Présentation

Manifeste.
Edition, par l’Apiaw, d’une brochure Pour Renaître, Liège, n. d. [1945], imprimerie Thone.

Pour renaître

Avant -Propos de « Pour renaître ».

La Belgique est un État politique assez artificiellement composé, mais... elle n’est pas une nationalité. Elle date de 1830, ce qui est vraiment peu. Je sais qu’on prétend qu’elle existait antérieurement, à l’état latent, et que, notamment sous les ducs de Bourgogne, elle faillit se réaliser déjà. Mais combien il faut, pour cela, solliciter les faits. De ce que deux fragments, extrêmes tous deux, l’un de

l’empire germanique, l’autre de la royauté française, ont pu tous deux chercher pareillement à s’affranchir du pouvoir lointain, il est vraiment osé de conclure à la communauté de vues, de mœurs et d’aspirations qui constitue un peuple.

Ainsi parlait Jules Destrée en 1912, dans cette Lettre au Roi qui claironna le réveil du sentiment na­tional wallon. Cette thèse qui fit scandale est aujour­d’hui une vérité reçue. On dit et on écrit générale­ment, on admet dans les milieux les plus intéressés à la conservation d’un État belge centralisé, que la Belgique se compose de deux ethnies fondamentales, la Flandre et la Wallonie, avec une zone intermédiaire et de caractère mixte, l’agglomération bruxelloise.
Si la Constitution n’a pas encore reconnu cette réalité, la législation en a tenu largement compte en établissant au cours de ces dernières années, pour les provinces wallonnes et les provinces flamandes (les régimes linguistiques différents. Alors que la Belgique de 1830 avait été bâtie sous le signe de la langue française, celle de 1945 a double façade : française au sud, néerlandaise au nord.

Cette dualité, avec l’opposition d’intérêts politiques, économiques, sociaux et intellectuels qui en découle, appelle des réformes profondes. Un puissant mouvement wallon étudie le problème et recherche les solutions les meilleures. Les réquisitoires que les Wallons dressent contre l’hégémonie flamande et bruxelloise, se multiplient sans cesse dans tous les domaines. L’heure approche où il sera nécessaire d’opérer si l’on veut empêcher le mal d’emporter le malade.
Ce n’est ni notre rôle, ni notre désir de choisir parmi les réformes des structures qui nous sont proposées. Il y a pour cela des organisations politiques et il y a le Parlement. Nous ne nous occuperons pas davantage des griefs économiques et sociaux que formulent nos diverses régions wallonnes. Des associations spéciales, comme le Conseil économique wallon, se chargent de les présenter. La nôtre est née du sentiment que la vie intellectuelle et artistique de la Wallonie était en péril; elle s’est proposée la tâche d’y porter remède. Les intellectuels, les artistes, que nous sommes, ont vu, pendant la guerre, les Allemands reprendre et poursuivre avec habileté la politique, depuis longtemps prédominante au Parlement belge, d’évincement de la Wallonie au profit de la Flandre. Cet évincement, l’ennemi le voulait dans le domaine économique, sans doute, mais plus encore, dans le domaine intellectuel. Faut-il rappeler l’exaltation systématique de tous les artistes flamands, présents et passés, par les journaux belges aux ordres de l’Allemagne, le barrage élevé par le nazisme contre l’influence française, sauf si elle servait sa propagande, les avantages réservés aux Flamands dans l’ad­ministration centrale, l’application abusive des lois linguistiques déjà inacceptables.

Nous avons pensé que le dommage ainsi causé par l’occupant ne cesserait pas avec l’occupation, que la Flandre profiterait, nolens volens, des avantages que lui avait faits l’envahisseur, et que notre influence dans l’État belge serait encore diminuée. De là ces réunions clandestines que nous avons tenues régulièrement pour examiner avec réalisme les griefs et les desiderata wallons en matière d’art, de sciences ou d’enseignement; de là ces études qu’apportait chacun de nous, et dont quelques-unes sont réunies ici pour donner une idée, non pas encore d’un programme d’action, mais de la tâche étendue qu’envisage l’A. P.I. A.W.

Il va de soi que nous ne, sommes pas attachés à faire le procès de 1’État belge dans sa forme actuelle, mais bien à favoriser le progrès intellectuel et artis­tique de la Wallonie, qu’il doive dépendre ou non de réformes politiques et administratives. Très souvent, nous constatons que certaines infériorités résultent pour la Wallonie de l’espèce de symétrie artificielle qui inspire la législation et l’administration belges dans la question ethnique. (Exemple : refus de nommer aux fonctions d’agrégé de jeunes docteurs liégeois qui avaient satisfait aux épreuves de l’agrégation, parce qu’il ne se trouvait pas à Gand de docteurs remplissant les mêmes conditions.) Mais d’autres dommages ne tiennent aucunement à la situation de la Wallonie dans l’État belge, ou bien elles n’y tiennent que pour une part. (Exemple la situation sociale des musiciens exécutants est lamentable; c’est un mal commun à tous les pays. En Wallonie, ce mal se trouve aggravé par la centralisation qui réserve à Bruxelles le seul grand orchestre national.)
Beaucoup de problèmes seront présentés sans que des solutions y soient proposées. D’autres, non moins importants, ne sont indiqués que pour mémoire. C’est que notre Association commence à peine sa besogne immense.
Elle n’apporte pas ici un plan de travail, encore moins un bilan. Elle désire communiquer le résultat de ses premières prospections; celles-ci montreront par leur diversité, par leurs imperfections mêmes, l’étendue de la tâche entreprise.
Notre Association n’espère en venir à bout que si elle peut compter sur des sympathies nombreuses et efficaces. C’est à ces sympathies que notre brochure fait appel.

Annexe
L ‘Association pour le Progrès intellectuel et artistique de la Wallonie, fondée clandestinement, sous l’occupation, s’est constituée en association sans but lucratif le 7 novembre 1944.
Elle a pour objet, selon l’article 2 de ses statuts, la défense et le développement de la vie intellectuelle et artistique de la Wallonie par tous moyens en son pouvoir et notamment par:
a) L’adaptation de l’enseignement sous tous ses aspects aux besoins spirituels et aux nécessités économiques de la Wallonie;
b) La création d’organismes littéraires, scientifiques, artistiques et musicaux;
c) L’édition de collections, de revues et de journaux;
d) L’encouragement aux initiatives favorisant le développement intellectuel et artistique en Wallonie;
e) La protection des intérêts moraux et professionnels des intellectuels et des artistes de Wallonie.

