Biographie

 

Formation :
- Régie théâtrale et animation culturelle à l’Institut national supérieure des Arts du Spectacle et Techniques de diffusion / Insas à Mons.
- Un an en céramique à l’Académie de Boitsfort.
- 1979-82. Bruxelles, Ecole de recherches graphiques / Erg.

1980.

 (  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie Erg. François Michel, Appartement à louer.
 

1982.
(  /  -  /  ) Tournai, Fondation de la Tapisserie. François Michel, Araignées.

(03/06-04/07) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. La Magie de l’image.
 

1983.

(05/02-27/03) Charleroi, P.B.A.: Vidéo, Rétrospectives et Perspectives
(avril-mai) Ixelles, Musée. La grande absente.
(17/11-17/12) Bruxelles, Centre d’Art Contemporain. Parcours.


1984.

(07/04-20/05) Anvers, Montevideo. De eerste chauvinistische / la première chauviniste.
(14/04-06/05) Liège, ville : Tectonic'84
(28/06-16/09) Bruxelles, Le Botanique : Transparence  Lumières.
(30/11-25/02/85) Anvers, Zeno X Gallery. François Michel.

(  /  -  /  ) Bruxelles, Atelier rue Le Lorrain. Eclipses.

1985.
(26/03-07/04) Bruxelles, Palais des Beaux Arts. Prix Jeune Peinture Belge
(04/04-29/04) Bruxelles, Art Gallery. [Sans titre]
(10/05-26/05) Woluwé-Saint-Lambert. Hof ter Cauwenschueren. Locations.
(08/08-31/08) Anvers, Zeno X Gallery. Accrochage d’été.
(18/09-05/11) Liège, Place Saint-Lambert: Investigations.
(14/09-17/11) Bruxelles, Atelier 340. De l'animal et du végétal dans l'art belge contemporain
Itinérante : (29/11/85-05/01/86: Varsovie, Galerie ZAR ; (24/01/86, 30/03): Cracovie, Palais des Beaux‑Arts ; (10/04-16/05/87): Liège, Musée d'art moderne et sous une forme réduite : (15/01/88-13/03) : Aachen / DE, Neue Galerie ; (03/07-21/08) à Apeldoorn / NL, van Reekum Museum,
(11/07-31/08) Albi / FR, Cimaise et Portiques. Centre Culturel de l’Albigeois. Siméon et les Flamants roses., Jeune sculpture européenne (seconde partie).

(  /  -  /  ) Bruxelles, Palais des Congrès. Biennale de la critique.

1986.
(01/04-20/04) Roma / IT, Sala Uno. Boulanger Michel, Droste Monica, François Michel, Janssens Ann Veronica, Kandilaptis Babis.
(06/05-03/08) Venise, Casa Frollo / Biennale Off. Portraits de scène de l'île aux phoques.
(21/06-01/09) Gand, Campo Santo. (Initiatief '86)
(22/06-07/09) Gand, Kunstencentrum Vooruit. Initiatief d’Amis. met werk van 45 Belgische kunstenaars.
(19/10-17/11) Liège, Espace 251 Nord. Portraits de scène de l'île aux phoques
(06/11-06/12) Anvers, Zeno X Gallery. François Michel.
(21/11-20/12) Bruxelles, Centre d’art contemporain. Couleurs bêtes.

(  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie Christine & Isy Brachot.
(  /  -  /  ) Viterbo / IT, Casino. Mandelzoom.


1987.
(12/02-06/03) Bruxelles, Sint-Lukasgalerij. Omtrent tekenkunst., Hedendaagse Tekenvormen.
(07/03-21/03) Anvers, Campo Gallery. Podium 87.
(07/03-21/03) Saint‑Josse‑ten‑Noode, Centre culturel de la Communauté française, Le Botanique. Dialogue d’art.
(02/04-03/05) Roma / IT, Accademia belga. Arte in Situazione Belgica, Situazione dell'Arte.
(21/06-05/07) Courtrai,  Kunststichting Kanaal. Tussen In. Een tentoonstelling in en omtrent Het Atelier.
(17/07-14/08) Meersen, Maastricht (NL): Marsna 87, symposium international / pierre.
(29/10-05/12) Anvers, Zeno X Gallery. Tekeningen.

 (  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie Christine et Isy Brachot.
(  /  -  /  ) Bruxelles, chez Bernard Villers. Clair Obscur.
(  /  -  /  ) Bruxelles, chez Bernard Villers. L’Esprit de l’Escalier 11
(  /  -  /  ) Paris / FR,         . Jeune Sculpture.
(  /  -  /  ) Canino / IT, Chiostro del Convento Antonio d’Avossa. Mandelzoom.
 

1988.

(14/02-12/03) Gand, Vereniging voor het Museum van Hedendaagse Kunst. François Michel. Etat des choses.
(12/03-05/06) Anvers, MuKHA. De Verzameling / La Collection / The Collection en een keuze van schenkingen en bruiklenen.
(07/04-08/05) Madrid / ES, Sala Amadis. Cinco artistas belgas.
(08/05-19/06) Genk, Cultureel Centrum. Kunstwerken verworven door de Vlaamse Gemeenschap in 1986-1987.
(27/06-31/07) Venezia / IT, Casa Frollo. Belgicisme, Objet Dard.
(17/09-19/11) Bruxelles, Galerie Christine et Isy Brachot. François Michel.
(21/09-26/10) Paris-Montrouge / FR, Centre Culturel et Artistique. 33e Salon. Un Panorama de l’art contemporain belge.
(01/10-31/12) Liège, Espace 251 Nord. Etats limites, archives des passions.

(  /  -  /  ) Bruxelles, Musée d’Art moderne. François Michel.
(  /  -  /  ).Anvers, Zeno X Galerie. [Sans titre]
 

1989
(27/01-18/03) Bruxelles, Galerie Métropole. Anamnèse.
(08/04-10/05) Bruxelles Galerie Camille Von Scholz. François Michel. « Espèce d’images »
(16/06-20/07) Bruxelles, Centre d’art contemporain. Incidents de parcours.
(01/07-30/08) Bruges, Atelier Steel. De Integrale. Recente Belgische Kunst.
(24/11-25/02/1990) Hasselt, Provinciaal Museum. Het Latijnse Noorden. In Vier Scenes.
(16/11-22/11) Köln / DE, Messegelände Rheinhallen  : Art Cologne. 23. Internationaler Kunstmarkt.
(16/12-21/01) Anvers, Museum van Hedendaagse Kunst – MuHKA. Uit het leven, in de kunst. Au-delà du quotidien. beyond the everyday object.

(  /  -  /  ) Diepenheim / NL,            . De rozeboomkamer.
(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Michel Vidal.
(  /  -  /  ) Québec / CA, Chambre blanche. Transatlantique.
 

1990.

(01/12-12/01/91) Bruxelles, Galerie des Beaux-Arts. François Michel.
(08/12-01/01/1991) Liège, Espace 251 Nord. Euregionale IV, "Le Merveilleux et la Périphérie".

(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Michel Vidal. François Michel.
(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Michel Vidal.
(  /  -  /  ) Amsterdam / NL, Stedelijk Museum. Taal en geometrie.
 

1991.

(01/03-12/05) Images d'une époque 1951-1991.
(16/03-05/05) Charleroi, Palais des Beaux-Arts. Un Détail immense.
(05/10-13/10) Paris, Centre Wallonie-Bruxelles, Beaunord. Dynamiques contemporaines.
(19/10-20/11/91) Wien / AT, Galerie Grita Insam. Von der Widerholung der Traüme zur Realität (09/11-28/12) Gand, Vereniging voor het Museum van Hedendaagse Kunst. François Michel, Le monde et les bras.
(21/11-21/12) Bruxelles, Centre d’Art Contemporain. Résonances Contemporaines en Communauté.
(20/12-27/03/92) Liège, Espace 251 Nord. Quartiers d'Hiver. La norme et le caprice

(  /  -  /  ) Amsterdam / NL, Lumen Travo. Michel François, Le Monde et les bras.
 (  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie des Beaux-Arts. Basserode, Janssens, François, Vergara.
(  /  -  /  ) (Bruxelles, Sodéhotel). L'artiste, Les Neurones.
(  /  -  /  ) Hasselt, Provinciaal Museum. De collectie Alsnoch.
(  /  -  /  ) Rotterdam / NL, Zeger Rijers. Zeger Reijers Multiples.
(  /  -  /  ) Lödz / PL ; (  / ,  /  ) Bratislava / SK, Narodna Gallery ; (  / ,  /  ) Bruxelles, Hôtel de ville, (  / ,  /  ) Berlin / DE, Kunstwerke. « Les voies de la culture européenne » Bruxelles, Berlin / DE. Les Voies de la Culture européenne.
 

1992.
(15/03-16/04) Mönchengladbach / DE, Galerie Schroder. Belgien zu Gast.
(17/05-09/08) Deurle, Museum Dhondt-Dhaenens. Selectie Belgische Kunstenaars voor Documenta IX.
(13/06-20/09) Kassel / DE. Dokumenta IX.
(20/11-05/01/93) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. François Michel, Le Monde et les bras.

(  /  -  /  ) Liège, Espace 251 Nord. Œuvres présentées durant l’année.
(  /  -  /  ) Amsterdam / NL,           . Arti en Amicitae.
(  /  -  /  ) Berlin / DE, Gebauer Gallery. Blue Velvet.
 

1993.
(23/01-14/02) Namur, Maison de la Culture. Disons Structure. Tapisserie, Textile, Structure (18 œuvres de petit format)
(29/01-30/04) Lyon / FR, ELAC. Autoportraits contemporains.
(05/03-30/05) Bruxelles, M.R.B.A. / Musée d'art moderne. L'Art en Belgique depuis 1980.
(09/03-01/04) Amsterdam / NL, Lumen Travo. Bijl Guillaume, Castelyns Frank, François Michel.
(03/06-17/07) Paris / FR, Galerie Jennifer Flay. Just what is it that makes today’s home so different, so appealing ?
(19/06-29/08) Zoersel, Domein Kasteel van Halle. Zoersel ‘93. Natuur-mens-cultuur.
(24/06-25/09) Bruxelles, Galerie Isy Brachot. Europe sans frontières.
(05/09-05/12) Bruxelles, Fondation pour l’architecture. l’architecture du paysage au XXe siècle.
(11/09-17/10) Bruxelles, Old England. Le Jardin de la Vierge.
(nov., déc.) Lisboa / PT, Fondacion Gulbenkian. La Tentation de l’image.
(15/12-23/12) Bruxelles, Salle Maalbeek. Le Musée du Petit Format.

(  /  -  /  ) Berlin / DE, Gebauer Gallery. François Michel.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie Rodolphe Janssen.
(  /  -  /  ) Gand, Museum voor hedendaaagse Kunst. Acquisitions.
(  /  -  /  ) Bignan / FR., Domaine de Kerguéhennec. L’objet théorique.
(  /  -  /  ) Québec / CA,          . Chambres d’hôtels.
(  /  -  /  ) Hong Kong, Arts Center. Art in Belgium. Cyclic Identity
 

1993-94.
(02/12/93-16/01/94)., 't Elzenveld, Anvers. Confrontations, 111 artistes contemporains belges et luxembourgeois.

1994.
(18/01-12/02) Canterbury / GB, The Herbert Read Gallery. Belgique.
(05/03-17/04) Gand, Museum Van Hedendaagse Kunst. Beeld  Beeld
(22/03-29/05) Lisboa / PT. Culturgest. A Mascara, A Mulher, A Morte.
(02/06-17/06) Saint Etienne / FR, Ecole des Beaux-Arts / La Serre. [Sans titre]
(28/06-04/09) Tielt, Tuin De Brabandere. Beeld Buiten.
(09/09-28/09) München / DE, Galerie im Rathaus. Europa ‘94. Film & Video.
(19/10-11/12) Sao Paulo, Biennale (22e)
(19/12) Anvers, Campo. 100 kunstenaars 100 werken voor Artefactum. uitzonderlijke veiling Hedendaagse Kunst.

(  /  -  /  ) New York / USA, Curt Marcus Gallery. François Michel.
(  /  -  /  ) Helmond / NL, Museum. De Maat der Dingen.
(  /  -  /  ) Amsterdam / NL,       . Art Hotel.
(  /  -  /  ) Amsterdam / NL, "IK + De Ander".
 

1995.
"Mountain-Fountain", scénographie pour le chorégraphe Pierre Droulers.

(14/01-18/02) Bruxelles, Galerie Rodolphe Janssen. Exposition collective.
(24/02-30/04) Bruxelles, Galerie Marie Puck Broodthaers. François Michel.
(28/02-30/04) Johannesburg / Afrique du Sud, Transitional Metropolitan Council. Biennale de Johannesburg (01e)
(07/05-09/07) Breda / NL, Wolfslaar Park. Infections.
(17/06-20/08) Anvers, MuKHA. Collection été 1995.
(  /  -12/07) Bruxelles, Galerie des Beaux-Arts. Géométrie Sacrée-Sakrale Geometrie.
(28/06-28/07) Köln / DE, Belgische Haus. Belgïe.
(29/06-23/07) Torino / IT, Studio 9 Arts : Belgio.
(29/09-  /12) Liège, Espace 251 Nord. Les Yeux d'un Monde. Situations & perspectives d'œuvres, projets & jeux d'artistes
(04/11-16/12) Paris / FR, Galerie Jennifer Flay. François Michel.
(25/11-09/12) Gand, Museum van Hedendaagse Kunst Verboden boven de 18 jaar, kunst voor jongeren.

(  /  -  /  ) Dusseldorf / DE, Galerie Ursula Walbröl. François Michel.
(  /  -  /  ) Berlin / DE, Ulrich Gebauer Gallery. François Michel.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie Rodolphe Janssen. Photographies.
(  /  -  /  ) Tielt,              . Beeld Buiten.
(  /  -  /  ) Maastricht / NL, Gare / trein station. La valise du célibataire, affichage urbain / urban placarding.
(  /  -  /  ) Amsterdam / NL, Lumen Travo Gallery.
(  /    /  ) Breda / NL, Ignatlus Ziekenhuis. Opname.
(  / -   /  ) Berlin / DE, im Marstall Gallery. Westchor Ostertal.
(  /  -  /  ) Zürich / CH, Fields. A night at the show.
 (  / ,  /  ) New York / US, Curt Marcus Gallery, in collaboration with Timothy Baum . Sculpture As Objects: 1915, 1995
(  /  -  /  ) New York / US, Agnès b. Chroniques new-yorkaises.
 

1996.
(26/01-03/03) Bruxelles, Galerie Rodolphe Janssen. Karl Blossfeld, Michel François.

(27/01-03/03.) Anvers, Cultureel Centrum, ’T Elzenveld. Fertile Ground.
(01/03-27/04) Amsterdam / NL, Lumen Travo Gallery. François Michel, Wordt Vervolgd.
(09/03-12/05) Frankfurt / DE, Kunstverrein.. Prospect 96 : Photographie in der Gegenwartskunst 
(25/05-22/06) Liège, Espace 251 Nord. Art & Nature, Elément Feu.
(25/05-22/06) Liège. Espace 251 Nord.Solstice.
(22/06-28/09) Limoges / FR, FRAC Limousin. François Michel, Le monde et les bras. Une résidence terrestre.

(  /  -  /  ) New York / US, Curt Marcus Gallery. François Michel.
 (  /  -  /  ) Dunkerque / FR, EDA. François Michel. Affichage
urbain / Urban placarding.
(  /  -  /  ) Gand, Fortlaan Galerie.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie des Beaux Arts. Photographies.
(  /  -  /  ) Köln / DE, Belgische Haus. [Sans titre]
(  /  -  /  ) Weimar / DE, Museum. Nach Weimar.
(  /  -  /  ) München / DE, Galerie Barbara Gross. Recaptured Nature.
(  /  -  /  ) Istambul / TR. Biennale.
 

1996-97.
(  /  -  /  ) Rotterdam, Kliniek De Kijvelanden. François Michel, Projet avec les patients du / Project with patients of the TBS.
 

1997.
(janvier) Liège, Centre culturel Les Chiroux. Le fil blanc.
(21/01-  /06) Bruxelles, Siège de l’Union de l’Europe occidentale / U.E.O., Présidence française (4 rue de la Régence) Collection en exposition. Histoires d'Images. Coll Frac Nord-Pas de Calais, Bruxelles.
(19/02-29/03) Ixelles, Musée. Tapta. Atelier Structure.
(19/02-12/05) Paris / FR, Centre George Pompidou / Galerie Sud. L’empreinte.
(mars-avril) (à La Boutique, Liège) François Michel. Images Publiques.
(25/04-29/04) Bruxelles / Heysel, 15th Art Brussels. Privé-Public.
(03/05-23/11) Bignan / FR, Domaine de Kerguéhennec. Densité ou le musée inimaginable.
(25/06-28/09) Etterbeek, Parc Félix Hap. Sculptures dans le parc.
(04/07-07/09) Hasselt, Provinciaal Centrum voor Beeldende Kunsten, Provinciaal Museum : Openmuseum. Dacht & Nacht. Museum Open 24 / 24
(03/10-20/12) Bruxelles, Encore Bruxelles, Kanal 20. Who Loves Brussels.​
(octobre) Tatihou / FR, réseau Oracle. François Michel. Images publiques. Affichage urbain.
(octobre) Belgrade / Yougoslavie : Images publiques.
(16/12-28/02/1998) (à La Boutique ou "En face de chez Georges", Liège) Ecoles liégeoises & Spécialités belges.

