Glossaire > Beauté

 

PLASTICIENS.

 

Dürer Albrecht (1471-1528)

Ce qu’est la beauté, je l’ignore.

Il n’appartient qu’à Dieu de soumettre à la mesure la beauté absolue (Melancholia, 1514)

 

Poussin Nicolas (1594-1665)

La beauté est en tout éloignée de la matière du corps dont elle ne s’approche que si elle y est disposée par des préparations incorporelles (Observations sur la peinture)

 

Delacroix Eugène (1798-1863).

Un objet parfaitement beau comporte une parfaite simplicité qui, au premier moment, ne cause pas l'émotion que l'on ressent en présence de choses gigantesques, dans lesquelles la disproportion même est un élément de beauté. (Journal, 7 sept. 1854, t. II, p. 440.)

On ne peut assez répéter que les règles du beau sont éternelles, immuables et que les formes en sont variables. (Écrits, t. II, p. 87.)

Poussin définit le beau : la délectation (...) (Écrits, t. II, p. 23.)

 

Kingsley Charles (1819-1875)

Ne perds jamais l'occasion de voir quelque chose de beau. La beauté, c'est la signature de Dieu.

 

Fromentin Eugène (1820-1876)

Il n'y a de définitif et d'absolu que les lois du beau. (Une année dans le Sahel)

 

Degas Edgar (1834-1917)

Toutes les belles choses ne sont-elles pas faites de renoncements.

 

Renoir Pierre-Auguste (1841-1919).

La douleur passe la beauté reste.

 

Rodin Auguste (1840-1917)

Il n'y a réellement ni beau style, ni beau dessin, ni belle couleur : il n'y a qu'une seule beauté, celle de la vérité qui se révèle. (Propos recueillis par Paul Gsell).

 

Gauguin Paul (1848-1903)

Dieu n’appartient pas au savant, au logicien, il est aux poètes, au rêve, il est le symbole de la Beauté, la Beauté même (Oviri, écrits d’un sauvage)

 

Bonnard Pierre (1867-1947)

Ce qui est beau dans la nature ne l’est pas toujours en peinture.

 

Matisse Henri (1869-1954)

Il y a deux façons d’exprimer les choses : l’une est de les montrer brutalement, l’autre de les évoquer avec art. En s’éloignant de la représentation littérale du mouvement, on aboutit à plus de beauté et plus de grandeur. (Ecrits et propos sur l’art, 1972. Notes d’un peintre, la Grande revue, 25 décembre 1908)

 

Delaunay Sonia (1885-1979).

La beauté refuse de se plier à la contrainte de la signification.

 

Doisneau Robert (1912-1994)

La beauté échappe aux modes passagères.

 

MUSICIENS.

Debussy Claude (1862-1918)

De tout temps la beauté a été ressentie par certains comme une secrète insulte.

Il faut que la beauté soit sensible, qu’elle nous procure une jouissance immédiate, qu’elle s’impose ou s’insinue en nous sans que nous ayons aucun effort à faire pour la saisir. Voyez Léonard de Vinci, voyez Mozart. Voilà de grands artistes. (Monsieur Croche et autres écrits, 1987)

 

LITTÉRATURE.

Sappho (650 – 580 av. J. C.)

J’ai servi la beauté. Y a-t-il au monde chose plus grande ?

 

Philocyde de Milet (poète grec, VIe siècle av. J. C.)

Crains en tout les extrêmes. En quelque chose que ce soit, la beauté résulte de la justesse des proportions.

 

Euripide (c. 480-406 av. J. C. )

… une vie sans beauté n’est qu’un lourd fardeau (Hécube).

 

Montaigne Michel de (1533-1592).

Il est vraisemblable que nous ne savons guère que c'est que beauté en nature et en général, puisque à l'humaine et nôtre beauté nous donnons tant de formes diverses : de laquelle s'il y avait quelque prescription naturelle, nous la reconnaîtrions en commun, comme la chaleur du feu. (Essais, 1580-1595 [livre second, chap. XII, éd. P. Michel, coll. "Folio", Gallimard, p. 195])

 

Shakespeare William (1564-1616)

Le laid est beau et le beau est laid. (Macbeth, I, 1, les sorcières).

 

Des Rues François (1575-1633)

La beauté est une éloquence muette.

 

Bossuet Jacques Bégnine (1627-1778)

Il appartient à l’esprit c’est-à-dire l’entendement, de juger de la beauté, parce que juger de la beauté, c’est juger de l’ordre, de la proportion et de la justesse (Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même, 1670)

 

Boileau Nicolas (1636-1711).

Rien n'est beau que le vrai : le vrai seul est aimable. (Épîtres, IX, à M. le marquis de Seignelay.)

Aussitôt je triomphe; et ma muse en secret
S'estime et s'applaudit du beau coup qu'elle a fait. (Satires, VII.)

Chez elle (l'Ode) un beau désordre est un effet de l'art. (l'Art poétique, II, 72.)

 

de La Bruyère Jean (1645-1696)

L’agrément est arbitraire, la beauté est quelque chose de plus réel et de plus indépendant du goût et de l’opinion (Les caractères, 1696)

 

Perrault Charles (1678-1703).

Tout est beau dans ce que l'on aime.

Tout ce qu'on aime a de l'esprit. (Riquet à la houppe, Moralité).

 

Voltaire François-Marie Arouet, dit (1694-1778).

Demandez à un crapaud ce que c'est que la beauté [...]. Il vous répondra que c'est sa femelle avec deux gros yeux ronds sortant de sa petite tête, une gueule large et plate, un ventre jaune, un dos brun. (Dictionnaire philosophique portatif, 1764 [article "Beau", Garnier Frères, 1961])

Pour donner à quelque chose le nom de beauté, il faut qu’elle vous donne de l’admiration et du plaisir (Dictionnaire philosophique portatif, 1764.

Le sublime en tout genre est le don le plus rare ;
c’est là le vrai phénix; et sagement avare
la nature a prévu qu’en nos faibles esprits
le beau s’il  est commun doit perdre de son prix. (Epitres XCV, A Mlle Clairon, 1765)

La beauté n’est qu’un piège tendu par la nature à la raison.

Sans variété, point de beauté.

