Biographie

De 1875 à 1886, il vécut à Anvers et à Bruxelles

Formation :
1887-1894. Liège, Académie des Beaux-Arts.
* Élève d'Adrien De Witte, il fait des études complètes et sort avec une grande distinction.

1890.
Apprenti - graveur sur pierre et litho. chez Bénard.

De 1894 à 1942, expose au Cercle des Beaux-Arts, à Liège.

1895.
Créateur de formes au Val Saint-Lambert (Expo. d'Anvers)

1896.
Séjour à Paris.
* Fréquente l’Académie Cormon et l’Atelier Gérôme.
** Fréquente des milieux d'art et de l'hôtel Drouot (art ancien)

Atelier de décoration d'intérieurs.

Dessin pour les journaux: "Le Rire", "Les Étoiles"

Projets et réalisations lithographiques d'affiches chez Vermeuil et chez Mathieu.

1900.
Continue les études de l'eau-forte.
Illustrations d'articles dans le supplément du Journal de Liège.
Restauration de tableaux anciens et expertises

1903.
"Le Forgeron", gravure

1905.
Expose à la section des Beaux-Arts de l’Exposition internationale de Liège : (27/04-15/11) Palais des Beaux-Arts, Section des Beaux-Arts.

Grave à l'eau-forte ou au vernis mou des vues nocturnes de l'exposition.

Correspondant graphique des journaux, "La Réforme" et "Le Petit Bleu" de Bruxelles ainsi que de "L'Express" à Liège.

1906-1914.
Installe une "maison d'Art ancien", rue des Clarisses.

1908.
Liège. Fonde "La Revue Mosane" avec Paul Dermée, (15 octobre 1908 - décembre 1909)

Membre de la société "L'Estampe" dirigée par Robert Sand

Illustrations à l'eau-forte (7 eaux-fortes) des "Contes" de Félix Bodson édités par M. Thone

Exposition personnelle à l'Émulation

1908.
(05/04-13/04) Liège, Salle de l'Émulation : Delsa Edmond, Wolff José, Würth Xavier.

1911.
Nommé professeur, chargé de cours, après examen, à l'École Normale de Liège

1918.
(  /  -  /  ) Cercle des Beaux-Arts. Delsa Edmond, exposition annuelle.

1919.
Séjourne à nouveau à Paris.
* Reprend contact avec les milieux littéraires et artistiques modernes (Closerie des Lilas)

1920.
Fondateur et directeur du groupe d'art l'Envol.

1922.
Huy. Cours d'Art et d'Archéologie

Conférences mensuelles au "Photo Club" de Liège.

(  /  -  /  ) Bruxelles, Galerie Royale. Delsa Edmond, Meuris Emmanuel, Steven Fernand.

1923-26.
 Collaboration à la revue parisienne "Le Cousin Pons".

1923.
G. Linze, Edmond Delsa in La Wallonie, 05/09/1923

Participe avec Armand Rassenfosse à la création de "La Gravure Originale Belge"; il participe aux expositions de Bruxelles, Londres, Turin, Varsovie, Le Caire, ... et organise celle qui a lieu à Liège (1930 ?)

1924.
(27/02) Liège, Photo-Club. 3e leçon d'art photographique

Édite "Initiation à l'œuvre d'art" sous-titrée "Directives à l'usage des peintres, graveurs et photographes." (éd. Vaillant-Carmanne, c. 30 p., 5 frs)

Membre de la commission (trésorier) de la Société Royale des Beaux-Arts.

La maison d'édition d'estampes en couleurs, Dietrich (Bruxelles) commande des cuivres de grand format.

Collaborations littéraire et graphique sur la technique dans Savoir et Beauté (directeur: Marius Renard)

* "Art et technique picturale" in Savoir et Beauté octobre 1924, février 1925 et juillet 1925

Le Cabinet des Estampes du Musée de Bruxelles se porte acquéreur d'une vingtaine d'épreuves pour ses collections.

(  /  -  /  ) Liège, Cercle des Beaux-Arts (35 rue de la Sauvenière). Delsa Edmond.

 (oct.) Liège, Cercle des Beaux-Arts. Exposition générale des œuvres les plus récentes de ses membres.

1925.
(  /  -  /  ) Huy, Cercle L'Essor (rue de France). Delsa Edmond.

(29/11-10/12) Liège, Galerie du Journal La Meuse. Les artistes de la Gravure Originale belge présentent leur 9e exposition.

1926.
Promoteur, avec M. Ghinet, de l'exposition "L'Art français au Pays de Liège" (membre de la commission et secrétaire)

(  /  -  /  ) Liège , Galerie Liège-Échos (7 rue Pont d'Ile). Delsa Edmond.