(  /  -  /  ) Albi, Cimaise et Portique. Michel François, Affichage urbain / Urban placarding.
(  /  -  /  ) Rotterdam, Witte De With. François Michel. Engrais, Orties et Pissenlits.

(  /  -  /  ) Barcelona / ES, Tecla Sala. Michel François. Engrais, Orties et Pissenlits.
(  /  ) "Flevoland gevoel", (une image publiée dans divers journaux)
(  /  -  /  ) Bruxelles U.E.O., Espace 251 Nord. Histoires d’images.
(  /  -  /  ) Deurle, Museum J. Dhondt-Dhaenens.
(  /  -  /  ) Paris, Galerie Jennifer Fay. Skindeep.
(  /  -  /  ) Berlin, Kunstlerhaus Bethanien. Fishing for shapes.
(  /  -  /  ) New York, Curt Marcus gallery
 

1998.
(12/02-17/02) Madrid / ES, Parque Ferial Juan Carlos I. Arco ‘98.
(08/03-22/06) Meymac / FR, Abbaye Saint-André-Centre d’art contemporain. L’étonnante gravité des choses simples. Oeuvres de la Collection du Frac Limousin.
(29/03-17/05) Anvers, Openluchtmuseum voor beeldhouwkunst Middelheim. Aanwinsten voor het paviljoen, 1994-1997.
(24/04-28/04) Bruxelles, Heysel. Art Brussels (16e).
(07/06-11/07) Bruxelles, La lettre Volée. François Michel, photographies.
(27/06-13/09) Anvers, MuKHA. Zomer van de Fotografie (7de))
(14/07-04/10) Sète / FR, Centre régional d’art contemporain. Cet été-là…
(18/09-18/10) Gand, Centrum voor Kunst & Cultuur Sint-Pietersabdij. Loplop /re/presents: Back to Basics. (Waar het allemaal om draait)
(19/11-22/11) Bruxelles, Beursschouwburg. Informatiedagen. Argos nodigt u uit.
(20/11-10/01/99) Liège, Musée d’Art moderne et d’art contemporain MAMAC L’arbre qui cache la forêt.
(11/12-11/01) Bütgenbach, IKOB. Bildgewordenen werklichkeiten.
(19/12-28/02/99) Dunkerque / FR, Frac Nord-Pas de Calais. Aspects de l’art actuel en Belgique.

(  /  -  /  ) Anvers, Museum van Hedendaagse Kunst – MuKHA. I(D)entiteit.
(  /  -  /  ) Albi / FR, Cimaise et Portique / Moulin albigeois. François Michel, A flux tendu.
(  /  -  /  )  Bruxelles, Hyperspace. François Michel.
(  / -   /  ) Bruxelles, rue des Tanneurs 75, Intégrations.
 

1998-99.
BUREAU AUGMENTE.
Bureau augmenté (1998) est une vaste installation où tout est connecté à tout (coupures de presse, œuvres antérieures, reste de petits travaux, etc.)
(21/11-19/12) Berlin / DE, Ulrich Gebauer Gallery. François Michel, Bureau augmenté.
(30/01-06/03) Paris / FR, Galerie Jennifer Flay. François Michel, Bureau augmenté.

(  /  -  /  ) Charleroi, Palais des Beaux-Arts. François Michel. L’exposition, la boutique et le bureau,
 

1999.
(01/01-01/02) Copenhague / DK, Galerie Asbaek. Homepiss
(19/01-28/02) Bruxelles, Iselp et Le Botanique.  Liberté, libertés chéries ou l’Art comme résistance à l’art. Un regard posé sur dix années d’acquisitions de la Communauté française (1989-1999).
(27/02-18/04) Innsbruck / AT, Gallery im Taxispalais. Freizeit und Überleben / Leisure and Survival.
(04/03-16/05) Gand, Diverse locaties. Trafic, affichage urbain / urban placarding.
(23/04-27/04) Bruxelles / Heysel. ArtBrussels, 17e édition.
(25/04-20/06) Louvain, Museumzaal – Universiteitshallen. Démarches.
(14/05-28/05) Gand. Operatie Eenoog, Ruimte voor Aanvallen van het Uiterste, Desire Productions
(09/06-07/11). Venezia / IT. Biennale de Venise (48e)
(27/06-03/10) Anvers, Museum voor Fotografie. Laboratorium.
(07/08-05/09) Gand, Vereniging voor het Museum van Hedendaagse Kunst. Een selectie van de kunstedities door de “Vereniging” uitgegeven sedert haar stichting..
(22/09-24/11) Deurle, Museum Dhondt-Dhaenens. Lessenreeks: Enkele woorden over het werk van:
(19/11-15/01/00) Bruxelles, Hyper-Space (Marie Puck Broodthaers). François Michel, Hyperspace.
(21/11-24/11) Bruxelles, Argos : Informatiedagen 1999 information days.
(26/11) Anvers, Museum van Hedendaagse Kunst – MuHKA. François Michel. Fundraising Dinner. Aankoop werk Michel François.
(27/11) Bruxelles, 10e étage du parking Baraka. Défilé d’artistes.
(04/12-16/01/00) Reims / FR, FRAC Champagne-Ardenne. Nouvelles acquisitions ‘98.
(  /  -13/12) Saint-Trond, Cultureel Centrum Bogaard. François Michel, Affiches en een overhoop gegooid cultureel centrum (Affiches et Un centre culturel mis sens dessus dessous.)

(  /  -  /  ) Madrid / ES, Arco. - Ulrich Gebauer Gallery, Berlin : François Michel
(  /  -  /  ) Graz / AT, Thalia Sall. Biennale d'architecture (avec Erwan Maheo).
(  /  -  /  ) Paris / FR, Centre Wallonie-Bruxelles. Quatuor d’images.
(  /  -  /  ) Barcelona / ES, Tecla Sala. Jardin d’Eros.
(  /  -  /  ) New York, Klagsbrun Gallery. Small Stuff. Schetsen, tekeningen, maquettes, pro-beersel(s),
gepruts & gebroddel.
(  /  -  /  ) Oakland / USA, CCAC. Held and let go.
 

2000.
(  /  -  /  ) Marne-la-Vallée, Ferme du Buisson : Danse – Arts plastiques, Samedi Danse Pierre Droulers.

* Janssens Ann Veronica, François Michel (projet photographique).
** « MA » collaboration à la scénographie du chorégraphe Pierre Droulers (Affiche)

(31/03-04/04) Bruxelles, Heysel. Art Brussels, Contemporary Art Fair (18th)
(02/04-11/06) Hornu, Musée des Arts Contemporains / MAC’s. Les chantiers du Musée.
(07/04-15/05) Liège, Espace 251 Nord. Pièces à conviction.
(13/05-12/06) Louvain-la-Neuve. Biennale (03e). La conscience du monde.
(16/01-02/07) Bruxelles, Opéra de la Monnaie / Ateliers. Un chant d’étoiles.
(02/06-20/08) Liège; (19/05-17/06) Aachen ; (17/06-01/10) Knokke ; (  / ,  /  ) Esplanade Rockefeller, New York ; (printemps / été 2001) Luxembourg : "World Wild Flags, Drapeaux d'artistes.
(10/06-31/10) Hann (Münden) / DE, Diverse locaties :3 Räume, 3 Flüsse (third part). Ihr wart ins wasser eingeschrieben.. with projects of ...
(24/06 24/09) Anvers, KMSK, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten. MO(u)veMENTS. Kunstenaarsbewegingen in België 1900-2000 / Mouvements d’artistes en Belgique 1900-2000 / Artists movements in Belgium 1900-2000.
(07/06-08/10) Paris / FR, Centre Wallonie Bruxelles. Les premiers, les derniers. Confrontation d’art africain et océanien à l’art contemporain dans les collections belges.
(30/06-  /  ) Liège, Musée en plein Air du Sart Tilman / Verrière du CHU. François Michel. 14 images dans les couloirs des policliniques ; 1000 images à disposition dans la Grande Verrière.
(06-07) Bruxelles, La lettre Volée. Lire le monde, lire les gens.
(05/09-15/10) Charleroi, B.P.S. 22 (Université du Travail Paul Pastur). Musée en œuvre(s), collection de la Province de Hainaut. Acquisitions récentes 1996-2000
(07/09-09/12) Bruxelles, Bruxelles 2000. Continent. (Bruxelles / Helsinski)
(02/10-27/11) Busan / KR,                  . Biennale, PICAF 2000 (1e).
(04/11-26/11) Waarschoot, Diverse locaties / Dorpscafé. Kinderspel. Kindertekeningen actuele kunst.
(23/11-28/01/01) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. Voici, 100 ans d'art contemporain.
(08/12-23/01/01) Bruxelles, Hyper-space.be. Hyper Space presents Another Dimension.
(14/10-14/12) Beersel, Herman Teirlinckhuis. Small Stuff II.

(  /  -  /  ) Bern / CH, Kunsthalle, (  /  --  /  ) Munich / DE, Haus der Kunst. François Michel, La plante en nous.
* Bildseiten in der Berner Zeitung / Pages of images in the newspaper Berner Zeitung.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Bruxelles 2000. Affichage urbain et distribution d’affiches.
(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Jennifer Flay. Body Beautiful.
(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Papillon. Oeuvres de tous poils.
(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Aline Vidal. Soldes Monstres.
(  /  -  /  ) Cahors / FR. Printemps de Cahors. Sensitive.
(  /  -  /  ) London / GB, Museum of installation. Box Project.
(  /  -  /  ) Pusan / KR,                         . Biennale de Pusan (1e). Leaving the Island.
(  / ,  /  ) Bamako / ML,                                 . The Rain Project.
 

2001.
(26/01-22/04) Amsterdam / NL, Huis Marseille Stichting voor fotografie. Photography from the KPN Collection.
(09/02-15/04) Den Haag / NL, Gemeentemuseum. The Beauty of Intimacy- Lens and Paper.
(mars) Bruxelles, Institut St. Luc. Instabilités. Plusieurs points de vue.
(17/03-28/04) Bruxelles, Argos. François Michel, Autoportait contre nature.
(17/03-14/05) Paris / FR, Centre Pompidou / Galerie Sud. Azerty. Un abécédaire autour des collections du Frac Limousin.
(21/03-10/06) Bruxelles, Dexia / Passage 44.  Belgisch ATELIER Belge. Treize artistes à propos de leur identité / Dertien kunstenaars over hun identiteit.
(  /05-28/06) Berlin / DE, Galerie Carlier / Gebauer. 10 years.
(31/05-28/07) Paris / FR, Galerie Jennifer Flay. Soyez Réalistes, Demandez l’Impossible.
(03/06-23/09) Arnhem / NL, Sonsbeek Park.Sonsbeek 9, Locus / Focus.
(07/06-09/09) Biennale de Venise, 49e édition (Palazzo Franchetti, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti) OFF: La Trahison des Images. Portraits de scènes.
(20/06-27/07) NewYork / US, Gagosian Gallery. Monitor : Volume 1.
(28/06-12/08) Oud-Rekem, Kasteel Reckheim. Kennis van Kenis.
(  /  -26/07) Bruxelles, Beau local d’art contemporain / Blac. François Michel. Sur le champ.
(06/08-07/27) New York / US, Curt Marcus Gallery. Group Exhibition.
(septembre) Montréal / CA. 460 rue Sainte-Catherine. Le mois de la photo (07e).
(  /  -16/09) Milano / IT, ---Pallazzo della trienale. Milano Europa 2001.
(16/09-28/10) Bruxelles Tour & Taxis: Ici et Maintenant. Belgian System.
(19/10-09/12) Courtrai, Broelmuseum. De spiegel van het verlangen. Hedendaagse kunst uit Zuid-West-Vlaams privé-bezit.
(17/11-13/01/02) Breda / NL, De Beyerd. MUHKA te gast in de Beyerd Breda. De keuze van Florent Bex uit de collectie van het Museum van Hedendaagse Kunst Antwerpen.

(  /  -  /  ) Barcelona / ES, Fondation Miro. François Michel, Psycho jardin.
(  /  -  /  ) Amsterdam / NL, Lumen Travo Gallery, Michel François, Ensemble, (with Meshac Gaba)
(  /  -  /  ) New York, Curt Marcus Gallery. François Michel.
 (  /  -  /  ) Bruxelles, La Lettre Volée. Artist and Friends. Multples.
(  /  -  /  ) Frankfurt / DE, Kunsthalle. Das versprechen der Fotografie.
 

2002.
(12/01-09/02) Liège, Les Brasseurs. Nature humaine.
(22/01-17/03) Genève / CH, Musée d’Art moderne et contemporain – MAMC. François Michel, Vivement 2002 ! encore .
(05/02-  /  ) Berlin / DE, Carlier, Gebauer Gallery. François Michel. Autoportrait contre nature.
(07/02-09/03) Genève / CH, Centre de la Photographie. François Michel.

(08/03-07/04) Anvers,                            . Objectif Close Reading #I.
(  /  -26/04) Palais de Justice, Petit Château et Médiatine. 100 artistes pour les 100 ans de la Ligue des Droits de l'Homme.
(07/04-26/05) Breda / NL, Museum De Beyerd. Iets wat zoveel kost, is alles waard.
(21/04-23/06) Torino / IT, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo. Self / in Material Conscience.
(30/04-19/07) New York / USA, 303 Gallery. Sunday Afternoon.
(18/05-  /09) Bruges, En divers lieux : "Octopus".
(21/05-22/06) Berlin / DE, Carlier, Gebauer Gallery. François Michel, Senzatitolo (avec François Curlet).
(31/08-03/11) Hasselt, Z33. Kamer Nr. 1.07 Laboratorium.
(15/09-24/11) Altkirch / FR, Crac Alsace. Bienvenue / Willkommen / Welcome @ Altkirch.
(17/09-05/01/03) Grand-Hornu, Mac’s.  L'Herbier et le Nuage. Première expo du nouveau musée.
(04/10-15/12 : accrochage évolutif ; prolongation jusqu’au 05/01/2003) Liège, Espace 251 Nord. "Le colloque des chiens". Off Coll., Biennale di Venezia, 1986, 2002. Focus sur les différentes participations off de Venise depuis 1986.
(20/10-10/11) Dortmund / DE, Hartware medien kunst verein. Nicht weit von der wirklichkeit entfernt.
(09/11-23/11) Brest / FR, Centre d'art Passerelle. Présentation de films vidéos. Sur un projet d'Isabelle Arthuis, Ann Veronica Janssens et Erwan Mahéo.
(17/11-15/12) Kraichtal / DE, Ursula-Blickle-Stiftung. François Michel, Photoshow.
(01/12-09/03/03) Bremen / DE, Neues Museum Weserburg : Ars photographica. Fotografie und Künstlerbücher.
(13/12-18/01/03)  Hasselt, CIAP. François Michel. Dessins-Multiples.

(  /  -  /  ) Paris / FR. Centre George Pompidou, François Michel, Salon intermédiaire,
(  /  -  /  ) Paris / FR. Librairie Florence Loewy. François Michel, Editions, rétrospective.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie Art&Com. Multiples.
(  /  -  /  ) Hasselt, CIAP.  Hedendaagse Kunst in Limburgse verzamelingen. Een tentoonstelling naar aanleiding van 25 jaar CIAP vzw.
(  /  -  /  ) Seneffe, Château. De la recherche à l'humain.
(  /  -  /  ) Philadelphia / USA Museum of Art. Recent Video from Belgium.
 

2003.
(09/01-14/12) Paris / FR, Cinéma La Clef. Festival des Cinémas Différents de Paris (5e).
(14/01-15/02) New York / USA, Swiss Institute (Library) – SI. François Michel.
(01/02-30/03) Sète / FR, Crac, Centre Régional d’Art Contemporain Languedoc Roussillon : Coconutour.
(15/02-13/04) Münster / DE, Westfälischer Kunstverein. François Michel. Hallu.
(07/03-25/05) Paris / FR, Centre Wallonie-Bruxelles. Le Colloque des Chiens. Off Collection, Biennale di Venezia, Part II. (Espace 251 Nord).
(29/03-25/05) Bruxelles, Atelier 340 Muzeum. Particules élémentaire. Sculptures, installations & bijoux acquis par la Communauté Française de 1993 à 1998.
(05/05-02/07) Bruxelles, La Lettre volée. Dessins et collages.
(mai-juin) Liège, Musée d’art moderne et contemporain / MAMAC. Le paysage vu de profil.
(21/05-06/07) Bruxelles, De Markten. Kunstenaars in beweging / Plasticiens en mouvement. Vidéos et installations.
(24/05-07/09) Helmond / NL, Gemeentemuseum. Child in Time.
(28/06-14/09) Gand, SMAK. Gelijk het leven is.
(02/07-11/10) Dunkerque / FR, Frac Nord pas de Calais. Stop & Go.
(30/08-19/10/03) Eupen, IKOB. Sculptures Installations. Aus der Sammlung der französischen Gemeinschaft in Belgien / Collection de la Communauté française de Belgique, 1993-1998.
(05/09-19/10) Bruxelles, Site Wielemans – Ceuppens. Wiels !.
(04/10-16/11) Anvers, Museum van Hedendaagse Kunst Antwerpen – MuHKA. Collectiepresentatie V, herfst 2003.
(11/10-22/12) Fribourg, CH. / Kunstalle. As a house that moves. Module 2
(13/10) Montréal / CA. DS, M245, Pavillon J. A. De Sève : Conférence.
(24/10-25/01/04). Athens / GR, Benaki Museum. Outlook, International Art Exhibition.
(29/11-28/12) Münster / DE, Westfälischer Kunstverein. Jahresgaben 2003.

