Description physique

in 4°, ill. (24 clichés hors texte), n. p.

Bibliographie texte

  • Texte de présentation

    • Constant Burniaux in Savoir et Beauté n° 4, avril 1925.

      Un volume accueillant, illustré de nombreuses et belles reproductions intuitives. La préface de Jules Destrée dit fort bien le sens du livre de Jean Tousseul, je le crois nécessaire et sage car il est vrai que "ceci n'est pas un livre de critique au sens ordinaire du mot". L'auteur aime ses "sujets". Il en parle avec beauté, il les chante ! Il se plait à transposer dans l'art d'écrire ce qui l'a frappé dans l'art de peindre et de sculpter. N'est-ce pas ainsi qu'un artiste doit comprendre un autre artiste ?

      Les portraits de Jean Tousseul sont parfois des vies magnifiées, exaltées par une interprétation tendre et profonde qui s'exprime avec une aisance plantureuse et pittoresque. L'auteur fait vibrer autour de quelques hommes, l'atmosphère qui leur est propre. Et ses portraits, si différents, où chacun est traité avec la couleur qu'il aime, rendent un même son d'amour et d'art purs. Jean Tousseul y place des "extraits" de la peinture et de la sculpture de ses "héros". Il brosse en quelques mots chauds des toiles préférées au modèle en deux coups de pouce qui l'ont fait rêver. Il voit, en définitive, tous ces artistes à travers lui, et, plus il les aime, plus il s'efforce, expliquant leurs visions, de les rapprocher à sa vision. L'une des études les plus caractéristiques à ce sujet (et l'une des meilleures) est cette page délicate consacrée à Louis Decoeur.

      Pourtant mais en particulier dans le médaillon du sculpture Gustave Fontaine, Jean Tousseul pénètre l'art qu'il aime. Son esprit n'est pas absent de cette affection. Il faudrait citer toute entière l'étude pathétique sur Georges Higuet. Et les autres, les pages sur Jef de Pauw, Alphonse Logelain, Dolf Ledel, Charles-Philippe Schott, Edgard Tytgat, War Van Overstraeten, Pierre de Vaucleroy, A. Claes-Thobois, etc.

  • Informations complémentaires

    • Préface de Jules Destrée.