Il est dans la beauté et dans la vertu un charme invincible qui fait tomber les portes de fer et qui amollit les cœurs de bronze ! (L’ingénu, 1767)

 

Rousseau Jean-Jacques (1712-1778)

J'ai toujours cru que le beau n'était que le bon mis en action, que l'un tenait intimement à l'autre, et qu'ils avaient tous deux une source commune dans la nature bien ordonnée. (Rousseau Jean-Jacques, Julie ou la Nouvelle Héloïse).

 

Diderot Denis (1713-1784)

Les beautés ont dans les arts le même fondement que les vérités dans la philosophie (Discours sur la poésie dramatique)

 

Goethe (1749-1832)

Si un arc-en-ciel dure un quart d'heure, on ne le regarde plus (Pensées)

La plus folle de toutes les erreurs est celle de ces braves jeunes gens qui s’imaginent perdre leur originalité en reconnaissant des vérités que d’autres ont déjà reconnues avant eux. La beauté ne peut jamais avoir la conscience d’elle-même ; (Maximes et réflexions, 1833).

 

Joubert Joseph (1754-1824).

Il n'y a de beau que Dieu, et, après Dieu, ce qu'il y a de plus beau c'est l'âme, et après l'âme, la pensée, et après la pensée, la parole (...) (, Pensées, II, 2.)

Le beau parfait exerce à la fois toutes les facultés de l'homme, développées dans toute leur étendue; il en résulte un plaisir que toute l'âme approuve. (Pensées, XXIII, 169.)

Le beau est plus utile à l'art; mais le sublime est plus utile aux mœurs, parce qu'il élève l'esprit. (Joubert, Pensées, XXIII, 17.)

Les très bons écrivains écrivent peu parce qu’il faut beaucoup de temps pour réduire en beauté leur abondance ou leur richesse  (Carnets, tome 1)

La beauté touche les sens et le beau touche l’âme (Carnets, tome 2)

La beauté est quelque chose d’animal, les beau est quelque chose de céleste (Carnets, tome 2)

 

Jean-Paul (Johann Paul Friedrich Richter dit) (1763-1825)

Le beau n’existe dans aucun objet extérieur mais dans le sentiment que nous en avons.

 

Stendhal (1783-1842).

La beauté est l’expression d’une certaine manière habituelle de chercher le bonheur, les passions sont la manière accidentelle.

La vue de tout ce qui est extrêmement beau, dans la nature et dans les arts, rappelle le souvenir de ce qu'on aime, avec la rapidité de l'éclair (...) Tout ce qui est beau et sublime au monde fait partie de la beauté de ce qu'on aime, et cette vue imprévue du bonheur à l'instant remplit les yeux de larmes. C'est ainsi que l'amour du beau et l'amour se donnent mutuellement la vie. (De l'amour, 1822, XII, p. 66.)

La beauté est une promesse du bonheur. (De l’amour)

Mais qu’est-ce que la beauté ? C’est une nouvelle aptitude à vous donner du plaisir (De l’amour.)

 

Lamartine Alphonse de. (1790-1869)

Le sublime lasse, le beau trompe, le pathétique seul est infaillible dans l'art. Celui qui sait attendrir sait tout. (Graziella, II, 16.)

 

Tchaadaïev Piotr Iakovleviych (1794-1856)

Dieu créa la beauté pour nous aider à le comprendre.

 

Keats John (1795-1821).

Un objet de beauté est une source de joie, éternellement (Endymion, 1818)

Toute beauté est joie qui demeure (Endymion, 1818)

Ce que l’imagination saisit comme beauté doit être la vérité (Lettres)

La Beauté est Vérité, la Vérité Beauté. C’est tout ce que l’on sait sur terre. Et c’est tout ce qu’il faut savoir (Ode sur une grecque)

 

Balzac Honoré de (1799-1850)

La beauté sans expression est peut-être une imposture (La Comédie humaine, 1842-1852)

La beauté est une chose sévère et difficile qui ne se laisse point atteindre ainsi, il faut attendre ses heures, l’épier et l’enlace étroitement pour la forcer à se rendre. (Le Chef-d’œuvre inconnu, 1832)

 

Hugo Victor. (1802-1885)

Le beau n'a qu'un type ; le laid en a mille. (Cromwell)

L’idée de l’infini se dégage du beau comme l’idée du beau se dégage de l’infini.
La beauté, ce n’est pas autre chose que l’infini contenu dans un contour.

La beauté esr parfaite,
La beauté peut tout.
La beauté est la seule chose qui n'existe pas à demi (Notre-Dame de Paris, 1831)

Aimer la beauté, c’est vouloir la lumière (Les Misérables, 1862)

Nuages et vêtements font obstacle à la contemplation. La beauté et l’infini veulent être regardés sans voiles. (Post-scriptum de ma vie, 1901)

 

Barbey d’Aurevilly Jules (1808-1889)

La beauté est une. Seule la laideur est multiple (Les diaboliques)

 

Gogol Nicolas (1809-1852)

Partout dans la vie, il se présentera à un moment donné une manifestation de beauté de beauté qui éveillera chez l’homme un sentiment jamais vécu jusqu’alors (Les âmes mortes, 1842)

 

de Musset Alfred de. (1810-1857)

Rien n'est beau que le vrai, dit un vers respecté;
Et moi, je lui réponds, sans crainte d'un blasphème :
Rien n'est vrai que le beau, rien n'est vrai sans beauté. (Après une lecture)

 

Gautier Théophile (1811-1872).

Le beau dans son essence, c'est Dieu. (Th. Gautier)

Rien de ce qui est beau n'est indispensable à la vie (...) Il n'y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien; tout ce qui est utile est laid (...) (Préface à Mlle de Maupin, 1835.)

La beauté n’est pas une idée absolue et ne peut s’apprécier que par le contraste (Mlle de Maupin, 1835)

 

Blanc Charles. (1813-1882)

Tous les types de beauté sont dans la nature mais il n'appartient qu'à l'esprit de l'homme de les en dégager. Quand la nature est belle, le peintre sait qu'elle est belle, la nature n'en sait rien.

 

Veuillot Louis (1813-1883)

Souvenez-vous, avant d’écrire, de la beauté du papier blanc.

 

Brontë Charlotte (1816-1855).

Comme il est vrai que la beauté réside dans le regard de qui la contemple. (Jane Eyre, 1847)

 

Ruskin John (1819-1900).

