Biographie

Artiste autodidacte

1978
(14/07 – 30/07)  Cugnon, Foyer culturel de Bertrix. Exposition d'ensemble.  Première exposition de peintures

1980​
(     )     Izel-Libramont-Gouvy . « Art jeune du Luxembourg ».  Premiers travaux sur disques 33T. expo itinérante            

1982 
(../03–01/04) Louvain-La Neuve. La Lux/Kot Galerie. « Im médias ». Première exposition personnelle

1989
(14/04-01/05) Marche-en-Famenne. Maison de la culture.  « 1/2 heure d'avance »

1991
(14/07-18/08) Redu. CACLB. « Un auteur - un artiste »

1992
(31/07) Virton. CACLB/Ville de Virton. « Parcours artistique en ville».
( ../08) La Seyne-sur-mer  (FR). Fort Napoléon. « Festival de jazz »

1993
(18/06-19/09 / 17/10) Bruxelles, Ateliers 340 : Le noir dans le sculptural
(13/11-5/12) Virton. CACLB. « Emballage Paturage »

1994
(14/05-19/06) Jamoigne-Grange du Faing / CACLB. Dominique Marx « Strates »
(Septembre) Bertrix, Centre culturel (inauguration des nouveaux locaux). « Strates »

1995
(06/05-28/05) Jamoigne-Grange du Faing/ CACLB. «10 ans : 1985-1995 »
(01/07-31/07) Florenville. De l'autre côté du miroir. Dominique Marx « Médium-Média »
(14/07) Virton -Ancienne Chapelle / CACLB « Rencontre d'artistes »
(02/12-23/12) Huy, Centre culturel. Dominique Marx « Stèles et strates »

1996
(28/06-03/08) Luxembourg, Galerie Simoncini. « 12 artistes de la Grande Région »
(24/10-23/11) Luxembourg, Galerie Simoncini. « Petits formats »

1997
(06/09-28/09) Bastogne, Porte de Trêves - Centre culturel / CALB. Dominique Marx « Sillons et champs du signe »
(26/10-16/11) Marche-en Famenne, Maison de la culture Famenne-Ardenne. « De l'autre côté du miroir »

1998
(21/02-13/03)   Rossignol (Tintigny), Centre Culturel. Dominique Marx « Écritures »
(04/10-01/11) Jamoigne, Grange du Faing / CACLB. « Carte Blanche »

1999
(22-25/01/) Saint-Hubert, Palais abbatial. « Les artistes et les droits de l'homme ». Organisation : Centre d'action laïque/ Amnesty international. Ensuite (12/03-17/03) Arlon, Galerie Ara Lunae  et (11/12-19/12) Florenville, De l'autre côté du miroir
(30/03-16/05). Darmstadt (D) Kunstehalle.  Noir-Zwart-Schwarz »im skulpturalen Bereich. Organisation : Atelier 340

2000
(07/04-13/05) Hasselt, Galerie CIAP. Carte blanche à J-G Massart. « ArTdennes »

2001
(03/02-22/02) Bertrix, centre culturel. Art Caresse. * Organisation Dominique Marx et Sylviane

2002
(25/05-26/05) Bertrix, Centre culturel. A la rencontre d'artistes et artisans
(14-15/09) Province de Luxembourg / CACLB.  Libres Parcours – Ateliers d'artistes
(04-20/10) Mont-Saint-Martin (FR), Eglise romane / Association « Être ». Dominique Marx « Strates »  Installation .
(07/03-12/04) Marche en Famenne, maison de la Culture. Art Caresse. A la croisée de 3 univers, la sculpture contemporaine, le toucher, la non-voyance

2003
(9/8-2/11) Jette, Atelier 340,  L'histoire d'une collection / Geschiedenis van een verzameling, 1979-2003.

2004
(06-20/02) Bertrix, Centre culturel. « Rouille »
(08-16/05) Prouvy / CACLB. Libre parcours chez les artistes

2006
(  /  -  /  ) Jamoigne, Grange du Faing. « CACLB 20 ans » « 20/20 »

2007
(02/06-01/07) Jamoigne, Annexe / CACLB. « Passeport pour l'avenir »
(23-24/06) Sensenruth, Bouillon Blanc. Jardin ouvert sur l'art. Dominique Marx et Sylviane Dufour

2008
(28-29/03) Herbeumont, Espace Culture.  Rencontres culturelles « Dominique Marx. Petit parcours dans l’œuvre »
(03/08-17/08) Herbeumont, salle le Vivy / CACLB et Espace Culture.  Petits formats, multiples propos

2009
(27-29/03) Herbeumont, « Rencontres culturelles. A son domicile / Espace culture. « Dominique Marx. Petit parcours dans l’œuvre » 
(< mars ) Montauban (Buzenol) / CACLB « Enchanter le site de Montauban »  Dominique Marx. Installation de nichoirs dans la forêt 
 
(28/06-20/09) Bastogne, Orangerie et Parc Elisabeth, « 20 artistes investissent les arbres et l’Orangerie du Parc Elisabeth ».
(03/07-28/08) Bastogne, Orangerie. « Pays'arbres ». Dominique Marx.  Installation d'une cité-nichoirs
 
(05-18/08) Herbeumont Espace culture / CACLB. Appel à projets en vue de la création d'un parcours sonores

2010
(24/01-14/02) Huy, Centre culturel. 20/20 - 20 artistes pour les 20 ans du Centre
(01-31/08) Herbeumont / Espace Culture. Dominique Marx « Moire », installation en la Chapelle Saint-Roch
(< 07/11) Huy, Parc des Récollets / Centre culturel de Huy. D. Marx « Home sweet home »

2011
(09-11/09) Floreffe, Centre culturel. « Quand l'arbre rencontre la nature »

2014
(15-31/08) Herbeumont, Espace Culture. « Cendres et Vie ». Et conception de la « Place du 23 août 1914 », en commémoration à l'incendie du village de Herbeumont
(04/10-26/10) Florenville, De l'autre côté du miroir. « Marx et Marx . Trait pour trait » (Sonia et Dominique)

2016
Bastogne « Déjà 20 ans » édition du Catalogue

2017  
(13/02) décès inopiné de l’artiste, en son domicile

 

Post Mortem
2017
(20/04-28/05) Montauban (Buzenol) / CACLB. Exposition hommage. Dominique Marx « Œuvres choisies »
 

 

 

 

Liste d'oeuvres

Catalographie

Résumé de l'inventaire des œuvres

Titres / séries                          nombres d’œuvres                  années

Vinyles

            Première œuvre                                                         1980

            Materia prima                        11                                 1990-1997

            Bloc/blocs                               9                                  1992-1994

            Lamelles                                 4                                  1988-2007

            Strates                                    29                                1990/1995

            Strates - Grands éclats          4                                   2004-2006

            Stèles                                    8                                    1991-1993

            Colonne                                 1                                    1990

            Éclats                                     5                                   1990-2002

            Dalles                                     4                                   1991

            Cubes                                     20                                1998-2007

            Barres                                     4                                  2002

            Barres Cœurs de disque        10                                2002

 

Blocs de Fil Barbelé                         1                                  1993

 

Rouille                                                7                                 2004

 

Écriture micro-géométrique                                                  1989-1999

            Encre de chine                         150

            Gravure sur kromkote              30

            Gravure sur 45T

                        et  frottis                       100

 

Nichoirs                                              +/- 100                       2008-2011

 

Lampes XXX                                      30 à 40                        2011-2017

Bibliographie texte et PDF

  • Texte de l'artiste, Interviews

    •         

      1989
      Blanc-Noir-Rouge...

      L'au-delà du langage....
      Cri intérieur du silence.

      Structures archétypes de nos angularités lisses et a(mb)iguës

      - Eurythmies méditatives coulées dans des médias -
      Messages dotés-doués d'infinies de possibilités interprétatives, re-créatrices ...

