Biographie

 

Formation :
- Lycée épiscopal à Sint-Niklaas (Waas).
- Faculté des arts de l'Université catholique de Louvain, où il a obtenu un doctorat en 1905.
* Pendant ses années universitaires, il a été actif dans la promotion de la langue flamande.
** Sa thèse était sur le poète flamand Albrecht Rodenbach (1856 à 1880).Une version remaniée de sa publication en 1908 : Albrecht Rodenbach «Zijn leven en werk. Van Puyvelde a fait de nouvelles recherches sur Rodenbach et publié, entre autres choses, l'édition complète de ses poèmes.

1908
Albrecht Rodenbach, zijn leven en zijn werk. Amsterdam, L.J. Veen, 1908.

1911
Devient membre de la Koninklijke Vlaamse Academie voor Taal en Letterkunde (Académie flamande de langue et littérature).

1912
Schilderkunst en Tooneelvertooningen op het einde van de Middeleeuwen. (Koninklijke Vlaamsche Academie voor Taal- en Letterkunde) Gent: W. Siffer, 1912.
* Ouvrage consacré à la relation entre les jeux de peinture et de théâtre flamandes dans la fin du Moyen Age

Nommé professeur d'histoire de l'art à l'Université d'Etat de Gand, qui a marqué le début de sa carrière comme un historien de l'art.

1920
Devient professeur titulaire et président du Hoger Instituut voor Kunstgeschiedenis (Institut Supérieur d'Histoire de l'Art) à la même université.
* Enseigne l'art et de l'archéologie médiévale ainsi que la peinture médiéval-, Renaissance et du XVIIe siècle.

1925
Un Hôpital du Moyen Âge et une Abbaye y annexée. La Biloke de Gand. Étude archéologique. (Université de Gand. Recueil de Travaux publiés par la Faculté de Philosophie et Lettres 57) Gent-Paris: Van Rysselberghe et Rombaut – Edouard Champion, 1925.
* Etude sur l'ancienne abbaye de Gand, appelé le Bijloke, où un important ensemble de peintures murales du XIVe siècle a été découvert au cours de la campagne de restauration de 1924.

1927
Quitte l'Université de Gand pour une chaire de professeur à Histoire de l'Art à l'Université de Liège.

Dans le même temps, il a été nommé conservateur en chef des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (Bruxelles). Il a été actif dans la réorganisation du musée et a changé l'affichage des œuvres d'art dans les galeries. En 1934, il a exprimé ses idées sur cette question dans un article de Mouseion:"Principes de la Présentation des collections Dans Les musées". Il a fait valoir que le but d'un musée est non seulement de préserver les œuvres d'art, mais aussi de les rendre accessibles au grand public pour l'éducation et la jouissance. Un certain nombre de grandes œuvres d'art devrait être choisi pour des raisons esthétiques et affiché dans les galeries principales, alors que les travaux de moindre importance peuvent être placés dans d'autres départements, accessibles aux étudiants et aux chercheurs seulement.

À titre de conservateur, Van Puyvelde était profondément attaché à la conservation des œuvres d'arts, et a établi un laboratoire moderne dans le musée en 1929-1930.

Comme un historien de l'art, il était particulièrement intéressé à la peinture flamande et néerlandaise, y compris les Van Eyck et les Primitifs Flamands, Quinten Metsys, Bosch, Bruegel, et les maîtres de la dix-septième siècle baroque flamande: Rubens, Van Dyck et Jordaens.

Il a également suivi avec intérêt l'évolution artistique de l'œuvre d'artistes contemporains, dont le sculpteur George Minne (1866 à 1941), les peintres James Ensor, Gustave De Smet (1877 au 1943), et Frits van den Berghe (1883-1939) .

Publie des articles sur ces artistes dans des revues internationales publié fréquemment.

En tant que professeur, il a enseigné dans plusieurs universités à l'étranger, à Paris (1932), Alger (1933), les Etats-Unis (1939, Princeton, Harvard et Yale), et en Pologne.

1940
Dessins de maîtres de la collection des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Bâle, Editions Holbein, 1940.
Les Esquisses de Rubens. Bâle, Editions Holbein, 1940.

1940-44.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, a vécu en Angleterre.
* Sur l'invitation du roi d'Angleterre, il a étudié les dessins flamands et hollandais dans la collection royale de dessins au château de Windsor. Cela a abouti à deux publications distinctes: sur les dessins flamands en 1942 et sur les dessins hollandais en 1944.
- The Flemish Drawings in the Collection of His Majesty the King at Windsor Castle. London: Phaidon, 1942.
- The Dutch Drawings in the Collection of His Majesty the King at Windsor Castle. London, Phaidon, 1944.