Le siège de l’Association est fixé à Liège. Il pourra toujours être transféré dans une autre ville de Wallonie par simple décision du Conseil d’administration.

Toute personne désirant faire partie de l’Association fera connaître ses nom, prénoms, lieu de naissance et domicile au secrétaire général, M. Fernand Schreurs, avocat à la Cour, rue des Anglais, 39, à Liège. Le montant de la cotisation des membres adhérents a été fixé à 25 fr. (minimum) pour l’année 1945, somme qui devra être versée au C. ch. post. n° 540.41 du trésorier, M. Hermann Kaisin, avocat à la Cour, rue de l’Etat-Tiers, 26, à Liège.

* Pour mieux réaliser son objet, l’Association a formé en son sein des Commissions d’études auxquelles elle invitera ses membres à collaborer. Les Commissions constituées jus­qu’à présent sont les suivantes :
1° Commission des Sciences morales et politiques;
2° Commission des Sciences physiques et mathématiques;
3° Commission des Sciences naturelles;
4° Commission du Musée wallon des Sciences naturelles;
5° Commission juridique;
6° Commission de la Santé publique;
7° Commission de l’Enseignement;
8° Commission littéraire;
9° Commission artistique;
10° Commission musicale;
11° Commission théâtrale;
12° Commission dialectale et folklorique;
13° Commission de la Protection de la nature;
14° Commission administrative;
15° Commission de la Presse:
16° Commission des Sciences appliquées.

D’autres Commissions sont en voie de formation ou pourront l’être.

* Les promoteurs de l’Association pour le Progrès intellectuel et artistique de la Wallonie sont MM. Georges Alexis van Stratum, Zénon Bacq, Victor Bohet, Georges Crahay, Georges Dedoyard, Fernand Dehousse, Maurice Delbouille, Jean Firket, Marcel Florkin, Edmond Forêt, Lucien Godeaux, Fernand Graindorge, Hermann Kaisin, Armand Monoyer, Marcel Paquot, Félix Renard, Albert Schlag, Fernand Schreurs, Fernand Sternon, Marcel Thiry, Jean Van Beneden.

Table des Matières.

Avant-Propos, 5.
Chapitre I. L’enseignement, 9.
L’enseignement du français, 10.
L’enseignement de l’histoire, 14.
L’étude des langues modernes, 18.
Les écoles techniques et artisanales, 20.
La situation universitaire, 23.
Chapitre II Le développement des arts, des sciences et du sentiment national, 29.
Le statut matériel des artistes, 29.
Pour développer le goût des arts, 31.
Pour la création artistique, 41.
Pour l’activité scientifique, 50.
Le problème des Académies, 55.
Folklore, dialectologie et littérature dialectale, 57.
Education civique en dehors de l’école, 59.
Conclusion, 65.
Annexe, 69.

Pour Renaître (extraits)