Rappelez-vous que les plus belles choses de ce monde sont les plus inutiles : par exemple, les paons et les lys. (Les Pierres de Venise, I, 2 )

Toute beauté est fondée sur les lois des formes naturelles.

 

Baudelaire Charles (1821-1867).

Le beau est toujours bizarre. Je ne veux pas dire qu'il soit volontairement, froidement bizarre, car dans ce cas il serait un monstre sorti des rails de la vie. Je dis qu'il contient toujours un peu de bizarrerie, de bizarrerie naïve, non voulue, inconsciente, et que cette bizarrerie qui le fait être particulièrement le Beau. C'est son immatriculation, sa caractéristique.

(…) le beau est toujours, inévitablement, d'une composition double, bien que l'impression qu'il produit soit une ; car la difficulté de discerner les éléments variables du beau dans l'unité de l'impression n'infirme en rien la nécessité de la variété dans sa composition. Le beau est fait d'un élément éternel, invariable, dont la quantité est excessivement difficile à déterminer, et d'un élément relatif, circonstanciel, qui sera, si l'on veut, tout à tour ou tout ensemble, l'époque, la mode, la morale, la passion...

C'est ce admirable, cet immortel instinct du beau qui nous fait considérer la terre et ses spectacles comme un aperçu, comme une correspondance du Ciel. La soif insatiable de tout ce qui est au delà et que révèle la vie, est la preuve vivante de notre immortalité.

L’étrangeté est le condiment nécessaire de toute beauté.

L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu. (Le Spleen de Paris)

 

Flaubert Gustave (1821-1880)

La morale de l’art consiste dans sa beauté même.

On peut juger de la beauté d'un livre, à la vigueur des coups de poing qu'il vous a donnés et à la longueur de temps qu'on met ensuite à en revenir.

Il faut écrire pour soi, avant tout, c'est la seule chance de faire beau. (Correspondance)

 

Dostoïevski Fiodor Mikhaïlovitch (1821-1881)

La beauté sauvera le monde.

Le plus terrible dans la beauté n’est pas d’être effrayante mais d’être mystérieuse. En elle Dieu lutte avec le diable, et le champ de bataille se trouve dans le cœur de l’homme (Les Frères Karamazov, 1877)

 

Amiel Henri Frédéric (1821-1881)

Revois deux fois pour voir juste ; ne vois qu’une fois pour voir beau.

Le beau est supérieur au sublime parce qu'il est permanent et ne rassasie pas; tandis que le sublime est relatif, passager et violent. (Journal intime, 6 décembre 1870).

 

Renan Ernest. (1823-1892)

Ce qu'il y a de surprenant, en effet, c'est que le beau n'est ici que l'honnêteté absolue, la raison, le respect même envers la divinité. (Souvenirs d'enfance..., Prière sur l'Acropole, II, I, p. 61.)

O noblesse ! ô beauté simple et vraie déesse dont le culte signifie raison et sagesse, toi dont le temple est une leçon éternelle de conscience et de sincérité, j’arrive tard au seuil de tes mystères. (Souvenirs d'enfance..., Prière sur l'Acropole, II, I, p. 61.)

L’homme fait la sainteté de ce qu’il croit comme la beauté de ce qu’il aime (Etudes d’histoire religieuse, 1857).

 

Dolfuss Charles (1827-1913)

La plus belle chose du monde après la beauté, c’est la lumière. (De la nature humaine, 1868)

 

Daudet Alphonse (1840-1897).

L'œuvre qu'on portait en soi paraît toujours plus belle que celle qu'on a faite. (Contes du Lundi, II, 7.)

 

Zola Emile (1840-1902).

La science du beau est une drôlerie inventée par les philosophes pour la plus grande hilarité des artistes.

Car c’est une bonne plaisanterie de croire qu’il y a en fait de beauté artistique, une vérité absolue et éternelle. La vérité une et complète n’est pas faite pour nous qui confectionnons chaque matin une vérité que nous usons chaque soir. (Mon salon, 1866. Le bon combat)

 

France Anatole (1844-1924)

La beauté est une si grande et si auguste chose que des siècles de barbarie ne peuvent l’effacer (Le crime de Sylvestre Bonnard, 1881)

Bien que la beauté relève de la géométrie, c’est par le sentiment seul qu’il est possible d’en saisir les formes délicates (Le jardin d’Epicure, 1894).

 

Mirbeau Octave (1848-1917)

Tout me fut une souffrance car je n’avais pas encore le sentiment, si rassurant, si égoïste de la beauté éparse dans les choses, de la beauté qui, seule, suffit à expliquer, à excuser ce malentendu, ce crime : l’univers (Dans le ciel)

 

Rimbaud Arthur (1854-1891).

Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. - Et je l'ai trouvée amère. - Et je l'ai injuriée. (Une saison en enfer)

 

Wilde Oscar (1854-1900)

Seule la beauté est à l’abri des outrages du temps. Les philosophies s’effritent comme du sable, les croyances se succèdent les unes aux autre mais ce qui est beau est une joie en toutes saisons, une jouissance éternelle (Aphorismes)

La beauté est dans les yeux de celui qui regarde.

Pour moi, la beauté est la merveille des merveilles. Il faut être bien superficiel pour refuser de juger d’après les apparences. Le vrai mystère du monde est le visible, pas l’invisible (Le Portrait de Dorian Gray, 1891)

On dit parfois que la beauté est toute superficielle. Peut-être. Moins superficielle en tout cas que la Pensée. A mon sens, la Beauté est la merveille des merveilles (Le Portrait de Dorian Gray, 1891).

La beauté ne se discute pas ; elle règne de droit divin. Elle fait prince quiconque la possède. (Le Portrait de Dorian Gray, 1891).

C’est dans l’isolement que s’apprennent le mieux les secrets de l’Art, et la Beauté comme la Sagesse aime l’adorateur solitaire. (Une maison de grenade, 1891. Le jeune roi.)

 

Bergson Henri (1859-1941)

Pour celui qui contemple l’univers avec des yeux d’artistes, c’est la grâce qui se lit à travers la beauté et c’est la bonté qui transparaît sous la grâce (La Pensée et le Mouvant, 1934).

