Aniconiques

Infos complémentaires

Aniconiques 1998-2011. Vidéo et photographie.
Donner son logos - Chérie passe-moi le métachrome - Chrome - Hyper Anti Hypo - Image légitime - Ô ta doxa - La critique.
ne main munie d’un feutre écrit ã intervalles réguliers des mots sur une feuille de papier. « Retirer son logos », « Donner son logos », peut lire le spectateur. Et ces mots de se retrouver cernés d’un cadre noir dessiné résolument avec le même feutre... Cette vidéo, réalisée par Babis Kandilaptis, nous parle de la rencontre entre deux langues, et, à fortiori, entre deux esprits, ceux qui animent la langue grecque et la langue française (ou belge). Elle ironise sur le sens propre et le sens dérivé du mot grec « logos » qui signifie la parole, le discours. Elle parle, sur un ton léger, empathique, des quiproquos qui se tissent entre les peuples, entre les personnes, dans leur entreprises d’intercommunication, de négociation : « Je vous donne ma parole ; je vous la retire ; ce n’est pas ce que j’ai dit ; ne me faite pas dire ce que je n'ai pas dit... ». Autant de formules qui fusent régulièrement dans les débats télévisés.
La traduction est une déclinaison de la tautologie (répéter la même idée en des termes différents). Ces deux figures s'équivalent, en ce que la parfaite circularité qu'elles suggèrent appelle une faille, une lacune, un défaut dans la mécanique du sens. Toute traduction crée un rapport entre deux textes, et donc un intervalle, éclairant ou obscurcissant tour à tour certaines significations. Ici, il s'agit des mots grecs et de leur présence dans une autre langue. Aller chercher les mots et provoquer sur leur nouveau terrain, par des nouvelles combinaisons, une surprise dans leur mécanique de significations. « Le mot dans les codes brille comme un solitaire » (note dans B. Kandilaptis. Métaphores communes. Crisnée, éd. Yellow, 2012, 264-265)