1944.
Lorsque la guerre fut terminée en Belgique, Van Puyvelde a été nommé directeur général pour les Beaux-Arts en 1944, en charge du patrimoine culturel de son pays.

Comme lieutenant-colonel, il a accompagné l'armée alliée à la  recherche d'œuvres d'art qui avaient été volés par les Allemands pendant l'occupation

Reprend son poste de conservateur en chef.

Acquiert une grande notoriété en tant que spécialiste dans l'art flamand ainsi que de conservateur d’un musée moderne.

1948
Part à la retraite comme conservateur.
* Ses étudiants et ses collègues en Belgique et à l'étranger l'ont honoré en publiant  Miscellanées Leo van Puyvelde. Les articles d'introduction comprennent une analyse de son œuvre impressionnante histoire de l'art.

1949
The Genius of Flemish Art; a Lecture given in the University of London on 27 November 1943. London, Phaidon, 1949.

1950.
La peinture flamande à Rome. Bruxelles: Librairie Encyclopédique, 1950.
Van Dyck. Bruxelles, Elsevier, 1950.

1952
Rubens. Paris: Elsevier, 1952.

Prend sa retraite de professeur.

1953
Jordaens. Paris: Elsevier, 1953.
La peinture flamande au siècle des Van Eyck. Bruxelles, Elsevier, 1953.

1962
La peinture flamande au siècle de Bosch et Breughel. Bruxelles, Elsevier, 1962.

1963.
Velasquez. Paris, Meddens, 1963.

1965
(27/10) Décès.

 

-------------------------------------------------

1966.
Goya. Paris, Meddens, 1966.

1968.
La peinture flamande des Van Eyck à Metsys. Bruxelles: Meddens, 1968 (translated in Dutch in 1969), English:Flemish Painting from the van Eycks to Metsys. New York, McGraw-Hill, 1970;

1970.
Van Puyvelde, Thierry, La peinture flamande au siècle de Rubens. Bruxelles, Meddens, 1970, English: Flemish Painting: the Age of Rubens and van Dyck. New York: McGraw-Hill, 1971.

1971
La Renaissance flamande de Bosch à Breughel. Bruxelles, Meddens, 1971.

Ouvrage(s)

Bibliographie texte

  • Informations complémentaires

    • Paul Van der Perre, libraire-expert, Bruxelles, 1966.

      Bibliothèque Léo Van Puyvelde et quelques livres d'autres provenances -Estampes et dessins, précieuses reliures y compris une reliure triplée dessinée par Henry Van de Velde - Autographes de la collection d'Adolphe Quetelet - Vente publique au palais des Beaux-Arts de Bruxelles, vendredi 18 et samedi 19 novembre 1966 (in-8, broché, 95 pp. ; avec 2 illustrations en noir et blanc en hors-texte (reliure mosaïquée, dessinée par Henry Van de Velde). Le catalogue comprend 830 numéros)

      Ce catalogue de vente d'une bibliothèque d'exception a pour principal mérite de nous livrer tel quel le musée imaginaire d'une grande figure de l'histoire de l'art en Belgique.

      Catalogue : Beaux-Arts, Musique, Bibliographie, Histoire et Histoire locale, Généalogie - Livres antérieurs au XIXe siècle - Gravures et dessins - Littérature, Editions du XIXe siècle et du XXe s. - Reliures - Autographes.

       

      Miscellanea Leo van Puyvelde. Brussels: Éditions de la Connaissance, 1949.
      - Bernard, Charles "Leo van Puyvelde et les Musées Royaux des Beaux-Arts", p. 9-14;
      - Bergmans, Simone "Leo van Puyvelde, le Professeur et le Conservateur, p.15-17
      - Gilissen, John "Leo van Puyvelde, historien d'art", p.23-36;

      Bergmans, Simone "Léo van Puyvelde (1882-1965) in Revue Belge d'Archéologie et d'Histoire de l'Art; Belgisch tijdschrift voor Oudheidkunde en Kunstgeschiedenis 35, 1-2 (1966), p. 118-120.

      Roemans, Rob. and Van Assche Hilda "Leo van Puyvelde (Sint-Niklaas (Waas), 30 juli 1882 – Ukkel, 27 oktober 1965) in Jaarboek van de Maatschappij der Nederlandse Letterkunde te Leiden 1969-1970. Leiden, éd. E.J. Brill, 1971, p.171-175.

      Bazin, Germain. Histoire de l'histoire de l'art : de Vasari à nos jours. Paris, éd. Albin Michel, 1986, pp. 502-503.