 

Kakuzo Okakura (1862-1913)

Seul qui vécut avec la beauté mourra dans la beauté (Le Livre du Thé)

 

Maeterlink Maurice (1862-1949)

Il n’y a pas de beauté qui se perde. (Le trésor des humbles, 1896)

Nous mettons tant de beauté en nous-mêmes et tout autour de nous, qu’il n’y a plus de place pour le malheur et la tristesse, et s’ils veulent entrer malgré tout, il faudra bien qu’ils deviennent doux avant d’oser frapper à notre porte (Aglavaine et Sélysette)

 

Maurras Charles (1868-1952)

Aucune origine n'est belle. La beauté véritable est au terme des choses. (Anthinéa)

 

Proust Marcel (1871-1922).

Aussi la couleur que nous pouvons dire vraiment belle, c'est-à-dire qui sans avoir besoin de raisonner nous remplisse d'une sorte de rêve heureux, ce n'est pas celle de l'or, ce n'est pas celle des belles étoffes, ce n'est pas même celle des pierres précieuses, de l'améthyste ou de l'opale. Non c'est celle de toute chose à l'ombre, fût-ce au fond d'une pauvre chambre, sur laquelle le soleil donne (...) (Jean Santeuil, Pl., p. 299.)

Il y a des moments de la vie ou une sorte de beauté naît de la multiplicité des ennuis qui nous assaillent (Albertine disparue, 1925)

On a dit que la beauté est une promesse de bonheur. Inversement la possibilité du plaisir peut-être un commencement de beauté. (La prisonnière, 1923)

J’essayais de trouver la beauté là où je ne m’étais jamais figuré qu’elle fût dans les choses les plus usuelles (A l’ombre des jeunes filles en fleurs)

La vraie beauté est si particulière, si nouvelle qu’on ne la reconnaît pas pour la beauté. (Le côté de Guermantes)

 

Valéry Paul (1871-1945).

Rien de beau ne peut se résumer.

Dans certaines dispositions, on trouve extraordinairement beaux des vers, qui au bout de quelques heures, ou de quelques instants, sont reconnus détestables. C'est qu'on a rêvé. (, Tel quel, II, Idées/Gallimard, p. 92.)

La Beauté est une sorte de morte. La nouveauté, l’intensité, l’étrangeté, en un mot toutes les valeurs du choc l’ont supplanté.

Une œuvre très belle est celle qui pendant un temps donne l'impression d'être l'unique objet, - l'indispensable, le véritable. Et plus ce temps est grand, plus elle est belle. Mais je sais qu'il est toujours fini. (Cahiers, t. II, Pl., p. 925.)

Épithètes qui résument tous les sentiments du «beau»
abondant
aisé
étonnant
complet (parfait)
juste ou exact
isolé, séparé, indépendant
pur
puissant (résistant - émouvant - prolongé - enlevant)
spontané
multiple. (1903, Jupiter, III, 14.) (Cahiers, t. II, Pl., p. 924.)

Curieux calvinisme de la définition du Beau par l'universel qu'il [Kant] entend vaguement
(ciel étoilé + genus humanum)
consensus
Mais le Beau vient de chez Platon qui voyait et palpait des formes vivantes, baisait des lèvres et des joues charnues, suivait des membres de la main, (du moins, on l'espère pour lui); et las, passait au ciel où il plaçait de l'œil des lignes, des «Lois», des «Vérités», des «Standards» en soi! (Ibid., XIII, 477.) (Cahiers, t. II, Pl., p. 954.)

Le Beau engendre soif de recommencement, infini apparent de répétition et donc est contraire à soif de nouveau. On ne peut se rassasier du même, qui est surprise paradoxale - surprise par l'attendu.
Le beau est Soif du même et le neuf, soif de l'autre. (1928-1929. AC, XIII, 347.) (Cahiers, t. II, Pl., p. 953.)

 

Carrell Alexis (1873-1944)

La beauté est une source inépuisable de joie pour celui qui sait la découvrir. (L’Homme, cet inconnu)

 

Hesse Herman (1877-1972)

La beauté et la suprême beauté sont périssables, elles aussi, dès qu’elles sont devenues histoire et phénomènes de cette terre (Le jeu des perles de verre).

 

Maugham William Somerset (1874-1965)

La beauté, c’est quelque chose de rare, de merveilleux, que, dans le tourment de son âme, l’artiste extrait du chaos universel. Et quand elle est créée, il n’est pas donné à tous de la voir (L’envoûté, 1919)

 

Rilke Rainer Maria (1875-1926).

Car le beau n'est rien que le premier degré du terrible. (Élégies de Duino, la Première Élégie)

Si beaucoup de beauté est ici, c’est que partout il y a beaucoup de beauté (Lettre à un jeune poète, 1929)

 

Jacob Max (1876-1944)

C'est au moment où l'on triche pour le beau que l'on est artiste. (Art poétique, Émile-Paul).

Qui a compris une fois le vrai beau a gâté pour l'avenir toutes ses joies artistiques. (Art poétique)

 

Woolf Virginia (1882-1941)

La beauté doit naître et mourir chaque jour pour demeurer digne d’être aimée (Les vagues, 1931)

 

Gilbran Kahlil (1883-1931)

La beauté n’est pas un besoin mais un ravissement. Ce n’est pas une bouche assoiffée ni une main vide et tendue. Mais plutôt un cœur enflammé et une âme enchantée. (Le prophète, 1923)

La beauté est un doux murmure. Elle parle en notre esprit. Sa voix cède à nos silences comme une faible lumière qui tremble de peur devant l’ombre. (Le prophète, 1923).

La beauté est affaire de puissance et de terreur. Comme la tempête, elle secoue la terre sous nos pieds et le ciel sur nos têtes. (Le prophète, 1923).

La beauté est douce et bonne. Comme une jeune mère un peu embarrassée par sa propre fierté, elle se promène parmi nous. (Le prophète, 1923)

 

Vaudoyer Jean-Louis (1883-1963)

La beauté et ce pouvoir des grandes œuvres classiques tiennent autant à l’observance des lois qu’aux libertés secrètes et involontaires que ces œuvres prennent avec elles (Les délices de l’Italie, 1924).

 

Cocteau Jean (1889-1963)

Les privilèges de la beauté sont immenses. Elle agit même sur ceux qui ne la constatent pas.

La beauté déteste les idées. Elle se suffit à elle-même. Une œuvre est belle comme quelqu’un est beau. Cette beauté dont je parle provoque une érection de l’âme. Une érection ne se discute pas.