 (  /  -  /  ) Paris / FR, CNP. Fables d’identité.
(  /  -  /  ) Amsterdam / NL, Artwalk. Tattoo.
(  /  -  /  ) Mexico / MX, Programa Art Center. Storage and display.
 

2003- 2004.
DÉJÀ VU.
(06/10/2003-07/11) Ogura / JP, Kitakyushu, Centre d’art contemporain. François Michel, Déjà vu.

(14/11-21/12) Montréal / CA, Vox Contemporary Image. François Michel. Déjà vu.
(20/01-20/03) Berlin / DE, Galerie Carlier-Gebauer. François Michel, Déjà vu (avec Julie Mehretu)
(05/06-26/09) Tilburg / NL, De Pont Foundation for Contemporary Art. François Michel, Déjà vu.
(03/07-20/09) Bignan / FR, Domaine de Kerguéhennec, Centre d’Art contemporain. François Michel (« Déjà vu »).invite Angel Vergara.
 

2004.
(24/01-01/02) Bruxelles, La Maison de Marijke Schreurs – gallery. You said erotic.
(06/03-21/03) Courtrai, Diverse locaties. Beeldenstorm #2.
(06/03-24/05) Tourcoing / FR, Musée des Beaux-Arts.  Amicalement vôtre.
(02/04-08/08) Lille / FR, Tri Postal. Les Afriques.
(16/04-21/06) Basel / CH : Art 35 Basel 2004 : Kunst des 20. und 21. Jahrhunderts. 260 Galerien aus Europa, Amerika, Australien und Asien.
(23/06-19/09) Paris / FR, Jeu de Paume. Eblouissement.
(11/09-07/11) Charleroi, B.P.S. 22. Storage / L'entrepôt du Musée. Collection de la Province de Hainaut.
(28/09-28/11) Paris / FR, Jeu de Paume. L’ombre du temps.
(09/10-09/01/05) Sienna / IT, Palazzo delle papesse. Ipermercati dell’arte. Il consumo rappresentato, ironizzato, contestato.  (Art hypermarkets. Contesting consumerism).
(15/10-23/10) Bruxelles, Argos. Argosfestival, audiovisual arts.
(15/10-02/01/05) Paris / FR, Galerie nationale du Jeu de Paume. Figures de l’acteur.
(23/10-18/12) Genève / CH, Attitudes- Espace d’art contemporain. Situations construites.
(31/10-02/01/05) Ludwigschafen / DE, Kunstverein. No friture, Die junge Belgische Szene.
(27/11-24/05/05) Anvers, MuKHA. Aan de hand van Gagarin, collectiepresentatie X.
(09/12-20/02/05) Paris / FR, le Plateau / Frac Ile de France. Ralentir vite.

(  /  -  /  ) Basel / CH, Foire. François Michel. Psycho jardin (Art Unlimited)
(  /  -  /  ) Coudekerque / FR, Lycée B Vian. François Michel, Mini expo.
(  /  -  /  ) Louvain, Université catholique de Louvain. Matrix art project. Love is in the air.
(  /  -  /  ) Fribourg / CH, Fri-Art. As A house that moves.
 

2004-2005.​
FRANÇOIS MICHEL, THEATRE DES OPERATIONS. EXPOSITION ITINERANTE.​
(  /  /04-  /  ) San Antonio / USA. Art Pace. François Michel, Théâtre des opérations.
(17/12-27/02/05) Pontault-Combault / FR, Centre photographique Ile de France.
(16/03-15/05) Amiens / FR, Maison de la culture (avec Emilio Lopez-Menchero).
(08/07-24/09) Bordeaux / FR, Frac Aquitaine – Hangar G 2 (avec Richard Venlet).

(15/10-11/12) Sotteville-lès-Rouen / FR, Frac Haute-Normandie (avec Richard Venlet).
 

2005.
(01/01-31/12) Bignan / FR, Domaine de Kerguéhennec. François Michel. Commandes publiques en projets.
(08/01-02/04) Montreuil / FR, Maison Populaire de Montreuil, Centre d’art moderne Mira Phalaina. Le jeune, le vivace, le bel aujourd’hui (épisode 1/3).
(04/03-15/05) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. La Belgique visionnaire. C'est arrivé près de chez nous.
(04/03-01/07) Villeneuve d’Ascq / FR, Musée d’Art moderne. Voisins officiels.
(10/03-01/05) Santiago de Chili / CL, Centro Cultural Matucana. Circuito.
(24/03-26/03) Rotterdam / NL, MVRDV. de Salon. zwervende tentoonstelling
(26/03-04/05) Grimbergen, Cultureel Centrum Strombeek. François Michel, 35 posters on display (avec Richard Venlet).
(16/04-02/07) Montreuil / FR : Maison Populaire de Montreuil, Centre d’art moderne Mira Phalaina. Le jeune, le vivace, le bel aujourd’hui (épisode 2/3).
(17/04) Grimbergen, Cultureel Centrum Strombeek. Meet & greet met kunstenaars François Michel, Venlet Richard, De Ridder Monique en Pateer Isabelle.
(27/04-  /  ) Casablanca / MA Institut Français. Œuvres politiques et politiques de l’œuvre.
(01/05-17/07) Dresden / DE, Kunsthaus. Arbeitshaus. Einatmen. ausatmen.
(02/06-02/09) Bruxelles, Galerie Xavier Hufkens. François Michel.
(24/06-18/09) Anvers, Museum voor Fotografie. Belgische Fotografen 1840-2005.
(16/07-06/11) Düsseldorf / DE, Stiftung Museum Kunst Palast. Slow Art, Stilleben, Porträts – Landschaften.
(15/10-17/12) Montreuil / FR, Maison Populaire de Montreuil, Centre d’art moderne Mira Phalaina : Le jeune, le vivace, le bel aujourd’hui (épisode 3/3).
(08/10-29/10) Gand, Galerie S & H De Buck. De Lichte Kamer. 80 photographes belges.
(05/11-08/01/06) Nice / FR, Villa Arson. Lotissement de cimaises (intitulé repris de la pièce de Lizène acheté par le Frac).
(15/11-27/11) Paris / FR, roARaTorio. Rencontres internationales Paris / Berlin 2005.
(18/11-30/12) Rennes / FR, La Criée, Centre d’Art contemporain. Faire signe. Un choix d'œuvres de la collection d'art de la Province de Hainaut.
(18/11-30/12) Rennes / FR, La Criée, Centre d’Art contemporain: Faire signe. Un choix d’œuvres de la collection d’art de la Province de Hainaut.
(08/12-28/01/06) London / GB, Thomas Dane Gallery. Open ended.

(  /  -  /  ) Maestricht / NL- Limburg, Bonnefanten Hedge House. A guest +a host =a ghost.
 

2006.
(  /  ) Lormont (Bordeaux) / FR. « Lieux dit », commande publique mission tramway.
(  /  ) Gand, Commande pour l’école Van Artevelde. Mur à l’emporte-pièce, projet Blinde Muren.

(12/01-11/02) New York / USA, Galerie Bortolami-Dayan. François Michel, Theater of operations.
(25/01-05/02) Rotterdam / NL. International Film Festival Rotterdam (IFFR) (35th)
(27/01-26/03) Rotterdam / NL, Witte de With. Satellite of Love.
(29/01-07/05) Grand-Hornu, Musée des Arts contemporains de la Communauté française.
(24/03-26/03) Rotterdam / NL, MVRDV, Dunantstraat 10. de Salon. zwervende tentoonstelling #5.
(19/05-17/09) Liège, divers lieux. Images publiques, Triennale d'art public (01e).
(01/06-27/10) Luxembourg / LU,  Galerie l’Indépendance et à la Dexia BIL Parc Heintz. My Home is My Castle.
(juin) Basel / CH, Art Unlimited. François Michel (Carlier/Gebauer-Hufkens).
(juillet) « La Ricarda, film à flux tendu » (conception du film et choix des artistes invités)

(29/06-17/09) Liège, Musée d’Ansembourg. After Cage. Potlatch & Gambit,  Trésors Cachés : Cabinets de curiosités, Wunderkammern.
(06/05-11/06) London / GB, Danielle Arnaud Contemporary Art. Outdoors.
(20/05-30/07) Fribourg / CH, Fri Art, Centre d’art contemporain. Continuum Distortion.
(01/07-24/09) Nice / FR, Villa Arson. Intouchable, l’idéal transparence & l’achitecture de verre.
(02/07-10/09) Watou, Diverse locaties. Poëziezomer Watou 2006 : Extiem.
(15/09) Gand, Artevelde Hogeschool. François Michel. Presentatie kunstwerk.
(27/09-12/03/07) Paris / FR, Centre G. Pompidou. Peintres de la vie moderne-  Modern-life painters, Donation Caisse des Dépôts' photograph collection.
(  /  16/10) Bruxelles, Musée Van Buuren, De Maillol à Tony Cragg.
(29/09-11/11) Berlin / DE, Galerie Carlier Gebauer / François Michel, Sculpture show.
(18/10-02/12) Anvers, Zeno X Gallery. 25 years Zeno X.
(26/10-26/11) Francfurt / DE, Galerie Anita Beckers. Strip, Bilder in Folg / Strip, images in line.
(03/11-27/01/07) Düsseldorf /DE, Galerie Ute Parduhn. Verglücht Nochmal.
(14/12-18/02) Paris / FR, Frac Ile de France – Le Plateau. Sudden Impact. Nouvelles acquisitions.
(21/12-27/01/07) Bruxelles, Le Blac présente sa dernière exposition HAPPY END.

2007.
(04/05-09/05) Bruxelles, La Raffinerie. Flowers, chorégraphie de Pierre Droulers.

(25/02-25/02/08) Anvers, Nicc. The Moss Gathering Tumbleweed Experience.
(15/03-13/05) Anvers, Muhka. Ontmoeting.
(18/03-28/04) Bruxelles, Aeroplastics Contemporary. Speakers.
(23/03-01/04) Bern / CH, Kunsthalle. Critical Mass, Kritische Masse I.
(29/03-24/06) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. The Ikob Collection au BOZAR
(29/03-01/11) Reims / FR. Domaine Pommery. Expérience Pommery # 4. L’Emprise du lieu.
(17/04-29/04) Toulouse / FR, Forum de l’Image. Hors genres.
(17/04-29/04) Aux Moulins Albigeois, Laboratoire Artistique International du Tarn / LAIT, Albi & Castres / FR. La Ricarda.
(28/04-05/05) Madrid / ES, Circulo de Bellas Artes. Madrid – Paris – Berlin, Les Rencontres Internationales 2007.
(10/05-30/06) Bruxelles, La lettre volée. Multiples.
(17/05-17/07) Milano / IT, Galleria Klerkx. Tumbleweed Spinn Off, (black, white, gold, yellow and blue)
(25/05-30/06) Karlsruhe / DE, Ferenbalm-Gurbrü Station. Hunter & Gatherer.
(01/06-  /  ) Courtrai, Broelmuseum. Sound of Music (collection Frac / Nord-Pas de Calais)
(04/04/09-14/06) Margate / GB – Kent, Turner Contemporary. Sound of Music.
(25/05-29/07) Salonique / GR, Thessaloniki, Macedonian Museum of Contemporary Art, M.M.C.A. Who is there ?.
(16/06-16/09) Helmond / NL, Gemeentemuseum Helmond. Crème de la Crème.
(29/06-16/09) Valladolid / ES, Museo de Arte Contemporaneo Espanol, Patio Herreriano. Intocable (el ideal de la transparencia).
(01/07-23/09) Deurle, Museum Dhondt-Dhaenens – MDD. Verzameling Roger et Hilda Matthys-Colle.
(07/07) Liège, Musée d'art moderne et d'art contemporain. La nuit de la vidéo.
(29/07-18/11) Anvers, MuKKA. Who’s got the Big Picture ?
(12/09-07/10) Amsterdam / NL, Lumen Travo Gallery. François Michel. Editions and Multiples, 1979–2007.
(21/09-21/12) Manderen / FR, Château de Malbrouck. Merveilleux ! D’après nature.
(29/09-10/11) Bruxelles, Argos. Up to, and including the limit.
(12/10-20/10) Genf / CH, Centre pour l’Image contemporaine. Biennale de l’Image en Mouvement / BIM (12e).
(28/10-13/01/08) Eupen, IKOB : La Ricarda. [Cf. supra : avril, Albi, Moulins Albigeois]
(10/11-26/01) Bruxelles, Maison Grégoire. Monsieur Jean-Paul invite. Exposition interdite aux moins de 18 ans.
(17/11-03/02/08) Paris / FR, Bétonsalon. In the Stream of Life.
(16/10-06/01/08) Lille / FR, Tri postal. Passage du temps (coll. François Pinault)
(19/12-30/03/08)) Tourettes-sur-Loup / FR, Chäteau des Villeneuve-Tourettes. Interactions.
 

2008.
(18/01-30/03) Reims / FR, Frac – Champagne Ardenne. Le dernier qui parle.
(26/01-06/04) Luxembourg / LU, Casino, Forum d’art contemporain. Peer to Peer (ou P2P)
(10/02-20/04) Eupen, Ikob. The Ikob Collection.
(14/02-18/05) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. Ce curieux pays curieux, La Wallonie. De Joachim Patenier à Michel François.
(15/02-15/03) Liège, Espace Uhoda  A selection of photographic works from the Uhoda Collection.
(21/02-27/03) New-York / US, Gallery Bortolami. François Michel.
(29/02-30/04) Bruxelles, Des Arts, e2n. (59 rue de Flandre, 1000 Bruxelles). Un projet d’Archives Actives.
(01/03-03/05) Nice / FR, Galerie d'Art contemporain Sandrine Mons. Made in Belgium, un certain état d'esprit...Exposition de groupe, de 1875 à nos jours, en zone neutre et temps de paix.
(05/03-31/08) Thessalonique / GR, Macedonian Museum of Contemporary Art – MMCA. Topos, An Exhibition, an Approach, a Museum, a History.
(14/03-08/06) Duisburg / DE, Museum Küppersmühle für Moderne Kunst – MKM. Der eigen Weg – Perspektiven belgischer Kunst.
(15/03-10/05) Los Angeles / US, MC. François Michel. Domestic.
(04/04-03/05) London / GB, Thomas Dane Gallery. François Michel. Domestic.
(18/04-21/04) Bruxelles-Heysel, Art Brussels, D&A Lab. Art meets design.
(13/05-11/07) Jouy-en-Josas / FR, Jardin du Château. Les Environnementales. Biennale (5e). Land-art de la terre et de l’herbe.
(08/05-10/05) Bruxelles, La Cambre, Hôtel Van de Velde., Les éditions de Buren Daniel, Estève Lionel, François Michel, Janssens Ann Veronica.
(19/05) Paris, Centre Georges Pompidou – Cinéma 1 / Niveau 1 : Michel François. Casseurs d’images.
(14/06) Ittre, L’Etable d’Hôtes. Vente de Cerfs-Volants au profit de l’asbl Artistes contre le Mur..
(14/06-21/09) Sonsbeek / Nl, Park et Arnheim / Nl, Museum voor Moderne Kunst. Sonbeek 2008. Grandeur.
(18/06-17/08) Paris / F, Frac – Ile de France / Le Plateau. L’Argent.
(16/08-13/09) Bern / Ch, Kunsthalle. No Leftovers / Pas de restes.
(25/09-21/11) Bruxelles, Palais de Justice. Corpus Delicti.
(27/09-23/11) Malines, Cultureel Centrum De Garage. Honorons Honoré.
(10/10-18/01/09) Reims / FR, Frac Champagne Ardennes. La Fête est permanente.
(18/10-03/01/10) Gand / BE, Smak. Michel François, Faux Jumeaux
(09/10-30/11) Clermont-Ferrand / FR, Espace La Tolerie. La foule zéro-infini.
(21/11-18/12) Tourcoing / FR, Galerie Commune. Go Golf (after Tron)

(  /  ) Paris / FR, Centre Pompidou. François Michel. Conférence : Casseur d’image (avec Michel Assenmaker)
(  /  --  /  ) Basel / CH. Art Basel. Art Unlimited, François Michel. Golden Cage. (
Xavier Hufkens – Carlier-Gebauer, Art Unlimited, Basel, Switzerland).
(  /  -  /  ) Lisboa / PT, Calouste Gulbenkian Foundation. François Michel. 40 Posters on Display. 1994 – 2008 (avec Richard Venlet).
(  /  -  /  ) Paris / FR, Berlin / DE, Madrid / ES. Rencontres internationales (Projection de La Ricarda).
(  /  -  /  ) Mariemont, Musée. Livres d’artistes.
 