CHAPITRE II: Le développement des arts, des sciences et du sentiment national. Le statut matériel des artistes.
Le Fonds National de la Recherche scientifique aide, avons-nous dit, nos chercheurs aussi bien en Wallonie qu’en Flandre. La situation pour les littérateurs et les artistes de Wallonie est, beaucoup moins favorable. II n’existe pas de fonds qui subsidie ses artistes et ses écrivains, du moins un fonds qui serait comparable par son importance au F.N.R.S. C’est pourtant là un problème fondamental pour le niveau artistique de la Wallonie.
Les conditions matérielles des artistes wallons sont précaires. Sans doute, existe-t-il des encouragements sous forme de prix ou de bourses de voyages accordés par le Gouvernement et par les Académies. II faut toutefois reconnaître que le jeune littérateur rencontre difficilement l’éditeur qui publiera son livre; le compositeur ne trouve pas l’aide suffisante qui lui permettra de faire connaître ses oeuvres; le peintre, le sculpteur, le graveur ne sont pas mieux partagés.
N’a-t-on pas cité des faits lamentables : des artistes peintres contraints de travailler au salaire de 28 -francs par jour à la décoration de baraques éphémères? Nos musiciens wallons se sont heurtés, au cours des années d’entre les deux guerres, aux barrières protectionnistes des pays voisins. S’ils ne sont pas appelés, comme c’est fréquemment le cas, à faire partie des orchestres permanents de la capitale, ce qui étiole le milieu qui les a éduqués, ils mènent souvent, en Wallonie, une vie misérable qu’ils cachent sous des dehors décents, parce que professionnellement ils doivent être « bien mis ».
Ils doivent se livrer à de véritables acrobaties budgétaires, tant leurs traitements sont dérisoires. A Liège, par exemple - et la situation n’est pas meilleure à Namur, à Mons ou à Charleroi. .. Les musiciens qui jouent à l’orchestre du Théâtre royal, touchent 800 fr. par mois pendant les cinq mois d’hiver. Pour jouer les huit concerts - et leurs répétitions - annuellement organisés au Conservatoire royal, ils touchent de 1.360 à 1800 fr. Les professeurs du Conservatoire (cours d’instrument à vent, par exemple) gagnent de1.200 à 1.300 francs par mois et, comme ils ne sont pas autorisés à faire partie de l’orchestre du Théâtre, ils n’ont, comme seul appoint, que ce que l’organisation des huit concerts cités plus haut leur rapporte et cela dans un établissement d’instruction musicale parmi les mieux cotés du pays et dont l’orchestre symphonique peut être comparé aux meilleurs de l’étranger. Semblables situations sont nombreuses. II est certain qu’elles doivent être améliorées. On l’a fait dans des régions qui ne sont, ni mieux douées, ni plus riches que nos provinces wallonnes. Notre Association se propose de contribuer aux efforts faits dans ces voies.(...)
(...)
Bien plus grave encore est la situation dans le domaine des arts visuels. L’appréciation de la peinture n’existe plus que rarement en Wallonie. Les collections particulières y sont le plus souvent d’une pauvreté désolante. Le Wallon a le goût de la nature; il sait apprécier les grâces de son pays. Mais le plaisir qu’il sait prendre à la beauté des paysages n’est généralement pas doublé, chez lui, de la faculté d’apprécier la beauté esthétique, dont il ignore souvent l’existence. Le manque de culture est, dans ce domaine, particulièrement inquiétant.(...)
(...)
Quant aux arts visuels, la formation goût dans leur domaine, devrait aussi commencer dès la petite -enfance. Les écoles gardiennes et primaires offrent, actuellement, aux enfants un milieu assez laid, aussi bien par l’architecture que par la décoration. II n’est pas nécessaire de loger les classes dans des palais, mais on pourrait les mettre dans des bâtiments simples, harmonieux et décemment décorés, si l’on veut par des agrandissements photographiques de bons dessins de maîtres anciens et modernes. Les couvertures des cahiers sont déplorables et leur confection est laissée à l’initiative de soumissionnaires des fournitures scolaires. Ce ne serait ni difficile, ni coûteux de reproduire aussi des dessins de maîtres, en particulier des représentations d’animaux ou de plantes, dont les exemples sont innombrables dans les collections et qui, tout en présentant les caractères de style désirables, sont de nature à intéresser les enfants. On peut en dire autant des découpages et des coloriages. L’illustration des livres de lecture, des manuels d’histoire ou de religion, est actuellement bien faite pour abolir, chez les enfants, toute tendance au goût. L’essentiel est de leur inculquer la notion de la beauté esthétique du dessin, de la peinture et de la sculpture que, faute d’initiation, ils n’apprennent pas à distinguer de la beauté naturelle.
Le goût du public devrait, d’autre part, être formé et entretenu par l’existence de salles d’exposition exemptes de basses préoccupations mercantiles et qui écarteraient toute peinture conventionnelle et flattant cyniquement le mauvais goût public. Des manifestations fréquentes devraient faire connaître au public wallon, trop enclin à méconnaître ses vrais peintres et à élever des médiocres au rang de gloire locale, les artistes du dehors et les courants de la peinture et de la sculpture vivantes. Un des symptômes les plus graves du déclin du goût des Wallons, pour la peinture, est le manque d’amateurs d’art dans le sens élevé du mot, c’est-à-dire non pas de personnes achetant de temps à autre un tableau parce qu’il leur plaît, mais de collectionneurs ayant en vue la constitution d’un ensemble raisonné et tenant les manifestations artistiques pour des expressions supérieures de la pensée. La vie artistique d’une nation vaut ce que valent ses amateurs, traits d’union entre le public et les créateurs, et pourvoyeurs des musées. II existe actuellement; chez nous, entre la mentalité du plus grand nombre de ceux qui achètent des tableaux et ce que devraient être leurs tendances et leur formation, la même distance qu’entre la midinette qui achète un roman de Max Du Veuzit et l’homme cultivé qui recherche une belle édition de Montaigne ou de Valéry. La plupart des Wallons ne voient, dans la peinture, qu’un exercice plaisant et frivole, d’intérêt purement décoratif. C’est ici que l’amateur véritable doit jouer son rôle essentiel. Si des années de lectures et de visites aux musées ont formé son goût et donné de l’assurance à son jugement, il saura considérer l’œuvre d’art comme un témoignage de l’évolution spirituelle d’un créateur ou d’un peuple, témoignage équivalant à l’apport que fournit à l’humanité l’éclosion d’un nouveau système philosophique, d’un chef-d’œuvre littéraire ou d’une découverte scientifique. II saura reconnaître parmi les recherches, souvent pénibles et décourageantes, de la peinture vivante, l’effort qui empêche l’art de tomber dans la décadence et de mourir exsangue. C’est aux vrais amateurs qu’il incombe de veiller à ce qu’il existe, à côté des galeries affairistes qui fournissent à la masse sa médiocre pâture, des expositions qui, montrant des oeuvres de qualité d’artistes authentiques, s’adressent à un public restreint. Il importe que le peuple soit mis en contact avec d’authentiques chefs-d’œuvre sans souci des réactions qui peuvent en résulter. C’est seulement avec l’aide des amateurs éclairés que ce but peut être atteint. On doit faire constamment appel à leurs collections pour créer des ensembles instructifs, tout en créant parmi eux une émulation indispensable. Les pouvoirs publics devraient aussi encourager les collectionneurs éclairés, en recourant à leurs avis dans leurs conseils et en leur conférant des témoignages d’appréciation.
La critique d’art doit, de son côté, jouer un rôle important. Son sceptre est aujourd’hui dans la main du premier venu. Nos directeurs de journaux ignorent-ils donc que l’institut d’Art et Archéologie de l’Université de Liège, sous l’égide de professeurs érudits, au jugement sûr, forme des critiques pourvus de toute la compétence désirable ? Ou bien redoutent-ils de heurter de front la médiocrité?”
(…)

Historique

1943.
L’Association pour le progrès artistique et intellectuel de la Wallonie est fondée clandestinement sous l’occupation en 1943.
* cf. la notice de Corinne Godfroid consacrée à l’Apiaw in http://www.wallonie-en-ligne.net/Encyclopedie/Congres/Notices/Ass-PIAW.htm.

1944
(07/11) L’Association pour le progrès intellectuel et artistique en Wallonie (A.P.I.A.W.), fondée clandestinement sous l’occupation, se constitue en a.s.b.l. à l’initiative du collectionneur Fernand Graindorge.

De juillet 1945 à juin 1947 : 52 boulevard d'Avroy.

1945.
(14/07-26/07) Jeune peinture française : Gischia, Marchand, Pignon, Tal Coat.
PREMIERE EXPOSITION DE L'APIAW.
(28/07-09/08) Permeke Constant.
(11/08-23/08) Zabeau Joseph.
(01/09-13/09) In Memoriam : Motte René, Résimont Marcel.
(15/09-27/09) Steven Fernand.
(29/09-11/10) Meuris Emmanuel.
(13/10-25/10) Dufy Raoul.
(17/11-29/11) Cocagne Paul.
(03/11-15/11) Rets Jean.
(01/12-13/12) Gillard Marceau, Roland Flory.
(15/12-27/12) Scauflaire Edgar.
(29/12-10/01/46) Jeune tapisserie française

1945-46. Apiaw : Conférences de Paul Fierens ; de Denis Majorel

1946.
(12/01-24/01) Bisschops Joseph.
(26/01-07/02) Dumont Marcel.
(09/02-21/02) Debattice Jean.
(23/02-07/03) Brasseur Henri, Collignon Georges.
(09/03-21/03) Masson André.
(23/03-04/04) Coune Hélène.
(06/04-18/04) Forgeur Ernest, Hauben René.
(20/04-02/05) Delhaye José.
(04/05-16/05) Mendelson Marc.
(08/06-20/06) Dürer (30 gravures)
(02/07-14/07) Rembrandt (60 eaux-fortes)

- Alexis Keunen a également exposé durant la saison 1945-46 (cat 20e anniversaire).