Il est difficile de rendre la beauté visible. Les gens ne reconnaissent que ses caricatures (Journal, 1942-45, 2 février 1943)

 

Gibran Khalil (1883-1931)

La beauté n’est pas un besoin mais un ravissement. Ce n’est pas un besoin mais un ravissement ni une main vide et tendue. Mais plutôt un cœur enflammé et une âme enchantée (Le prophète, 1923).

La beauté est un doux murmure. Elle parle en notre esprit. Sa voix cède à nos silences comme une faible lumière qui tremble de peur devant l’œuvre (Le prophète, 1923)

La beauté est affaire de puissance et de terreur. Comme la tempête, elle secoue la terre sous nos pieds et le ciel sous nos têtes. (Le prophète, 1923)

La beauté est douce et bonne. Comme une jeune mère un peu embarrassée par sa propre fierté, elle se promène parmi nous. (Le prophète, 1923)

Si vous chantez la beauté bien que seul au cœur du désert, vous aurez un public (Le sable et l’écume, 1926)

Une beauté grandiose me conquiert, mais une beauté plus grandiose m’en libère (Le sable et l’écume, 1926)

 

Céline Louis-Ferdinand (1894-1961).

La beauté, c'est comme l'alcool ou le confort, on s'y habitue, on n'y fait plus attention. (Voyage au bout de la nuit, p.227, Folio n° 28)

La beauté on sait que ça meurt, et comme ça on sait que ça existe. (L’Eglise)

 

de Montherlant Henry (1895-1972)

Rien n’est beau que le faux, le faux seul est aimable. (Les célibataires, 1934)

Chaque beauté, chaque chose réussie, l’homme s’ingénie à la gâcher, même quand elle est sa création (Le Démon du bien, 1937)

 

Breton André (1896-1966).

Le merveilleux est toujours beau, il n'y a même que le merveilleux qui soit beau. (Manifeste du surréalisme)

La beauté sera convulsive ou ne sera pas (Nadja, 1928)

 

Aragon Louis (1897-1982)

J’ai réinventé le passé pour voir la beauté de l’avenir (Le Fou d’Elsa, 1963)

 

Hemingway Ernest (1899-1961)

Tout passe et tout lasse, les nations, les individus qui les composent, autant en emporte le vent. Il ne reste que la beauté, transmise par les artistes (Les vertes collines d’Afrique)

 

de Saint Exupéry Antoine (1900-1944)

Ce qui fait la beauté des choses est invisible.

 

Monod Théodore (1902-2000)

Contre la religion du profit, nous devons opposer la religion de la beauté, son pain vivant, son eau vive (Le Chercheur d’absolu, 1997)

 

Orwell Georges (1903-1950.

La beauté n’a pas de sens si elle n’est pas partagée (Une histoire birmane, 1934)

 

Neruda Pablo (1904-1973)

Il n’y a rien de plus beau que de perdre le temps.

 

Sartre Jean-Paul (1905-1980).

La beauté est une contradiction voilée.

Quant à la beauté, ceux qui peuvent y penser en travaillant, je les classe, si téméraires qu’ils se prétendent, parmi les esprits académiques.

 

Beauvoir Simone de. (1908-1986)

La beauté se raconte encore moins que le bonheur.

 

Anouilh Jean (1910-1987)

Ce qui est beau, c'est ce qu'on aime.

La beauté est une des rares choses qui ne font pas douter de Dieu. (Beckett ou l’Honneur de Dieu)

 

Barjavel René (1911-1985)

La réalité matérielle n’était qu’un théâtre infini d’illusions mais la beauté de ces illusions était réelle (Le grand secret, 1973)

 

Camus Albert (1913-1960)

La beauté ne peut se passer de l’homme et nous ne donnerons à notre temps sa grandeur et sa sérénité qu’en le suivant dans son malheur (L’Eté, 1954).

Il y a la beauté et il y a les humiliés. Quelles que soient les difficultés de l’entreprise, je voudrais ne jamais être infidèle ni à l’une ni aux autres (L’Eté, 1954)

En maintenant la beauté, nous préparons ce jour de renaissance où la civilisation mettra au centre de sa réflexion, loin des principes formels et des valeurs dégradées de l'histoire, cette vertu vivante qui fond le commune dignité du monde et de l'homme.

La civilisation industrielle, en supprimant la beauté naturelle, en la couvrant sur de longs espaces par le déchet industriel crée et suscite les besoins artificiels. Elle fait que la pauvreté ne peut plus être vécue et supportée. (Carnets III, mars 1951-décembre 1959, 1989)

 

Césaire Aimé (1913-2008)

Une conception trop apollinienne ou trop gymnastique de la beauté risque paradoxalement d’empailler ou de durcir le beau (Sur la poésie)

 

Bauchau Henri (1913-2012)

Mais la beauté de notre temps est une beauté foudroyée qu’on ne peut atteindre qu’a travers le noir, toujours plus noir. (Déluge, 1910)

 

Gary Romain (1914-1980)

Moi la vie je veux pas lui faire une beauté, je l’emmerde (La vie devant soi, 1975)

 

Robbe-Grillet Alain (1922-2008)

La beauté peut tout se permettre. La beauté n’est jamais vulgaire. (L’Immortelle, 1963)

 

Semprun Jorge (1923-2011)

Une beauté évidente ne suscite pas la pensée mais le bonheur : une sorte de béatitude (L’écriture ou la vie, 1994)

 

Mishima Yukio (1925-1970)

L’inutilité du Beau, le fait que la Beauté, une fois sortie de son corps, ne laissât aucune trace, qu’elle ne changeait rien à rien, voilà ce qu’il aimait, rien d’autre. (Le Pavillon d’Or, 1956)

 

d’Ormesson Jean (1925-  )

La beauté est un mystère qui danse et chante dans le temps et au-delà du temps. (Un jour je m’en irai, sans en avoir tout dit, 2013)

La beauté est un mystère en pleine lumière. (Un jour je m’en irai, sans en avoir tout dit, 2013)

Souvent inattendue et souvent scandaleuse, la beauté, venue de nulle part, nous frappe au cœur avec une violence toujours neuve et toujours répétée. Elle est liée à l’amour. Elle est promesse de bonheur. (Un jour je m’en irai, sans en avoir tout dit, 2013)

 

Kundera Milan (1929-  )

(…) la beauté est l’étincelle qui jaillit quand, soudainement à travers la distance des années, deux âges différents se rencontrent, (…) la beauté est l’abolition de la chronologie et la révolte contre le temps. (Le Livre du rire et de l’oubli, 1979).