2009.
- Collaboration chorégraphique : "The Song" par Anne Teresa De Keersmaeker, Ann Veronica Janssens et Michel François, au théâtre de la Ville à Paris (24/06-03/07), Paris. Et au Kaaitheater à Bruxelles (17/09-27/09).
- (04/12-05/12) Bruxelles, Halles de Schaerbeek. "Collision(s)", spectacle conçu, chorégraphié et mis en scène par Isabella Soupart, scénographié par Jim Clayburgh. Avec le concours de Michel François à la vidéo, Marc Doutrepont au son et les performeurs Bérengère Bodin et Olivier Taskin.

(07/01-11/04) Montreuil / FR, Maison populaire – Centre d’art Mira Philaina. Un plan simple 1, 3 (Perspective)
(18/01-15/02) Esslingen / DE, Galerien der Stadt Esslingen / Villa Merkel. Argos – Open Lounge.
(28/02-11/10) Winterthur / CH, Fotomuseum. Printed Matter – Set 6 aus der Sammlung des Fotomuseum Winterthur.
(mars) Publication de Plans d’évasion (21,5 x 3 x 27,2 cm ; Villerbanne / Gand,  Ed. Roma Publications, 2010, 360 p. bilingue : fr. / en.). Essais par Guillaume Desanges et Jean-Paul Jacquet avec introductions de Philippe Van Cauteren et Nathalie Ergino.
(05/03-04/04) Bruxelles, Galerie Xavier Hufkens. François Michel..
(19/03-30/05) Anvers. L.L.S. Ruimte voor actuele kunst, vzw. Jeugdzonde. Over opus één en opus min één.
(23/04-27/04) Bruxelles, Heysel. Art Brussels (27e)
(29/04-12/07) Pontault-Combault / FR, Centre photographique d’Ile de France. Autres mesures.
(15/05-12/06) Barcelone / ES, Macba. The Uncertainly Principle.
(21/05-24/05) Saint-Gilles / BE, Maison Pelgrims. Apoteker Horror Picture Show.
(19/06-06/11) Lausanne / CH, Musée des Beaux-Arts. François Michel. Hespérides I.
(21/06-20/09) Helmond / NL, Gemeentemuseum. Achtung Baby.
(04/07-30/08) Château-Gonthier/ FR, Chapelle du Génêteil, Centre d’Art Contemporain,. Mes Dalton,
(10/07-05/09) London / GB, Thomas Dan Gallery. Double Object.
(02/09-19/09) Bruxelles. Ouverture de l’asbl Espace / Galerie du Pont Neuf. (Rue du Pont Neuf  30  Nieuwbrug, Bruxelles 1000) : Les fantômes de la chapelière.​
(02/10-03/10) PROGRAMME WEEKEND BRXLBRAVO @ WIELS.
(10/10-10/01/10) Gand / BE, Smak. François Michel. Plans d’évasion.
 (04/12-14/03/10) Gand, Smak. Gagarin the Artists in their Own Words – The first Decade.

(  /  -  /  ) Roma / IT, Galleria S.A.L.E.S. François Michel.
 

2010.
- (  /  -  /  ) “Walk, Talk chalk”, Création Compagnie Pierre Droulers, Kunst festival des arts, Brussels, Belgium.
- (  / -  /  ) “En attendant”, Création de Rosas de Anne Thérésa de Keersmaeker avec Michel François, à Avignon / FR.

(21/12-23/12) Bruxelles, Kaaitheater. Anne Teresa De Keersmaeker. The Song Unplugged + Party.(Reprise).
(06/01-10/01) Bruxelles, Maison Pierre Bergé & Associés (40 Place du grand Sablon). Vente caritative au profit de l’association Accueil.
(05/02-30/05) Nice / FR, Villa Arson. Double bind. Arrêtez d’essayer de me comprendre.
(07/02-23/05) Grand-Hornu / BE, Mac’s et Grand-Hornu-images. Le Fabuleux destin du quotidien.
(25/02-01/05) New York, Bortolami Gallery. François Michel.
(28/02-25/04) Liège. Biennale internationale de la Photographie et des Arts visuels de Liège (7e) / BIP2010.
(05/03-02/05) Mulhouse / FR, La Filature. Le décors à l’envers.
(11/03-09/05) Villeurbanne / FR, Institut d’art contemporain. François Michel, Plans d’évasion.
(20/05-19/09) Anvers, Middelheim. La vie d’une œuvre d’art.
(10/06-29/08) Hasselt, CIAP. Between the Sacred and the Profane.
(11/09-12/09) Bruxelles,                        . Brussels Art Days.
(15/09-06/11) New-York / US, Bortolami Gallery. Re-dressing.
(24/09-17/10) Toulouse / FR. Le printemps de septembre (20e).
(01/10-09/01/11) Paris, Espace Louis Vuitton (10 avenue des Champs Elysées). Syndrome de Peter Pan.
(03/10-13/07) Gwacheon / KR, National Museum of Contemporary Art Korea / NMAC. La Sombra del Habla / Shadow of Language. Collection Macba (Musée d’art contemporain de Barcelone)
(08/10-31/10) Le Fresnoy / FR, Studio national des arts contemporains. Art Belge Contemporain.
(09/12-20/02/11) Paris / FR, Frac Ile de France – Le Plateau. Prospective XXIe siècle.
* Commissaire de l’exposition : Xavier Franceschi.
** Bismuth Pierre / Gondry Michel, Dodge Jason, Florenty Elise, François Michel (Déjà vu, newspaper, 2003. Murs, affiches, journal local du jour, encre de Chine ; dimensions variables ; coll. Frac Ile de France), Froment Aurélien, Gander Ryan, Garcia Torres Mario, Geffriaud Mark, Green Renée, Harrison Nate, Leckey Mark, Maguet Arnaud, Montaron Laurent, Owens Bill, Paradeis Florence, Pitoiset Emilie, Serralongue Bruno.
(10/12-29/01/11) Berlin / DE, Ulrich Gebauer Gallery. François Michel.

(  /  -  /  ) Bruxelles, La chaussette. François Michel.
(  /  -  /  ) Bruxelles, Bela Editions. François Michel. Editions &Multiples 1979-2009.

(  /  -  /  ) Château-Gontier / FR, La Chapelle du Genêteil. Gogolf.
(  /  -  /  ) Parc naturel de la Vallée de Chevreuse / FR, Collection Frac Ile de France. Parade.
(  /  -  /  )  Gwacheon / KR, National Museum of Contemporary Art Korea / NMAC. La Ricarda.

2011
- (02/09-03/09) Bruxelles, Kaaitheater. “En attendant”, (Reprise)
Spectacle événement du Festival d’Avignon 2010, à la lumière naturelle et déclinante de la nuit tombante, la pièce d’Anne Teresa De Keersmaeker, créée avec le plasticien Michel François, réussissait le passage en salle, à la Monnaie, il y a un an. Voici à nouveau repris, au Kaaitheater, ce moment qui conjugue la musique sublime l’Ars Subtilor et une chorégraphie où le désir et la mort se côtoient.

(07/01-05/02) Paris / FR, Galerie Kamel Mennour (47 rue Saint-André des Arts). François Michel.
(25/02-14/04) Sète / FR, Crac. Cadre ouvert.
(01/04-02/07) Paris / FR. Fondation Hippocrène,  Propos d’Europe 10.
(14/04-22/05) Bruxelles, Galerie Xavier Hufkens. Everything you can imagine is Real.
(22/04-05/06) Anvers, NICC. Invocations of the blank page.
(mai-juin) Bastogne, L’Orangerie. Downsbrough Peter. « Limites multiples » (Participation)
(16/07-27/08) Berlin / DE, Galerie J. König. Sculpture is three-dimensional artwork created by shaping or combining hard materials.
(26/08) Installation de la sculpture Le Scribble à La Louvière, sur le boulevard Mairaux, entre les places Communales et Maugrétout.
(22/09-05/03/12) Metz / FR, Centre Pompidou-Metz. Erre, variations labyrinthiques.
(16/10-05/02/12) Delme / FR, Synagogue (Crac). Les mille rêves de Stellavista.
(23/10-29/01/2012) Grand-Hornu, Mac’s. François Michel. 45.000 affiches 1994-2001.
(  /  -24/03/12) Bruxelles, Maison particulière. Légéreté ?

(  /  -  /  ) Tours / FR, Centre de Création Contemporaine Olivier Debré / CCC. François Michel. 22500 affiches 1994-2011.
(  /  -  /  ) New York / US, The Independent. François Michel.


2012.
(20/01-18/02) Berlin / DE, Galerie Carlier-Gebauer. The Poster Show.
(28/01-17/03) La Louvière, Musée Ianchelevici. Desmedt Emile, François Michel, Jones Anne.
(28/01-22/04) Herford / DE, MARTa, Galeries Gehry. Cendre et or. Un voyage autour du monde
(17/02-22/02) Madrid / ES, Limac. Seleccion del Archivo Eating Impresos.
(18/02-22/04) Grand Hornu, Mac’s. Œuvres de la collection + Marianne Berenhaut.
(03/05-30/06) Lyon / FR, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts. Nombreuses mains…
(01/06-27/07) New York / US, James Cohan Gallery. Every Abstract – Abstract Everyday.
(21/06-09/09) Ixelles, Musée. POP-UP, Liens artistiques.
(24/06-07/10) Grand-Hornu. Grand-Hornu Images (en collaboration avec le Mac’s). Meisenthal, Le Feu sacré.
(22/05-20/07) Paris / FR, Ecole supérieure des Beaux-Arts / Cabinet des dessins Jean Bonnat. Francois Michel. Le Trait commun.
(29/06-30/09) Sète / FR,  Centre régional d’Art contemporain / CRAC – Languedoc-Roussillon. François Michel. Pièces à conviction.
(04/07-19/08) Villeurbanne, Institut d’art contemporain / IAC – Frac Rhöne-Alpes. Dimensions variables.
(30/08-13/01/13) Venezia / IT, Palazzo Grassi. La vocce delle immagini, lyrics images, voice of images.
(07/09-09/09) Bruxelles,                                        .Brussels art days (Galerie Hufkens)
(15/09-11/11). Moutier / CH, Musée jurassien de la République et du Canton du Jura. Chemin faisant.
(25/09-22/12) Paris / FR, Bétonsalon. De Menocchio, nous savons beaucoup de choses.
(04/10-02/11) Beaugency / FR, Eglise Saint-Etienne. Photographes non photographes..
(18/10-12/11) Wuhan / CH, Musée des Beaux-Arts. Images et Mots depuis Magritte.
(29/11-12/01/13) Bruxelles, Galerie Xavier Hufkens (rue Saint-Georges). François Michel. Pièces à conviction.

(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Kamel Mennour. (47 rue Saint-André-des-Arts). Lux Perpetua.
(  /  -  ) Tours, Centre d’art contemporain. François Michel, 22.5000 affiches 1994-2011.
(  /  -  /  ) Paris / FR, La Réserve. Chambres à partager VI : Chemins poétiques, trajectoires politiques.
(  /  -  /  ) Lisse / NL, Keukenhof. Flower Castle.
(  /  -  /  ) Genève / CH, Blancpain Contemporary Art. Almost Work.
 

2013.
- (  /  ) Partita 2. Création Rosas d’Anna Teresa de Keermaeker, scenographie de Michel Francois, Avignon, France.

(10/01-02/03) Paris / FR, Galerie Emmanuel Hervé. Magiciens.
(19/01-02/03) Berlin / DE, Galerie Carlier-Gebauer. The probably that Nothing will Happen.
(28/02-01/09) Bruxelles, Fondation Boghossian (Villa Empain). Turbulences II,
(  /03-  /  ) Berlin / DE, Galerie Carlier-Gebauer. François Michel. Pieces of evidence.
(  /  -17/03) Bruxelles, Contemporary Art Brussels / CAB Art Center. Contemporary Future.
(08/03-19/05) Paris / FR, Pavillon du Carré Baudouin. All this here, tout est là.
(15/02-19/05) Paris, La Maison rouge). Sous influences, arts plastiques et produits psychotropes.
(20/04-13/07) Bruxelles, Verrière Hermès. Des gestes de la pensée.
(17/05-07/10) Metz / FR, Centre Pompidou-Metz. Vues d’en haut.
(22/05-22/09) Amsterdam / NL, Exposition se déroulant sur les rues Apollolaan, Minervalaan, Zuidas, Vondelpark et Museumplein. Artzuid 2013.
(15/06-22/06) Mulhouse / FR. Musée des Beaux-Arts. Biennale de photographie (01e). Play and Replay.
(27/06-29/09) Bruxelles, Center forContemporary Art (Centrale). Bazaar Belgïe. Les 100 meilleures œuvres d’art belges selon Claude Blondeel.
(06/07-29/09) Marseille / FR, la Friche Belle de Mai. Des images comme des oiseaux.
(18/09-17/11) Louvain-la-Neuve. Biennale d'Art Contemporain (08e). Une exposition universelle.
(20/09-05/01/14) Taipei / Taiwan, Taipei Fine Art Museum. Imminent Sounds – Falls and Crossings. Sound International exhibition.
(05/10-19/01/14) Luxembourg / LU, Mudam. J’ouvre les yeux et tu es là. Collection Mudam.
(11/10-10/01/14) Columbus / US – Ohio, Columbus College of Art and Design / Canzani Center Gallery. My Crippled Friend / Mon ami infirme.
(12/10-02/02/14) Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts / MRBA. Museum to scale 1/7.
(23/10) Lyon, ENSBA. François Michel. Conférence, « Pièces à conviction.
 

2014.
(15/02-31/05) Pont-en-Royans / FR-Isère. La Halle. Arpenter. Œuvres de la collection IAC, Rhône-Alpes.
(21/02-20/03) New York / US, Bortolani Gallery. François Michel. Pieces of evidence.
(15/03-25/05) Liège, Musée de Beaux-Arts / BAL.Icones.
(22/03-08/06) Grand-Hornu, Mac’s. L’Image suivante. Choix dans les collections de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
(mars) Michel François parle de "Contamination (pommes)" qui fait partie de la collection kadiste.
(02/04-11/01/16) Paris / FR, Centre Pompidou. Une histoire, art, architecture et design des années 80 à aujourd’hui.
(30/04-22/06) Birmingham / GB, Ikon Gallery. François Michel. Pieces of evidence.
(03/05-07/06) Berlin / DE, Galerie Carlier-Gebauer. Memory Palaces.
(07/06-21/06) Maastricht / NL, Theater aan het Vrijtof. Eerste Oogst.
(14/06-14/09) Wattwiller / FR, Fondation Francois Schneider. Narcisse, l’image dans l’onde.
(21/06-02/11) Trédrez-Locquémeau / FR, Galerie de Dourven. [Sans titre] (volet 2)
(19/09-11/01/15) Villeurbanne / FR, IAC ; Ecole Nationale de Musique, Danse et Art Dramatique (E.N.M.) ; Institut National des Sciences Appliquées (INSA) ; MLIS [Maison du Livre, de l’Image et du Son François Mitterrand], Le Rize ; Théâtre National Populaire (TNP) ; URDLA, centre international estampe & livre. Collection à l’étude à Villeurbanne. Expériences de l’œuvre, proposé le laboratoire Espace Cerveau.
(20/09-31/10) Bruxelles, Bibliothèque de la Banque nationale. A story of absence. Une sélection dans la collection de la Banque nationale.
(27/09-30/11) 2010 (oeuvre collective) – création (04e)
(06/09-11/10) Paris / FR, Galerie Kamel Mennour (6 rue Pont de Lodi). François Michel. Ciel ouvert.
(28/09-04/01/15) Amersfoort / NL, Kunsthal. De vierkantigste Rechhoeck. Tom Barman voit l’art belge tout au long d’un siècle.
(10/10-04/01/15) Lille / FR, Tripostal. Passions secrètes. Collections privées flamandes.
(  /  -29/11) Clermont-Ferrand / FR, La Tôlerie. Lucky Strike.

(  /  -  /  ) Namur,                            . Biennale de sculpture. Green Art 2014 augmented reality. [A VERIFIER]

 

2015.
(13/02-26/04) La Habana / CU, Museo Nacional de Bellas Artes. The Importance of Being. Art belge.
(  /  -29/03)  Bruxelles, La Maison particulière. Obsession.
(06/02-30/04) Bruxelles, La Verrière Hermès. François Michel, Janssens Ann Veronica. Philaetchouri.
(17/04-20/05) London / GB, Thomas Dane Gallery. François Michel. A Frozen Eagle Melting on the Theatre of Operations.
(08/05-30/05) Bruxelles. KVS. Kunsten festival des arts. François Michel. Spectacle-performance avec sa fille Leone. “Léone & Michel François, Take the Floor”.
(19/06-12/12) Mons, Le Grand Large et La Maison du Papier. Territoire de la pensée.
(01/10-17/01/16) Bonn / DE, Kunstmuseum. Kunst und Fernsehen.
(12/12-16/01). Namur, Centre culturel de Namur (Abattoirs de Bomel). Space collection présente Espèces d’espaces.
 (  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie Kamel Mennour. Winter Show.
 