      Traces symboliques d'ingrédients alchimiques ...
                              Œuvre au noir ...
                              Glyphes - griffes obscures d'une géométrie littérative

      Espace et temps confondus dans la durée du geste multiple
      Durée - musique refondue dans l'espace/temps plastique d'une plage au soleil noir ...
                              Le temps, le Temps
                              comme architecture des étoiles
                                          et
                              notre griffe à peine sur le monde.
            ... Volume de mon temps limité
                              dans l'Espace-surface
                                                                 creusé
                              de la plume monastique dans mon ermitage intérieur
                                                                                         ... Simples traces
                                                                                         ... Solitude 


      1990
      Materia Prima  I

      Au commencement...  l’œuvre naît d'existence croisées...  Genèse, des disques jetés en pile au dépotoir...  Détritus.
      Disques à jamais morts.  Disques devenus misérables et vulgaires objets parmi d'autres vulgaires et misérables objets...  Retour au néant...  La mort...  mais disques encore !
      Exhumer ces cadavres du tas.  Cadeau du tas.
      Les sortir du néant de leur fosse communes...  Et réfléchir.  La culture sur ces rondelles de vinyle noir.
      Autopsie d'un symbole.
      Agir sur cette masse inerte et muette des 33 et 45 tours.  Agir dans la masse.  Agir en masse.  Agir avec ma sensibilité d'artiste, mes itinéraires d'expériences et de hasards...  Signifier en sculpture la mort de l'objet, du médium culturel qu'est encore cette hostie de matière noire effleurée, pressée de... musique
      Et geste iconoclaste : les tailler - débiter – plier – déformer – creuser ; agglomérer en couches les éclats, en volumes, en concrétions, les fondre en blocs.  Les confondre en blocs ! Sculpture !
      Solvé et coagula de cette alchimie métaphorique ...  œuvre au noir ...  Œuvrer le noir ... agir le noir.
      Noir mat, noir brillant ; noirs miroirs magiques...  Aller chercher dans les profondeurs l'animation immobile des formes.  Les écrire de la « Materia prima » délivrée, désincarnée, libérée de sa forme.

      Matière de son élémentarité première...  Empiler les éclats en strates.  Les inclure en carrés, eux qui furent disques...  Dresser des stèles de silence...

      Présences du « Temps » devenu « Lumières ».


      1990
      Materia prima  II

      Au commencement...  l’œuvre naît d'existence croisées...
      Genèse, des disques jetés en pile au dépotoir...  Détritus.

      Disques à jamais morts. 
      Disques devenus misérables et vulgaires objets
      parmi d'autres vulgaires et misérables objets... 
      Retour au néant...  La mort...  mais disques encore !

      Exhumer ces cadavres du tas.  Cadeau du tas.
      Les sortir du néant de leur fosse communes... 
      Et réfléchir.  La culture sur ces rondelles de vinyle noir.

      Autopsie d'un symbole.
      Agir sur cette masse inerte et muette des 33 et 45 tours.
      Agir dans la masse.
      Agir en masse. 
      Agir avec ma sensibilité d'artiste, mes itinéraires d'expériences et de hasards... 
      Signifier en sculpture la mort de l'objet, du médium culturel
      qu'est encore cette ostie de matière noire effleurée, pressée de... musique

      Et geste iconoclaste 
      les tailler -  débiter – plier – déformer – creuser ;
      agglomérer en couches les éclats, en volumes, en concrétions, les fondre en blocs. 
      Les confondre en blocs !
      Sculpture !

      Solvé et coagula de cette alchimie métaphorique … 
      œuvre au noir …  Œuvrer le noir …  agir le noir.

      Noir mat, noir brillant ;

      noirs miroirs magiques... 
      Aller chercher dans les profondeurs l'animation immobile des formes.
      Les écrire de la « Matéria prima » délivrée, désincarnée, libérée de sa forme.

      Matière de son élémentarité première... 
      Empiler les éclats en strates. 
      Les inclure en carrés, eux qui furent disques... 
      Dresser des stèles de silence... 
       

      Présences du « Temps » devenu « Lumières ».


      1993
      pour le catalogue Le Noir dans le sculptural, Atelier 340, Bruxelles

      Qu'est-ce donc cet objet précieux, fragile, juste porteur de voix, sons, musiques, vite oublié, jeté quand sa peau délicate subit le terrorisme du temps, se blesse de coups, se ride de griffes, se vide de sens ?  Devenu inerte, muet, inutile ; qu'en reste-t-il, sinon sa matière noire fascinante ?

      Qu'est-ce donc ce symbole de notre culture, de notre société, que ce porteur de création, que ce médium ?  Qu'elle place a-t-il ?  Pourquoi le délaisse-ton ?  Pourquoi meurt-il ?  Pourquoi le jette-t-on ?  Ne reste-t-il donc de ces disques que leur matière noire fascinante ?

      Disque noirs condamnés à l'oubli, à la mort, à l'ingrate indifférence du temps, quand deux initiales le supplantent, nouveau soleil d'argent, nouvelle hostie à adorer.
      Disque noirs riches de leur matière noire, fascinante ?

      Agir donc sur cette matière noire ?  Agir cette matière noire.  Sculpter ce noir...  Œuvre au noir de cette alchimie métamorphique... L'offrir à la lumière.

      Bâtir blocs, stèles, strates des disques réduits en éclats.  Fondus, confondus en blocs...

      Sédiments géologiques d'une ère ancienne, déjà.  Alluvions de mémoire, peut-être.  Bribes, éclats de voix n'accrochant plus que la lumière.  De leur seule matière noire, fascinante.


      1993
      Bloc de barbelé

      Champs, prés, bois, ruisseaux, pâturages, herbe fraîche...
      Hangars des prés comme châteaux forts...
      Ballots de foin comme fortins...
      Plaines de jeux et d'aventures de mon enfance sauvage...

      Par monts et par v(e)aux !

      Et ces clôtures que nous sautions, gamins espiègles...
      Frontières de fer ignorées...

      Et les souvenirs de mes vêtements et de ma peau lacérée
      par les barbes acérées des fils tendus ;
      des pneus de mon vélo crevés par ces ronces piquantes et traîtres,
      par ces « vertigelles » errantes sur les chemins des tracteurs et des vaches...

      Ce fil de fer barbelé que je choisis de travailler.
      En le compactant, le tressant, le tricotant,
      l'emballant, le découpant, le pliant.
      En l'entremêlant inextricablement.

      Comme si...

      Comme s'il était possible, ô rêve,
      que les clôtures de nos petites limites humaines
      ne clôturent plus rien
      Laissant champs libre à la vie...
      ... Que disparaissent à jamais les rideaux de fer,
      les c(h)amps de la mort ...
      Qu 'ils soient contenus dans ce bloc de barbelé concentré.
      À jamais...
      Que ne restent que de vieilles cicatrices...
                                                                             Pour l’expo Emballage – Pâturage, 1993-2014


      1995
      Medium Media
      Travaux d'écriture   -   Travaux sur disques
      Deux versants de la même vallée de mon art.  Pentes abruptes.

      Écriture née il y a longtemps, par petits bonds, par hasard, sur n'importe quoi : boite d'allumette, paquet de cigarettes, moindres papiers traînant là. Morceau de journal - bout de revue … Écriture du hasard parce que ma plume courait, aussi, pour de vrai sur les lettres, des lettres, des lettres.  Longues et poétiques.  Avec à côté du jazz . . .  Jazz qui balançait mes mots, rythmant mes phrases, gravait son tempo, justement dans les petits graphismes nés machinalement alentours . . . j'ai entendu quelques fois « On dirait des dessins faits en téléphonant » . . . La correspondance avec mon travail est tout à fait pertinente . . . Je me contente de rassembler ces petits dessins . . .  Puis je me suis piqué au jeu.  Ainsi est née mon écriture « Micro-géométrique »
      Bien sûr, au fil du temps, la main s'est affirmée, les graphes se sont posées plus pures, plus denses, plus fermes, se sont combinées, enchaînées l'une à l'autre, aux autres . . .  Avec un clin d’œil à l'histoire de l'art, détournement ironique de l' « abstrait construit » . . . Mais ces médias sont-ils « médium » ???


      Écriture née il y a longtemps,
      par petits bonds, par hasard, sur n'importe quoi :
      boite d'allumettes, paquet de cigarettes, moindres papiers traînant là
      Morceau de journal - bout de revue …

      Écriture du hasard
      parce que ma plume courait, aussi, pour de vrai sur des lettres, des lettres, des lettres.
      Longues et poétiques. 
      Avec à côté du jazz . . .  Jazz qui balançait mes mots, rythmant mes phrases,
      gravait son tempo, justement dans les petits graphismes nés machinalement alentours

      J'ai entendu quelques fois « On dirait des dessins faits en téléphonant »
      La correspondance avec mon travail est tout à fait pertinente
      Je me contente de rassembler ces petits dessins.

      Puis je me suis piqué au jeu. 
      Ainsi est née mon écriture « Micro-géométrique »

      Bien sûr, au fil du temps, la main s'est affirmée,
      les graphes se sont posées plus pures, plus denses, plus fermes,
      se sont combinées, enchaînées l'une à l'autre, aux autres.

