Biographie

Formation :
‑ 1928‑1934. Académie des Beaux‑Arts de Liège. Professeur : Auguste Mambour.
‑ 1935. Licence en histoire de l'art et archéologie, Université de Liège.
‑ 1939. Doctorat "Le néo‑classicisme en Belgique", Université de Liège.

1936 ‑ 1963.
Fut un professeur très admiré  à l'Athénée Fernand Blum avant d'enseigner à La Cambre, où il fut un grand "éveilleur de talents".

Travaille dans l'atelier de Georges De Bruyne.
* "Quand j’ai commencé à peindre, j’ai commencé – ici à Schaerbeek – avec quelqu’un qui faisait des peintures comme Rubens. Avec la technique de Rubens : cela existait encore ! C’était extraordinaire !A ce moment‑là, j’étais professeur de dessin à l’Athénée de Schaerbeek. J’avais déjà peint, mais très mal – très, très mal : juste pour être professeur de dessin, quoi. D’ailleurs, si j’avais été bon je n’aurais jamais été professeur – on ne m’aurait pas accepté…Et alors, un jour, Joris De Bruyne – un professeur qui peignait ‑ m’a demandé : tu fais de la peinture ? Je n’ai pas osé dire non, puisque j’étais professeur de dessin, j’ai dit oui et alors, il a demandé à voir.  Puis il a dit : ça c’est du mauvais moderne et il m’a invité  à venir dans son atelier. Et dans son atelier précisément, il y avait une table avec des fruits, des légumes etc.… et tout le monde se mettait autour de cette table et peignait. Et on peignait dans la technique de Rubens, c’est à dire on commençait avec des ocres, des terres et tout ça, très, très vite établis et puis des masses d'ombres très, très vite mises et là‑dessus on faisait une très grande toile en une demi‑journée. La peinture de Rubens, c’est une peinture rapide, faut pas penser ! Ils ne s’attardaient pas, ces gens-là : d’ailleurs, quand on voit leur œuvre, on comprend qu’il fallait peindre très vite pour faire ces grandes toiles. Bon. Mais très vite aussi, je me suis aperçu que ça ne répondait pas à ma nature et qu’il fallait faire autre chose..." (Jo Delahaut)

1939.
Boursier de la "Fondation Princesse Marie‑José" à Rome.

1940.
S'établit à Charleroi.

Peint des œuvres figuratives dans l'esprit fauve.

1942.
Première exposition personnelle aux "Nouvelles Galeries" à Charleroi.

1945.
S'installe à Bruxelles.

1946.
PREMIER ABSTRAIT BELGE DE LA SECONDE GÉNÉRATION.

1947.
Membre du groupe La Jeune Peinture Belge.

Sociétaire du Salon des Réalités Nouvelles à Paris.

1949.
Collabore à la revue "Art aujourd'hui" et en sera le correspondant pendant une   dizaine d'années.

1952.
Co‑fondateur du groupe Art Abstrait à Bruxelles.

1954.
Publie le manifeste du "Spatialisme" avec Pol Bury.

1956.
Fonde avec Jean Séaux et Maurits Bilcke le groupe "Art abstrait ‑ Formes".

1957.
Publie un ouvrage intitulé "Le dessin à l'école. Contribution à l'école nouvelle ; principes d'éducation plastique".

1958‑60.
Traverse une période matiériste.

1960.
Retour à l'abstraction géométrique.

Co‑fondateur du groupe Art Construit.

1962‑1976.
Professeur d'initiation esthétique à l'Institut national supérieur des Arts du Spectacle (INSAS), Bruxelles ; Professeur de peinture à l'Ecole nationale supérieure des Arts visuels (ENSAV), La Cambre, Bruxelles.

1968.
Devient président du Conseil nartional belge des Arts plastiques.

1975.
Auteur d'une céramique ("Rythme bruxellois") pour le métro de Bruxelles, station Montgoméry.

1978.
Elu membre correspondant de l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux‑Arts de Belgique.

1980.
Rétrospective de son œuvre au Musée de l'Art wallon à Liège.

1981.
Rétrospective au Wilhelm Hack Museum de Ludwigshafen / DE.

1982.
Rétrospective aux Musées royaux des Beaux‑Arts de Belgique à Bruxelles.

Rétrospective au Léopold Hoesch Museum à Düren.

Rétrospective au Musée d'Art contemporain à Montréal.