2015-16.
- Michel François. Artiste en résidence“ à Louvain-la-Neuve.

2016.
(  /    /  ) Anvers, Middelheim Museum. François Michel. Pièce à conviction.
(23/01-28/05) Bruxelles, Institut de Carton vzw. Avenue de Jette. Mind Fabric.
(06/02-31/12) Mexico (Puerto Escondido) / MX, Foundation casa Wabi.François Michel & Hancart Harold. Tierra Vaga.
(19/02-22/05) Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. Buren Daniel.
(12/03-24/07) Rentilly / FR, Le Château, Frac île-de-France. François Michel. Dix-neuf mille affiches. 1994-2016.
(25/03-04/09) München, Haus der Kunst. Eine Geschichte. Zeitgenössische Kunst aus dem Centre Pompidou / A history. Contemporary Art from the Centre Pompidou.
(21/04-24/04) Bruxelles, Frédéric de Goldschmidt Collection. Not really really.
(31/05-31/07) Genève / CH, Centre de la photographie. Caméra(auto)contrôle.
(mai) Liège, Palais des Congrès. Les drapeaux du Grand Large @ Liege.be seront visibles jusqu'à fin mai 2016 sur les mâts du Palais des Congrès de Liège
(04/06-05/06) Saint-Gilles, Académie des Beaux-Arts Jean-Jacques Gaillard. 40 artistes pour 125 ans.
(04/06-27/08) Brest / FR, Centre d’art contemporain – P&sserelle. Naturally obscure. La collection de l’Institut d’Art Contamporain de Villeurbanne en prêt.
(11/06-25/06) Liège, Galerie Quai 4. Grand Large@Liège.be.
(juillet) L’arbre à pluie. Œuvre intégrée au domaine du Muy / FR.
(septembre) Bruxelles, Musée Van Buuren. Comme si de rien n’était.
(03/09-08/10) Paris, FR, Mennour Kamel (28, avenue Matignon, Paris 8e ). François Michel.
(24/09-22/01/17) Charleroi, BPS 22. Panorama. Collections de la Province du Hainaut et du BPS22.
(01/10-11/12)  Rennes, divers lieux. Biennale d’art contemporain (05e). Incorporated.
(13/10-29/01/17). Paris, Centre Wallonie-Bruxelles. Images et mots depuis Magritte.
(10/11-22/12) New-York / US, Bortolami Gallery.
(  /  -30/04/17) Bruxelles, La Maison particulière. From here to eternity.
(08/12-14/01/17) Paris, FR, Mennour Kamel (28 avenue Matignon, Paris 8e ). Buren Daniel, François Michel, Kapoor Anish, Kwade Alicja.

(  /  -  /  ) Vaduz / LI, Kunstmuseum Lichstenstein. TELE-Gen. The language of television as reflected in art 1964-2015.
(  /  -  /  ) Séoul / KR, Total Museum Contemporary Art. Sound Transparences.
 

2017.
(14/01-04/03) Berlin, Galerie Carlier Gebauer. The extended Moment.
(17/03-06/05) Bruxelles, Galerie Xavier Hufkens. François Michel.
(18/03-28/08) Metz, FR, Centre Pompidou Metz (Galerie 2, Galerie 3). Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie,
(01/04-27/08) Sotteville-lès-Rouen / FR, Frac Normandie Rouen. Posters.
(20/04-13/08) Bruxelles, Wiels, Le musée absent.
(29/04-31/12) Dunkerke / FR, Frac Nord-Pas-de-Calais. Le son entre.
(23/06-29/06) Liège, Espace 251 Nord (à la Comète). Ancart Harold, François Michel, Kuri Gabriel.
(25/06-10/09) La Louvière,  MILL. Baudouin Oosterlynck collecteur/collectionneur.
(juillet) Wassenaar / NL, Museum Voorlinden. In the Meantime / Pendant ce temps..
(01/07-22/10) Albi / FR, Centre d’art Le Lait. Refaire surface – Suspended Spaces.
(03/07-24/09) Arles / FR. Les Rencontres de la Photographie / Atelier des Forges. Le spectre du surréalisme, une exposition du 40e anniversaire du Centre Pompidou.
(30/07-05/09) Shanghai / CN, Shanghai Minsheng Art Museum. Listening to transparency / A l’écoute de la transparence.
(16/09-18/02/18) Tilburg / NL, De Pont Museum. ReView, De Pont at 25.
(06/10-10/12) Ottignes, Louvain-le-Neuve, en ville. Biennale d’art contemporain (09e). Oh les beaux jours. Une esthétique des moyens disponibles.
(01/10-31/10) Bruxelles, Sénat. Superdémocratie.
(07/10-07/01/18) Clermont-Ferrand / FR, Frac Auvergne. Le divan des murmures. Une analyse de la collection du Frac Auvergne et du Frac Auvergne.
(03/11-23/12) Haarlem / NL, 37PK. De verzakelijking van het ondoorgrondelijke / La réification de l’insondable.
(09/11-27/05) Bruxelles, Centrale for contemporary art. Private Choices. 11 collections bruxelloises d’art contemporain.
(17/11-25/02) Anvers, 9 lieux. Ecce homo. Zie de mens. Human rights watch.
(24/11-24/02/18) Liège, Espace 251 Nord. Résurgences.
(25/11-11/03/18) Sète, FR, Centre régional d’art contemporain Occitanie, Pyrénées-Méditérranée. La Tempête.
(07/12-21/01/18) Anvers, Sofie Van de Velde (Nieuw Zuid). Célébrations. Part 1 – Let ther be light
(14/12-17/12) Bruxelles,  Salle de vente Cornette de Saint-Cyr. DoucheFlux Auction.

(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie R-2.
 

2018.
(06/04-28/04) Baghdad, IQ The Ruya Foundation, Floating World in Iraq.
(20/04-08/07) Rotterdam, NL, Garage. Detached Involment.
(21/04-13/05) Paris / FR, DOC (rue du Dr Pétain, 26 75019 Paris). Salle des Pas-Perdus.
(  /  -27/05) Paris, FR, Centquatre. La collection BIC.
(17/05-13/07) Bruxelles, Galerie Rodolphe Janssen. Une collection de photographies.
 (25/05-03/06) Saint-Gilles, Parcours d’artistes.
(  /06-  /07) Amsterdam, NL, Galerie Andriesse Eyck. Nieuw Amsterdams Peil / NAP.
(09/06-15/09) Berlin, DE Galerie Carlier Gebauer. François Michel. Une hétérotopie.
(30/06-26/08) Nantes, FR, L’Atelier. Particules.
(07/07-22/07) Bruxelles, Saloon, B-SIDES.
(27/08-15/09) London, GB, Galerie Kamel Mennour. Mask.
(14/09-20/10) Napoli, IT, Alfonso Artiaco Gallery. François Michel.
(06/09-10/11) Bruxelles, Société d’électricité. Measurements.
(12/10-21/12) Genève, CH, Galerie Mezzanin. François Michel.

(  /  -  /  ) Colchester, GB, Firstsite. Pavillon de l’art.
(  /  -  /  ) Paris / FR, Galerie R-2.
 

2019.
(01/02-23/03) Nîmes, FR, Centre d'Art Contemporain. EX.PDF : exposer les écritures exposées.
 

 

 

 

 

 

 

 

Liste d'oeuvres

Première sculpture
1984, Plus d'infos
Petite sculpture
1984, Plus d'infos
Sans titre (200 x 100)
1985, Plus d'infos
Sans titre (190 x 140)
1985, Plus d'infos
L'épée (146 x 81 x 41)
1986, Plus d'infos
Africa (Hunger) (Dimensions variables)
1988, Plus d'infos
Still Life
1988, Plus d'infos
Sans titre
1988, Plus d'infos
Apparition d'une pelote de ficelle (21 x 20 x 20)
1989, Plus d'infos
Caoutchouc, élastique
Boule élastique
1989, Plus d'infos
Eponge, Polystyrène
Eponge
1989, Plus d'infos
Contigu II
1989, Plus d'infos
Jeux de mains
1989, Plus d'infos
Poche
1989, Plus d'infos
Savon
Deux savons
1990, Plus d'infos
Enroulement
1990, Plus d'infos
Enroulement
1990, Plus d'infos
Enroulement
1990, Plus d'infos
Le Monde et les Bras
1990, Plus d'infos
Leone
1990, Plus d'infos
Achoppement
1990, Plus d'infos
La sieste, la réserve, le monde (260 x 240 x 80)
1991, Plus d'infos
Les coudes (179,5 x 120)
1991, Plus d'infos
Autoportrait en bailleur
1991, Plus d'infos
Les coudes, vidéo
1991, Plus d'infos
Caoutchouc, élastique
Bottes plastiques
1991, Plus d'infos
Deux expirations dans le plâtre
1991, Plus d'infos
Radiateur
1991, Plus d'infos
Deux souffles équitables
1991, Plus d'infos
680.000 bailleurs
1991, Plus d'infos
Enroulement
1991, Plus d'infos
Euroulement
1991, Plus d'infos
Enroulement
1991, Plus d'infos
Savon
Savon femelle
1991, Plus d'infos
Ma taille, si j'étais enceinte
1991, Plus d'infos
Sac de plâtre
1992, Plus d'infos
Savon
Savon mâle
1992, Plus d'infos
Assiettes trouées
1993, Plus d'infos
Sans titre
1993, Plus d'infos
L'arpenteur
1993, Plus d'infos
Ficelle
1993, Plus d'infos
Cascadeurs
1994, Plus d'infos
Casseurs de cailloux
1994, Plus d'infos
Tout ce que j'ai bu
1994, Plus d'infos
After Party
1995, Plus d'infos
Sans titre
1995, Plus d'infos
The ink of the octopus
1995, Plus d'infos
The seizure of water (The bucket)
1995, Plus d'infos
Or
Installation (Dimensions variables)
1996, Plus d'infos
Pas tomber
1996, Plus d'infos
Ecart de conduite
1996, Plus d'infos
Ampoule
1996, Plus d'infos
Enroulement
1996, Plus d'infos
Fabrique de ballons
1996, Plus d'infos
Jeune Cubaine
1997, Plus d'infos
Le pianiste
1997, Plus d'infos
Pas à l'envers
1997, Plus d'infos
Bouquet d'ampoules (165 x 43 x 18)
1998, Plus d'infos
Cactus (24 x 36)
1998, Plus d'infos
Le drapeau
1998, Plus d'infos
Agave (Dimensions variables)
1998, Plus d'infos
Démarches (détail)
1999, Plus d'infos
La tour
1999, Plus d'infos
Justine mobile (détail)
1999, Plus d'infos
Rideau de pilules
1999, Plus d'infos
Tapis morcelé
1999, Plus d'infos
Cactus engraved
2000, Plus d'infos
Auto-portrait contre-nature
2002, Plus d'infos
Hallu / Déjà vu (1)
2002, Plus d'infos
Hallu / Déjà vu (2)
2002, Plus d'infos
Pavillon (244 x 300 x 250)
2002, Plus d'infos
Souffles dans le verre - Transparent (360 x 140 x 140)
2002, Plus d'infos
Souffles dans le verre (250 x 140 x 140)
2002, Plus d'infos
Pavillon interface noir
2002, Plus d'infos
Déjà vu (Mexique 2)
2003, Plus d'infos
Piece of evidence (Dimensions variables)
2003, Plus d'infos
Cailloux
23/11/2004, Plus d'infos
Mur d'atelier
2004, Plus d'infos
Frozen eagle melting on the theater of operations (85 x 55)
2005, Plus d'infos
Now or never (The speakers corner project) (180 x 120)
2005, Plus d'infos
Sans titre (10,7 x 41 x 28,7)
2006, Plus d'infos
Souffle dans le verre (argenté) (20 x 20 x 15)
2006, Plus d'infos
Souffle dans le verre (noir) (25 x 20 x 15)
2006, Plus d'infos
Souffle dans le verre (260 x 140 x 140)
2006, Plus d'infos
A black country
2006, Plus d'infos
Contamination (pommes) (Dimensions variables)
2006, Plus d'infos
Mexico city
2006, Plus d'infos
Sans titre (24 x 18 x 18)
2006, Plus d'infos
A magic tour
2007, Plus d'infos
Cerf-volant
2008, Plus d'infos
Contigüe
2008, Plus d'infos
Domestic
2008, Plus d'infos
Or
Golden border (250 x 125 x 25)
2008, Plus d'infos
Or
Golden cage (250 x 400 x 300)
2008, Plus d'infos
Scribble (Dimensions variables)
2008, Plus d'infos
Pavillon
2009, Plus d'infos
Pavillon
2009, Plus d'infos
Sans titre
2009, Plus d'infos
Plastique, Polystyrène
Enroulement (85 cm (diam.))
2009, Plus d'infos
Scribble
2009, Plus d'infos
Contigus
2010, Plus d'infos
Eponge
Contigu (20 x 20 x 25)
2010, Plus d'infos
Or
A l'arraché (43 x 18)
2010, Plus d'infos
Enroulement
2010, Plus d'infos
Froissé (245 x 430)
2010, Plus d'infos
Froissé (115 x 100 x 18)
2010, Plus d'infos
Instant gratification (210 x 210 x 0,5)
2010, Plus d'infos
Instinct Gratification (200 x 230)
2010, Plus d'infos
Pavillon interface II (200 x 200 x 200)
2010, Plus d'infos
Pavillon - Pièces détachés
2010, Plus d'infos
Pièce détaché (140 x 130)
2010, Plus d'infos
Piece of evidence (21 x 29,7 x 35)
2010, Plus d'infos
Sans titre (26 x 9)
2010, Plus d'infos
Scribble (250 x 400 x 142)
2010, Plus d'infos
Sans titre
2010, Plus d'infos
Froissé (crumbled)
2011, Plus d'infos
Le baiser (82 x 56)
2011, Plus d'infos
Sans titre (70 x 70 x 6)
2011, Plus d'infos
Or
Sans titre (29,5 x 18 x 20)
2011, Plus d'infos
Scribble (200 cm)
2011, Plus d'infos
Contamination (100 x 100)
2012, Plus d'infos
Froissé (75 x 54 x 13)
2012, Plus d'infos
Instant gratification
2012, Plus d'infos
Pièce à conviction - Instant gratification (215 x 222 x 2)
2012, Plus d'infos
Caoutchouc
Pièce à conviction (pneu) (243 (diam), 114 l.)
2012, Plus d'infos
Pièce à conviction (25 x 13 x 14)
2012, Plus d'infos
Argent
Sans titre (40 x 40 x 40 ; socle 80 x 55 x 55)
2012, Plus d'infos
Sans titre (112 x 40 x 15)
2012, Plus d'infos
Glace
Sans titre
2013, Plus d'infos
Instinct Gratification (200 x 159)
2013, Plus d'infos
One from the other
2013, Plus d'infos
Scribble
2013, Plus d'infos
To burn (shelves, bread) (320 x 240 x 200)
2013, Plus d'infos
To paint (neon line) (2 x 600 x 2)
2013, Plus d'infos
Savon
Sans titre
2013, Plus d'infos
Sans titre
2013, Plus d'infos
Sable
To erode (sand) (26 x 20 x 170)
2013, Plus d'infos
Caoutchouc
Contigus (70 x 35 x 6 (chaque élément))
2014, Plus d'infos
Corde
Infini délié (119 x 26 x 13)
2014, Plus d'infos
Corde
Infini lié (30 x 284 x 13)
2014, Plus d'infos
Interface (20 x 643 x 310)
2014, Plus d'infos
Asphalte (107 x 24 x 24)
2015, Plus d'infos
Froisé (120 x 90 x 15)
2015, Plus d'infos
Sans titre (87 x 43 x 7)
2015, Plus d'infos
Sans titre (117 x 20 x 16)
2015, Plus d'infos
Sans titre (100 x 43 x 14,5)
2015, Plus d'infos
Sculpture à l'aveugle (Wall) (30 x 20 x 15)
2015, Plus d'infos
A souffles perdus (détail) (Dimensions variables)
2016, Plus d'infos
Eponge
Cantique (97 x 12)
2016, Plus d'infos
Enroulement coloré (60 x 60 x 6)
2016, Plus d'infos
Ink Revenge (250 x 270)
2016, Plus d'infos
Le cadeau
2016, Plus d'infos
Or
Prigle tree (240 x 200 x 200)
2016, Plus d'infos
Timelapse (42 x 40 x 40)
2016, Plus d'infos
A souffles perdus (325 cm)
2017, Plus d'infos
Instinct Gratification (104 x 169)
2017, Plus d'infos
Scribble (215,5 x 146 x 196)
2017, Plus d'infos
Étain
Shiny Corner (Dimensions variables)
2017, Plus d'infos
Enveloppe 1 & 2 (25 x 79,5 x 39)
24/11/2018, Plus d'infos
Hétérophoto
2018, Plus d'infos
Ink Revenge (107 x 144 x 3,5)
2018, Plus d'infos
Instant drawing (40 x 422 x 40)
2018, Plus d'infos
Lost peanuts (25 x 100 x 100)
2018, Plus d'infos
Matérialisation de tongues (26 x 10 x 5 (chacune))
2018, Plus d'infos
One another (football)
2018, Plus d'infos
One from the other (2 éléments : 96 x 5 et 35 x 5)
2018, Plus d'infos
Paraphernalia (bouteilles) (150 x 45 x 22)
2018, Plus d'infos
Parpaing tabac (Tabac : 24,9 x 6 x 4,9 et béton : 80 x 32 x 32)
2018, Plus d'infos
Sand revenge (106 x 144 x 3,5)
2018, Plus d'infos
Sans titre (188 x 114 x 114)
2018, Plus d'infos
Sans titre (150 x 5)
2018, Plus d'infos
Or
A l'arraché (2 éléments : 17 x 42 et 3,5 x 9 x 5 et socle : 90 x 50 x 60)
2018, Plus d'infos
Unchained (30 x 33 x 62)
2018, Plus d'infos
Cageot
2018, Plus d'infos
Wax revenge (107 x 144 x 3,5)
2018, Plus d'infos
Clostra (200 x 100 x 3)
2018, Plus d'infos
Enroulement (112 x 114 x 6,5)
2018, Plus d'infos

Bibliographie texte et PDF

  • Texte de l'artiste, Interviews

    •  

      Michel François Interview de Jo Dustin, 1992 in Jo Dustin, Les sculptures de Michel François veulent contredire la matière in Le Soir, 10/06/1992.