      Avec un clin d’œil à l'histoire de l'art,
      détournement ironique de l' « abstrait construit ».

      Mais ces médias sont-ils « médium » ???


      1998
      « Écriture »

      Ces « écritures » micrographiques, microgéométriques sont nées vers 1980 « autour de mots, « autour » de la musique, comme des rythmes inconscients se posant alentour des mots écrits : boites d'allumettes, sous-mains, paquet de cigarettes ...
      Comme d'aucuns griffonnent en téléphonant ...
      Un travail de près d'une vingtaine d'années ! Un travail sur la DURÉE ? 
      Un travail laissé en léthargie, parfois sur de longues périodes, au profit de cette autre approche artistique, à la fois différente, semblable, complémentaire, qu'est la sculpture plus connue de disque en vinyle.
      Mais un travail revenant sans cesse dans sa complétude, son infinitude.  Dans sa solitude.

      Un travail télescopant cinq mille ans d'histoire de l'écriture ? 
      Avec une différence majeure, qui le conscrit rigoureusement dans le champ de l'art : il n'a d'autre signification que lui-même.
      Des signes donc, pas du sens. 
      Un travail fort peu exposé.
      Cette exposition n'est pas une rétrospective, donc non inscrite dans le temps linéaire, mais espace offert à d'autres espaces, qui sont miens, qui sont là.
                                                      pour l’exposition au Centre culturel de Rossignol (21/02- 13/03/98)

       

      2000
      Pour Florence Fréson

      texte prononcé lors de la présentation de son expo dans l’Ardoisière de la Morépire, juillet 2000.
        Osmose, espérait-elle …
        Osmose … Avec le schiste, les pierres, l'ardoise.
        Osmose … Avec la mine, les galeries, les chambres, ... Les mineurs en allés …
        Oui, Florence Fréson est entrée en résonance, en harmonie, en sympathie avec / dans cet hors monde d'extraordinaire beauté, de force, de puissance qu'est l'Ardoisière de la Morépire, à Bertrix, réveillée de son sommeil, sauvée de l'oubli par une poignée de passionnés (qui    n'y ont compté ni argent (le leur!) ni temps) sous l'impulsion, l'enthousiasme de Monsieur Yves Crul.
        Et la pierre, le schiste revit.
        Et la mémoire enfouie, enfuie, revient, nous revient.
        Il était temps …
        Savoir cela, oublier cela …
        Descendre.
        Il faut descendre, pour qu'en soi-même monte et remonte en accordance, en accordailles l'art et la pierre …
        La sculpture en contrepoint du chant du schiste de la Terre …
        Descendre dans la longue histoire: avec ses outils, inconnus de ces pierres-là …
        Se démunir des horizons … Etre au cœur de l'ardoise.
        Et cheminer, courbe, d'abord.
        Et voir, voir, voir; pour commencer à percevoir.
        Être là … Osmose, écrivait-elle …
        Ne pas troubler la mine … Ne pas la déranger. Ne pas la blesser … Ne pas la trahir et ne pas se trahir… Ne pas … Ne pas …
        Laisser naître …

      Être là … Osmose, écrivait-elle …
        Ne pas troubler la mine … Ne pas la déranger. Ne pas la blesser … Ne pas la trahir et ne pas se trahir… Ne pas … Ne pas …
        Laisser naître …
        Être là … Osmose, écrivait-elle …
        Alors …
        Alors, La Pierre se dit.
        Et l'œuvre s'œuvre … Unique et multiple …

        Dans cet étrange silence des noirs et des gouttes d'eau, elle est. Et nous dit … Nous raconte, nous murmure.
        A chaque balise, à chaque station, à chaque lieu marqué par la présence d'une intervention de Florence Fréson, si imperceptiblement, si discrètement, si délicatement, si fragilement, si précairement, si sensiblement et si fortement, l'art et l'ardoise dialoguent…
        La sculpture et les pierres s'appellent
        Le sculpteur et les mineurs se répondent
        L'art est l'ardoise
        L'ardoise est l'art…

        Laissons-nous cheminer.
        Première présence. Niveau –45. Dans les murs élevés haut ; les arcs brisés des galeries à travers banc … Et là, des pierres empilées en épousent les tensions … Tout au fond, droit parmi les pierres effondrées, un tronc d'arbre, seul, pigmenté d'oxyde de fer… de ce fer que    la mine a digéré tout au long de l'oubli des hommes. Le fer des rails, le fer des câbles, le fer des riens en fer…
        Première présence, délicate, condensant pourtant à elle seule l'indispensable maître-mot du travail séculaire des hommes : l'équilibre…

        Équilibre des masses énormes des murs de blasons - ces pierres bonnes à rien, en tout cas pas bonnes à en sortir l'ardoise de couverture et laissées au fond - empilés appareillés en d'incroyables coursives…
        Équilibre des pierres posées sur le dos des hommes, en équilibre, eux, sur des échelles…
        Équilibre suspendu entre l'éternité et la chute de la planche de schiste, au-dessus de la tête des hommes…
        Équilibre indispensable des masses dans les pierres à débiter – et celui des coups donnés, précis…
        Équilibre et symétrie du fendage des spartons.
        Équilibre des pierres de Florence Fréson.
        Deuxième présence: les obliques opposées des pierres dressées dans une niche ogivale: dialogue des formes.
        Puis des stèles élevées, droites, adossées, écrites à la pointe … Rigoureuses dans leur forme… Comme en attente…

        Élevons-nous vers le niveau –25 mètres par les galeries de portage, à nous rendues confortables par un escalier métallique ; à eux, les mineurs, d'antiques échelles de bois et des marches de schiste, glissantes… Nous en lumière. Eux dans le noir.
        Nous arrivons à la pointe de la chambre 12/45… Là, posée simplement, une pierre… Un carré en léger creux… Carré comme ciel de nuit où brillent les étoiles : menus cristaux de pyrite
        Carré adouci…Toucher sensuel… Ainsi donc, la pierre, le schiste, l'ardoise a, aussi, au cœur cette Tendresse… Ainsi donc, au cœur de la rudesse de la mine, au cœur de cet incroyable travail d'extraction, pour de bien modestes et rares trésors d'ardoises, du bruit    imaginable, de la poussière imaginable, des heurts des pics, des brisures, des empilements inlassables ; ainsi donc, de la douceur soyeuse inimaginée…
        Laissons nos mains capter la douceur sensible révélée, là, par une artiste sensible…
        Traversons l'éponte, puis la galerie à travers banc. Va se révéler, là, grandiose, tout l'art de la construction, de l'élévation des arcs en appareillages complexes des blasons de la terre.
        Je disais "équilibre"…
        Nous rejoignons la galerie principale, de "tête". Elle sera balisée, discrètement par les œuvres de Florence Fréson.

       Stèles écrites à la pointe, à la gradine…comme en partance…
       Ou ronde comme une roue. Monsieur Louis Soquay, ancien mineur, a délivré à Florence son savoir-faire, sa connaissance de la pierre, du métier de la pierre… La première leçon, la première mise en œuvre de Florence est là : pierre ronde… Sculpture.
        Un petit muret. Un peu de pigment. De modestes pierres posées, précaires, debout…Étonnamment verticales dans ce monde oblique, ce monde horizontal où seules les pierres élues étaient dressées prêtes à monter… En correspondance pourtant, avec d'autres pierres verticales, en linteau discret, unique, quelque part dans la mine… Ce linteau, Louis nous disait avoir été fait par un mineur dérogeant à la tradition…un…artiste… Osmose ?
        La Pierre Secrète…Parfaite rigueur géométrique née du hasard des nayes… Pierre secrète… Traits de craie sur ses arêtes…Elle s'est posée, un peu narquoise, en haut d'une niche. Et regarde plutôt qu'est regardée…
        Autre alcôve : pierres minces, obliques, en parallèle rigoureuse avec la planche d'ardoise. Jeu de ligne - jeu de l'Art…