(15/05-15/06) Liège, Salle des Fêtes / Boverie: Salon de mai

1927.
Restauration de la décoration de La Salle du Conseil à l'Hôtel de Ville.

(  /  -  /  ) Bruxelles, Galeries d'art Kodak (21 avenue de la Toison d'Or). Delsa Edmond,

1928.
(26/02-27/02) Maeseyck / Grand Place, Salle des Fêtes. Delsa Edmond.

1929.
(déc.) Lino pour la couverture du n° 2 d'Anthologie, 10e année

1930.
Décoration du pavillon de la ville de Liège lors de l'exposition internationale de 1930; intérieur et extérieur, 350 mètres de décoration et de toiles.

Organise, à Liège, une exposition consacrée à Constantin Meunier, statuaire, toiles et dessins (Hôtel de Suède)

Membre de "L'Association des Artistes Professionnels de Belgique (A.A.P.B.)"

Participe aux congrès de Bruxelles, Anvers, Charleroi, Gand (rapports divers)

Divers achats de tableaux et gravures par le Musée d'Ansembourg, par la ville

Liège, Université: inventaire, expertise et fichier, pendant plusieurs années, d'une collection de très grande valeur (Durer, Rembrandt, ...)

Installe un commerce de tableaux anciens à Bruxelles

Collabore à des travaux de décoration (peinture murale)

1931.
(19/09-19/10) Liège, Palais des Beaux-Arts. Salon 1931 - Liège. Salon quadriennal de Belgique.

1932.
Illustrations des Manuels scolaires (Frenay, Féron, Janssen) et de livres de prix (éd. Desoer, Liège)

(30/04-31/05) Liège, Palais des Beaux-Arts / Boverie: Salon d'Art wallon contemporain.
* Org.: Nervia, Art Wallon et Art Vivant au Pays de Liège

1933.
(23/09-23/10) Liège, Palais des Beaux-Arts / Parc de la Boverie: Le Visage de Liège.

1934.
Achat d'une grande toile, "La Vesdre à Fraipont" pour le musée de Liège.

Séjour dans le Grand Duché de Luxembourg

Exposition à Liège

1935.
Réalise un diorama de la ville de Liège à l'Exposition de Bruxelles

Exposition de gravures à Bruxelles, Anvers, Mons, etc.

1936.
(16/05-15/06) Liège, Palais des Beaux-Arts: Salon quadriennal de Belgique.
(12/12-25/12) Liège, Galerie du journal La Meuse. Delsa Edmond.

1937.
Voyage en Italie (Milan, Bologne, Florence, Rome, Naples, Pompéi).

Illustrations de "L'Œil de Chat et des Heures moins bonnes" de Paul Mélotte (éd. G. Thone, Liège)

Expositions à Bruxelles, Liège, ...

1939.
Participation à l'Exposition Internationale de l'Eau: Pavillon de la Métallurgie / Centrale électrique de Belgique et Pavillon de la Navigation intérieure/Anvers

Décoration d'une salle du Lycée de Waha (Paysage: La Meuse); (panneau de la salle d'étude, 2e étage)

1940.
Expositions au Musée et au Cercle des Beaux-Arts.

(avril) (21/09-21/10) Liège, Musée des Beaux-Arts: Salon quadriennal de Belgique.
SI CE SALON EUT LIEU EN SEPTEMBRE, ON AVAIT COMMENCE A LE PREPARER DES AVANT AVRIL 1940.

 

I.N.R.: Chronique de Bosmant et de son activité artistique.

Liège, Local des Entrepreneurs: organisation d'un concert au profit des artistes, sous l'égide d’Art et Lettres

Projet de restauration intérieure de l'Hôtel communal d'Angleur

Expertises, inventaire (dommage de guerre)

 

1941.
Nommé, par l'administration communale, à la Commission des Ventes publiques.

Collaboration à "L'Enseignement pédagogique du dessin" par l'inspecteur F. Lienaux.

Trésorier du Cercle des Beaux-Arts.

(  /  -  /  ) Bruxelles,                                  . Delsa Edmond. Gravures.

(  /  -  /  ) Liège, Cercle des Beaux-Arts. Delsa Edmond. Peintures.

 

1945.
(01/09-21/09) Liège, Musée des Beaux-Arts: Salon quatriennal / Artistes vivants, collections privées, architecture et urbanisme

1954.
(12/09-30/09) Chaudfontaine, Palace Hôtel. Edmond Delsa.

1957. Décède à l'âge de 82 ans.

 

 

 

 

 

 

Professeur(s)

de Witte Adrien

Bibliographie texte et PDF

  • Texte de présentation

    • - Sander Pierron repris in Dictionnaire de Seyn. Bruxelles, éd. L'Avenir, 1935.