      Pour Jan Hoet, Michel François, qui figure parmi les heureux élus qui représentent l'art belge à Cassel, est l'un des artistes les plus manifestement requis par la poétique du corps: ce sculpteur jouxte photos et empreintes corporelles, saisies dans le plâtre. Il décline la litanie des bâillements pour piéger l'ennui libre. Mais la dérision chez lui n'est certainement pas omniprésente. Ses sculptures dégagent une sorte d'aura dramatique, très tendue... Voici Michel François dans son atelier vide, avant son départ pour la Documenta. Préambule à son séjour à Cassel, nous évoquons d'anciennes expositions, d'anciennes œuvres... Paroles échangées pour aborder moins superficiellement ses inventaires denses. (Jo Dustin)

      En 1988, vous montriez en galerie une table bancale qui gardait son équilibre grâce à son pied plâtré posé sur la planche supérieure du meuble. Une ironie se dégageait de cette sculpture. Mais une autre impression plus dramatique se superposait, me semble‑t‑il... Pourriez‑vous cerner cette impression autre ?
      - La fragilité du corps, la précarité ou la vanité des actions, la mort... On peut s'identifier à cette table à trois pieds. On peut projeter l'image de nos corps.
      Ça tient debout, oui, mais c'est quelque chose de détaché qui maintient cet équilibre, quelque chose de posé sur la table qui agit comme contrepoids momentané. Ça tient à un pied... C'est l'histoire de la disparition de ce pied.
      Pour l'œil ça fonctionne comme un trou; mais ce vide est compensé par la présence "lourde" du pied plâtré qui réapparaît ailleurs. Cette relation vice/plein, présence/absence, constitue la forme de la sculpture, et celle de la vie.

      ‑ Vos sculptures quittent votre atelier. Dans le lieu d'exposition comment organisez‑vous la présentation de ces sculptures en quelque sorte déracinées ? Un resserrement semble présider... Pourriez‑vous expliquer cette mise en espace au mur, au sol ?

      J'essaie toujours de prendre en compte les murs, leurs natures, leurs fonctions : ceux de l'atelier fonctionnent comme obstacles, comme duretés, résistances; mais aussi comme lieux de rangement immédiat, comme "porte‑matériaux", "porte‑sculptures‑faites". Je remarque d'ailleurs que, dans          ce mouvement vers le mur d'atelier, les objets et les résultats d'expériences tentent à devenir des images: ils se représentent à nous en face, pour les yeux; il y a une sorte d'aplatissement. C'est déjà l'amorce de ce qui va se produire plus radicalement encore lorsque ces mêmes "objets‑images" quitteront l'atelier pour être installés dans un lieu prédestiné, "surfaces d'accrochage" comme c'est décidé, murs institutionnels sur lesquels on contemple des sortes de fétiches d'atelier.
      Les artistes vivent souvent le passage de l'atelier (qui est un lieu intime, où l'expérience accomplie correspond à une nécessité interne, personnelle) au lieu public conventionnellement réservé à l'exposition, comme une difficulté à résoudre. Les problèmes soulevés par ce passage ne sont pas seulement d'ordre plastique. Ce qui est fait ou vécu dans un atelier n'a, à priori, rien à voir avec le projet d'exposer cela; c'est un autre temps, d'autres critères, une tout autre activité. Il s'agit alors d'exprimer la nécessité d'un accrochage.
      J'ai fait quelques expositions où j'établis une sorte d'inventaire de l'atelier, où je montre la liste exhaustive des choses faites, sans hiérarchie, sans laisser au blanc des murs le pouvoir esthétisant d'isoler les objets ou les images, de leur conférer une soi‑disant force ou signification artificielle ou mensongère.
      Ce type d'"accrochage‑inventaire" correspond à un défi: il faut considérer chaque chose comme un ilot de sens se suffisant à lui‑même, un bloc tellement compact qu'on en supporte un autre tout près du premier, aussi fermé sur lui, à la manière des serpents qui gobent leurs propres queues.
      Mais, paradoxalement, lorsqu'on observe un mur où les "sculptures" sont accrochées de cette façon, on a tendance à recomposer les disparités, comme les mots dans la phrase; on croit avoir à faire un rébus dont le sens échappe en partie. C'est seulement un accrochage, c'est‑à‑dire une possibilité de lecture, qui en vaut d'autres. Ce n'est pas l'atelier.

      - En 1991, à la galerie des Beaux‑Arts, une œuvre m'avait beaucoup touché... Une œuvre double. Une photo de mains africaines entremêlées dialoguait avec des fragments de terre glaise accrochés à un faisceau de ficelles. L'impact était très fort. Peut‑on connaître la genèse d'une pareille œuvre ? Y a‑t‑il un projet, une idée préméditée ?

      Non, il y a un instantané, une photo prise dans un village africain. Un jeu d'enfants: la main du dessous s'extirpe et s'entasse au‑dessus des autres. Les morceaux de terre glaise qui pendent à côté de cette image sont les    résidus d'une activité manuelle produite en pensant à autre chose, en parlant avec des amis, en voyageant, en téléphonant... J'appelle ces résidus matériels des "solitaires"; c'est la main seule en effet qui agit sur la matière, sans la posséder vraiment puisque l'esprit vagabonde.

      ‑ Toujours à la galerie des Beaux‑Arts, vous aviez présenté un beau texte... Le Mikkaddo. Ce texte servait d'avant‑propos à votre exposition mais il était aussi une œuvre écrite à part entière. Pourriez‑vous expliquer la spécificité de ce texte. Son pourquoi ?

      Parce qu'il est convenu de publier un texte dans les catalogues. C'est la norme: le commentaire puis l'oeuvre. Je redoute ce genre de convention car les préfaciers de catalogue agissent rarement en critiques ou en poètes, ils sont peu engagés dans ce qu'ils écrivent, ils ennuient. Tant qu'à prendre ce risque autant que ce soit moi qui le prenne dans mes propres publications.
      "Mikkaddo" est une histoire, une fiction qui suffit à elle‑même, mais qui est aussi une métaphore du travail du sculpteur. "Mikkaddo" est un homme qui décide avec ses concitoyens d'établir l'inventaire de tous les objets, de tout être inanimé à la surface d'une île... À la fin, les hommes errent nus autour d'un gigantesque tas de choses entremêlées. C'est comme si les êtres humains avaient voulu vérifier leur propre humanité, leur vie, face à la matière.

      ‑ Chez vous l'importance du corps est primordiale. Son rapport avec la matière (le plâtre entre autres), avec les objets patinés, tatoués par le corps. Pourriez‑vous parler de cette importance du corps dans la réalisation de vos sculptures ?

      Le corps, c'est ce que l'on a (c'est peut‑être la seule chose d'ailleurs); on sait bien où cette matière‑là nous entraîne: la plaisir puis la disparition.
      Une sculpture pour moi est une sorte d'objet technique proche du corps et qui le remplace car il est absent (un peu comme une prothèse). C'est pourquoi le moulage par exemple est une technique qui me convient. Je crois que c'est le contact de la matière avec la peau ou le corps qui nous la rend belle ou signifiante.
      Dans l'atelier, la plupart du temps, on regarde le plafond, on fait les cent pas. Que reste‑t‑il de cette apparente inactivité? Les traces de pas sur le sol par exemple. Ces traces et ce sol pourraient bien être une sculpture ou un tableau... Le corps laisse ses traces partout. Mes sculptures sont des résidus, ce qui reste d'une activité, d'une expérience. L'existence de ces résidus manifeste la possibilité d'avoir quand même fait quelque chose, malgré tout, malgré le doute.
      L'inertie de la matière, son mutisme, sa résistance têtue, sa stabilité apparente sont des caractères contre lesquels le sculpteur se bat. Il veut faire mentir la matière, la contredire; il désire y introduire une idée, une mobilité ou une précarité. C'est assez vaniteux finalement.

       Michel François, Patrick Bougelet, Denis-Laurent Bouyer, Yves Brochard. Les valeurs ajoutées de Michel François in Sans titre, n° 46, ACRAC, Lille, 1999. Repris in Michel François, Où je suis vu du ciel. Ed. La Lettre volée / Espace 251 Nord, 1999 (Ouvrage réalisé pour la représentation francophone à la Biennale de Venise.)

      Des coassements de crapauds accueillent le visiteur de l’exposition de Michel Francois dès le parvis du palais des Beaux-Arts de Charleroi : Le Bureau augmenté, dans sa quatrième version, se diffuse jusque dans l'espace public. Avec L’Exposition, la Boutique, et le Bureau, Michel François prolonge son œuvre multiforme apparue dans les années quatre-vingt. Le visiteur pourra en repartir avec une affiche sous le bras et poursuivre, où il l’entend, la contamination souhaitée par l’artiste : par exemple avec l’image de cette tour, isolée dans le paysage...

      - SANS TITRE : Quelle a été l‘origine d’un travail qui est multiforme, quelle a été ta formation ?

      - MICHEL FRANÇOIS : J’ai principalement été formé, sur le plan artistique par mes parents, ma mère est sculpteur et mon père était peintre. Il y avait à la maison un atelier de sculpture et un atelier de peinture. J'ai tait une école de cinéma et de théâtre, en tait j’ai fait des films. Puis je suis parti en voyage en Atrique huit mois et, en rentrant, je voulais faire quelque chose que je pouvais faire seul. Avec le cinéma, le théâtre tout était lent et je me sentais trop dépendant des techniciens Je me suis inscrit dans une école d’art, l’ERG.

      - SANS TITRE : A partir de quel moment commencent à prendre forme les travaux que l’on connait de toi : les installations, les objets, les photos ?

      - MICHEL FRANÇOIS : En ce moment, avec le projet pour la Biennale de Venise’ et à cause du type de catalogue que Laurent Jacob veut faire, je suis obligé de revisiter tout mon travail, tous les documents. - SANS TITRE :Tes travaux anciens, par exemple la première grande exposition au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles en 1992, étaient assez plastiques, faits avec beaucoup de sensibilité, on pense aux pièces en plâtre, aux pains de terre. Maintenant, il semble que tu cherches à reconsidérer tout l’environnement du lieu. Comment vois-tu ce passage ?

      - MICHEL FRANÇOIS  :J’ai toujours essayé de traiter chaque exposition comme un tout ; les murs ne sont pas seulement des surfaces d’accrochage, ils forment un lieu habité. S’il faut parler d’une question de sensibilité, elle s‘exerce principalement maintenant dans la composition des expositions ou à l’intérieur de chaque élément ; à l‘intérieur des images, il y a encore des résolutions sculpturales, il y a encore des objets. La réponse principale à cette question vient du fait que je n‘ai plus l'atelier. Je rêve d‘un grand camion qui pourrait me servir de réserve pour tous ces éléments disparates que j‘accumule. J'aimerais voyager avec ce camion et faire des expositions en ouvrant le camion, en réarticulant les choses, en augmentant la réserve chaque fois, mais en gardant toujours des éléments des travaux précédents. J’ai quitté l’atelier, j‘ai beaucoup voyagé aussi et j'ai nécessairement du changer d’instrument : la caméra ou l‘appareil photo sont devenus plus pratiques.

      - SANS TITRE : Est-ce le fait d‘avoir quitté l'atelier ou n’était-ce pas déjà inscrit dès le départ comme tu le laissais entendre ? On ne voit plus d’objets en plâtre, par exemple, tu n’en crées plus, tu utilises d'autres objets, et, plus que la disparition des objets, c'est en fait la disparition d'objets créés par toi...

      - MICHEL FRANÇOIS : Les objets sculptures dont vous parlez contiennent pour la plupart l‘histoire de leur propre disparition. C’est leur statut d‘objets qui les voue à cet anéantissement potentiel. Pratiquement, c'est lié à l‘atelier. Si vous considérez le premier livre de photos et le deuxième livre de photos pareil y a six mois, j‘ai remarqué que dans le premier, c'étaient des images qui tournaient autour de la maison, qui étaient, à la limite, préparées pour faire « photo » ou glanées dans les événements familiaux, autour de moi. Les objets dont vous parlez ont été produits à ce moment-là : le sujet était très lié à l'activité dans l'atelier, à la mesure du temps et de l’espace vital, au corps qui y déambulait, (tourner en rond, se tourner les pouces, se mettre les mains dans les poches, bailler, etc.), aux résistances et a la fluidité. Il s’agissait de l’expression d’une relation au monde via l’atelier comme espace de travail, de vie et de survie. Cela a produit un certain nombre d’objets qu’on peut considérer comme des résidus de cette relation. Ensuite, je me suis dit que tout ce qui était de l'ordre du sculptural et que je produisais moi-même existait évidemment à l’extérieur, les gens produisaient cela naturellement, le monde du travail dépasse l'atelier. Et je pense que l'exposition au Brésil, lors de la Biennale de Sao Paulo, a été assez efficace sur ce point-là. Par exemple, la vidéo qui montre des gars qui tapent sur un pieu pour casser une pierre, le même geste, la même régularité, le temps qui est inscrit clans cette régularité, j’aurais pu le dire dans l’atelier, a ma manière, mais là c‘est très bien dit et de plus ça parle d’une réalité sociale qui est devenue, pour moi, importante a évoquer. Il s'agit d‘ « autres », il ne s'agit plus de sol. C’est comme si, pendant toute cette période de travail en atelier, il s’était agi de reprendre toute l’histoire de la sculpture et de l'image, etc., de comprendre, de refaire son école, et puis après de sortir et aller vérifier tout cela dans le monde. En même temps, la nécessité de produire soi-même ses propres objets a quelque peu disparu. Qu'est-ce qu'on a encore besoin d‘ajouter, si ce n‘est d’articuler, de donner du sens, de cadrer, de composer ce qui est déjà là ? Il y a aussi le fait que je me méfie beaucoup des expositions, au sens où l’on  accroche l’œuvre, si possible un chef-d’œuvre ; je pense qu'entre un objet et un autre, entre une image et un objet, il y a cet espace-là, ce rebondi-là qui peut être traité et acquérir du sens.

      - SANS TITRE

      Il y avait deux grands thèmes classiques dans ton travail, le corps et l'habitat ; à voir les cimaises éventées, on repense à ce que tu appelais les résidences terrestres.

      J'essaie toujours de rendre un lieu d’exposition viable ou habitable. Cela concerne aussi le corps. L’exposition est une expérience physique et mentale. Même souci de viabilité dans le choix des sujets photographiés : un monde où toutes les contraintes s'exercent mais ou le mouvement, la sensualité, la joie, Ia beauté, sont accessibles dans les moindres circonstances. Il y a eu une longue expérience que j’avais faite avec les araignées en 1982. En Belgique, la Fondation de la Tapisserie à Tournai offre des bourses aux jeunes gens qui ont un projet concernant la tapisserie. En visitant ce bâtiment, j’ai été jusque dans les greniers qui n'étaient pas habités, et il y avait là quelques magnifiques toiles d’araignée. J’ai proposé d‘entretenir les araignées. Et. à ma grande surprise, ils ont accepté ce projet qui est devenu très important pour moi. Cela m’a occupé 24 heures sur 24 pendant un an. J‘ai habité dans ces greniers et j’y ai mis mille araignées que j’observais et dont j’interprétais les activités de diverses façons.  J'avais tapissé toute une salle d’une espèce de calendrier, avec un tableau noir avec toutes mes observations, toutes les correspondances que j’avais avec un fameux arachnologue français ; on était aussi entre la fiction et la réalité, parce que l’araignée a beaucoup de liens symboliques. J’allais dans la rue, je mettais des petites annonces parce que je n’avais pas assez d’araignées, j'offrais 20 francs belges par araignée... Ce que j’aime bien, c'est quand un projet simple peut se nourrir de toutes sortes de réalités ou de fictions, d’éléments qui font une constellation, qui ne sont pas de l‘ordre de l‘exposition, de l’0rdre de l‘objet fini... Ce sont des choses qui rebondissent, qui s’articulent les unes aux autres, et cela me plait.