        Puis une merveilleuse galerie, redécouverte il y a peu –un mur la fermait- accueille une autre installation. Ici les courbes se répondent. Au sol des pierres courbes venues des grands fonds et juste un peu de couleur… Un collier d'éclats d'ardoise en contrepoint de la brisure des arcs… Dans le fond : un chaos apaisé…
       Plus loin, deux barres d'éclats, comme barrières. Éclats venus de la surface ; éclats rebus d'ardoises ratées, de rebattage… Éclats de rien… Mais revenus en la matrice originelle, avec statut d'œuvre d'art !
        Avant de quitter ce lieu extraordinairement fort qu'est l'Ardoisière souterraine de la Morépire, là, adossée, une grande plaque de schiste – un cherbai- quadrillée très légèrement… Comme un hommage aux hommes du fond, comme une destinée. Comme si cette pierre était prête à être débitée en spartons ; à accoucher de ses ardoises…

        Au jour, d'autres pierres, carrées… D'autres sculptures-livres. Écrits. Se lit le schiste, se lisent les signes. Histoire de la Terre et l'histoire des hommes… Des livres pour apprendre à voir… Et là, au mur, des schistes remontés… Tout étonnés… de l'Osmose…
        Florence est repartie avec les mots de la pierre, les mots des hommes de la pierre : tchawe, éponte, planche, quernon, blason, fil, crabotage, amorçon, sparton, pierre courte, avantage, naye, pli, longrain et tant d'autres…
        Pour nourrir pensée et réflexion.
        Florence est repartie avec la mémoire des gestes des scailttons.
        Pour dans son art, les agir…
      Florence est revenue à la Morépire, un manche dépassant de son sac: un pic tout neuf: l'outil à tout faire des mineurs.
        Outil bien connu des pierres…


      2002
      Strates

      Les œuvres exposées vous proposent une mise en perspective de trois histoires humaines autour du silence acté dans le geste artistique.

                  Silence des vallées où se sont tues les musiques du fer
                  Silence de l'église où s'est tue la voix des prières
                  Silence de la musique quand s'est tue, la technologie abandonnée pour un autre médium, le                    compact disc

      L'exposition des microsillons devenus sculptures est une invitation à refaire en soi, pour soi, le voyage de la mémoire : la sienne, attachée aux souvenirs écrits dans le noir du vinyle, celle du pèlerin qui vient humble trouver la lumière, la mémoire du lieu dépassant de tant et tant l'histoire d'une vie...

      Parcourir le chemin tracé au sol, par les strates noires de l’œuvre, laisser la lumière vous guider vers les cieux, laisser agir les « Puissances » et répondre à l'invitation qui vous est faite de refaire le geste déjà oublié : poser l'aiguille sur le disque noir et écouter s'élever la voix du silence.
                                                                          Pour l’expo « Strates », Mont-Saint-Martin (04-20/10/2002)


      2004
      « Feux »

      Des câbles rouillés ?
      « La matière provient de feux sauvages.

      Depuis très longtemps, j'ai le désir de travailler sur ces carcasses de pneus, sur ces particules prêtes à retourner à la terre.  Des gens ont brûlé des pneus et, après combustion, il reste des ronds, de la cendre, des particules de fer grossières ou extrêmement fines.  Cette accumulation de petits éléments que je suis allé extraire comme un chercheur d'or.  J'ai ramassé ce fer avec des aimants, lenteur et minutie.  J'ai lavé la matière de nombreuses fois pour ôter la cendre, les restes de caoutchouc.

      Les variations de densité ne sont pas préméditées.  Pas de composition particulière.  Le hasard travaille avec l'artiste. C'est une liaison avec ma démarche graphique, mon travail sur les disques

      Le feu c'est la fin.

      L’œuvre une nouvelle vie. »    


      2008
      L’art contemporain m’a intéressé dans les questions qu’il impose et les rencontres philosophiques avec son espace-temps. Je suis entré dans le domaine de l’art il y a une trentaine d’années, en passant par une période     peinture assez courte, puis une réflexion sur l’écrit, le média, le dit, l’imprimé… Tout cela m’a alors guidé dans une pensée assez symbolique, comme la place du disque vinyle dans la culture. Toute la culture des années 50 à 80 n’aurait pas été possible sans le support du médium vinyle. L’origine de mon travail est d’avoir découvert des disques livrés au dépotoir, jetés car plus audibles et réintégrés dans l’art plastique.
      … Il n’en demeure plus que la symbolique et la lumière
      …Ce n’est pas un travail alimentaire, mais un moyen de passion, de contacts et de rencontres.
                        Interview de l’artiste par Marielle Gillet. (02/08/2228 in AL  à propos de l’expo à Herbeumont)


      2009
      Nichoirs – Sculptures

      Les loupes, nœuds de bois, sont matériaux privilégiés de cette démarche sculpturale.  Ces excroissances ligneuses sur les troncs, cicatrices de branches cassées servent souvent de lieux d'hébergement pour la faune forestière.  Coupées et laissées là, par les bûcherons après l'abatage des grands arbres elles sont autant d'abris potentiels sacrifiés.  Pour offrir aux oiseaux des nichoirs, un abri sûr, au plus proche des cavités existant au sein des arbres, les sculptures sont créées dans ces loupes de chênes.  Le travail proposé commence par la prospection des coupes, au cœur des forêts d'Ardenne...  Longues quêtes... Puis la recherche des formes jumelles et leurs accordailles.

      Sculpter relève alors du simple geste de creuser le bois à la gouge et d'assembler.  Mais la démarche procède peut-être aussi de l'architecture organique. L'édification d'un habitat est définie par des critères spécifiques : espèces, tailles, caractères et comportements, habitudes de vie.  La mobilité de l'oiseau, le milieu dans lequel il s'installe, la hauteur habituelle de sa résidence, les essences d'arbre qu'il privilégie, son mode de fonctionnement, sédentaire, sociable ou opportuniste, tous ces impératifs donnent à l'installation un parfum d'urbanisme.

      Loin de vouloir pallier à un déficit de la nature, ... la performance se veut, ici, être un acte poétique : enchanter le site, le vivre au rythme des représentations vocales et chorales, se mettre à l'écoute et contempler ces petits êtres ailés affairés dans leur quotidien, et confiant dans l'avenir que nous leur préparons.

      Il se peut – je l'espère – que ce projet transformera, le temps des amours, ce site merveilleux en immense salle de concert que n'eût pas désavoué Olivier Messiaen.

      Les nichoirs-sculptures seront, de par leur nature, parfaitement intégrés dans le site, au grand bénéfice de leurs occupants.  Pour que le public accueilli sur le site puisse découvrir l'installation un système de « visée » permettra à distance de localiser les nichoirs, sans d'aucune manière pouvoir y accéder : la tranquillité et la sécurité des nichoirs sont des conditions sine qua non de la réussite de la couvaison.

      Invités
      Mésanges bleues, noires, huppées, nonnettes, à longue queue ; rouge-queue à front blanc ; rouge- queue noir ; bergeronnettes ; troglodytes ; rouge-gorge ; sittelle ; fauvette ; gobe-mouche gris, gobe-mouche noir ; moineau friquet ; étourneau sansonnet ; grimpereau ; mais aussi les chauve-souris et aussi loir ; lérot ; mulot sylvestre ; et pourquoi pas insectes .....
                               pour l’expo Enchanter le Site de Montauban, 2009 et  le Parc des Récollets à Huy, 2010


      2009
       Le cataclopophone .
      Dominique Marx est l’un des douze artistes présents à l’exposition de sculptures sonores, dans la salle « le Vivy » à Herbeumont. Il nous parle de sa création. (Interview in ? 2009, août).
      Parlez-nous de votre sculpture sonore.
      Je l’ai appelée le cataclopophone. C’est un instrument, créé à partir d’un noud de chêne, monté sur ressort. Quand on appuie dessus en rythme, on peut reproduire le son d’un cheval au galop, d’où son nom. Mais on peut aussi varier les sons à l’infini.
      Aviez-vous des consignes spécifiques quant à la création de votre sculpture sonore ?
      La seule contrainte, qui n’en était pas vraiment une, était d’aller au plus proche de la nature du pays d’Herbeumont, en utilisant le boid ou la pierre de schiste.
      Que vous inspire le bruit de ce cataclopophone ?
       C’est une petite référence à l’histoire du village d’Herbeumont. En 1914, des cavaliers allemands ont détruit le village à 95 %. Cela rappelle le bruit de leurs chevaux. Cela suggère aussi le pas pesant des chevaux de trait, qui revenaient des bois. Le cataclophone qui est exposé ici n’est qu’un prototype, mais qui pourrait être développé en plusieurs coquilles, pour reproduire, peut-être, une horde de chevaux fous, qui galoperaient sur Herbeumont.