(28/09-10/10) Jeune peinture française : Fougeron, Gischia, Pignon, Robin, Taillieux, Tal Coat.
(19/10-31/10) Apport 46 (Jeune peinture belge). Anthoons Willy, Barbaix René, Bertrand Gaston, Bonnet Anne, Brasseur Henri, Bury Pol, Collignon Georges, Delahaut Jo, Godderis Jack, Lenaerts Carlo, Léonard Maurice, Mahy Emile, Mendelson Marc, Mortier Antoine, Pry Charles, Quinet Mig, Van Lint Louis.
(07/11-19/11) Vuillard Édouard.
(30/11-12/12) de la Palletière Amédée.
(15/11-31/12) Lhote André.
 

1947.
(05/01-16/01) Graveurs liégeois : J. Bonvoisin Joseph, Caron Constant, Comhaire Georges, Donnay Jean, Herbiet Eva, Hougardy Emile, Lambrichts Armand., Moyano Louis.
(19/01-30/01) Collignon Georges, Zabeau Joseph.
(02/02-13/02) Brasseur Henri, Dumont Marcel, Rets Jean, Steven Fernand.
(16/02-27/02) Lemaître Albert.
(02/02-13/03) Delhaye José, Forgeur Ernest, Roland Flory.
(16/03-27/03) Sculpteurs liégeois : Bouffa E. L., Caron Marcel, Gillard Marceau, Gueury Guillaume, Renier R., Stroobants Ernest, Wybaux Freddy.
(30/03-10/04) Scauflaire Edgar.
(13/04-24/04) Cocagne Paul, Hauben René, Koenig Joseph, Paredis Gustave.
(27/04-08/05) Daxhelet Paul, Larose Laurent, Mathieu Pol, Nollet Paul.
(11/05-22/05) Léonard Maurice, Michel Pierre, Silvestre Armand, Silvin (S. Bronckart dit).
(25/05-05/06) Dumoulin Raymonde, Julemont J., Julin René, Saive Valère.

 

De juillet 1947 à juin 1949 : 25, boulevard d'Avroy

1947.
(27/07-27/08) Matisse Henri, dessins.
(31/08-11/09) Heintz Richard.
(14/09-25/09) Dedoyard Georges.
(28/09-09/10) Zabeau Joseph.
(12/10-23/10) Le groupe "Haute Nuit" de Mons : Franck Paul, Holyman, Lefrancq Marcel, Marlier, Simon Armand, Van de Spiegele Louis.
(16/11-27/11) Karel Appel, Pablo Picasso, lithographies récentes.
(30/11-25/12) KANDINSKY WASSILY.
(28/12-08/01/48) Rétrospective JAKOVLEV.
1947-48. Conférences d'Herbert Read (un texte d’une conférence en anglais existe dans les archives Graindorge), - de Léon-Louis Sosset, du professeur Émile Witmeur.
 

1948.
(11/01-22/01) Paredis Gustave, Silvestre Armand.
(25/01-05/02) Engel Pak, "Images réelles" ; Huse Marion / US.
(22/02-04/03) Delfosse Joseph, Eubelen, Scauflaire, Wery.
(07/03-18/03) Moyano Louis..
(07/03-18/03) Permeke Constant.
(  /  ) Conférence d'Emiel Langui sur l’expressionnisme flamand.
(21/03-01/04) Collignon Georges, Dumoulin Raymonde.
(04/04-15/04) Nibès Robert., Rets Jean., Thomas Roger.
(18/04-29/04) Peintres et sculpteurs espagnols de l'école de Paris : Borès, Clavé, Condoy, Dominguez, Fenosa, Fernandez, Fin, Flores, Laferna, Lobo, Manuel (Viola), Parra, Peinado, Valiente, Vilato, Vines.
(02/05-13/05) Delhaye José, Forgeur Ernest.
(30/05-10/06) Le groupe "Tendances contemporaines" de La Louvière. Bonuzzi Victorio, Bury Pol, Dussaussois Marcel, Guinotte Lucien, Jacquet Hélène, Michotte Max.
(13/06-24/06) Le groupe "Vert et Blanc" de Verviers et Dieu Paul.
(26/09-07/10) Klee Paul, Ray Man.
(10/10-21/10) Delhaye José, Kratz Mathieu, Thisens Robert, Wathieu André.
(21/11-02/12) Bury Pol.
(05/12-16/12) Moulin Raymonde, Pinet Georges.
(18/12-30/12) Delvaux Paul.
Marcel Caron fonde le groupe de sculpteurs de l'Apiaw.

 

1949.
(15/01-27/01) Eubelen Jean, Roland Flory.
(29/01-10/02) Rouault Georges.
(12/02-24/02) Meuris Emmanuel - Ernst Max.
(26/02-10/03) Henrard Paul (paysages), Léonard Maurice, Silvin.
(26/03-07/04) Scauflaire Edgar
(09/04-21/04) Klee Paul.
(23/04-05/05) Martinet Milo - Bauchant André.
(07/05-19/05) Delhaye José, Silvestre Armand.
(11/06-23/06) Morandi Giorgio.
* Eva Herbiet (graveur), Joseph Zabeau (peintre) ; Bouffa, Caron, Delpérée, Grard, Gueury, Stroobants, Wybaux (sculpteurs) ont également exposé durant la saison 1948-49 (cat. 20e anniversaire).
1949-50 Apiaw. Conférences de Léon Degand, de Bernard Dorival.

 

(01/07-01/02/1950).  Sept mois d'inactivité [difficultés à trouver une salle ?]

À partir du 04/02/1950 : Salle de L'Émulation, place du XX août.

1950.
(04/02-16/02) Jacquet Hélène. Hommage à.
(29/04-25/05) Peintures de l'école de Paris, "La peinture cubiste ou quarante ans après"
(27/05-08/06) Le groupe "Réalité" [I] (Réalité - Cobra) : Bury, Collignon, Franck, Léonard, Plomteux, Silvin.
PREMIER GROUPE CONSTITUÉ EN BELGIQUE POUR LA DÉFENSE ET LA DIFFUSION DE L'ART ABSTRAIT.
(14/10-02/11) Léger Fernand.
(04/11-16/11) Le groupe "10 Pointes et Brosses" : Comhaire Georges, Debattice Jean, Delhaye José, Donnay Jean, Gillard Marceau, Lemaître Albert, Liard Robert, Roland-Gillard Flory, Scauflaire Edgar, Zabeau Joseph.
(02/12-14/12) Jeunes peintres canadiens.
 