      - SANS TITRE : Le fil conducteur, c'est un peu la maniéré dont les choses vont interagir, vont se contaminer …

      - MICHEL FRANÇOIS : J’aime bien le terme de contamination ; ce terme convient aussi, par exemple, pour ces projets d'affiches qui sont distribuées gratuitement ou collées dans les rues ou qui apparaissent dans les journaux. Il y a quelque chose qui est distribué, livré au hasard, non contrôlé.

      - SANS TITRE : Dans l'art actuel, le corps est extrêmement présent. lnversement, dans ton œuvre, on a le sentiment qu‘il n'est pas souvent représenté, il l‘est au travers des photos mais en tant que tel, pas mis en scène mais très présent.

      - MICHEL FRANÇOIS :Je me suis toujours un peu dissocié de cette mode - qui d’ailleurs va s‘éteindre - ou le corps vu par les Américains a été mis en avant, parce que c’est un corps de souffrance, à cause du sida, c’était la mort du corps, c'était la blessure, etc. J‘ai toujours trouvé que cela nous envoyait dans des impasses. Dans mon cas, c'est un corps au travail sans doute, mais il y a du jeu aussi, il y a toujours cette opportunité de la légèreté, j’espère, qui passe. Une enfant qui renifle une fleur, quoi de plus banal, de plus léger, et en mémé temps son visage est complétement plongé dans la fleur, comme les enfants font les choses : sans distance, pleinement, l’enfant ne s‘étouffe-t-il pas dans la fleur ? Il y a toujours ambivalence entre ce qui est de l‘ordre du jeu ou de la tragédie, ça balance entre les deux. Avec l'idée de faire paraitre ces images dans un quotidien, pleine page, sans autre forme de commentaire, cette ambivalence va jouer pleinement.

      - SANS TITRE : Les voyages semblent avoir de l’importance pour toi et tu as choisi d’aller plutôt dans des pays du tiers-monde. Aussi, les images que tu en rapportes ne sont pas forcément celles qui sont véhiculées par l'art contemporain, et pourtant on les retrouve dans un contexte d’art contemporain.

      - MICHEL FRANÇOIS : Ce qu'on appelle le « tiers-monde » n’est pas loin, on peut y aller à pied ! Ce qui m’intéresse dans ces pays, c‘est d‘y aller, d'observer l’activité, la vivacité humaine en général. Il se fait que le rapport au monde dans les pays non européens est plus franc parce que sans doute le corps est plus engagé, le travail plus peut-être aussi parce qu’il y a plus de jeunesse, plus d‘enfants, peut-être moins de distance intellectuelle avec la vie : du coup, ça devient intéressant à montrer d’une façon positive ; parce que ces images sont aussi une proposition, une proposition positive d'être en relation positive avec ce qu’on tait, avec le monde. C’est un peu comme ça que je l’envisage, tout en gardant la conscience de la dureté : ce n’est pas nécessairement drôle de casser des cailloux à l’Equateur. J’essaye de donner toute la durée de la chose sans couper, sans montage, pour que s’installe la longueur du temps, et qu‘éventuellement Ia dureté de la chose puisse apparaitre. Mais, je ne pense pas que je collectionne les images de misère et de pauvreté. Ce n'est pas ce regard-là que j'ai sur les événements ou les gens que je rencontre. Ce qui m'intéresse c‘est le jeu, le vif, une certaine beauté. Mais, bien sûr, ce jeu a un revers lié à la condition humaine, tragique disons.

      - SANS TITRE : Est-ce que cela a joué un grand rôle dans le concept du Bureau augmenté ?

      - MICHEL FRANÇOIS : Oui. Le contrôle, la gestion de l’activité humaine à travers des instruments comme l‘argent, les autoroutes, les papiers, les pilules, les médicaments, la télévision, etc. Par touches successives et disparates, il y a quelque chose de l’ordre de l’aliénation humaine qui est traité. Il ne s’agit pas seulement de faire des belles images mais de les articuler, de les confronter à un système qui administre les activités humaines.

      - SANS TITRE : Et alors dans l’exposition de Charleroi, comment fonctionne Le Bureau augmenté ?

      - MICHEL FRANÇOIS : Le principe, c’est d’avoir pris la décision de reprendre la scénographie de l'exposition précédente et d’établir une sorte de recyclage : c'était une exposition historique de Gaston Chaissac, avec multiplication des cimaises. On augmente le côté décoratif de l’exposition en installant une sorte de théâtralité. En récupérant, en héritant de ce matériel de décor, je peux toucher à cette question de fiction et de réalité, en changeant l’ordre, en désordonnant, en faisant voir les coulisses de ces espaces, en brutalisant par moments certains éléments. Ça me permet d’introduire - ce que j‘essaie de faire depuis un moment - des fonctions a priori accessoires du musée ou de la galerie que sont les bureaux, les boutiques, toute ces activités annexes à l’activité muséale, et qui tout à coup s'inscrivent de façon vitale dans les espaces d‘exposition -vitale parce que c’est habité, il y a des gens qui travaillent, ils sont là, ils ont leur activité. J’essaie d’établir une sorte d'équivalence entre ce que j'introduis comme éléments et les réserves de ce musée, les activités téléphoniques via les computers, les ateliers créatifs, la boutique, etc. Il y a une espèce de glissement qui déstabilise un peu les à priori qu'on a en visitant une exposition, à savoir qu’ici c’est de l’artistique, là c’est de l’administratif. Les choses se mélangent et, quand je vois les sujets des photos qui sont un peu comme des fenêtres sur la réalité extérieure, il y a cet effet de contamination, d'échange entre l’intérieur et l’extérieur.

      - SANS TITRE : Je m’interrogeais aussi sur la participation potentielle des visiteurs.

      - MICHEL FRANÇOIS : Ils peuvent se saisir des images, ils peuvent partir avec les images, ils peuvent éventuellement inscrire leur noms sur des listes d’attente. Ils peuvent s’asseoir dans beaucoup d’endroits conviviaux, il y a une espèce de confort de la visite, il y a quelque chose d’accueillant, du moins je l’espère ! Tout est accessible. La question de leur interactivité se situe plutôt dans une forme d‘accueil. Je crois que c’est agréable pour les gens de changer leurs habitudes.

      - SANS TITRE : On pourrait redire un mot de la parution des photos de l’exposition dans la presse ?

      - MICHEL FRANÇOIS : C’est un quotidien qui s‘appelle Le Matin qui a accepté de faire paraitre pendant une semaine deux images pleine page sans commentaire. Le « sans commentaire » est important parce que, spécialement chez les journalistes, c’est déontologiquement difficile de tolérer qu‘une image paraisse sans le moindre commentaire. On voit ça aussi dans la rue quand j‘affiche ces images ; le premier réflexe des gens est d’aller chercher leur origine ; si ça manque, ça crée un trouble qui fait que les gens doivent relire l‘image, revenir à l‘image, à son infinitude ; elle ne donne pas tout. Leur lecture reste ouverte.

      - SANS TITRE : Dans Le Bureau augmenté, on retrouve encore une fois des choses qui sont liées à des activités humaines très fortes. Et puis, il y a cette espèce d‘univers virtuel d‘ordinateurs ...

      - MICHEL FRANÇOIS : Sur mon ordinateur, il n’y a que des zéros qui passent en file indienne, zéro zéro zéro zéro zéro. Ça rejoint un peu les coassements des crapauds on sent bien que ça veut dire quelque chose, qu'il s’agit de communication, mais il nous manque quelques clés.

      - SANS TITRE : Les mêmes clés qui vont manquer au lecteur du Matin, puisqu'il n'aura pas le commentaire.

      -MICHEL FRANCOIS : Si finalement, le dernier jour...

      SANS TITRE : Donc, pendant huit jours, il y aura un suspense, et puis il sera déçu...

      MICHEL FRANÇOIS. : Probablement (rires).

       

       

       

       

       

       

      - Gilles Bechet. Photos Filip Vanzieleghem « Il n’y a pas de différence entre l’atelier et le living-room » in Victoire (Le Soir), Rubrique « Comme chez moi », 19/12/09. (par. Vidéo sur www.victoiremag.be)

      Avec l’appartement bruxellois de Michel François, l’art et la vie se mélangent et s’emballent dans un écrin Art déco. Dans ce lieu étonnant, rayonnant autour d’un hall central, les pièces sont réquisitionnées en fonction du projet du jour, d’un dîner entre amis ou d’une expo à préparer.
      Qu’est-ce qui vous a amené dans cet appartement, son esthétique ou sa fonctionnalité ?
      Cet appartement est assez exceptionnel, il est d’ailleurs classé. Quand on ouvre la porte, on est dans un octogone. C’est comme une espèce d’endroit mental où il faut chaque fois choisir une des huit portes qui donnent, chacune, sur une activité différente. L’une sur la cuisine, une autre sur la salle de bain, une autre sur la chambre, sur le living, l’atelier, ou les deux bureaux. Pour aller d’une pièce à l’autre, il faut toujours repasser par le hall et cette possibilité de choix multiple. Il y a comme un effet vortex dans cet appartement qui est assez stimulant à vivre au quotidien. Ça ressemble peut-être plus à un appartement qu’à un atelier. Mais c’est vraiment un lieu de réflexion et un laboratoire pour mon travail. Tout change tout le temps. Les murs sont là pour recevoir tantôt un dessin, tantôt une photo. Je réalise des maquettes de mes installations que je laisse un peu mûrir. Quand je veux expérimenter les choses en grand, j’ai aussi un autre atelier ailleurs qui est beaucoup plus grand.
      Vous avez aussi des caves qui vous servent d’atelier ?

      C’est un endroit où je fais tout ce qui est un peu sale sans avoir à me déplacer de l’autre côté de la ville. Sinon, beaucoup de projets se préparent aussi au bureau. Il n’y a pas de différence entre l’atelier et le living-room. C’est très continu. La plupart des pièces sont assez polyvalentes et elles s’adaptent à ce que j’ai besoin d’y faire.
      Pour vous, le lieu d’exposition devient une extension de la maison ?
      Je pense qu’il y a comme un continuum entre la maison, l’atelier et le musée, ou le lieu d’exposition. J’essaie de maintenir une forme de continuité entre ces espaces qui seraient sinon très limités. J’essaie de ne pas créer de rupture entre mes objets d’art et mon vécu proche. Ma pratique artistique puise dans le quotidien, les rencontres, les voyages, dans les événements racontés dans les journaux, ou dans les choses qui se passent dans la rue. C’est ce qui m’amène à utiliser des outils très différents. En fonction des événements ou des rencontres, la caméra ou l’appareil photo seront parfois plus appropriés que la sculpture.
      Vous avez une grande expo au S.M.A.K à Gand qui revient sur vingt ans de carrière. Ca fait quoi ?
      Quelques amis m’avaient dit : « Tu verras, une rétrospective, c’est déprimant ! » Dans mon cas, je n’ai pas d’états d’âme avec ça, parce que je ne fige jamais les choses. Il y a toujours un côté rétrospectif dans ma manière de travailler. Rien ne m’empêche d’aller prendre quelque chose qui a été fait il y a dix ans pour l’associer à autre chose que je viens de terminer et ainsi bousculer la chronologie. C’est une méthode que j’adopte presque tout le temps.
      Vous souvenez-vous pourquoi vous avez eu envie d’être artiste ?
      Mon père était peintre et ma mère était danseuse. J’ai sans doute dû voir ma mère danser dans l’atelier de mon père. Du coup, ça a stimulé ma vocation. Je ne voyais pas de métier mieux adapté pour moi. J’ai commencé par faire des études en théâtre à l’INSAS, où je me suis mis à faire des films. Et en même temps, je dessinais tout le temps.

      Qu’est-ce qui vous pousse à faire de l’art ?
      La question pour tout artiste, et pour chacun de nous, c’est comment, après avoir lu le journal le matin et s’être s’informé de toutes les misères possibles et imaginables, rentrer dans l’atelier ? Et pour faire quoi ? Faire comme si de rien n’était ? La réalité du monde s’insinue dans mon travail en laissant plus ou moins de traces. Parfois beaucoup plus, parfois moins. Le challenge, c’est comment répondre à des exigences et à un goût personnels ? Comment faire passer une expression de l’intime, voire un fantasme, et quand même communiquer au monde ? Il y a une double exigence qui est parfois contradictoire. Je ne suis pas pour une pratique artistique trop directement politique. C’est ennuyant. Et puis, c’est très local et ça dit quelque chose aujourd’hui et pas demain. Il faut trouver des formes qui universalisent le propos local et qui en même temps répondent à son exigence personnelle.
      Êtes-vous attentif à la communication de votre travail vers le public ?
      Les arts plastiques sont un langage en soi. Il y a souvent, dans l’esprit des gens, un malentendu. Beaucoup s’attendent à ce que la peinture et les arts plastiques soient donnés comme une espèce d’évidence pour tous, alors que c’est un langage qui évolue et qui a ses codes, même s’ils ont beaucoup évolué, surtout au XXe siècle. C’est comme en sciences, où je défie quiconque de prendre un magazine sérieux et d’y comprendre quoi que ce soit, sans avoir suivi ou lu tout ce qui précède.
      La beauté a-t-elle encore une place ?
      Je n’envisage pas comme un défaut de rendre les choses accessibles et de faire en sorte qu’elles arrivent aux yeux des autres avec simplicité, en s’appuyant sur des moyens traditionnels de qualité et d’esthétique. La moindre des choses, c’est que ce soit beau et qu’il y ait un plaisir à voir les choses.
      La beauté n’est pourtant pas une fin en soi ?
      C’est une manière de transporter les choses ailleurs, c’est juste un moyen pour que quelque chose de laid, de dur et de difficile vienne se glisser sous le masque de cette beauté, ou grâce à cette beauté. Sur une photo par exemple, on voit un enfant qui renifle une fleur. Quoi de plus sympa et joli ? Sauf qu’à y regarder de plus près, on se rend compte que la fleur est un datura, une fleur hallucinogène. Et puis, la fleur, qui est très grande, enveloppe presque tout le visage de l’enfant. Il y a toujours cette double qualité à la fois légère et lourde. Parfois, c’est carrément lourd, parfois, c’est carrément léger. Je pense que tout ça est une manière d’interroger la condition du vivant, la condition humaine face à la violence, la restriction, la liberté, face à la sensualité, la sexualité, la nature, et la mort.
      Chez qui nous invitez-vous ?
      Chez un couple d’amis français : Isabelle Arthuis et Erwan Maho, qui sont tous les deux artistes. Elle est photographe et vidéaste. Passionnée par la dynamique urbaine, elle a fait un très beau travail sur Bruxelles. Il est sculpteur, fasciné par l’invisible et le quotidien. Ils habitent une belle maison à Bruxelles depuis dix ans, ils sont très beaux, ils ont deux bébés.

       

       

       

  • Texte de présentation

    • Michèle Minne. Notice sur Michel François in Catalogue L'Art en Belgique depuis 1980. Bruxelles, Musée royaux des beaux‑Arts, 1993.