      2010
      Artiste autodidacte
      « L'écriture, le papier, le noir, le geste, l'espace, le trait, le blanc, la forme, le gras, la page, le NOIR, l'abîme, la marge, le sens, l'impression, la trace, le vertige, le geste, le voyage, le temps, les traces, le signe, le poème, l'histoire, le non sens, les traces, les traces, mes traces. »
                                                                                                                             Herbeumont le 19 février 2010


      2010
      « Moire »

      Le chatoiement de la matière noire des éclats de disques vinyles rejoint le sentiment sacré du lieu, son humilité épurée, les puissances immémoriales.
                                                                             Pour l’expo en la Chapelle Saint-Roch, août 2010


      2014
      « La Vie et rien d'autres »
      Pour Willy Dory
      pour une exposition-Installation en la Chapelle Saint-Roch de Herbeumont
      Professeur d'art plastique, Willy est ce qu'on appelle un grand curieux, curieux de l'art et des artistes.  Il se passe peu de jours entre deux expos visitées.
      C'est aussi un actif dans le milieu de l'art contemporain tant à l'Orangerie de Bastogne dont il est le fondateur et commissaire d'exposition, qu'au Centre d'art contemporain du Luxembourg dont il est administrateur-délégué.
      C'est aussi un passionné de musique, de clarinette et d'accordéon diatonique.

      Voilà, l'ami cher ! l'artiste invité par l'Espace Culture et la Commune de Herbeumont. 

      Invité à rencontrer la chapelle,
      invité à vous rencontrer mais surtout en cette année 14,
      invité à rencontrer l'Histoire.

      Willy Dory travaille (entre autre) l'archétype de la maison – 4 murs, 2 pans de toit – .
      Maison ordinaire, usuelle, habitat familier de l'homme sous toutes les latitudes,

      avec des variantes :
      plus ou moins solides,
      plus ou moins grandes,
      plus ou moins riches,
      plus ou moins pérennes, 
      abritant la vie, l'amour, la vie avant la vie, la mort
      abritant de la pluie, du froid, du soleil
      ou de l'ennemi.

      Maison qu'il décline en grand, en petit
      en terre, métal, cire, bois
      Toute Simple ici, en peuplier avec un cœur qui bat.
      Tout simple et sans surprise, nous dit-il, « C'est la vie et rien d'autres »
      Toute simple aussi la lecture de l’œuvre pour qui visite cette chapelle :
      Voir, écouter, méditer .
      Cette œuvre tout en sobriété , toute en justesse,
      qui rejoint par sa présence, par son titre
      l'Histoire.

      Ce 18 juillet 1914 où tout est calme, la vie et rien d'autres, au jour le jour...
      Puis ce 23 août 1914,
      Quand la folie de la guerre vient s'abattre sur le village,
      quand 176 maisons vont être incendiées par des soldats allemands déchaînés
      et 5 vies enlevées...

      Rejoindre l'Histoire aussi quand des petites maisons de secours modestes, toutes simples
       vont être construites à la hâte pour héberger les villageois dépossédés de leur toit,
      Pour que la vie et rien d'autre prévale, encore et toujours dans notre village avec son cœur qui bat. 
      « Cendres et vie » est le titre générique donné à ces commémorations
      Cette expo en est le prélude.
      Suivra, à la salle du Vivy dès le 15 août,
      une exposition où 22 artistes contemporains
      ont réfléchi à ce concept « Cendres et vie »

      Puis le 23 août, d'autres petites maisons tout en sobriété posées sur la nouvelle place en construction, raconteront la Vie de l'avant-guerre, la guerre et l'après-guerre.

      Avec une pensée toute particulière pour ceux qui ailleurs dans le monde vivent cette même cette souffrance.

      Une exposition de Willy Dory
      Parce que la seule chose importante c'est la paix, la vie dans la paix et rien d'autres.


      Non daté   ( repris pour expo hommage Œuvres choisies, Montauban, mai 2017)

      L'Art comme un besoin
      L'Art comme un autre chemin.
      L'Art comme connaissance.
      L'Art comme un langage.
      L'Art comme miroir de l'art de l'artiste, de l'amateur d'art
      En toute liberté

      La question du « sens » du « dit » du « non-dit » du « non-sens » au cœur de mon approche artistique, dès les premiers pas douloureux, de la prise de possession de l'enjeu de l'art.
      Peinture, dessin, sculpture, installation, intégrations . . . pliés à l'invention technique et liberté autodidactes.
       

       

      Poésie

       Extraits du recueil de poèmes de Dominique Marx : « Ici, avant n'était que pure pierre »
       

      T’écouter
          Schiste
      écouter
         Tes craquelures
      T’écouter
         Toujours
      écouter
         Tes brisures



      Le pic te résonne, Pierre
      Et tu chantes ton sort
      D’ombre à jamais
      ou
      De pluie de neige
      De vent
      D’étés chauds
      D’oiseaux que tu frôles



      Inspir expir
      Rugueux des poussières
      Inspir expir
      Douloureux de la pierre



      Grosse de tes promesses
      Tu es, Pierre
      Toit de sa chair.



      Te fais-tu, Ardoise
      Plume
      Sur les ailes des toits ?
       

                                                                                 

       

  • Texte de présentation

    • - Laurence Louis, L’œuvre au noir de Dominique Marx, pour l'expo « Stèles et Strates », Huy, décembre 1995.

      Tel un alchimiste du moyen Age, Dominique Marx agit sur la matière, la métamorphose, la concasse, la recrée sous une autre forme et la révèle à la lumière.  Le disque vinyl constitue son seul moyen d'expression, fruit de notre société moderne, déjà chargé en lui-même d'une multitude de sens. Devenu un symbole de notre culture, il porte au creux de ses sillons les traces de voix et de musiques. Aujourd'hui, délaissé au profit de l'ère du CD, il cesse à jamais de tourner, d'émettre le moindre son et d'occuper la place qu'on lui réservait autrefois.
      C'est encore en pleine période de gloire du vinyl que cet artiste autodidacte fait la découverte de cette fascinante matière noire. Des disques jetés au milieu d'un dépotoir l'invitent davantage à déceler en eux la richesse de leur texture qu'à continuer de les percevoir uniquement en tant que médiums musicaux. A partir de cette prise de conscience, il s'intéresse de plus en plus à ce matériau et ne va pas cesser de l'interroger tout au long de son parcours.
      Ses premières tentatives consistent à graver sur la plage noire des traits graphiques, d'y imprimer sa propre musique. Dans un rapport de contiguïté, la pointe de son outil sillonne le vinyl à l’image de l'aiguille du tourne-disque. Le geste se fait lent, précis, rigoureux et le réseau dense de formes géométriques qui en découle, proche de son travail de graphiste, se révèle comme l'écriture d'un alphabet illisible.

      Si dans un premier temps, son intervention se limite à la surface de disques uniques, elle s'étend, par la suite, à des centaines de vynils que l'artiste fragmente, de façon systématique en une multitude d'éclats.  Ce trail patient et répétitif fait partie intégrante de sa démarche et devient peut-être un moment de concentration nécessaire à la création proprement dite. Le disque, qui fut maintes fois manipulé avec délicatesse, subit ici une agression irrévocable. L'attention extrême^me portée à cette objet précieux, fragile, où la moindre griffe était redoutée, se trouve d'un seul coup transgressée.

      Découpés, concassés en mille morceaux, les 33 et les45 tours perdent leur identité, l'harmonie mélodique se métamorphose en fragments musicaux. Dans une sorte de retour à la matière première, l'artiste assemble les innombrables éclats grâce à un solvant pour former une surface ou un bloc de Base qu'il recouvre, ensuite, de débris pointus restés intactes. Il laisse délibérément des sillons apparents afin de retrouver la trace du langage musical et de multiplier à l'infini les jeux de lumière.

      Le cheminement de Dominique Marx au travers de l'univers de cette matière noire est ponctué de différentes séries de travaux. D'une masse compacte de vinyls fondus peut resurgir la forme d'un disque gravé ou fracturé en son centre comme dans la série intitulé « Materia prima ». D'autres types d’œuvre font appel à la figure symbolique du cercle et du carré : des sculptures réalisées à partir des cœurs circulaires des disques et de fragments rectangulaires ou encore de dalles carrées appuyées au sol où se dessine dans la matière la forme d'un cercle.
      Parallèlement à son travail sculptural en trois dimensions, s'attache parfois uniquement à la surface d'un tableau.

      Ainsi dans ses deux hommages à Hans Hartung, il intervient sur le plan par un jeu lyriques de lamelles vinyliques.

