Un câble alimente la lampe et ancre l’objet dans l’espace. L’œuvre développe une poétique visuelle à la fois sensible et discrète. Le dispositif irradie l’espace, l’incorpore, l’amalgame, il déborde et transcende sa seule représentation en jouant sur notre perception. La lumière émanant de l’objet se diffuse jusqu’à modifier notre rapport à l’espace, il le redessine à travers notre propre vision. La pièce s’échappe, elle provoque une expérience personnelle, une émotion visuelle.
      Ce rapport sensible de l’œuvre au spectateur est également perceptible dans Freakstar n°2, 2005. Mais contrairement à la pièce Sans titre dans laquelle les rayons de lumière se diffusent vers l’extérieur, celle-ci parait délimiter son contour, centrer son objet. D’une extension à une concentration, de l’émanation à l’immanence, les deux œuvres se répondent comme pour mieux éprouver les multiples caractéristiques de l’émission lumineuse, épuiser ses possibles. Dans Freakstar n°2, cinq faisceaux se croisent pour former une étoile impalpable. Ils paraissent désigner une absence. Les feux de ce dispositif n’éclairent aucune curiosité (freak), si ce n’est les légères volutes de brouillard artificiel qui prises au piège des projecteurs capturent à leur tour l’inconstante matière lumineuse. L’étoile par la lumière et la lumière par l’étoile, le dispositif pourrait renvoyer à l’astronomie dans laquelle chaque étoile n’est « vivante » que par le rayonnement qu’elle renvoie. D’une œuvre à la carte du ciel, d’un espace à un autre, une géométrie suspendue. Le mouvement de l’air détermine les variations de l’installation, autant dire que c’est l’intangible qui la contrôle. Bien que solidement accrochée à l’espace, elle n’en reste pas moins vulnérable, laissée à la merci des courants déclenchés par les déplacements des spectateurs.
      Les moyens et les formes d’Ann Veronica Janssens sont minimaux, l’effet délicat. C’est ce qui fait la force de son art, il est une solution formelle apportée à des préoccupations sensorielles, solution formelle qui s’impose sans violence, ni contrainte. Ses pièces refusent les effets spectaculaires et les éléments monumentaux, et trouvent une justesse dans leur simplicité structurelle qui permet un rapport émotionnel direct à l’œuvre et à l’espace. Le critique Hans Theys parle, à propos de l’œuvre d’Ann Veronica Janssens, d’humilité : « L’humilité c’est la justesse du regard. Ne voir ni trop ni trop peu. Essayer de voir les choses à leur place. Ne pas interférer. L’humilité, en art, se traduit par des interventions nécessaires, économes de moyens, qui sont adaptées à l’environnement. » Nos sens l’auront sans doute perçu avant notre raison, l’art d’Ann Veronica Janssens est une subtilité.
       

       

      - Capté sur le site de l’Institut d’Art contemporain de Villeurbanne la 10.06.18.

      Le travail d’Ann Veronica Janssens est montré sur la scène internationale depuis le début des années 1990. Elle a représenté la Belgique (avec Michel François) à la 48e Biennale de Venise en 1999 et exposé dans de nombreuses institutions, notamment en France, en Belgique, en Allemagne ainsi qu’aux États-Unis.
      Ann Veronica Janssens développe depuis la fin des années 70 une œuvre expérimentale qui privilégie les dispositifs in situ et l’emploi de matériaux volontairement très simples, voire pauvres (bois aggloméré, verre, béton) ou encore immatériels, comme la lumière, le son ou le brouillard artificiel. À travers des interventions dans l’espace urbain ou muséal, l’artiste explore la relation du corps à l’espace, en confrontant le spectateur (voire en l’immergeant) à des environnements ou dispositifs qui provoquent une expérience directe, physique, sensorielle, de l’architecture et du lieu, et qui renouvellent à chaque fois et pour chacun l’acte de percevoir.

      Les premiers travaux d’Ann Veronica Janssens étaient – c’est ainsi que l’artiste les nomme – des « super espaces » : « des extensions spatiales d’architectures existantes », « des lieux de captation de la lumière, écrins de béton et de verre, d’espaces construits comme des tremplins vers le vide » (in Ann Veronica Janssens, Musée d’art contemporain de Marseille, 2004). Un vide que l’artiste voulait « mettre en mouvement, lui conférant une sorte de temporalité ». Dans cette réflexion sur le vide et à travers des dispositifs minimalistes, les œuvres de l’artiste ont pour objectif de déstabiliser les habitudes perceptives, de fluidifier ou densifier la perception, en jouant avec la matérialité, grâce à la lumière.
      Les recherches d’Ann Veronica Janssens ont ainsi, au cours du temps, conduit l’artiste à expérimenter diverses modalités plastiques propres à perturber la perception : du miroitement des surfaces aux couleurs mouvantes de matériaux chimiquement sensibles à la lumière, en passant par les mélanges instables de matières et les effets hypnotiques de séquences lumineuses alternées.