1951.
(13/01-25/01) Le groupe "Réalité" (Réalité-Cobra) [II]: Pol Bury, Georges Collignon, Maurice Léonard, Léopold Plomteux, Silvin.
(10/02-22/02) Zabeau Joseph.
 (24/02-08/03) Le groupe "Rythme et Couleur".
* Braconier Frédéric, Cocagne Paul, Hauben René, Martinet Milo, Paredis Gustave, Rets Jean.
(10/03-22/03) Scauflaire Edgar.
(07/04-19/04) Sculptures et dessins : * Caron Marcel, Gillard Marceau, Gueury Guillaume, Silvestre Armand, Stroobants Ernest, Wybaux Freddy.
(21/04-03/05) Le groupe "Réalité poétique" : Henrard Paul, Larose Laurent, Mathieu Pol, Thisens Robert, Wathieu André.
(05/05-17/05) Donnay Jean.
(02/06-14/06) Le groupe "Origine" : * Franck Paul, Karji Léna, Plomteux Antoine, Rener (René Plomteux dit).
(07/07-19/07) Anthoons Willy.
(30/08) Sortie de presse du livre de Léon Koenig, Histoire de la peinture au Pays de Liège. Liège, éd. de l’Apiaw, 1951.
(06/10-06/11) LIEGE, PALAIS DES BEAUX-ARTS : 2E EXPOSITION INTERNATIONALE D’ART EXPERIMENTAL - COBRA.
(27/10-08/11) Debattice Jean.
(24/11-06/12) Bonnet Anne.
(08/12-20/12) Magnelli Alberto.
 

1952.
(08/02-17/01) Manessier Alfred.
(26/01-14/02) Villon Jacques.
(17/02-28/02) (au Musée de Verviers). Caron Marcel.
(19/02-02/03) (au Musée des Beaux-Arts) Marchand André.
(01/03-13/03) Zabeau Joseph.
(02/03-14/03) (au Musée de Verviers) Rets Jean.
(15/03-27/03) Scauflaire Edgar (où il expose ses premiers Chats).
(16/03-27/03) (au Musée de Verviers) Comhaire Georges.
(29/03-10/04) Le groupe "Rythme et Couleur". : Cocagne Paul, Hauben René, Martinet Milo, Paredis Gustave, Rets Jean.
(27/04-08/05) (au Musée de Verviers) Scauflaire Edgar.
(03/05-15/05) Caron Marcel.
(11/05-22/05) (au Musée de Verviers) Zabeau Joseph.
(17/05-29/05) Gillard-Roland Flory.
(25/05-05/06) (au Musée de Verviers) Wybaux Fred et Herbiet Eva.
(31/05-12/06) Le groupe "Origine" : Franck Paul, Karji Léna, Rener A.M..
(28/06-10/07) Apiaw. Réalité-Cobra. [III]
(30/08-18/09) (Au Musée d'Art Wallon) Vingt artistes de l'École de Paris, 1951 / Klar Form.
(27/09-09/10) Bury Pol.
(11/10-23/10) Bertrand Gaston.
(25/10-06/11) Delhaye José.

 

1953.
(10/01-22/01) Collignon Georges.
(24/01-05/02) Zabeau Joseph.
(07/02-19/02) Delhaye José, Larose Laurent, Martinet Milo, Mathieu Pol, Wathieu André.
(21/02-05/03) Gilioli, Poliakoff.
(07/03-19/03) Rets Jean.
(21/03-02/04) Scauflaire Edgar.
(04/04-16/04) Dessins d'enfants français.
(02/05-14/05) Léonard Maurice, Silvin.
(16/05-28/05) Le groupe "Art abstrait" : Burssens Jan, Bury Pol, Carrey Georges, Delahaut Jo, Milo Jean, Plomteux Léopold, Saverys Jan.
 

1953.

(juillet – août) Remaniement au sein de l’Apiaw : Mr Graindorge conserve la présidence du Comité Wallonie dont Léon Koenig reste le secrétaire ; Léon Koenig devient président de la section liégeoise.

(19/09-01/10) Arp Jean, Taueber-Arp Sophie.
(03/10-15/10) Delhaye José.
(17/10-19/10) Picon José.
(20/10) Conférence de François Le Lionnais : Magnelli et le problème de l’art abstrait.
(14/11-06/12) Braque Georges, œuvres graphiques.
(14/11-26/11) Cox Pierre
(28/11-10/12) Mathieu Pol Fr.
(12/12-24/12) Graverol Jane.
 

1954.
(16/01-28/01) Herbin Auguste.
(30/01-11/02) Fagard-Lefebvre Suzanne.
(13/02-25/02) Vasarely Victor.
(27/02-11/03) Scauflaire Edgar.
(13/03-25/03) Bury Pol, Collignon Georges, Léonard Maurice, Rets Jean, Silvin.
(10/04-22/04) Delahaut Jo.
(24/04-06/05) Chagall Marc.
(16/10-28/10) Bloc André, Dewasne Jean, Deyrolle Jean, Herbin Auguste, Mortensen, Poliakoff, Vasarely.
(30/10-11/11) Jeunes peintres canadiens.
(13/11-25/11) Lemaitre Albert, peintures récentes.
(11/12-23/12) Jacobsen Robert.
(18/12-17/01/55). (au Musée des Beaux-Arts) Picasso, oeuvres graphiques.
(25/12-06/01/55) Boël Maurice.
 

1955.
(08/01-20/01) Bury Pol, Collignon Georges, Holley Francine, Léonard Maurice, Rets Jean, Silvin.
(22/01-03/02) Delhaye José.
(05/02-17/02) Martinet Milo.
(19/02-03/03) Joseph Zabeau.
(05/03-17/03) Scauflaire Edgar.
(02/04-14/04) Lambilliotte Françoise.
(16/04-28/04) Germain Jacques.
(23/04-22/05) (Au Musée des Beaux-Arts) Delaunay Robert
(30/04-12/05) Bloc André.
(13/10-12/11) (au Musée des Beaux-Arts) L'Apport wallon au Surréalisme.
(15/10-27/10) Bonnet Anne
(29/10-10/11) Paredis Gustave
(12/11-24/11) Discry Emile
(10/12-22/12) Counhaye Charles.
 