1985.
18e Biennale de Sao Paulo

1989.
Rétrospective au Provinciaal Museum voor Moderne Kunst à Ostende.

1990.
Rétrospective au Musée de l'Art wallon à Liège.

Evenements / Expositions

Bibliographie texte et PDF

  • Texte de l'artiste, Interviews

    • http://www.koregos.org/Koregos/documents/DelahautEcrits2013.09.114703.pdf 

      ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

      ‑ Un vrai artiste n'a qu'une passion : son art. Mais de quoi se nourrit son art si ce n'est de tout ce qui fait l'essence même de la vie : son environnement, sa santé, ses aventures, ses affections, ses joies, ses malheurs, l'événement quotidien, etc.

      ‑ La rigueur qui résulte de la méditation, de la connaissance de la clarté n'exclut ni l'émotion ni les sentiments.

      ‑ Un signe plastique n'est jamais neutre. Il est porteur de certaines préoccupations, d'une certaine conception du monde. Tout changement de signe révèle un changement d'esprit, de culture, de civilisation.

      ‑ Seul, dans un désert culturel, l'artiste ne peut exister. La richesse d'un art ‑ et aussi d'un artiste ‑ lui vient de dons, d'héritages qu'il a su faire fructifier.

      ‑ L'authenticité : la qualité qui sauve tout.

      ‑ La passion n'exclut pas la rigueur.

      ‑ Une belle œuvre, pour quoi faire ? Pour un temps d'arrêt, de réflexion, de communion.

      ‑ Seule la simplicité résiste à l'usure du temps, de la mode, des courants.

      ‑ Un trait de crayon et tout l'homme se dévoile.

      ‑ Il court après son ombre, et il se fâche parce que cette ombre change de place.

      ‑ La géométrie est à mon avis la science la plus représentative de l'homme. Elle ajoute à la clarté d'un exposé, elle est lisible, compréhensible intuitivement même par ceux qui en ignorent la théorie,

  • Texte de présentation

    • Josefa Knaepen. Jo Delahaut in Catalogue Confrontation, 111 artistes contemporains Belgique ‑ Luxembourg. Tielt, éd. Lannoo, 1993.

      Delahaut est un des peintres abstraits les plus importants de Belgique. Le trait le plus marquant de son œuvre est la pureté, la sévérité dans le traitement de la forme, de la ligne, de la couleur.
      Il oppose l’ordre, la mesure, la retenue, la rigueur des formes au choc émotionnel des couleurs. Toute sa vie, il s’efforcera de maîtriser le chaos des émotions, de les réduire à quelques formes élémentaires, à une ligne droite ou courbe, l’antithèse ‑ la chaleur ‑ devant venir de la couleur.
      En 1947, il est le seul peintre à accrocher des toiles abstraites au salon de la "Jeune Peinture Belge". Il s’est approprié les principes d’Herbin et peint des plans chromatiques en modules répétitifs.
      Dans les années soixante, le travail de Delahaut est très proche du Hard Edge américain. La série la plus connue est celle des "Signes" où de grands signaux, vaguement anthropomorphes, se découpent en rouge sur blanc, jaune sur blanc, noir sur blanc, vert sur blanc. Suivent les "Relations" avec des aplats géométriques de couleurs pures, lisses et sans accident qu’il juxtapose en jouant sur les tensions entre les couleurs. Dans les années soixante‑dix, son travail, devient plus contemplatif, plus silencieux, si possible encore plus épuré. C’est l’époque des "Ecritures" : des aplats de couleurs unies alternent avec des surfaces blanches ou noires traversées de lignes droites ou obliques.
      Ensuite, il y a les "Espaces" , les "Traces" , les "Archétypes", où une ligne droite ou courbe coupe une toile monochrome de facture unie.
      Dans les années quatre‑vingt, après une maladie grave, il peint des toiles blanches traversées de quelques lignes jaunes éparses, bordées parfois d’une bande jaune. Pendant les dernières années de sa vie, Delahaut, comme grisé, retourne à la couleur. La forme sera désormais réduite à une série de carrés identiques, tandis que les couleurs chantent et louent entre elles comme jamais auparavant.

       

      - Laura Nève in Koregos, publié le 09/09/2013.

      http://www.koregos.org/fr/laura-neve_delahaut-engage-et-visionnaire/

       

      - Philippe Roberts-Jones in Koregos, publié le 10/09/2013.

      ​http://www.koregos.org/fr/philippe-roberts-jones_jo-delahaut-et-la-maitrise-d-un-langage/

       

      - Denis Laoureux in Koregos, publié le 16/09/2013.

      http://www.koregos.org/fr/denis-laoureux_delahaut-peintre-ecrivant/

       

      - Anthony Spiegeler in Koregos, publié le 16/09/2013.

      http://www.koregos.org/fr/anthony-spiegeler_jo-delahaut.-ordonner-le-chaos/