Elle sait que la beauté est un monde trahi. On ne peut la rencontrer que lorsque ses persécuteurs l’ont oublié par erreur quelque part (L’insoutenable légèreté de l’être, 1984)

Avant de disparaître totalement du monde, la beauté existera encore quelques instants mais par erreur. La beauté par erreur, c’est le dernier stade de l’histoire de la beauté (L’insoutenable légèreté de l’être, 1984)

L’homme, à son insu, compose sa vie d’après les lois de la beauté jusque dans les instants du plus profond désespoir (L’insoutenable légèreté de l’être, 1984)

La beauté est l’abolition de la chronologie et la révolte contre le temps (Le livre du rire et de l’oubli)

 

Cheng François (1929-  )

Puisque la beauté est rencontre, toujours inattendue, toujours inespérée, seul le regard attentif peut lui conférer étonnement, émerveillement, émotion, jamais identiques (L’éternité n’est pas de trop, 2002).

La vraie beauté est élan même vers la beauté, fontaine à la fois visible et invisible, qui jaillit à chaque instant depuis la profondeur des êtres en présence (L’éternité n’est pas de trop, 2002).

Je comprends d’instinct que sans la beauté la vie ne vaut probablement pas la peine d’être vécue. (Cinq méditations sur la beauté, 2006)

La bonté est garante de la qualité de la beauté, la beauté irradie la bonté et la rend désirable (Cinq méditations sur la beauté, 2006)

Sans la beauté, la vie ne vaut probablement pas la peine d’être vécue et que d’autre part une certaine forme de mal vient justement de l’usage terriblement perverti que l’on fait de la beauté (Cinq méditations sur la beauté, 2006)

La bonté qui nourrit la beauté ne saurait être identifiée à quelques bons sentiments plus ou moins naïfs. Elle est l’exigence même, exigence de justice, de dignité, de générosité, de responsabilité, d’élévation vers la passion spirituelle (Cinq méditations sur la beauté, 2006)

Relevant de l’être et non de l’avoir, la vraie beauté ne saurait être définie comme moyen ou instrument. Par essence, elle est une manière d’être, un état d’existence (Cinq méditations sur la beauté, 2006)

 

Le Clezio Jean-Marie (1940- )

Tout est rythme. Comprendre la beauté, c’est parvenir à faire coïncider son rythme propre avec celui de la nature. Chaque chose, chaque être a une indication particulière. Il porte en lui son chant. Il faut être en accord avec lui jusqu’à se confondre (L’extase matérielle, 1967)

 

Bruckner Pascal (1948-  )

La beauté est peut-être une lumière mais qui approfondit la nuit ; elle nous soulève très haut et nous dépose ensuite si bas qu’on regrette de l’avoir approchée (Les voleurs de beauté, 1997)

La beauté est un fragment d’éternité que le temps finit toujours par détruire (Les voleurs de beauté, 1997).

 

Follett Ken (1949-  )

La proportion, c’est le cœur de la beauté (Les piliers de la terre)

 

Bobin Christian (1951-  )

La beauté est l’ensemble de ces choses qui nous traversent et nous ignorent, aggravant soudain la légèreté de vivre (Le huitième jour de la semaine, 1986).

Combien de mois, combien de vies faut-il pour écrire une phrase qui égale en puissance la beauté des choses (Le huitième jour de la semaine, 1986).

La beauté est de la digitaline pour le cœur (Un assassin blanc comme neige, 2011)

C’est une manière sûre pour reconnaitre la vraie beauté que de mesure la haine qu’elle attire sur elle (L’homme-joie, 2012)

La beauté a puissance de résurrection. Il suffit de voir et d’entendre. C’est par distraction que nous n’entrons pas au paradis de notre vivant, uniquement par distraction ; (L’homme-joie, 2012)

La beauté est une manière de résister au monde, de tenir devant lui et d’opposer à sa fureur une patience active (Autoportrait au radiateur)

 

Pamuk Orhan (1952-  )

J’écris parce que la vie, le monde, tout est incroyablement beau et étonnant. J’écris parce qu’il est plaisant de traduire en mots toute cette beauté et la richesse de la vie ( La valise de mon père, 2006)

 

Lindon Mathieu (1955-  )

La beauté, mystérieusement, s’attache parfois à des choses qui ne valent pas cher, ni n’ont de couleurs criardes (En enfance, 2009).

 

Barbéris Dominique (1958-  )

On ne peut éviter la beauté, ni le mal absolu qu’elle nous cause (L’Heure exquise, 1998)

 

Schmitt Eric-Emmanuel (1960-  )

Je ne souhaite à personne de cohabiter, dès l’enfance avec la beauté. Entrevue rarement, la beauté illumine le monde. Côtoyée au quotidien, elle blesse, brule et craie des plaie qui ne cicatrisent jamais (Lorsque j’étais une œuvre d’art, 2002).

 

Claudel Philippe (1962-  )

Il y a des heures sur terre où tout est d’une insupportable beauté, une beauté qui semble si étendue et douce uniquement pour souligner la laideur de notre condition. (Le rapport de Brodeck, 2007)

 

Zafon Carlos Ruis (1964-  )

La beauté n’est qu’un souffle opposé au vent de la réalité (Marina, 1999)

 

Nothomb Amélie (1966-  )

Ce que je hais, c’est cette autorité avec laquelle on nous assène la norme du beau. Si la beauté cesse d’être subjective, elle ne vaut plus rien (Attenta, 1997)

La laideur c’est rassurant : il n’y a aucun défi à relever, il suffit de s’abandonner à sa malchance, de s’en gargariser, c’est si confortable. La beauté est une promesse : il faut pouvoir la tenir, il faut être à la hauteur (Mercure, 1998)

 

Enard Mathias (1972-  )

La beauté vient de l’abandon du refuge des formes anciennes pour l’incertitude du présent (Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, 2010)

 

Pépin Charles (1973-  )

La beauté nous guérit de nos doutes. L’émotion esthétique est un réapprentissage de l’estime de soi. (Interview dans l’Express, 11/02/2013).