1956.
(07/01-19/01) Cobbaert Jan.
(21/01-02/02) Art Raymond.
(04/02-16/02) Collignon Georges, Holley Francine, Silvin (Bronckart)
(18/02-01/03) Bury Pol, Rets Jean.
(03/03-15/03) Zabeau Joseph
(17/03-29/03) Scauflaire Edgar
(31/03-12/04) Larose Laurent, Martinet Milo, Mathieu Pol F., Wathieu André
(14/04-26/04) Delhaye José
(28/04-27/05) (au Musée des Beaux-Arts) Dix ans d'Apiaw.
 

1956.
(13/10-25/10) Léonard Maurice.
(27/10-08/11) Peinture ostendaise d'aujourd'hui. Art Raymond, Boel Maurice, Maes Jo, Peire Luc, Servais Raoul, Vonck Ferdinand.
(10/11-22/11) Herbiet Eva, Wybaux Freddy.
(24/11-06/12) Chabrol Guy.
(24/11-16/12) (Au Musée des Beaux-Arts) Schwitters Kurt.
(22/12-03/01/1957) d'Orgeix Christian.

 

1957.
(05/01-17/01) Guiette René.
(09/12-21/02) Braconier Frédéric.
(23/02-07/03) Bury Pol, Rets Jean.
(23/03-03/04) Collignon Georges, Holley Francine, Silvin (Bronkart)
(06/04-18/04) Picon José.
(27/04-09/05) Lambert René.
(04/05-26/05) (au Musée des Beaux-Arts) Peinture anglaise contemporaine.
- Lismonde (Initiative et financement F. Graindorge.) a également exposé durant la saison 1956-1957.
(28/09-10/10) Delaunay Sonia. Gouaches.
(12/10-24/10) Peire Luc
(26/10-07/11) Lacour Simone.
(23/11-5/12) Léonard Maurice.
(07/12-19/12) Rulmont, (photographies).
1957-58 Apiaw : Conférence de François Le Lionnais.

 

1958.
(04/01-16/01) Karji Léna, Lardinois Walthère, Martinet Milo.
(18/01-30/01) Renotte Paul.
(01/02-13/02) Comhaire Georges.
(01/03-12/03) Zabeau Joseph.
(15/03-27/03) Braconier Frédéric, Collignon Georges, Silvin.
(12/04-24/04) Silvestre Armand.
(26/04-08/05) Ohlünd Bertil.
(10/05-22/05) Avray-Wilson Frank.
(24/05-05/06) Dali Salvador
(07/06-19/06) Anthoons Willy.
(21/06-03/07) Mathieu Georges.
 

- Léon Koenig devient conservateur des Musées des Beaux-Arts et de l'Art Wallon de 1958 à 1973 (Il prend la succession de Jules Bosmant (1952-1958) et sera suivi par Mr Jacques Hendrick (1973-1977)
Le 27 août, Silvin Bronkart devient le rédacteur de la rubrique « Arts » au journal « Le monde du Travail » en remplacement de Mr Léon Koenig et le 15 octobre 1958 il devient secrétaire de la Commission des beaux-Arts et organisateur des expositions de l’Apiaw en remplacement de ce même Léon Koenig.

(juillet - septembre) Musée de l’Art wallon : Magnelli, Arp, Hartung, Jacobsen.
(05/07-17/07) Riopelle Jean Paul.
(19/07-31/07) Selchow Roger.
(04/10-16/10) Boel Maurice.
(18/10-30/10) Collignon Georges
(01/11-13/11) Rutsch Alexandre.
(15/11-27/11) Bozzolini Silvano
(29/11-11/12) Caron Marcel.
(13/12-25/12) Larose Laurent, Martinet Milo, Mathieu Pol F., Wathieu André.

 

1959.
(03/01-15/01) Guiette René.
(17/01-29/01) Vetcour F.
(01/02-12/02) Karji Léna [Hélène Bury], Lardinois Walthère.
(28/02-12/03) Rets Jean
(14/03-26/03) Delhaye José
(  /  -  /  ) Léonard Maurice
(02/05-14/05) Picon José
(16/05-28/05) Holley, Silvin.
(28/11-10/12) Generalic Ivan.
(12/12-24/12) Von Wicht John.

« Relance » de l’Apiaw, 1959-60. Petit fascicule publié à Liège.

 

1960.
(10/01-21/01) Divergences 7.
(23/01-04/02) G.58.
(07/02-18/02) Caron Marcel.
(21/02-10/03) Choix d'œuvres du Musée diocésain de Liège (tableaux, sculptures, manuscrits à miniatures, orfèvrerie, etc.).
(13/03-24/03) Picon José.
(27/03-14/04) Choix d'œuvres de la collection Wittert (tableaux, gravures, dessins, manuscrits à miniatures, livres rares et précieux).
(05/11-17/11) Leppien Jean.
(19/11-18/12) (au Musée d'Art Wallon) Gorin Jean.
(19/11-18/12) Burssens Jan.
(03/12-15/12) Lismonde Jules.
(17/12-05/01/61) Caron Marcel, Dumont Marcel, Hick Jean, Holley Francine, Lacour Simone, Léonard Maurice, Picon José, Rets Jean, Silvestre Armand, Silvin (Bronckart).

 

1961.
(28/01-09/02) Picon José.
(11/02-23/02) Axe 59
(25/02-09/03) Caron Marcel
(11/03-23/03) Rets Jean
(25/03-06/04) Jeunes artistes de Wallonie.
(22/04-04/05) Scauflaire Edgar. Hommage à.
- Van Lint a également exposé durant la saison 1960-1961
(07/10-19/10) Pièces choisies d'une collection privée [collection Graindorge]: Arp (reliefs), Herbin (gouaches), Jacobsen (pastels), Magnelli, Matisse (fusains).
(21/10-02/11) Pasmore Victor.
(04/11-16/11) Bury Pol, 24 ponctuations érectiles et molles [avec le concours de la Galerie Smith de Bruxelles]
(18/11-30/11) Lahaut, Roulin, Warrand.
(02/12-14/12) Sculpture ciselé des Hans.
(16/12-04/01/62) Jeunes artistes de Wallonie
 

1961-62. Apiaw : Conférence de Fernand Graindorge
 

1962.
(06/01-18/01) Boel Maurice, Leblanc Walter, Silvin (Bronkart).
(20/01-01/02) Vandenbranden Guy.
(03/02-15/02) Collignon Georges.
(17/02-01/03) Fleischman A.
(03/03-15/03) Lewy Kurt
 

En 1962, Fernand Graindorge et Marcel Florkin demandent à Jacques Parisse de rejoindre le comité actif de l’Apiaw. Ce dernier en devient le secrétaire suite à la démission de Silvin Bronkart.