      Dans les séries de stèles ou d’œuvres intitulées « Strates », l'ensemble des éclats posés verticalement constitue de véritables stratifications serrées. Ces champs denses et compacts aux aspérités coupantes confèrent un aspect âpre ou velouté selon l'angle de vue. Par son évolution autour de l’œuvre le visiteur recrée le mouvement et fait miroiter des disques immobiles en d'infinis scintillements lumineux. De ces éclats agglomérés devenus silencieux naissent d'autres sillons d'une évidente musicalité plastique.
      La mort du vinyl fait prendre une autre dimension au travail de Dominique Marx. L'interrogation qu'il lui porte aujourd'hui s'interrompra le jour où ce matériau s'épuisera définitivement, ce qui l'amènera à tendre son énergie vers d'autres supports. Les disques d'un passé révolu, condamnés à l'oubli, ne sont plus que sédiments géologiques voués à une archéologie du futur.
      Fossilisation d'une matière d'un noir charbonneux, d'origine minérale qui porte en elle l'écriture musicale d'une ère ancienne.


      - Michèle Laveaux, Pour Dominique, 23 novembre 1996
      Du luisant noir du disque qui tourne
      et qui chante

      au luisant des disques découpés
      recomposés en sculpture bloc - miroir au soleil -
      à la lumière du matin ou du soir
      au passage des voitures

      // COMPACTER //

      Au mois d'août 1995 à la Bouquinerie de l'Autre côté du miroir
      sur l'étagère entre les livres
      juste après qu'Ugo est parti pour toujours
      le travail de Dominique à vécu aussi

      Son dessin - labyrinthes de villes - du Moyen-Orient
      de l'autre côté de la Méditerranée
      ou fine coupe de tabac, de foin,
      serrée l'une à l'autre

      Avec la musique, avec des disques reçu d'Ugo
      Dominique a fait un plus grand travail exposé à Virton
      ce même été :
      Quatre grands carrés au sol, strates - noir brillant -
      coupantes ou mates selon l'angle du regard

      Comme la voix d'Ugo tue à jamais
      les disques découpés à la cisaille
      œuvrés pour le silence
      disent que quelqu'un la nuit a pensé, a regardé souvent
      le jour venir, la lumière venir dans ce noir luisant

      Après la musique la nuit
      Le silence fait œuvre au jour


      - Georges Fontaine, Sillons et champs du signe, mai 1997 (musicologue, historien de l'art)
      Dominique Marx. Porte de Trêve (6- 28/09/1997)
      Être
                  Qu'eût été la statuaire grecque sans le marbre, le destin de Babylone sans la brique ? L'idéalisme qui prévalu dans l'histoire de l'art négligea souvent le bloc de pierre qui avait contenu la statue. De simple support d'expression, la matière est devenue l'objet d'étude privilégié depuis qu'elle a cédé ses secrets sous la pression des sciences physiques. L'art contemporain a interrogé tous les matériaux, du détritus aux alliages complexes, de l'abject au sublime.
      Dominique Marx conçoit avec beaucoup de simplicité une technique qui doit son originalité à l'usage d'un matériau devenu moins rare que surprenant : le vinyle (exactement : vinylite : copolymère de chlorure et d'acétate de vinyle, utilisé pour le pressage des disques microsillons -Larousse) qui jusqu'il n'y a guère porta toutes les passions des jeunes générations et fut le premier vrai vecteur de la culture en mouvement.
                  Objet de production de masse depuis l'aube des années 60, consacrant en million d'unités vendues le succès d'une vedette, centimes troués que la main invisible financière transformait en or et platine, le microsillon est mort. Bel et bien.
      Ces excellents témoins de la culture de masse auraient pu être traités dans l'esprit sériel du pop'art. Dominique Marx a préféré les exploiter, textures et contexture, dans un esprit et un mode opératoire proche des Nouveaux réalistes, comprenant des compressions à la César, des empilages à la Christo, arrachages et lacérations procédant d'un Rotella, mais avec une technique absolument originale.
      En 1979, l'heureuse trouvaille d'une pile de 33 tours abandonnés a orienté son futur parcours.
      A cette époque le disque noir est encore un objet d'égards et de dévotion, quasi sacré, et il transgresse prudemment le code culturel en contregravant le sillon spiralé d'une seule plaque à la fois.
      Vers1990, le transfert de l'information vers le CD numérique a rendu l'autodafé moins coupable, l'artiste se met donc a broyer du noir.
                  La pure fonctionnalité du disque étant abolie, c'est la beauté de sa matière qui est exaltée et qui fascine. La fonction est omise et le travail de démantèlement glisse vers une contemplation esthétique presque obsessionnelle – au sens où l'étaient les machines inutiles de Tinguely : « Ce qui ne sert plus à rien peut toujours nous servir ».

      Faire
                  Couper les lames au cutter, tangentiellement à la rondelle centrale, recouper, casser avec l'application immémoriale du chasseur paléolithique ôtant les lames d'un nucléus de silex.
      Empiler les éclats sur un cadre, qui peut être un simple couvercle métallique de boîte à biscuits ; avec la précision d'un typographe.  Étape lente et méditative au cœur de la création, d'où émergera la forme.  Enfin les « strates » ainsi constituées sont scellées au solvant, étape délicate où la morsure acide peut encore tout faire échouer.
                  Le travail est long et rien n'y est livré au hasard. Le gaspillage n'est pas autorisé car la matière première est rare et sa transformation exclut tout revirement. La matière est noble, parce que jalonnée de traces humaines faites d'harmonies et de rythmes perdus.  Codes et langages sont mis en abyme en chaque œuvre qui ressemble à un palimpseste partiellement effacé : le microsillon comme transcription analogique de la musique, le trait gravé en surimpression qui altère définitivement cette musique, les transformations topologiques qui conduisent le disque au langage plastique : cercle , spirale et sillon micrométrique mutent en strates parallèles, fractures acérées, reliefs volcaniques où jouent les effets des lumière, et l'image obsédante du disque qui reste latente dans une myriade d'éclats et de reflets.
                  Susceptibles d’accommodations multiples, les panneaux de la série strates se plaisent mieux dans la verticalité, des clairs -obscures avec des lumières comme d'improbables diamants noirs. Faut-il rappeler l'admiration de Dominique Marx pour Pierre Soulages qui en sa basilique de Conques, marie la lumière aux strates noires du vitrail ? Il y a chez D Marx le même regard méditatif sur l’œuvre « où viennent se faire et se défaire les sens qu'on lui prête ».
                   Les séries de Stèles et de Blocs abordent plus résolument les trois dimensions. Les disques sont réduits plus franchement pâtes et moulés en formes cubiques, massives et anguleuses. Le sens de ses bornes que l’imaginaire collectif identifie encore au disque va s'oblitérer au fil des générations. Purifiées de tout référent, les formes pourront exister simplement, comme stèles et mégalithes, témoins ultimes de la dissolution des êtres et des civilisations.
                   Métaphore de psyché, le disque vinyle devient de « fantôme dans la boîte noire » : sillon fragile, toucher léger, vibration et souffle emprisonnés dans une gangue monolithique, langue aux signes oubliés.

      Laisser dire
                  Fragmenter des disques pour en réorganiser la matière peut faire figure de comparaison au changement de paradigme qui voit la fusion du discours analogique dans l'océan des nouvelles technologies digitales.
      Le microsillon, métalangage musical, est mort économiquement.  Comme le morse, son code est archaïque et son message perdu, faute de lecteur approprié.
      L'obsolescence économique du vinyle le renvoie en tant qu'invention au musée des Arts et Métiers, mais son exclusion des circuits de production font du disque noir un bien rare et précieux. Déjà prisé en brocante et demain chez les antiquaires, il est l'objet d'un culte fétichiste de collectionneurs dont l'incompréhension et la rivalité heurte parfois le travail de Dominique Marx. C'est que, pour l'un comme pour l'autre, l'objet est abstrait de sa fonction première. La qualité spécifique du disque (transmettre un message musical), sa valeur d'échange et sa valeur d'usage sont déplacées. La manipulation précautionneuse des uns s'oppose à la destruction « sacrilège » de l'autre.
      Ce transfert de sens va de la catégorie d'index qu'avait le vinyle, vecteur de musique dans un contexte technologique et culturel précis, vers la catégorie de signe plastique. La materia prima, disque par accident de la matière et volonté industrielle, perd son iconicité (on n'y reconnaît plus l'objet initial) pour renvoyer progressivement à des signes musicaux et primitifs : stèles, strates, blocs. Il y a « translation de substance », dirait Umberto Eco. Le signifiant n'est plus perçu comme il devrait l'être ; le disque noir est un paradigme perdu...or « nous vivons dans une culture qui ne peut plus se reconnaître sans l'évidence des signes » ...Alors ayons l'audace de confronter ces évidences aux champs du signe et aux sillons perdus de Dominique Marx !