      Son art a quelque chose de fougueux et de fruste qui l'apparente aux maîtres septentrionaux, dont le rapproche aussi une tendance au fantastique qui lui fait rechercher les effets de lumière artificielle dans le paysage nocturne, citadin ou rural. Il aime les contrastes violents des ombres et des clartés, nettement opposées, qui sculptent les formes à pans très déterminants... Delsa n'est pas un inventeur, et ce qu'il comprend le mieux, c'est ce qu'il voit par les yeux de son corps et non par les yeux de son esprit.

      - Leon Koenig, Edmond Delsa in Anthologie, 20e année, n° 3. Liège, février 1940.

      Entre chaque « âge » de la peinture, je veux dire entre les derniers languissants feux d”un « isme » et le triomphe d’une école nouvelle, le destin se plait parfois à, contrarier la carrière de certains êtres, par ailleurs doués, en les appelant Si la vie à contretemps : un peu trop tôt, un peu trop tard. Ce fut, semble-t-il, jusqu’aujourd’hui, le cas d’E. Delsa.
      Ses scrupules lui interdire, au début de se retourner contre l’enseignement de ses maîtres, et ses amis ont connu de lui, il y .a 10 ans, des gravures au trait sûr et d’inspiration délicate, des paysages mosans, des portraits et des groupes qui s’apparentaient à l’Ecole Naturaliste et qui étaient loin d’être médiocres : de métier et d’expression fermes, ces premières œuvres d'un peintre de 20 ans provoquaient l’intérêt. Mais le vent qui poussait irrésistiblement la peinture vers des ciels moins sereins, et ses pulsions propres aussi, invitaient, Edmond Delsa à rompre avec les conceptions qui régnaient alors dans nos milieux artistiques. D’esprit cultivé, averti des mouvements de l’art à Paris, où il fut longtemps, il ne put toutefois s’abstraire entièrement de l’atmosphère déprimante et si peu lyrique de nos provinces et commença, pour lui, une longue ère de luttes et de retours épuisants. Environ cette période, le coup de tonnerre de R. Heintz devait éveiller les Liégeois au frais langage de l’impressionnisme et apporter le ferment de la peinture vivante.
      Edmond Delsa a bien connu R. Heintz, à qui le liait une vieille amitié, il a bien connu de jeunes fauves, de jeunes futuristes au Cercle «  L'Envol » , à la « Renaissance d”Occident », à « Anthologie » où sa curiosité de l’époque et sa sympathie étaient attirées. Il demeura  cependant lui-même, il résista l’influence envahissante du premier et ne se laissa pas entraîner d'une manière inconsidérée par le dynamisme des autres. C’est qu’il fuit avant tout le genre et l’ « insincérité »
      Cartésien, il voulait construire, contre la facilité et le relâchement, mais, pourtant il bannit de sa palette les chatoyantes valeurs que son instinct faisait naître spontanément. Cartésien et très français, il disciplina la nature, vit en synthèses et plans, mais fort attaché à son terroir et à son expression, il posa, parfois, dans ces mêmes paysages « repensés » quelque personnage bucolique qui venait nuire à l’impression finale et ressortissait de l’anecdote ou de l’illustration. Ce qui nous valut, à côte d'une suite de paysages solides et bien peints, des réalisations moins heureuses d’où le passé ne voulait pas s’exclure.
      Et voilà que maintenant, à un âge ou beaucoup,  par fatigue ou par orgueil, ne consentiraient pas à remettre leur peinture en question, E. Delsa nous réserve la surprise d’une série de toiles toutes jeunes. Entendons par là que libérant sa vraie nature des contraintes du « faire », secouant les préjugés d’académisme et d’école, il peint avec enthousiasme et passion, en couleurs fraiches el hardies, de charmants portraits d’enfants où la psychologie de cet âge est observée avec tendresse, des petites scènes de plein-air où son amour de la vie et de la terre s’épanche avec liesse.
      La transition est brutale. Mais E. Delsa, grand travailleur, s’est découvert avec joie, et la joie est fertile. Toute sa vie vient attester pour l’avenir : son honnêteté d’artiste, sa volonté, sa farouche indépendance, il n'a rien pris à personne, il n’a suivi personne. Ce qui se passe à présent chez lui est donc un phénomène vrai, selon un processus naturel, organique. Il se trouve et va chanter : ses qualités de coloriste, sa foi dans son art, sa capacité de travail et sa jeunesse de cœur feront le reste.

       

Acquisitions

Collections:

Bruxelles, Communauté française.
Musée d'Art wallon (par exemple, Le petit Moulin à Fraipont, 1923, h/t, 81 x 63, Lg, MAW)
Huy, Ville.
 

Liège, lycée Léonie de Waha.