 

Zeller Florian / FR (1979-  )

A l’absurdité du monde, je voudrais répondre par sa beauté. A sa beauté correspond l’émerveillement permanent. (Neiges artificielles, 2002)

 

PHILOSOPHES

Lao Tseu (-571 - -531)

C’est la conscience humaine du beau qui différencie le beau du laid.

 

Platon (vers 427-347 av. J.-C.).

DIOTIME : «Lui qui a contemplé les choses belles dans leur succession et dans leur ordre correct [...] apercevra soudain quelque chose de merveilleusement beau par nature, cela justement, Socrate, qui était le but de tous ses efforts antérieurs, une réalité qui tout d'abord n'est pas soumise au changement, qui ne naît ni ne périt, qui ne croît ni ne décroît, une réalité qui par ailleurs n'est pas belle par un côté et laide par un autre, belle à un moment et laide à un autre, belle sous un certain rapport et laide sous un autre, belle ici et laide ailleurs, belle pour certains et laide pour d'autres.» Le Banquet [210e-211a, trad. L. Brisson, coll. GF, Flammarion, 1998]

DIOTIME : «Voilà donc quelle est la droite voie qu'il faut suivre dans le domaine des choses de l'amour [...]: c'est, en prenant son point de départ dans les beautés d'ici-bas pour aller vers cette beauté-là, de s'élever toujours, comme au moyen d'échelons, en passant d'un seul beau corps à deux, de deux beaux corps à tous les beaux corps, et des beaux corps aux belles occupations, et des occupations vers les belles connaissances qui sont certaines, puis des belles connaissances qui sont certaines vers cette connaissance qui constitue le terme, celle qui n'est autre que la science du beau lui-même, dans le but de connaître finalement la beauté en soi.» Le Banquet [211b-c, trad. L. Brisson, coll. GF, Flammarion, 2000]

DIOTIME : «C'est à ce point de la vie, mon cher Socrate, reprit l'étrangère de Mantinée, plus qu'à n'importe quel autre, que se situe le moment où, pour l'être humain, la vie vaut d'être vécue, parce qu'il contemple la beauté en elle-même.» Le Banquet [211d, trad. L. Brisson, coll. GF, Flammarion, 2000]

Si la vie vaut la peine d’être vécue c’est à ce moment : lorsque l’humain contemple la Beauté en soi. (Le Banquet).

Le beau seul a cette destination d'être parfaitement manifeste et parfaitement digne d'amour. (Platon, Phèdre, 250d, traduction S. Weil)

 

Aristote (-385 - -322)

Le spectacle de la nature est toujours beau.

 

Marc Aurèle (121-180 après J.-C.).

Si l'on se passionnait pour les êtres de l'univers, si on en avait une intelligence plus profonde, il n'est sans doute nul d'entre eux, même de ceux qui sont les conséquences des autres, qui ne paraîtrait une agréable créature; on regarderait avec plaisir les gueules béantes des bêtes féroces et tout ce que nous font voir les peintres et les sculpteurs dans l'image qu'ils nous en donnent; même chez les vieux et les vieilles, on pourra voir une certaine perfection, une beauté, comme on verra la grâce enfantine, si on a les yeux d'un sage. (Pensées [livre III, § 2, trad. É. Bréhier, in Les Stoïciens, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, pp. 1152-1153] )

Tout ce qui est beau, de quelque façon que ce soit, est beau par lui-même, se termine à lui-même et n'a pas la louange comme partie de lui-même. L'objet qu'on loue n'en devient en conséquence ni pire ni meilleur.

 

Longin ou Pseudo-Longin (écrivain grec anonyme du 1e ou du 3e siècle)

Le pathétique participe du sublime autant que le sublime participe du beau et de l'agréable (...)  (le Longin, Traité du sublime, 24.)

 

Saint-Augustin (354-430)

L’unité est la forme de toute beauté.

 

Bacon Francis (1561-1626)

Toute beauté remarquable a quelque bizarrerie dans ses proportions (Essais, De la beauté).

C'est la meilleure part de la beauté que celle qu'un tableau ne peut exprimer. (Francis Bacon)

 

Pascal Blaise (1623-1662)

On ne souhaite pas nûment une beauté mais l’on y désire mille circonstances qui dépendent de la disposition où l’on se trouve, et c’est en ce sens que l’on peut dire que chacun a l’original de sa beauté dont il cherche la copie dans le grand monde (Discours sur les passions de l’amour, 1652-1653)

La beauté est partagée en mille différentes manières (Discours sur les passions de l’amour, 1652-1653).

L’imagination dispose de tout, elle fait la beauté, la justice et le bonheur qui est le tout du monde (Pensées, 1670).

 

Leibniz Gottfried Wilhelm (1646-1716)

On pourrait connaître la beauté de l’univers dans chaque âme si l’on pouvait déplier tous ses replis, qui ne se développent sensiblement qu’avec le temps (Principes de la nature et de la grâce fondés en raison).

 

Fénelon François de Salignac de La Mothe (1651-1715)

Ce n'est pas le difficile, c'est le beau que je cherche. (Fénelon François de Salignac de La Mothe-, Lettre à l'Académie).

 

Fontenelle Bernard (1657-1757)

Le bon a besoin de preuves, le beau n'en demande point.

 

Hume David (1711-1776).

La beauté des choses existe dans l’esprit de celui qui les contemple.

 

Marmontel Jean-François (1723-1799).

Celui qui se pénètre vivement du beau, du touchant, du sublime, n'est pas loin de l'exprimer (...) (, Œuvres, t. VI, p. 249.)

 

Kant Emmanuel (1724-1804).

