Définition

Le romantisme est un courant artistique qui toucha différentes disciplines telles que la peinture, l’écriture, la sculpture, la musique, le théâtre et l’opéra. Sa caractéristique principale est de mettre en évidence à travers les arts, l’exaltation des sentiments, la brièveté de la vie et l’omniprésence de la mort. Sans oublier la beauté de la nature et de ses conséquences imprévisibles. Ce courant qui a touché l’Europe et le Nouveau Monde entre 1795 et 1865, s’inspire du baroque. 

Le «Romantisme» (même si ce mot n’a jamais eu de définition précise) désigne un art, une pensée et un état d’âme caractéristiques de l’époque 1820-1850.

ll apparaît  comme une rupture avec l'esthétique dominante de l'époque, le Néo-classicisme.
Le mouvement  se base sur le rejet du rationalisme et du classicisme, s’affranchissant de l'étroite réalité et du froid bon sens.
On y préfère l’atmosphère propice aux rêves que l’on trouve dans les romans, on aspire plus à l’idéal, aux sentiments, à l’exotisme, au mystère et à l’imagination qu’à la morne existence journalière.

Le Romantisme se caractérise par la dominance de la sensibilité, de l'émotion et de l'imagination sur la raison et la morale.
Les artistes peignent en affirmant leurs idées et en laissant apparaître avec passion leurs impressions et sentiments personnels à travers leurs œuvres. Ils revendiquent l'individualité et s'opposent aux exigences de l'Académie.

L'art devient plus libre ; il s'affranchit de plus en plus d'une catégorie sociale lui assurant des commandes. 

.Les sujets traités par les arts s'élargissent : 
- événements et tragédies de leur temps, qu'ils représentent tout en manifestant leurs opinions
- recherches de paysages nouveaux : montagne ; mer ; orages ; tempêtes avec des caractéristiques particulières : immensité ; infini ; désordre ; mouvement .Les artistes ne cherchent plus à reproduire la réalité mais à suggérer des atmosphères parfois étranges, mélancoliques ou mystérieuses. Ils lient le paysage avec leur état d’âme : la nature est à la fois une confidente et une consolatrice. A travers elle, le romantique exprime sa sensibilité. Il en cherche les symboles, la découvre par la contemplation (Hugo) et le rêve ou en déchiffre les «correspondances» (Baudelaire).
- attrait pour les pays étrangers, l'Orient en particulier : goût du pittoresque ; mode du Nouveau Monde...
- œuvres littéraires : les pièces de Shakespeare, la Divine Comédie de Dante, les poèmes d'Ossian (barde écossais légendaire du IIIe siècle après J.C) transcrits et réinventés en 1760 par James Macpherson (instituteur écossais) 
- passion pour le Moyen âge totalement oublié jusque là.
- goût pour l'étrange, les
thèmes fantastiques et macabres des légendes nordiques.

Les caractéristiques plastiques

- les lignes du dessin, les courbes et contre-courbes, soulignent le mouvement.
- les couleurs traduisent la passion des sentiments et des idées. Elle acquiert un côté symbolique
- les contrastes d’ombre et de lumière pour accentuer les atmosphères parfois dramatiques.
- la liberté de la touche laisse apparaître les gestes du peintre et les coups de brosse vigoureux.
- la pâte triturée et épaisse donne un caractère tactile à l'œuvre. 

 

 

 

 

 

 

Historique

Ce mouvement culturel apparu à la fin du 18e siècle en Angleterre et en Allemagne et se diffusant à toute l’Europe au cours du 19e siècle, jusqu’aux années 1850.

 

 

Ecole française

Les élèves du peintre David seront les grands acteurs de ce mouvement, à commencer par Géricault, Delacroix, Gros. 

Antoine-Jean GROS 1771-1835
Théodore GÉRICAULT, 1791-1824
Eugène DELACROIX, 1798-1863
 

Ecole anglaise


Johann Heinrich FÜSSLI, 1741-1825
William BLAKE, 1757-1837
Joseph Mallord William TURNER, 1775-1851
John CONSTABLE, 1776 -1837 

Ecole allemande

 Caspar David FRIEDRICH, 1774-1840
Johann-Christian DAHL, 1788-1857

 

Ecole espagnole

Francisco GOYA, 1746-1828 

 

Citations

Le monde doit être romantisé. […] Cette opération reste totalement inconnue. En conférant aux choses secrètes une haute signification, au quotidien un mystérieux prestige, au connu la dignité de l'inconnu, au fini l'apparence de l'infini, je les romantise. (Novalis, Fragmente und Studien, 1797-1798, in Œuvres complètes de Novalis traduit par Armel Guerre, Gallimard, 1975)

 

La liberté dans l'art, la liberté dans la société... voilà la double bannière qui rallie à bien peu d'intelligences près, toute la jeunesse si forte et si patiente d'aujourd'hui. (Victor Hugo)