       

       

      Ann Veronica Janssens in http://www.laboratoireespacecerveau.eu/index.php?id=710

      Ann Veronica Janssens développe depuis la fin des années 70 une œuvre expérimentale qui privilégie les installations in situ et l’emploi de matériaux volontairement très simples, voire pauvres (bois aggloméré, verre, béton) ou encore immatériels, comme la lumière, le son ou le brouillard artificiel. À travers des interventions dans l’espace urbain ou muséal, l’artiste explore la relation du corps à l’espace, en confrontant le spectateur (voire en l’immergeant) à des environnements ou dispositifs qui provoquent une expérience directe, physique, sensorielle, de l’architecture et du lieu, et qui renouvellent à chaque fois et pour chacun l’acte de perception. Les premiers travaux d’Ann Veronica Janssens étaient – c’est ainsi que l’artiste les nomme – des “super spaces” : “des extensions spatiales d’architectures existantes”, “des endroits pour capturer la lumière, le ciment et des caisses en verre, des espaces conçus comme des tremplins vers le vide” (in Ann Veronica Janssens, Musée d’art contemporain de Marseille, 2004). Un vide que l’artiste voulait “mettre en mouvement, lui conférant une sorte de temporalité”. Dans cette réflexion sur le vide et à travers des installations minimalistes, les œuvres de l’artiste ont pour objectif de déstabiliser les habitudes perceptives, de fluidifier ou densifier la perception, en jouant avec la matérialité, grâce à la lumière. Les recherches d’Ann Veronica Janssens ont ainsi, au cours du temps, conduit l’artiste à expérimenter diverses modalités plastiques propres à perturber la perception : du miroitement des surfaces aux couleurs mouvantes de matériaux chimiquement sensibles à la lumière, en passant par les mélanges instables de matières et les effets hypnotiques de séquences lumineuses alternées. Pour l’exposition Collection(s) 08 (8 février – 13 avril 2008), l’Institut d’art contemporain a invité Ann Veronica Janssens à recréer son Cabinet (en croissance) ou laboratoire pour ce que l’artiste nomme des “essais”, depuis les projets jusqu’aux œuvres finalisées, des maquettes aux expérimentations. Les travaux présentés dans cette salle expérimentale ont cristallisé une donnée fondamentale de la démarche d’Ann Veronica Janssens : le temps qui s’écoule durant l’expérience du spectateur participe de la sculpture, de même que l’espace tout entier qui accueille l’œuvre (exemple : Blue, Red and Yellow, 2001, sculpture-matrice des futurs environnements à brouillard coloré). Avec les œuvres d’Ann Veronica Janssens, le spectateur est confronté à la perception de “l’insaisissable” et à une expérience sensorielle où il franchit le seuil de la vision claire et maîtrisée, où il perd le contrôle de ses sens. Même s’ils induisent aussi des expériences physiologiques, les travaux d’Ann Veronica Janssens se distinguent de l’art optique des années 1950-60 et ne reposent pas sur des effets formels à décoder. S’il y a du spectaculaire chez elle, c’est celui d’une déconstruction de l’objet, “au-delà du miroir”, au sens où le spectateur est ramené de façon tout à fait fondamentale à son corps et à ses émotions perceptives profondes, à une expérience active de la perte de contrôle, de l’instabilité, qu’elle soit visuelle, physique, temporelle ou psychologique. L’usage du brouillard artificiel va dans ce sens et les œuvres qui l’utilisent plongent le spectateur dans une situation où la perte de repères ouvre un espace imaginaire, vide de matière, où le corps bascule hors du temps et de l’espace.

       

       

Acquisitions

COLLECTIONS.

 

Bruxelles, Musée d’art moderne

Anvers, Musée d’art moderne

Ostende, Kunstmuseum aan zee

Gand, S.M.A.K,

Anvers, Middelheimmuseum

Le Grand Hornu Mac’s,

 

Collection du Parti Socialiste (gérée par Pierre-Olivier Rolin)

 

Paris, Centre Pompidou,

Marseille, Musée d’Art Contemporain.

Villeurbanne, Institut d’art contemporain. Fonds national d’art contemporain

Fonds Régional d’Art Contemporain Nord Pas de Calais,

Fonds Régional d’Art Contemporain Lorraine

Fonds Régional d’Art Contemporain Pays de la Loire,

Fonds Régional d’Art Contemporain Rhone Alpes

Fonds Régional d’Art Contemporain Languedoc,

Corse, Le Fonds Régional d’Art Contemporain.

Wassenaar, Museum Voorlinden

Vienne, Generali Foundation.

Copenhague, Louisiana Museum of Modern Art.

Collections Nasher Sculpture Center, Dallas, Texas

New York, Bortolami 39 Walker Street New York Ny 10013 T 212 727 2050