Chronologies

1830 | 1831 | 1832 | 1834 | 1837 | 1838 | 1840 | 1842 | 1845 | 1846 | 1847 | 1848 | 1850 | 1851 | 1852 | 1853 | 1854 | 1855 | 1856 | 1857 | 1858 | 1859 | 1860 | 1861 | 1862 | 1863 | 1864 | 1865 | 1866 | 1867 | 1868 | 1869 | 1870 | 1871 | 1872 | 1873 | 1874 | 1875 | 1876 | 1877 | 1878 | 1879 | 1880 | 1881 | 1882 | 1944 | 1958 | 1968

1880

 

CINQUANTENAIRE DE LA BELGIQUE

Les célébrations du cinquantenaire de la Belgique, en 1880, furent l'occasion de manifestations culturelles destinées à mettre en exergue l'identité culturelle du royaume.

Le Palais des Beaux-Arts, où fut présentée l'Exposition historique de l'Art Belge, avait été inauguré le 2 août.
Commencés en 1874, les travaux avaient été confiés à l'architecte du roi Alphonse Balat. Quatre groupes sculptés allégoriques en  bronze : la Peinture, la Sculpture, l'Architecture et la Musique(par Egide Melot, Georges Geefs, Louis Samain et Guillaume de Groot) surmontaient l'entablement de la façade qui donnait sur la rue de la Régence ; les groupes en pierre grise du Couronnement de l'Art, par Paul de Vigne, et de l'Enseignement de l'Art, par Charles van der Stappen, étaient, eux, adossés aux avant-corps de cette même façade de style classique. 

La Belgique célèbre le cinquantenaire de son indépendance par deux grandes expositions.
- Sur l’ancien champ d’exercices de l’armée belge, réaménagé et devenu le Cinquantenaire, sont érigés deux palais d’expositions - Les Musées royaux d’Art et d’Histoire et Le Musée de l’Armée actuels, conçus par Gédéon Bordiau - où est organisé une exposition internationale consacrée à l’industrie et aux sciences.
- Au centre de Bruxelles, dans la rue de la régence, s’ouvre le nouveau Palais des Beaux-Arts - actuellement les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique - bâti d’après les plans d’Alphonse Balat, avec une grande rétrospective de l’art belge entre 1830 et 1880.

(01/08-30/10) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. Exposition historique de l’art belge, 1830-1880.
* Exposition inaugurale du Palais des Beaux-Arts.
** Vaste synthèse de l’art en Belgique où la peinture de chevalet l’emporte maintenant sur la peinture monumentale.
*** e. a. De Meersman François, Franck Joseph (16 gravures d’après des maîtres anciens et contemporains), Oyens David, Oyens Pieter, Stevens Alfred…
****Catalogue :
1830-1880 Catalogue illustré de l'exposition historique de l'Art Belge et du Musée Moderne de Bruxelles d'après les originaux des artistes par Dumas, F.-G. Rodez, Editeur, Bruxelles et L. Baschet, Editeur, Paris, 1880 (in-8, demi-percaline noire, xv - 255 pp. - 66-87 pp.
Plusieurs centaines d'œuvres reproduites à pleine page, plan du Palais des Beaux-Arts et des musées royaux et du musée d'Art moderne, Bruxelles.

* Digitalisé sur internet : https://archive.org/details/catalogueillustr00duma  

Introduction
Avant-propos
Explication du catalogue
Catalogue illustré de la peinture, sculpture & aquarelles exposés au Palais des Beaux-Arts le 1er août 1880 classés par salles et par ordre de placement : Peinture. - Sculpture. - Aquarelles. - Dessins : section de peinture. - Drawings and sketches - Section of painting- Exposition historique de l'Art Belge : table des matières : liste des artistes dont les dessins figurent dans le catalogue.
Musée moderne : section de peinture et de sculpture - Liste des ouvrages de peinture et de sculpture du Musée Moderne suivant l'ordre du placement.
L'art appliqué à l'industrie : compagnie des bronzes de Bruxelles.
​Société anonyme des cristalleries du Val Saint-Lambert.
​Maison Dierickx.
Manufacture de pianos J. Gunther.
Serrurerie d'art Prosper Schryvers.
Ce catalogue constitue un précieux document de travail pour l'histoire de l'art belge des années 1830-1880.

Les célébrations du cinquantenaire de la Belgique, en 1880, furent l'occasion de manifestations culturelles destinées à mettre en exergue l'identité culturelle du royaume.