Le sublime touche, le beau charme (Observations sur le sentiment du beau et du sublime)

La beauté n’ajoute rien à la perfection. La perfection n’ajoute rien à la beauté (Critique de la faculté de juger, 1790)

Une beauté naturelle est une belle chose, la beauté artistique est une belle représentation d’une chose (Critique de la faculté de juger, 1790)

Est beau ce qui plaît universellement sans concept. (Critique de la faculté de juger, 1790 [1re partie, 1re section, livre I, § 9, trad. J.-R. Ladmiral, M. B. de Launay et J.-M. Vaysse, Bibliothèque de la Pléiade, p. 978])

Il serait [...] ridicule que quelqu'un qui se pique d'avoir du goût songeât à s'en justifier en disant: cet objet (l'édifice que nous avons devant les yeux, le vêtement que porte tel ou tel, le concert que nous entendons, le poème qui se trouve soumis à notre appréciation) est beau pour moi. Car il n'a pas lieu de l'appeler beau, si ce dernier ne fait que lui plaire, à lui. [...] S'il affirme que quelque chose est beau, c'est qu'il attend des autres qu'ils éprouvent la même satisfaction; il ne juge pas pour lui seulement, mais pour tout le monde, et il parle alors de la beauté comme si c'était une propriété des choses. C'est pourquoi il dit: cette chose est belle.» (Critique de la faculté de juger, 1790 [1re partie, 1re section, livre I, § 7, trad. J.-R. Ladmiral, M. B. de Launay et J.-M. Vaysse, Bibliothèque de la Pléiade, p. 969])

Il n'y a pas de science du beau, mais il n'en existe qu'une critique, et il n'y a pas de belle science, mais seulement des beaux-arts. Pour ce qui est d'une science du beau, il faudrait qu'on puisse y démontrer scientifiquement, c'est-à-dire par des arguments probants, pourquoi telle chose doit être ou non considérée comme belle; s'il était d'ordre scientifique, le jugement sur la beauté ne serait plus un jugement de goût.( Critique de la faculté de juger, 1790 [1re partie, 1re section, livre II, § 44, trad. J.-R. Ladmiral, M. B. de Launay et J.-M. Vaysse, Bibliothèque de la Pléiade, p. 1086])

La beauté est la forme de la finalité d'un objet, en tant qu'elle est perçue dans cet objet sans représentation d'une fin. (Critique de la faculté de juger, 1790 [1re partie, 1re section, livre I, § 17, trad. J.-R. Ladmiral, M. B. de Launay et J.-M. Vaysse, Bibliothèque de la Pléiade, p. 999])

 

Hegel Georg Wilhelm Friedrich (1770-1831)

En disant… que la beauté est idée, nous voulons dire par là que beauté et vérité sont une seule et même chose (Esthétique, 1832)

 

Schopenhauer Arthur (1788-1860).

«Comment procède l'art ? - Les uns croient qu'il imite la nature. Mais comment l'artiste reconnaîtra-t-il dans la nature le chef-d’œuvre, le modèle à imiter, comment le distinguera-t-il parmi la foule des êtres manqués, s'il n'a une conception de la beauté antérieure à l'expérience ?» (Le Monde comme volonté et comme représentation, 1818 [livre 3e, § 45, trad. A. Burdeau, PUF, pp. 284-285])

La beauté est une lettre ouverte de recommandation qui nous gagne les cœurs à l’avance (Parerga et Paralipomena, 1851)

 

Cousin Victor (1792-1867).

La plus vraisemblable théorie du beau est encore celle qui le compose de deux éléments contraires et également nécessaires, l'unité et la variété (…) Le vrai et absolu idéal n'est autre que Dieu même. (Cousin Victor)

 

Emerson Ralph Waldo (1803-1882)

Nous avons beau faire le tour du monde à la recherche de la beauté, si nous ne l'avons pas apportée avec nous, nous ne la trouverons jamais.

 

Taine Hippolyte. (1828-1893)

L'ancienne esthétique donnait d'abord la définition du beau, et disait, par exemple, que le beau est l'expression de l'idéal moral, ou bien que le beau est l'expression de l'invisible, ou bien encore que le beau est l'expression des passions humaines (...) (Philosophie de l'art, I, p. 12.)

 

Nietzsche Friedrich (1844-1900)

Le caractère de l’ensemble du monde est de toute éternité celui du chaos en raison non pas de l’absence de nécessité mais de l’absence d’ordre, d’articulation, de forme, de beauté, de sagesse (Le gai savoir, 1887)

 

de Unamuno Miguel (1864-1936)

L’espoir dans l’action est la charité de même que la beauté en action est le bien

Qu’est ce que la beauté d’une chose sinon son fond éternel, ce qui unit son passé à son avenir, ce qui d’elle repose et demeure dans les entrailles de l’éternité ? Qu’est-ce sinon le révélation de sa divinité ? (Du sentiment tragique de la vie, 1913)

 

Alain (Chartier Emile-Auguste) (1868-1951)

Il faut savoir que le beau est ce qui met l'esprit des hommes en mouvement. Le vrai même est faible à côté; et le bien est austère quand on s'y met. (Mars ou la Guerre jugée, in les Passions et la Sagesse, Pl., p. 555.)

Le beau étant le signe du vrai et la première existence du vrai en chacun, c’est donc dans Molière, Shakespeare, Balzac que je connaîtrai l’homme et non point dans quelque résumé de psychologie. (Propos sur l’éducation, 1932).

 

Weil Simone (1909-1943)

Le beau est ce qu'on ne peut pas vouloir changer (La pesanteur et la grâce)

La beauté, c’est l’harmonie du hasard et du bien (La pesanteur et la grâce)

Ce qui permet de contempler la nécessité et de l’aimer, c’est la beauté du monde. Sans la beauté, ce ne serait pas possible (Institutions pré-chrétiennes, 1951)

 

HISTORIENS d’ART.

Zeri Federico (1921-1998)

Qu'est-ce que le beau, sinon une convention acceptée par la majorité à un certain moment ?

CRITIQUES.

De cinéma.

De Baecque Antoine (1962-  )

La beauté est la splendeur de la vérité. (Godard, 2010)

 

POLITIQUE.

Jaurès Jean (1859-1914)

Il est bien vrai que la beauté de la science et de l’art est consolatrice.

 

Poincaré Raymond (1860-1934)

Je parle de la beauté intime qui vient de l’ordre harmonieux des parties et qu’une intelligence pure et capable d’appréhender.

 

Rosa Luxembourg (1871-1919)

Je trouve qu’on a déjà beaucoup trop écrit de livres ; à force de littérature, les gens oublient de contempler la beauté du monde (J’étais, je suis, je serais ! : Correspondance 1914-1919).

La beauté trop formelle devient une grimace (Lettres de prison, 1916-1918)

 

SCIENTIFIQUES.

Rostand Jean (1894-1977)

La beauté en art n’est souvent que de la laideur matée. (Pensées d’un biologiste, 1967)