Présentation

Description.

* Lieu : Gentilhommière située à Ramet (Belgique), reconstruite entre 1830 et 1840, qui est aujourd'hui la propriété de la commune de Flémalle. Elle jouit d'un très beau parc qui entoure le bâtiment et abrite des châtaigniers séculaires. L'ensemble du domaine a été classé, en 1988, site protégé du Patrimoine de la Communauté française de Belgique.

 

Guide des arts plastiques, 2009 :

 Saison après saison, le Centre wallon d’Art Contemporain La Châtaigneraie confirme sa vocation de lieu de promotion mais aussi la volonté de créer un lieu de rencontre et de sensibilisation à l’art. Educatif vis‑à‑vis d’un public   régional par le côté attractif et varié de ses expositions, il apporte aussi sa  contribution à l’histoire de l’art, par la présentation de mouvements artistiques contemporains qui ont marqué sa région.
Le centre a en outre édité quelque soixante ouvrages historiques et didactiques présentées dont "Le Groupe art Abstrait", "Les Premiers Abstraits wallons" ou plus récemment "Libres échanges, une histoire des avants garde  en pays de Liège de 1930 à 1980".
Depuis 1999, le centre organise une biennale de création de mobilier. Le centre coordonne également des manifestations extra-muros telle «Simenon d’une pipe».

 

Directrice : Marie-Hélène Joiret.

Historique

1984.

Suite à de multiples démarche, ce lieu d'exposition se voit reconnu, avec l'aide d'André Cools ministre d'Etat, par la Communauté française (ministre de la culture : Philippe Moureaux) en tant que structure autonome, sous l'appelation : Centre wallon d'Art contemporain / CWAC.

Commission des Arts plastiques du Cwac : Mesdames Blanche Brajkovic, Florence Fréson, Fanny Gillotay, Corinne Godefroid, Marcelle Imhauser, Liliane Sabatini et Messieurs Yves Gurdebeke, Christian Pasquet, Léopold Plomteux, Pierre Popovic, Marc Renwart, André Romus.

Pour faire comprendre ses intentions, le Centre organise une exposition intitulée "Tendances et projets" dont il confie l'organisation à Florence Fréson  et Marc Renwart (16/06‑01/07/1984) (cf. cette manifestation)

Nous reprenons ici les 3 textes introductifs au catalogue:

 ‑ André Cools, Député‑Bourgmestre de Flémalle, Président du Conseil Régional, texte d'introduction.
OUVERTURE.
Telle est l’idée qui sous‑tend cette exposition "Tendances et Projets" (16/06‑01/07/1984) du Centre Wallon d’Art Contemporain de La Châtaigneraie.
Nouvelle ouverture aux Arts Plastiques des locaux de la Châtaigneraie, après    la rénovation partielle des installations réalisée par l’Administration communale de Flémalle avec le soutien du Ministère de la Communauté Française.
Ouverture et officialisation du Centre d’Art, par sa constitution en association   sans but lucratif, unissant aux membres fondateurs, les pouvoirs locaux, provinciaux et communautaires et bénéficiant de nouveaux moyens d’action octroyés par le Ministère de la Communauté Française.
Ouverture par l’esprit même de cette exposition, incitant au débat, proposant   à la réflexion et à la critique des visiteurs les tendances, projets et hypothèses  que le Centre se propose d’explorer dans le futur.
 Ouverture enfin, par la démarche des animateurs du Centre, sur un vaste débat invitant artistes, créateurs, visiteurs, critiques, historiens, associations, groupements, galeries, pouvoirs publics, à participer, de fait, à l’écriture de       l’histoire contemporaine des arts plastiques de notre communauté.
L’exposition d’aujourd’hui est signe d’ouverture sur l’avenir.

Léopold Plomteux, Conseiller artistique du Centre Wallon d’Art  Contemporain,
 Avant‑propos.
A la base de toute civilisation, il y a la pensée. De ces structures philosophiques se manifeste toute création ayant rapport avec son contenu idéologique.
Dans ce contexte, les arts et les sciences ont le même développement et le même cheminement dans l’évolution de la conscience collective, bien que la science analyse ce qui est, et que l’art exprime ce qui n’est pas.
Ces deux pôles se rejoignent en se complétant dans l’absolu. C’est de cette polarisation que se créent les fondements culturels de toute  société.
La gestion sociale ne peut s’affirmer que dans ce contexte, les arts et les sciences étant nos bases primordiales.
Toute saine politique ne peut négliger cette considération ; sans elle, la civilisation serait décadente.
Sous le totalitarisme, le produit de la pensée s’arrête. Un système social rigide ne peut donner libre cours à ce que peut produire une civilisation où la liberté d’expression est en somme une liberté biologique et où le développement des facultés a gardé son libre cours depuis la préhistoire.
L’harmonie entre le monde politique et culturel est donc indispensable au développement harmonieux des nations.

- Marcelle Imhauser, texte au catalogue.

 "L'art ne reproduit pas le visible, il rend visible" (Paul Klee)
Redoutable mission !
Les artistes, témoins de leur temps, paient souvent très cher ce privilège singulier : donner à la myopie universelle des verres de contact qu’elle cherchait ailleurs. A ceux qui, naïfs, offrent aux peuples un droit de regard enfin désembué, il est réservé un sort peu enviable : insultés, moqués, rejetés, ignorés, ils sont tenus d’attendre que des voix indignées crient leurs   noms, que des mains se tendent que justice leur soit faite.
C’est de ce constat qu’est né en 1979, le Centre Wallon d’Art Contemporain "la Châtaigneraie" à Ivoz‑Ramet, et du souci de la commune de Flémalle, d'ouvrir à la population de la vallée industrielle mosane, sevrée de contacts avec les artistes, un lieu où s’informer des grandes tendances contemporaines en arts plastiques, ou reconnaître ses meilleurs représentants.
"Nous sommes les héritiers de tous ceux qui se sont affrontes à penser, à créer, ici et ailleurs.
 La mise au présent de ces héritages permet et impose que nous soyons de là où nous sommes, attentifs à ce qui se cherche ailleurs, ni maîtres, ni copistes, mais légitimes à nos propres jeux et à ceux des autres" (Jean Viard)  ...si les arts plastiques sont les traces les plus fondamentales de nos origines, de notre mémoire, de notre génie, si l’on se souvient, ici, que l’histoire de Belgique, depuis toujours, ne les légitime que dans un espace culturel flamand (dont la Wallonie ne serait qu’un accident linguistique) si, enfin, prétendre à une existence qu'on nous conteste est l’urgence de tout un peuple, alors la vocation du Centre Wallon d’Art Contemporain se justifie : renforcer la prise de conscience régionale, solliciter nos mémoires, affirmer nos libertés.
La Wallonie, base essentielle d’une communauté française de Belgique qui se   cherche encore, avait besoin d’outils qui donnent à sa population la maîtrise de son histoire culturelle et la connaissance des témoignages originaux qu’elle inscrit dans l’expression artistique contemporaine.
"La Châtaigneraie" est un ces outils, le Ministre de la Communauté Française vient d’en officialiser le rôle et lui apporte l’aide financière indispensable.

 

Directrice : Marie-Hélène Joiret.

 

Evenements / Expositions

Artistes et expositions

  • Informations complémentaires

    • Convention avec la CF.

      2004 : 38.356 €
      2005 : 39.084,76 €
      2006 :. 39.085,00 €
      2007 : 39.788,53 €
      2008 : 40.504,72 €
      2009 : 42.206 €
      2010 : 42.206 €