      - Extrait de « Sillons et champs du signe »  1997
      « L'art contemporain a interrogé tous les matériaux, du plus abject au sublime et même au virtuel. Dominique Marx conçoit avec beaucoup de simplicité une technique qui doit son originalité à l'usage d'une matière devenue non moins rare que surprenante : le disque vinyle. Témoin de la culture de masse à l'aube des années 60, le microsillon aurait pu être traité dans l'esprit sériel du pop'art.  Il a préféré l'exploiter dans un mode opératoire proche des Nouveaux Réalistes : en compression, empilages, découpages, lacération.  De ses premières scarifications mutilatoires sur les sillons (1979) jusqu'aux récentes Strates (disques fractionnés, empilés, et collés) aux reflets lumineux clair-obscur, aux Stèles et aux Blocs où la matière fondue retourne vers un état minéral originel, Dominique Marx transgresse un code culturel.  La fonctionnalité de la matière usinée est abolie pour faire place à son exaltation formelle, à une esthétique minimaliste, épurée progressivement des référents musicaux et autres. Cette translation de substance aboutit à la primauté de la matière noire sur son contenu sémantique. Les sillons s'estompent en faveur de vastes champs diffus, strates anthracites où lumière scintille miraculeusement en hommage à toutes les musiques perdues... Vestiges d'un nouveau bûcher des vanités. »


      - Vincant Funke. Dominique Marx, ré-appropriation de l'espace des signes. 1998
      Notre monde est saturé de signes, d'écriture en particulier. Le dire est une tautologie, et paradoxe, ne fait que rajouter du bruit au bruit.
      La communication en devenant planétaire, comme le grand marché, entraîne de la confusion et trop souvent un isolement de l'individu.  La communication en devient non-communication, bruit uniformisant et indifférencié, perte de sens, de repères, de valeurs, perte d'imaginaire, d'émotions.

      Dans ce contexte, face à ce constat, un artiste dans sa solitude d'homme au monde renforcé par son travail nocturne vide la planète, la cadre, l'horizon de toute cette surconsommation de signes, pour le remplir d'une écriture qui lui est propre, qui est sienne ?

      Patiemment, depuis de très nombreuses années, avec assiduité et continuité, Dominique Marx tisse une écriture-image, une écriture micro-graphique comme il la dénomme, qui ne ressemble à aucune autre et qui pourtant les englobe toutes. Idéolecte, langage propre à un seul homme, ici, écriture propre à un seul homme, radicalement en marge du tout communiquant.

      Cette écriture imaginaire ne veut rien dire, et c'est là l'essentiel, c'est en prenant place en vis-à-vis du monde de la communication globale qu'elle le dénonce comme non-communication.
      Il est symptomatique que les écritures e Dominique Marx emplissent toute la surface de leur cadre ?  C'est un non-lieu, une utopie.

      Il y a bien sûr un questionnement sur ces signes eux-mêmes, l'artiste interroge profondément notre rapport au monde et à sa signification telle qu'elle est permise par l'entremise des signes.
      A chaque œuvre, à chaque page de cette écriture image on se dit que l'on va tout comprendre, l'homme, le monde, sa relation, son histoire, tout est inscrit comme dans une cosmogonie, une représentation du monde à laquelle rien n'échappe.  Et puis tout vacille, les signes à les regarder de plus près travaillant pour eux-mêmes, et par là nous emportent vers l'indicible, l'intraitable comme dans un rapport mystique ou sacré.

      Dominique Marx touche aux signes essentiels, ceux qui s'inscrivent physiquement sur le papier, qui pourraient s'inscrire sur la toile ou dans la terre ; ces signes sont essentiels par rapport aux signes évanescents, virtuels qui se démultiplient en touchant tout et tous, partout et tout le temps.  Regardez les écrans qui le plus souvent ne font que se reproduire en miroir, à l'infini.  Le travail de Dominique Marx entre en résistance total, en questionnement critique de ce qu'est devenu notre environnement.

      Dans notre culture occidentale, peu d'artistes ont travaillé l'écriture par elle-même, pour elle-même.  A la différence d'autres cultures, ou d'autres civilisations qui par ailleurs intéressent passionnément Dominique Marx, notre développement économique et technologique a de plus en plus canalisé l'écriture dans une fonction unique, communiquer du sens.  Voir le développement de la littérature comme recherche éperdue de sens.  Voir aussi, de l'autre côté, les mots d'ordre publicitaire, qui eux travaillent aussi les lignes graphiques de l'écriture, comme dans une clôture absolue de l'imaginaire, dans une injonction globale et unique, achetez et consommez.
      L'écriture fait peu couler son encre pour elle-même. Sa fonction de signification, de référent a saturé tous ses usages en l’empêchant à tout autre type d'explorations, qu'elles soient graphiques, imaginaires ou sociales. On connaît le travail de Michaux, un geste-écriture libéré qui explore le monde intérieur. Ici le geste est maîtrise, contenu dans le cadre et donne lieu à une écriture micro-graphique qui se déploie uniformément, systématiquement, qui se développe elle aussi à partir d'un imaginaire personnel mais pour explorer plus largement notre relation commune au monde extérieur et à l'emprise des signes sur celui-ci. Il ne faut pas s'y tromper l'exploration, le questionnement, la démarche de l'artiste dans son travail graphique sur l'écriture est tout autant l'empreinte d'un imaginaire personnel que critique sociale.

      Il y a l'intention, l'émotion, la démarche impulsée par l'artiste dans son œuvre, et j’espère que Dominique Marx nous en dira plus que ces quelques digressions, mais il y a aussi ce qui est reçu à partir de ce travail artistique par le spectateur ?  Cela ne veut rien dire, des carabouchas comme disent les enfants.  L'étonnant est que c'est à partir de cette non-communication que le spectateur peut autant développer son propre imaginaire que questionner sa relation au monde et aux signes.

      Le travail sur ces écritures s'est inscrit dans la durée pour l'artiste ? Dominique Marx y travaille depuis fort longtemps, une recherche parfois interrompue, mais toujours retrouvée, qui insiste, qui s'impose à lui.  On connaît mieux le travail sur les sculptures réalisées à partir de disque en vinyle, travail d'une très grande beauté qui renvoie lui aussi à un environnement de non-communication.  Les deux explorations sont menées en parallèle, en complémentarité, avec la même rigueur, la même continuité au fil du temps.  On peut supposer que dans sa recherche et son travail d'artiste, les deux expressions si différentes dans la matérialité s'alimentent l'une l'autre, entrent en écho, en résonance.  Ici, et c'est un choix de l'artiste, ne sont montrées que ses écritures.  Peut-être une étape future permettra au public de voir un jour les sculptures et les écritures en regard l'une de l'autre.

      En-deçà de sa très grande sobriété, de son étonnant contrôle, de son épure renforcée par l'absence de couleur, cette œuvre dans ses variations subtiles nous offre beaucoup de plaisir, de sensualité et d'intelligence.  Pour peu qu'on s'y attarde et que l'on se laisse très vite attraper, on y découvre ses signes qui vivent en relations, qui fonctionnent en acte.
      « Tiens j'ai cru voir un oiseau, non c'est un triangle », les écritures de Dominique Marx ouvrent de surprenants passages entre l'analogique et le digital, le fond et la forme, la partie et le tout, le singulier et l'universel, l'unique et la répétition, ou encore entre figuratif et l'abstrait pour reprendre des critères moins sémiologiques et plus esthétiques.
      Tout le plaisir de ces écritures est aujourd'hui pour nous, spectateurs-lecteurs d'une œuvre rarement exposée, et je remercie Dominique Marx d'avoir privilégié le Centre culturel de Rossignol en exposant ici ce travail qui n'avait jamais encore été présenté dans sa plénitude.