(17/03-29/03) Delvaux Paul.
(03/03-12/04) Hick Jean, gouaches et tempera. (PREMIERE EXPOSITION PERSONNELLE)
(14/04-26/04) Picon José.
(28/04-10/05) Delahaut Jo.
(04/06-14/06) Architecture contemporaine en Wallonie.
(15-30/9) (au Musée des Beaux-Arts) Hayter Stanley William.
(15/10-25/10) Rets Jean.
(28/10-08/11) Miro (lithographies)
(11/11-22/11) Lacour Simone, Pavlowsky Jacqueline.
(15/11-06/12) Casanova, Helleweegen, Scevenels, Schoffeniels.
(09/12-20/12) Lapiere, Londot, Warrand.
(22/12-10/01/63) Van Lint Louis.
 

1963.
(12/01-24/01) Matton Jacques, Michotte Max, Plongin Freddy, Verdren Marcel.
(26/01-07/02) Meysmans Willy, Van Breedam Camiel.
(09/02-21/02) Pichette James
(24/02-07/03) Wybaux Freddy.
(10/03-20/03) Nasner.
(23/03-04/04) Boel Maurice.
(06/04-18/04) Léonard Maurice.
(20/04-02/05) Mambour Auguste.
(12/10-24/10) Van Hoeydonck Paul.
(19/10-24/11) Bonnet Anne, 1908-1960, rétrospective.
(26/10-07/11) Guiette René.
(09/11-21/11) Link Kurt, Verdijk Gérard.
(23/11-05/12) De Cock Josiane.
(07/12-19/12) Sylwan Suzanne.
(21/12-02/01/64) Heuze Fernand.
 

1964.
(04/01-16/01) Blaise Georges, Georjans, Gerards Jacques, Jamar Albert, Walhin René.
(18/01-30/01) Picon José.
(01/02-13/02) Falchi Ettore.
(15/02-27/02) Antoine Paul.
(29/02-12/03) Verdren M.H.
(14/03-02/04) Collignon Georges, peintures, collages, Fachard Robert, sculpteur.
(04/04-16/04) Helleweegen Willy (1e expo. pers.).
(18/04-30/04) Mambour Auguste.
(03/10-15/10) Scevenels Auguste, Silvin.
(17/10-29/10) Blank André.
(31/10-12/11) Bozzolini Silvano.
(14/11-26/11) Groupe "H Cinq": Busine Zéphir, Camus Gustave, Dudant Roger, Marchoul Gustave, Ransy Jean.
(29/11-10/12) Carette Fernand.
(13/12-07/01/65) Jeunes artistes de Wallonie (Adam Yvon, Auquiere Gilbert, Deuse Pierre, Gielen Philippe, Snoeck, Wuidar Léon).

 

1965.
(10/01-21/01) Jamar Albert
(24/01-04/02) Van Breedam Camiel et Debie Annie
(07/02-18/02) Dumont Marcel.
(21/02-04/03) Igon Pierre
(07/03-18/03) Rets Jean
 (21/03-01/04) Hoeboer Wout.
(04/04-22/04) Holley Francine.
(24/04-06/05) Caillaud Aristide.
(08/05-26/05) Talamon Isabelle D.
(26/11-2/1/66) (au Musée des Beaux-Arts) 20 ans d'Apiaw
 

1966.
"Depuis 1966, année de la démission du professeur Marcel Florkin et du Baron Fernand Graindorge, l'Apiaw est présidée par le professeur Ernest Schoffeniels et le programme des expositions a été établi à l'un ou l'autre moment, avec la collaboration de Mmes M. Delruelle, M. Herzet, A. Lummerzheim et dans le désordre Mrs J.P. Herzet, J. Parisse, , Ch. Vandenhove, P. Laszlo, C. Heusghem, G. Vandeloise, J. Parisse, J.L. Nyst, J.F. Péchère, P. François, G. Touzenis, J. Gomez, J. Lennep et G. Jungblut" (cat. du 35e anniversaire, 1980)

(26/03-07/04) Landuyt Octave.
(09/04-20/04) Lewy Kurt.
(23/04-04/05) Van Anderlecht Englebert.
(04/07-17/07) Sculpteurs belges et leurs dessins / 1e Biennale de sculptures.
(01/10-12/10) Hayter S.W.
(15/10-26/10) Bryen Camille.
(29/10-17/11) Peintures de singes + conférence (02/11), "Biologie de l'Art" par E. Schoffeniels et G. Thinès.
(19/11-01/12) Jeunes Liégeois : Alexandre Emile, Beunckens Freddy, Georjans, Guerrier Jean-Pierre, Lizène Jacques, Nyst Jacques Louis, Rensonnet J, Rousseff Juliette, Vandeloise Guy, Vandormael Jean-Claude, Wuidar Léon, (Philippe Christiane).
(03/12-15/12) Cap d'encre.
(18/12-4/1/67) Photographisme.
 

1967.
(07/01-18/01) Roulin Félix.
(21/01-01/02) Vielfaure.
(04/02-15/02) Picon José.
(18/02-01/03) Zimmerman Jacques.
(04/03-15/03) Nando et Bettina.
(18/03-29/03) Lismonde Jules.
(01/04-13/04) Mara Pol.
(15/04-27/04) Moncys.
(29/04-10/05) Laenen Jean-Paul + concert Trombones / Quatuor Radio - Luxembourg (03/05).
(  /  -  /  ) Meuris Jacques.
(06/10-18/10) Ghysels.
(20/10-01/11) Marfaing + concert orgue / H. Schoonbroodt (26/10).
(17/11-29/11) Hultberg + New York 100, film couleur consacré à l'œuvre d'Hultberg + Conférence E.P. Kennedy, "Peinture américaine d'aujourd'hui (21/11).
(01/12-13/12) Dumitresco.
(15/12-03/01/68) Petits formats de décembre.
 