      L’entrée officielle de Michel François dans le monde de l’art remonte à 1980 lorsque, tout frais émoulu de l’ERG (Ecole de recherche graphique, Bruxelles), il participe à l’événement "Appartement à louer". Cette initiative collective métamorphose une galerie en un appartement à louer. Chaque artiste qui prend part au projet s’approprie un espace de vie qu’il aménage. Action en trompe l’œil faussé, elle se joue dans les registres simultanés de la folie, du porte‑à‑faux et de l’ambiguïté. Michel François s’empare de la salle de séjour et la transforme en un espace biaisé aux perspectives forcées dans lequel le rayonnement télévisé domine. Le poste de télévision géant constitue le point de fuite de la pièce; son rayonnement bleuâtre contamine tout le mobilier et les murs couverts de motifs reproduisant la neige télévisuelle. Ce dispositif absorbe complètement l’architecture qu’elle dévie et pervertit. Dans ce lieu en location, jours et nuits se rencontrent des publics hétérogènes, amateurs d’art, amis et comparses des artistes, locataires potentiels appâtés par les petites annonces. Dans ce théâtre infernal, un couple factice vit l’enfer quotidien de l’exhibition et du voyeurisme, mangeant, agissant et dormant devant tous, situation à la limite de la schizophrénie. En outre, à ce happening permanent et fou s’intègrent des manifestations semi‑publiques, démonstrations de Tupperware ou séances d’évangélisation des témoins de Jéhovah.
      Le quotidien, les rapports de proximité entre objets et corps sont un des axes continus des recherches plastiques de Michel François. Son travail se focalise sur leur résistance respective, les états limites, l’ambiguïté des relations physiques et psychologiques qui se nouent dans la création. Cette première métamorphose objectale dérive ensuite vers la représentation scientifique, en 1982, au Palais des Beaux‑Arts de Bruxelles, où il participe à la manifestation "La magie de l’Image". Cette installation prend la cartographie comme point d’appui. Dans un espace clos et sombre, un globe terrestre est suspendu au bout d’un fil. Deux diapositives sont projetées sur cette boule de papier mâché. A l’état immobile, la découpe des pays est réalisée par superposition parfaite des deux images lumineuses; mais le va‑et‑vient du public induit des vibrations et génère des mouvements qui rompent ce bel équilibre provoquant l’éclatement de l’image terrestre : les continents sont déchiquetés, les pays désaxés. Cette situation de crise et de déchirement confronte le chaos personnel de tout être humain aux données bien établies de l’ordre scientifique et de la connaissance érigée en absolu, en vérité universelle. Mais l’installation produit aussi chez le spectateur une expérience physique de vertige doublée d’une réaction psychologique de perte d’équilibre et de recherche de stabilité.
      En 1983, Michel François obtient une bourse à la Fondation de la Tapisserie à   Tournai. L’esprit de ce travail s’apparente à la performance "Appartement à louer" et suscite une série de réactions en chaîne mettant à nu les vieilles peurs engendrées par les araignées. Pendant un an, il s’engage corps et âme dans une entreprise d’élevage d’aranéides. Les trois cents spécimens collectés par voie de presse sont hébergés dans les greniers de la Fondation. Michel François suit pas à pas l’évolution de ces bestioles, vecteurs de haine ou de fascination. Finalement, elles tissent des toiles dans leur nouveau milieu ; dans ce happening désopilant, Michel François tient un agenda mural jour après jour, résultante de cette plongée psychologique et mythique dans le monde tabou et repoussant des araignées. La répugnance l’emporte et le rejet de ce travail subversif, déstabilisateur éclate. Après maintes tracasseries, son exposition terminée, Michel François est banni et le DDT opère son oeuvre destructrice.
      En 1983, lors d’une exposition Parcours au Centre d’Art Contemporain à Bruxelles, un virage s’amorce. Il entre de plain‑pied dans le langage et la problématique de la sculpture stricto sensu. Il y présente une catapulte géante maintenant fermement un projectile sphérique enduit de plumes blanches; le signifiant visuel joue pleinement le paradoxe de la masse de l’objet au gigantisme écrasant opposé à la légèreté des plumes posées en fine couche. L’impact psychologique et physique de cette pièce installée au fonds du couloir est fulgurant; l’installation trompeuse crée un sentiment de malaise, d’attraction et de répulsion. La dialectique équilibre / déséquilibre devient le centre de ses recherches qui s’organisent autour des concepts de fragilité et de précarité en mettant en présence la seule résistance, les seules qualités des matériaux qui interfèrent. Il exploite et soupèse visuellement les potentialités d’un objet duel dans l’espace; il éprouve et expérimente ses caractéristiques virtuelles et réelles dans la troisième dimension sans négliger les effets psychologiques et physiques ressentis par le spectateur. Il poursuit son investigation du potentiel cinétique explorant paradoxalement la force d’inertie des objets. Il crée des armes, des mécanismes et les fige en pleine acmé. Il arrête le processus au moment le plus fort lorsque l’arc tendu, au bord de sa réalisation et du déséquilibre, cristallise toute la force contenue dans la tension résultante. Il reproduit ce type d’expérience de physique mécanique à l’échelle monumentale lorsqu’à Liège, en 1984, il place une énorme bille en polyester entre deux points a et b, situés aux deux extrémités de l’escalier de la montagne de Bueren. Le dispositif reprend un protocole expérimental classique transposé dans le corps de la ville; il introduit une menace qui plane sur la Cité ardente, la précarise. Lors d’une autre intervention dans le tissu urbain liégeois en 1985, la même fragilité se détecte : fragilité de la nature, fragilité de la vie, fragilité de la création. Pour l’exposition Investigations, au cours de laquelle les artistes investissent un chantier abandonné et bétonné, une gare routière en sous‑sol, Michel François cherche à "reconstruire un arbre" de manière métonymique et ironique. Il dessine le contour de deux mains sur une palissade en bois, comme un acte incantatoire, comme une trace imprécatoire cherchant à revitaliser le site de manière magique.
      En 1988, il expose au Musée d’Art contemporain de Gand des objets clos sur    eux‑mêmes. Cette situation de fermeture sur soi renforce davantage leur état ontologique, elle cristallise leur être indépendamment de leur histoire. Michel François prend une armoire, l’extrait du champ du réel et la ferme à l’aide d’une plaque de marbre. Cette extraction lui ôte toute fonction usuelle ou symbolique et élargit son potentiel perceptif. Cet objet existe en tant que tel, pour lui‑même. La fermeture de l’armoire exprime virtuellement l’orifice condamné. Abstrait de son milieu et de ses fonctions, l’objet acquiert une dimension emblématique. Ces objets récupérés et retraités induisent un rapport d’inclusion et de résistance avec le corps, une relation quasi ergonomique.
      En 1990, une exposition au Musée provincial de Hasselt inaugure un nouveau travail qui s’inscrit dans le prolongement des expériences antérieures. Michel François s’approprie un mur et y accroche une multitude d’objets. Cet inventaire comprend deux catégories d’objets, les objets creux et les objets pleins. Une première mise en ordre duelle intervient, mais l’ambiguïté subsiste et provoque des discussions interminables puisqu’il s’agit de trancher pour des objets qui pourraient appartenir à l’une et à l’autre des catégories. Une      boule de ficelle est‑elle un objet plein ou un objet vide ? Il faut également nommer ces objets qui déterminent des débats sans fin. Cette série finie de 65 objets posés sur un mur définit une limite visuelle et est le prélude à un inventaire sans fin. La binarité que Michel François nomme figuré‑abstrait est omniprésente. Le noyau de cette constellation objectale est une photo noir et blanc de grande dimension représentant l’épaule nue d’une femme portant le signe mathématique de l’infini. L’impression de ce symbole sur un corps fini et mortel contient intrinsèquement la dualité figuré‑abstrait. La pensée, son mouvement inclus dans le geste créateur proche du corps transforme la matière en un objet plus "abstrait", plus détaché. La pensée donne corps à l’objet que le spectateur explore. Un objet en plâtre contient un vide qui correspond à une expiration. Il figure l’espace d’une expiration qui devient une image perceptible visuellement alors qu’un souffle est invisible, imperceptible pour l’œil. Le spectateur qui contemple cet assemblage d’objets les regarde, les associe librement et revit chacun d’eux physiquement en fonction de sa sensibilité, de son état d’esprit. A la représentation d’une jambe, Michel             François préfère le moule du membre où le spectateur découvre le vide et devine son contenant antérieur. Ces objets échappent donc à la littéralité. Les          solitaires en terre glaise sont de petites boules séchées dans lesquelles est imprimée la pression d’une main; un savon utilisé jour après jour dans l’atelier devient une sculpture que les mains ont façonnée. Il expérimente ce type d’installations à la Galerie des Beaux‑Arts en 1990 où un texte intitulé Mikkado et publié dans le catalogue éclaire le sens de cette démarche.
       Fin 1990, à l’occasion de l’exposition liégeoise Le merveilleux et la périphérie, il reprend les 65 objets présentés à Hasselt qu’il installe différemment dans l’espace ; ces objets proches les uns des autres sont cependant autonomes ; ils se suffisent à eux‑mêmes.
      En 1991, il présente une installation au Musée d’Art contemporain de Gand où il prend son propre corps, son vécu intime comme base de travail. Outre le clin d’œil au bailleur de Breughel, Michel François s’intéresse à ce moment particulier où le corps se déstructure complètement pour laisser passer une colonne d’air. Il tente de représenter cet instant précis sans avoir la possibilité de recourir au mouvement ou au son pour figurer le bâillement. Cette double sensation de densité de vide et de plein, de mort et de vie, métaphore de la sexualité, participe à cette quête métaphysique de l’impalpable et de l’immatériel rendus visibles, perceptibles via le regard.
      En 1992, Jan Hoet sélectionne Michel François pour la Documenta à Kassel.

       

      Jo Dustin. Notice sur Michel François in Catalogue Confrontation, 111 artistes contemporains Belgique ‑ Luxembourg. Tielt, éd. Lannoo, 1993.

      Michel François ne pratique pas le ready‑made, mais il apprivoise les choses usées, porteuses de mémoire. Béance d’une table surplombant la carte de l’Afrique. Fragment d’escalier qui devient emblème de traces. Portes encastrées, tatouées par le temps, qui convoquent la multitude des passages.
      Aujourd’hui, François jouxte les photos d’un quotidien libre avec les empreintes corporelles saisies dans le plâtre. Ainsi œuvre‑t‑il à contre‑mort, d’une façon un peu dérisoire, mais exigeante. Et cet artiste qui n’aime pas le commentaire des préfaciers a détaillé sa démarche dans un entretien accordé au journal "Le Soir".
      En voici un extrait :
      "Une sculpture pour moi est une sorte d’objet technique proche du corps et qui le remplace, car il est absent (un peu comme une prothèse). C’est pourquoi le moulage, par exemple, est une technique qui me convient. Je crois que c’est le contact de la matière avec la peau ou le corps : qui nous la rend belle ou signifiante... Le corps laisse ses traces partout. Mes sculptures sont des résidus, ce qui reste d’une activité, d’une expérience. L’existence de ces résidus manifeste la possibilité d’avoir quand même fait quelque chose, malgré tout, malgré le doute".
      Michel François, avec une vigilance aiguë, piège la précarité de l’existence.

       

      in http://www.voxphoto.com/expositions/michel_francois/michel_francois.html

      Né en 1956, Michel François vit et travaille à Bruxelles, en Belgique. Fasciné par les gestes de la vie courante et par les tensions qu'ils révèlent, Michel François se démarque, depuis les années 80, par une pratique singulière où règnent désordre et ambiguïté. Parallèlement à la photographie, éditée sous forme d'affiche puis de livre, l'artiste a créé une approche particulière de la sculpture et de l'installation, où ses travaux et ses images sont souvent rassemblés, accumulés et réactualisés. Son travail a fait l'objet de multiples expositions tant en Europe qu'à l'étranger. Récemment, la Galleria d'Arte Moderna à Bologne, Italie, le Westfälischen Kunstverein à Münster et la Fondation Ursula‑Blickle‑Stiftung à Kraichtal, Allemagne, lui ont consacré une importante exposition. Ses travaux ont été présentés notamment dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal 2001, à la Fondation Miró de Barcelone (2001), au Printemps de Cahors (2000), à la Kunsthalle de Berne (2000), à la 48e Biennale de Venise (1999) où il représentait la Belgique, à la Biennale internationale d’Istanbul (1997) et au Witte de With, Center for Contemporary Art de Rotterdam (1997).
      Ses œuvres se retrouvent dans de nombreuses collections privées et publiques européennes.

       

      - Ardenne Paul, « Michel François. Le Bazar de l’existentialité », in : artpress, n°245, Paris, avril 1999, pp. 34-36.

      Depuis 1980, Michel François développe une œuvre hybride et fluide, échappant à toute catégorisation de style et de genre. S’il se qualifie de sculpteur, il construit son œuvre à toutes les échelles et à travers tous les médiums dont la photographie, la vidéo et l’installation. Sur le plan artistique, il a principalement été formé par son père, peintre, et sa mère, danseuse et sculptrice ; ce qui peut expliquer sa pratique, toujours à mi-chemin entre la tri- et la bi- dimensionnalité, entre l’image et la sculpture. Après avoir étudié le théâtre à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS), il obtient un diplôme à l’École de Recherche Graphique (ERG), à Bruxelles, où il occupera plus tard le poste de responsable de l’atelier sculpture. Il collabore également avec des chorégraphes et réalise les scénographies de Mountain Fountain de Pierre Droulers (1995), et de The Song (2009 – avec Ann Veronica Janssens) et En attendant (2012) de Anne Teresa De Keersmaeker. Aux côtés de nombreuses expositions à l’étranger, il participe à la Documenta IX de Kassel en 1992 et représente la Belgique à la Biennale de Venise, avec Ann Veronica Janssens en 1999. Depuis 2009, il enseigne à l’École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris.
      L’art de Michel François est intimement lié au vivant, sous toutes ses formes (l’humain, le végétal, le minéral, l’organique). A la manière d’un anthropologue, il recueille des objets (bouteilles, ficelles, morceaux d’assiettes, perles, boîtes de conserve, etc.), des matériaux (encre, argile, eau, tissus, pollens, etc.), des gestes, des attitudes et des actes rudimentaires (souffler, écraser, crier, marcher, plier, façonner, etc.) dans ce qu’ils ont de plus ordinaire et insignifiant pour en dégager la force, l’émotion et la poésie. Sous l’extrême diversité des objets, tantôt collectés, tantôt fabriqués, issus de son quotidien ou prélevés lors de ses voyages et rencontres, c’est pourtant d’un système cohérent dont il s’agit. Définie de « Bazar de l’existentialité » par Paul Ardenne, l’œuvre de Michel François aborde une manière de cueillir l’existence dans ses moments critiques et délicats. Du réel, il prélève, déplace, confronte, zoome et fige des instants, des situations afin de susciter une expérience sensible et moins terne du quotidien.
      Conçues sur le mode du recyclage permanent, de la reconfiguration, du (re)assemblage, les œuvres de Michel François sont toujours mises en relation les unes avec les autres. Dans ses expositions, photographies, vidéos, sculptures et installations se juxtaposent toujours de manière différente afin de rendre plus précisément compte de sa démarche et aller à l’encontre d’une conception figée de l’art. Un matériau se transforme en sculpture, elle-même reprise dans différentes installations qui font l’objet d’une vidéo dont l’artiste extrait une photographie, à son tour récupérée dans une autre installation et ainsi de suite jusqu’à épuisement. Ce processus se retrouve également dans les formes: des trous aux coudes d’un chandail deviennent des yeux, une ouverture rectangulaire dans une architecture devient un tableau au mur ; une pieuvre sécrétant de l’encre, un test de Rorschach ; l’entrée d’une grotte, un vagin, etc.
      Ce travail en évolution constante, sans cesse remis sur le métier, ne doit pas s’arrêter aux plaisirs des formes et aux jeux illusionnistes de représentation. On retrouve chez Michel François l’exigence conceptuelle et la séduction formelle, la radicalité du geste et l’intelligence de l’image qui rendent sa signature reconnaissable entre toutes. De même, les thèmes abordés dans son œuvre, s’ils semblent disparates, joue avec subtilité des antagonismes et réconcilie des champs souvent éloignés et contradictoires dans le monde de l’art : le vide et le plein, l’intérieur et l’extérieur, la consommation et la destruction, l’unité et le désordre, l’action et la langueur, la mémoire et l’oubli, le naturel et l’artificiel, l’intime et l’universel, etc.
      Inspiré des enseignements de Fluxus affirmant la nécessité d’un rapprochement entre l’art et la vie, l’art de Michel François est également un questionnement de la valeur et de la pérennité de l’œuvre d’art, allant d’une certaine manière à l’encontre du système artistique. Ainsi, son Bureau augmenté (1998) est une vaste installation où tout est connecté à tout (coupures de presse, œuvres antérieures, reste de petits travaux, etc.) ; La Sieste, la Réserve, le Monde et les Bras (1991) est une étagère sur laquelle sont posés des objets divers (traces de corps moulées dans du plâtre, ceinture, boules de terre assemblées en chapelet, pelotes de ficelle, etc.) qui peuvent être laissés tels quels, agencés ou extraits dans l’espace d’exposition selon le choix de l’organisateur ; ses photographies converties en affiche, sans commentaire ni signature, sont régulièrement distribuées à qui souhaite l’emporter chez soi.

       

      Notice de Pauline Testut et Véronique Bouillez in Art Press, n° spécial consacré à l’art belge, n° 19, nov. 2010‑janv. 2011.

      Ses travaux (photographies, sculptures, vidéos, installations) font souvent référence aux cinq sens, particulièrement au tou­cher (comme le cactus de Psycho jardin, une main tenant un savon, etc.), et jouent sur des constructions mentales induites par la dérive d’objets quotidiens et de gestes courants. C’est ainsi qu’un simple morceau d’aluminium cent fois retourné entre les mains de l’artiste devient une sculpture aux dimensions sans cesse mouvantes. «La sculpture est un moyen terme entre la danse et la peinture, figurative puis abstraite, selon ce que le spectateur et son subconscient veulent bien y voir. »
      Michel François collabore en 2009 au spectacle The Song d’Anne Teresa de Keersmaeker, avec Ann Veronica Janssens, en compagnie de laquelle il a partagé le Pavillon belge de la Biennale de Venise en 1999.
      Quel que soit le moyen employé, Michel François demeure un sculpteur. Il a produit beaucoup de pièces en plâtre, puis s’est interrogé sur les limites du travail en intérieur pour, dans un deuxième temps, partir saisir des bribes du réel hors de son atelier. Sa réflexion est sous‑tendue par un réseau d’associations personnelles, que l’on pourrait rapprocher du concept de rhizome introduit par Deleuze.
      En partenariat et en provenance du SMAK à Gand, sa première grande exposition monographique (Plans d’évasion) a été reconfigurée pour l’Institut d’art contemporain à Villeurbanne en 2010.

       

Acquisitions

 

Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Gand, S.M.A.K.

Paris / FR. Centre Georges-Pompidou.

FRAC, France :
- Institut d'art contemporain de Villeurbanne / FR
- Frac Aquitaine
- Frac Champagne-Ardenne
- Frac Île-de-France
- Frac Limousin

Venezia / IT, Fondation François Pinault.