      -  Christiane Olivier. Strates de Dominique Marx, texte pour expo-passion (04 -20/10/2002)
      L’œuvre présentée révèle trois silences imposés par l'histoire :
                  Silence des vallées où s'est tue la musique du fer
                  Silence de l'église où s'est tue la voix des hommes
                  Silence du microsillon quand s'est tue la musique gravée

      Aujourd'hui, la technologie a remplacé la gravure par le numérique, le Compact Disc remplace le microsillon et le réduit au silence.  Perdant son âme musicale, celui-ci a été invité par l'artiste à nous proposer un voyage intérieur ?
                  Souvenir de la musique sacrée inscrite dans le vinyle
                  Souvenir de la prière chantée ici par des générations de fidèles
                  Souvenir des hommes qui ont créé et vécu autour de ce lieu
      Pour nous aider à l'accompagner dans sa démarche et mettre en point d'orgue « la symbolique du lieu, la symbolique du disque, dialoguant par-delà leur raison d'être disparues....et l'art de sacraliser à nouveau l'un et l'autre » l'artiste nous propose de suivre les strates noires de son œuvre, guidés par le jeu de la lumière qui remplace le son, jusqu'à refaire le geste déjà oublié de poser l'aiguille sur le disque noir pour que s'en élève la voix du silence.
      Dans une myriade de reflets modulant les éclats de vinyle comme autant de diamants noirs, Dominique Marx rejoint Pierre Soulages dans ses vitraux de l’abbaye de Conques.  L'objet, abstrait   de sa fonction première par une manipulation « sacrilège, retrouve ici matière à une méditation sur le passé, la mémoire et le passage du temps.


      - Marie-Anne Lorgé. Voix minimales (extrait), jeudi 12 octobre 2002
      Pour la petite église romane de Mont-Saint-Martin, il est bientôt fini le temps du purgatoire, du délabrement commandité par les vent carnassiers et l'incurie des citoyens ?  Et si le sauvetage est imminent, c'est grâce aux interventions plastiques de Christiane Olivier, à ses accueils d'artistes, à leurs processus installatoires, à leur recherche d'une adéquation entre l’œuvre et le lieu d'inscription.  Pour l'heure - et jusqu'au 20 octobre -, c'est Dominique Marx, un lamineur de microsillons, qui s'y colle.
      Entre le lieu de prière et les vinyles tranchés, encollés en mille-feuilles et en plots (tous identiques), les lectures épluchent deux thèmes humanistes et symboliques majeurs, le « paysage » - celui du recueillement – et le « passage », le chemin : celui du destin (individuel ou collectif) et celui qu'empruntaient jadis les ouailles, les indigents en périphérie et les nantis au centre.
      De ces disques, Dominique Marx tire d'abord une matière, et donc un principe sculptural ?  Horizontale ou modulaire, la sculpture, minimale – que nous sommes invités à arpenter ou à contourner comme une « route » -, la sculpture, dis-je, remplit et creuse à ce point l'espace quelle nous en donne une perception différente, élargie.
      Des mêmes disques Dominique Marx privilégie ensuite la couleur, pour associer le noir au grège des pierres et finalement jouer sur la piste d'un puissant clair-obscur.  Et puisque de la couleur au tableau – au plan ou support mural –, le pas se franchit aisément, Dominique Marx élabore des monochromes noirs... que d'aucuns liront dans l'héritage de Pierre Soulages.  Sauf que dans leur dialogue avec les paraboles des bas-relief originaux, les monochromes – les « diamants noirs » - de Dominique Marx rendent une sorte d'oraison à une culture musicale au rebut, ou désormais obsolète.


      - Extrait d'un interview avec Béatrice Herry, mercredi 11 février 2004 in LX Sudpresse
      « Le feu, c’est la fin ; l’œuvre, une nouvelle vie »

      Les visiteurs sont unanimes, en l’œuvre de Dominique Marx, ils voient trois carrés de tourbe.
      Mais à y bien regarder, les brins végétaux sont des morceaux ...de câbles d'acier.
      Des câbles rouillés ?
      La matière provient de feux sauvages. Des gens ont brûlé des pneus et, après combustion, il reste des ronds, de la cendre, des particules de fer grossières ou extrêmement fines. J'ai ramassé ce fer avec des aimants, lenteur et minutie. Le feu c'est la fin. L’œuvre une nouvelle vie. Les variations de densité ne sont pas préméditées. Pas de composition particulière. Le hasard travaille avec l’artiste. (…)
      « Feux » a été créé pour l’exposition ?
      Oui, mais j'ai le désir depuis très longtemps de travailler sur ces carcasses de pneus, sur ces particules prêtes à retourner à la terre. C’est une liaison avec ma démarche graphique, mon travail sur les disques. Cette accumulation de petits éléments que je suis allé extraire comme un chercheur d'or.  J'ai lavé la matière de nombreuses fois pour ôter la cendre, les restes de caoutchouc.
      La rouille vous avait déjà inspiré ?
      Le fer, rouillé ou non. J’ai créé une série d’objets, sur une dizaine d’années, avec du fil barbelé. Notamment un gros bloc très compact intitulé « Emballage-pâturage » sorti pour Amnesty International. L’idée était de ne plus pouvoir déployer le fil entre les gens, les bêtes. « Feux » sera le départ d’une série, j’ai envie de continuer à travailler avec la substance « liant plus poussière de fer ». L’acier a une sonorité. Quand on touche les brins, c’est vibrant.


      - Benoît Piedboeuf. Présentation de l'expo « Enchanter un lieu ». 06/07/2009
      Quand on visite un lieu, un paysage, on y est entier, avec tous ses sens aux aguets, on s'imprègne de tout, on vit intensément, on garde en soi des images, des souvenirs, quelques fois des odeurs, une musique, une similitude, des réminiscences apparaissent, une sorte de lien s'installe à travers le temps et l'espace, imprécis, impressionniste, pour tout dire.
      (....)
      La vie s'est poursuivie ici, sans que nous ne manquions au site, il s'est développé, a vécu, s'est paré de couleur au fil des saisons, a reçu dignement la pluie et la neige, s'est séché au soleil et au vent, a hébergé des milliers d’oiseaux...

      Il en est de toutes tailles, il en est de toutes couleurs, qui chantent, sifflent, volent.
      Amoureux de ces lieux où il se sent accueilli, où il se sent bienvenu, Dominique Marx a voulu rendre la politesse à la nature et aux oiseaux, il s'est souvenu d'eux dans son atelier, il a imaginé leurs habitats et s'est fait pour une fois, pour jouer, pour se jouer, architecte des oiseaux, sans honoraires, bénévole à leur service, comme l'abbé Pierre qui se serait ému et aurait voulu offrir un domicile, un habitat un peu différent.  Il s'est mis à penser à eux, à leur taille, à leurs habitudes et il a sculpté ces merveilleux nichoirs, tellement réussis qu'on se demande s'il n'a pas été oiseau lui-même...
      Ses invités ne s'y sont pas trompés, et ils ont apprivoisé ces domiciles fixes, s'y sont reproduits, ils n'ont pas mis leur nom à la porte, ni de panneau scandant la privatisation de ce nichoir collectif, ni installé de barrières tout autour, mais ils ont fait le tour du lieu et s'en sont bien accommodés. Dominique n'ira pas percevoir de loyer, il est largement payé de son travail, cela chante à présent dans son oeuvre et je sais ses oreilles qui tintent de bonheur.
      (....)


      - Sylviane Dufour Extrait du livre d'or lors de l'expo « Moire » en la Chapelle Saint-Roch de Herbeumont.
      Aujourd'hui, c'est la fête de Saint-Roch.  Je suis restée un long moment à méditer.  La sobriété du lieu s'y prête tant.  Ton œuvre, ton installation permet d'aller au plus profond de soi.  Les éclats de disque sont à l'image des milliers de personnes en souffrance et la lumière, la moire qui s’en dégage, tout l'espoir qu'elle crie.  Les blocs au pied de l'autel, une présence bien humaine face à Dieu.  Les trois barres une ascension vers lui, vers le céleste, vers le bien-être, le mieux-être.
      Ton œuvre est juste.
      Merci Dominique.
       

  • Vu par ses pairs

    • Vancau.
      Ecriture 1989
      Hiéroglyphes – Écriture illisible d'un homme archaïque – Nouvelles « Pierres de Rosette » - Signes cabalistiques d'un solitaire, d'un homme des bois, les mêmes que ceux de Verlaine. « Au pays de mon père, il y a des bois sans nombre » - Une écriture-image, telle celle d'une Égypte dont on aurait perdu la trace – Une obsession de signes, accomplis par un homme de la nuit vivant ses « nocturnes » en plein éveil dans un monde où l'incommunicabilité est reine, reine de la nuit des fous... Un langage remonté de la nuit des temps.