Le Palais des Beaux-Arts, où fut présentée l'Exposition historique de l'Art Belge, avait été inauguré en 1880. Commencés en 1874, les travaux avaient été confiés à l'architecte du roi Alphonse Balat. Quatre groupes sculptés allégoriques en  bronze  : la Peinture, la Sculpture, l'Architecture et la Musique(par Egide Melot, Georges Geefs, Louis Samain et Guillaume de Groot) surmontaient l'entablement de la façade qui donnait sur la rue de la Régence ; les groupes en pierre grise du Couronnement de l'Art, par Paul de Vigne, et de l'Enseignement de l'Art, par Charles van der Stappen, étaient, eux, adossés aux avant-corps de cette même façade de style classique. 

 

Rentrée académique 1880 : l'Université libre de Bruxelles  ouvre pour la première fois ses portes aux étudiantes. Trois femmes réussissent à s’inscrire.

 

L’écrivain Camille Lemonnier parcourt la région industrielle wallonne avec Xavier Mellery et Constantin Meunier afin de préparer l’édition de « La Belgique ».

"La littérature n'étant en Belgique ni une profession ni, encore moins, une situation, on ajoute une page à une autre, le soir sous la lampe qui éclaire le cercle de famille, comme on peut...
Le livre terminé, il faut bien se résigner à le faire imprimer soi-même. Il n'y a guère d'éditeurs: il n'y a que des firmes qu'il faut acheter. La petite épargne du ménage y passe ; quand elle fait défaut, c'est la femme qui se privera d'une robe, le boucher qui attendra, ou le propriétaire. Et tout de même à la fin, le bouquin paraît.
Les revues, trois ou quatre journaux font des articles... Avec de la chance, il est possible de vendre jusqu'à 150 exemplaires. Un auteur connu en vend 250 à 300: c'est l'exception. Le surplus du tirage passe aux amis, qui, naturellement, n'achètent jamais. Et voilà la gloire...
En réalité, la vie littéraire n'existe pas en Belgique : on y fait des livres, en sachant qu'on ne sera pas lu. Il y a là une certaine beauté d'orgueil fier et mélancolique. Le libraire, lui, se désintéresse. Sa vitrine n'est déjà pas trop grande pour tout ce qui se publie à Paris. Et les années passent: on a une petite bibliothèque où on range «ses premières éditions» avec l'espoir qu'un jour on pourra en tirer une seconde; mais rien ne vient, ni les tirages, ni l'argent, ni le renom. La littérature est un grand colombarium où les auteurs ont, vivants, leur épitaphe." (Camille Lemonnier, La vie belge, 1880 cité in cat. Réveil littéraire et artistique. Schaerbeek 1880-1930. Schaerbeek, Musée communal, 19/12/98-31/1/99)

 

Analphabétisme: 1.283.381 en 1880 et 867.252 en 1900; publication de livres: 1.176 en 1880, 3.245 en 1913 ; 72.926 entre 1880 et 1914.

 

 

REGION BRUXELLOISE

Bruxelles, Cercle artistique et littéraire.

(  /  -  /  ) Dubois Louis.

(  /  -  /  ). Exposition annuelle.
* e. a. Oyens David, Oyens Pieter.

 

REGION WALLONNE

 

Province de Namur

(  /  -  /  ) Namur,                                    . Exposition internationale & triennale des Beaux-Arts.
* e. a. Oyens David.

 

 

VLAAMSE GEMEENSCHAP

 

Province de Flandre orientale.

(15/08-02/11) Gand, Casino. Salon 1880. Exposition triennale (31e).
* e. a.
- Finch Willy, Meunier Constantin, Oyens David, Oyens Pieter.
- Manet Edouard, Rodin Auguste.

(12/11) Gand. Fondation de la société coopérative Vooruit

 

PRIX

Premier prix de Rome : Rémy Cogghe avec Les Aduatiques vendus à l’encan.

 

ESTHETIQUES

La Jeune revue littéraire.

Dès octobre 1880, un groupe d'étudiants de l'ULB avait perpétué la déjà longue chaîne des revues littéraires nées sous le drapeau de notre maison en fondant La Chrysalide, petite brochure reprographiée dont le titre avait été trouvé par Maurice Sulzberger (1863-1939), futur membre de l'Académie royale de Belgique. Comme on pouvait le craindre, la revue ne connut qu'un seul numéro. Sans désemparer, Bauwens lance un nouvel organe appelé à connaître une existence moins éphémère : La Jeune Revue littéraire.

Adoptant un rythme de parution régulier, cette fière revue allait proposer une douzaine de livraisons, de décembre 1880 au 15 novembre 1881, formant un ensemble de plus de 250 pages entièrement consacrées à la littérature, à la poésie et à la critique artistique et littéraire. Aux sommaires des fascicules on relève notamment ceux des jeunes écrivains Georges Eekhoud, Max Elskamp, Albert Giraud et Max Waller, parmi bien d'autres restés moins connus.