1968.
(05/01-18/01) Peintres liégeois de l'Apiaw.
(20/01-31/01) Degottex Jean.
(03/02-14/02) Wuidar Léon, Willame Jean.
(16/02-28/02) Bogart Bram
(01/03-15/03) Feito Luis (au même moment, 2-22/3, se tient une rétrospective Luis Feito 1953-64, au musée des Beaux-Arts de Verviers).
(16/03-27/03) Rets Jean
(30/03-10/04) Alechinsky Pierre, Idéotraces.
(13/04-24/04) Adam Yvon
(27/04-08/05) Herregodts Urbain.
(10/05-28/05) Lanskoy André.
(18/10-30/10) Izumi.
(31/10-13/11) Downing Joe.
(16/11-27/11) Delahaut Jo.
(30/11-11/12) Istrati.
(13/12-01/01/69) Petits formats de décembre
 

1969.
(04/01-15/01) Carrade Michel.
(18/01-29/01) Nyst Jacques-Louis.
(01/02-12/02) Mir Odile.
(15/02-16/03) (au Musée des Beaux-Arts) Biennale Internationale de Gravure de Liège (1e)
(15/02-26/02) Sonderborg.
(28/02-12/03) Werth Benno.
(11/03) Conférence d'Ernest Schoffeniels, "La gravure au marteau".
(15/03-26/03) Sylwan Suzanne.
(29/03-16/04) Jeunes de Wallonie.
(19/04-30/04) Debré Olivier.
(09/05-28/05) Psych'art.
(24/10-25/10) Colloque Architecture.
(24/10-26/10) Goff Bruce / US.
(31/10-12/11) Arnaïz / ES.
(16/11-27/11) Le Vélo.
(28/11-17/12) Wuidar Léon.
(19/12-07/01/70) Petits formats de décembre.
 

1970.
(09/01-21/01) Grooteclaes Hubert.
(23/01) Conférence de H. van Lier, “La critique de l'art”
(24/01-04/02) Lipszyc David
(20/02-04/03) Charlier Jacques. Zone Absolue.
(21/02-04/03) Logo.
(07/03-18/03) Serpan.
(21/03-01/04) Ado.
(11/04-24/04) Rocher.
(29/04-06/05) Estampes Florkin.
(08/05-15/05) L'art à la lettre
(22/05) Film + Débat Haschisch de M. Beerblock (Bobon, Silvadon, Wilmart, participations au débat)
(16/10-28/10) Liège, Apiaw. Lizène Jacques. Art spécifique
(31/10-11/11) Titus-Carmel G.
(14/11-25/11) Tine Lino
(28/11-04/12) Architecture et Sciences humaines
(05/12-16/12) de Vinck Antoine
(19/12-06/01/71) Liège, Apiaw: Petits formats de décembre
 

1971.
(09/01-20/01) Hick Jean.
(23/01-03/02) Bailleux César
(06/02-17/02) Vandeloise Guy
 (6/11-05/12) Sélection belge à la Biennale de Venise : Bogart Bram, Collignon Georges et Folon Jean-Michel.

 

1972.
(25/02-01/03) (à Liège au Musée du Fer) Flausch Fernand.
(16/03-06/04) Delvaux Paul, lithographies
(19/05-18/06) Sculpture à Colonster : Polus Georges, Roulin Félix, Souply Emile, Willame Jean.
(14/10-05/11) Kozo, huiles et sérigraphies.
(20/12-06/01/1973) Bayrle Thomas.

 

1973.
(10/03-24/03) Lauréats du Concours de l'Apiaw.
(19/09-20/10) (Galerie du Croissant d'Or, 14 rue Sur la Fontaine). Nyst Jacques Louis, “Myrtle Beach, N. C.” (avec Ernest Schoffeniels)
(27/10-24/11) Altamira Adriano.
(08/12-6/01/74) Pierre Van Crayenest.
 

1974.
(12/01-02/02) Touzenis Georges
(09/02-06/03) Groupe 70 (Alocco - Chacallis - Isnard - Massot - Charvollen - Maccaferri - Miguel)
(09/03-06/04) Mariën Marcel
(20/09-19/10) 33 artistes allemands

 

1975.
(29/10-14/11) Vandenhove Charles - Wuidar Léon.

 

1976.
Liège, A.P.I.A.W (à la Nouvelle Etuve, rue de l’Etuve 23. 4000 Liège).

(13/02-03/03) Lennep Jacques : Monsieur Bonvoisin, sculpteur de marrons présenté par Jacques Evrard & Jacques Lennep.
(05/03-17/03) Carlot Jacques - Larondelle Georges.
(26/03-15/04) Silvin.
(14/05-31/05) Bayrle Thomas.
(01/10-14/10) Rosenthal Stephen.

 

1977.
(13/05-26/06) (au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles) Jacques Lennep expose Ezio Bucci - supporter (seule exposition de l'année)

 

1978.
pas d'exposition

 

1979.
(01/03-11/03) Journée de la Paix. Dezeuze - Gastini - Joubert - Nonas - Parisi - Pozzi.
(28/09-28/10) Debré Olivier.
(09/11-09/12) Dezeuze Daniel

 

1980.
(01/02-17/02) (au Musée d'Art moderne) Robbins Michael.
(22/02-06/04) (au Musée d'Art moderne) Soulages Pierre.
(18/04-25/05) (au Musée d'Art moderne) American Pop Art.
(06/06-22/06) Pozzi Lucio
(03/07-31/08) (au Musée d'Art moderne) 35 ans d'Apiaw, exposition d'art contemporain dans les collections privées liégeoises
 

Collaborations.

1984.

Musée d’art moderne
(15/07-25/08) Pincemin Jean-Pierre.
* En collaboration avec l’Apiaw.

(10/11-16/12) Green Denise / US (Melbourne / AU, 1946).
* A l’invitation de l’Apiaw et en collaboration avec la galerie Baronian..
** Sélection d’œuvres des 4 dernières années : 8 peintures et 66 oeuvres sur papier.

 

1985.

Musée d’art moderne

(21/09-27/10) Sidérations. L’Atelier photographique français.
* En collaboration avec l’Apiaw et le Centre de Création contemporaine de Tours.

 

1986.

Musée d’art moderne

(23/10-30/11) Joosen Nic.
* En collaboration avec l'Apiaw.
(23/10-30/11) Mulkers Urbain. WØcxs
* En collaboration avec l’Apiaw.

 

Liège Salle Saint-Georges.
(14/03-15/04) Bailleux César.
(28/06-31/08) 75 artistes pour créer la liberté.
 

1987

Salle Saint-Georges.

(09/01-01/02) Frank Dale.
* En collaboration avec l’Apiaw.

 

 

  • Activités

    • Organisation d'expositions, de conférences, de concerts, ...

  • Publications

    • Petits catalogues, quelquefois réduits à un feuillet pour les expositions ordinaires.

      Catalogues commémoratifs pour les 10, 20 et 30e anniversaires.